Du rififi au FLN : Tliba prépare-t-il un coup d’Etat contre Amar Saïdani ?

Tliba, nouvel homme fort du FLN ? New Press

Le très médiatique Baha-Eddine Tliba, premier vice-président du FLN, redouble d’activité dans la wilaya d’Annaba où il multiplie les réunions avec non seulement les cadres locaux du parti mais aussi avec des membres du Comité central, du bureau politique et du gouvernement, selon des échos qui nous parviennent de cette grande ville de l’Est.

L’objet de ces réunions, selon ces indiscrétions, c’est l’avenir du FLN et le sort à réserver à l’actuel secrétaire général, Amar Saïdani, lequel n’est d’ailleurs toujours pas revenu de son long congé à l’étranger. Ce député, qui a commencé sa carrière politique au sein du Front national démocratique, a rejoint les rangs du FLN à l’époque de Abdelaziz Belkhadem. Et depuis, il ne cesse de gagner en influence au sein de ce parti unique.

Grand manœuvrier aux méthodes peu orthodoxes, Baha-Eddine Tliba travaille déjà à l’APN pour destituer l’actuel président de la même famille politique, à savoir Larbi Ould Khelifa, qui est «trop mou» à ses yeux. Les réunions que Tliba convoque depuis quelques semaines à El Hadjar, dans la wilaya de Annaba, regroupent tous les cadres du parti, sauf ceux qui sont considérés comme «très proches» d’Amar Saïdani, à l’instar de Ahmed Boumehdi et Hocine Khaldoune. Si Baha-Eddine Tliba n’associe pas les différentes factions anti-Saïdani, c’est parce qu’il possède visiblement son propre plan de «redressement» qui obéit en toute évidence à ses ambitions.

Il faut souligner que Tliba réussit même à réunir dans un cadre informel les membres du bureau politique qui sont censés se réunir sous l’égide du SG ou dans le cas actuel sous l’autorité du SG par intérim qui n’est autre que Ahmed Boumehdi. Que prépare donc Baha-Eddine Tliba ? Est-il décidé à se retourner contre Amar Saïdani ? Agit-il seul ? Est-il en service commandé ? Autant de questions qui se posent d’elles-mêmes en ces temps des grandes manœuvres au sein de l’ex-parti unique. En tous cas, Tliba ne manque pas de moyens. Ses invités de marque sont vite logis et bien nourris. Nos sources assurent que ces rencontres dépassement même le cadre du parti. Car il rencontre également de hauts responsables politiques et militaires. Il dîne avec des chefs d’entreprises.

La densité de son activité dans son territoire de prédilection, bien que dans la discrétion, ne manque pas de susciter des soupçons et beaucoup d’interrogations quant aux visées de ce trublion député. Baha-Eddine Tliba ne cache pas sa proximité avec le milieu militaire. A Annaba, il entretient d’excellents rapports avec le fils du vice-ministre de la Défense. Il serait également proche de l’acteur coordinateur des différentes directions des services de renseignement, Bachir Tartag. D’ailleurs, lors de l’une de ses prestations télévisées en 2015, Baha-Eddine Tliba n’avait pas tari d’éloges à l’égard du général Bachir Tartag qu’il avait qualifié d’architecte de l’Etat civil.

C’est pour toutes ces raisons que l’activisme de Tliba soulève des questionnements légitimes, notamment sur l’avenir d’Amar Saïdani au sein du FLN, à l’approche des élections législatives de 2017. Des rumeurs ne cessent de circuler quant à son départ. On dit même que la Présidence de la République ne veut plus de lui à la tête du FLN. Baha-Eddine Tliba prépare-t-il donc un coup d’Etat contre Amar Saïdani ? Fort probablement.

Hani Abdi

Comment (57)

    Anonymous
    29 août 2016 - 20 h 55 min

    Le pays navigue a nu .il y a
    Le pays navigue a nu .il y a 3 président .Gaid Salah Saïd et saadani .boutef a bien réussi son coup .mais mais il sera dans les anales pour des décennie comme pharoune .le peuple aboie mais ne mort pas donc chakib chef du gouvern et tliba fln ainssi soit il AMEN




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.