Le PIB atteindra 17 677 milliards de dinars à fin 2016

Pour Sellal, réussir «notre mue économique est vital». New Press

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a affirmé  mercredi à Saida que le Produit intérieur brut (PIB) algérien qui était de 16 700  milliards de dinars en 2015 poursuivra sa croissance pour atteindre 17 677 milliards de dinars à fin 2016 alors que les réserves de change ne baisseront pas sous les 100  milliards de dollars en 2019. 

«Le PIB algérien se situait à environ 16 700 milliards de dinars en 2015 et  poursuivra sa croissance pour atteindre 17 677 milliards de dinars à fin 2016 puis  22 000 milliards de dinars en 2019 car il y a un renforcement de la production nationale,  notamment dans le secteur industriel», a déclaré à la presse le Premier ministre  en marge de la visite de travail qu’il effectue dans cette wilaya. «Certains croient que l’économie algérienne connaîtra des difficultés  durant les prochaines années, mais nous avons étudié la situation et jusqu’à  2019, les réserves de change algériennes ne baisseront pas sous le seuil des  100 milliards de dollars», a-t-il assuré. M. Sellal a ajouté que les réserves de changes «sont bonnes» et l’inflation «stable», se situant entre 4 et 5%, mais que «le plus important est que le taux  de croissance demeure positif», précisant que celui-ci est de 3,5% en 2016  et atteindra 3,9% en 2017.

«L’Algérie va bien, les choses sont stables et il faudra faire des efforts  supplémentaires notamment dans le domaine agricole afin d’exporter davantage»,  a-t-il poursuivi, notant «la constante augmentation des crédits à l’économie  et la création d’entreprises». Tout en plaidant pour une «solidarité», M. Sellal a estimé que «certaines  revendications nécessitent un ajournement». Dans une déclaration à l’APS, il a ajouté que «de nos jours, la concurrence  économique est parfois plus rude et féroce que les guerres», relevant que capter  les investissements et réaliser des partenariats «n’est pas du tout chose aisée».

Pour M. Sellal, réussir «notre mue économique est vital» car, a-t-il  soutenu, «même si les cours des matières premières augmentent, ils ne couvriront  pas nos besoins futurs de développement». Il a observé que malgré «l’effondrement» du marché pétrolier et la réduction  de moitié le volume de la fiscalité pétrolière, l’Algérie «résiste et continue  d’améliorer ses performances économiques». Le Premier ministre a souligné, dans ce cadre, que ces résultats ont  été obtenus grâce «aux mesures de rationalisation de la dépense, de maîtrise  du commerce extérieur, de réduction des importations, avec la poursuite des  efforts de l’Etat dans le domaine social et les secteurs névralgiques». «En application des directives du Président de la République, nous avons  également veillé à répartir les efforts sur toutes les couches sociales, en  épargnant les catégories fragiles et les nécessiteux», a-t-il dit.

M. Sellal a indiqué qu’à travers le nouveau modèle de croissance, l’objectif  du gouvernement est de «préserver les acquis sociaux en menant des réformes  visant l’efficience de notre dispositif économique et social dans l’administration  publique et dans l’entreprise. C’est pourquoi il nous faut obligatoirement  rester solidaires et accepter la rigueur pour passer à la croissance».

R. E. 

Comment (26)

    les damnes de la terre
    3 septembre 2016 - 19 h 14 min

    A Ap .A chaque fois ke je
    A Ap .A chaque fois ke je touche la plaie avec mes doigts,je me vois censure.Et pourtant ce que nous voulons c notre part de developpement de notre region et nous traiter d egal a egal avec les autres regions.POINT FINAL.




    0



    0
    Anonymous
    3 septembre 2016 - 15 h 49 min

    L’Agriculture martyre oubliée
    L’Agriculture martyre oubliée, et sacrifiée,
    Pour le grand bonheur des importateurs mafieux de produits agricoles,…
    Et les infrastructures, routes, trottoires, carrelages, maquillages des villes générateurs de la crise, de la pauvreté, et du sous-développement du pays




    0



    0
    Anonymous
    1 septembre 2016 - 20 h 51 min

    Laissez Mr. Issaad Rabrab,
    Laissez Mr. Issaad Rabrab, et autres nombreux algériens compétents, et sérieux, investisseurs étrangers fiables, et sérieux travaillaient, sans blocages politiques, et administratifs, inutiles, et stériles

    La croissance des richesses des nations s’obtiennent par la liberté d’entreprise, l’organisation, la discipline, et le Travail sérieux

    Par une démocratie, et une justice politiques, économiques, et sociales

    Pas avec les discours dormeurs,dupeurs, démagogiques, populistes, électoralistes ,
    Et la prise en otage des institutions du pays
    Les blocages, et la paralysie du pays par de puissants, et influents clans mafieux de l’argent mal acquis




    0



    0
    Anonymous
    1 septembre 2016 - 20 h 40 min

    Sellal est en campagne
    Sellal est en campagne électorale
    Il se méfie de ses adversaires opportunistes, et nombreux
    Il prend ses désirs pour réalités
    Bonjour la démagogie, et le populisme des années 60,70, et 80




    0



    0
    Anonymous
    1 septembre 2016 - 20 h 36 min

    Le PIB atteindra 17 677
    Le PIB atteindra 17 677 milliards de dinars à fin 2016
    Augmentation du P.I.B = Augmentation de la croissance
    Mais avec quoi , avec des projets non rentables, avec un impact nul sur le développement industriel, et agricole du pays (P.M.E industrielles, agro-alimentaires, et agricoles moteurs de la croissance, et des exportations)
    La construction surtout de trottoires, de poteaux d’éclairages,des maquillages inutiles des villes, et des sièges des wilayas, des routes, et des infrastructures qui massacrent les meilleures terres agricoles du pays qui sont les sources des richesses du pays
    Vous appellez ça une croissance économique ?!,…..




    0



    0
    Anonymous
    1 septembre 2016 - 16 h 09 min

    «L’Algérie va bien» dixit l
    «L’Algérie va bien» dixit l’inenarable sellal :
    ca prete a confusion . Il faut etre precis et ca donne ceci : Dix (10 ) % de la population va tres tres bien et ca ce voit a vue d’oeil , et quatre vingt dix ( 90 ) % va tres mal , surtout a compter du 3eme mandat ou le pouvoir d’achat de la majorité a été laminé . et dire que ceci ce passe avec un SMIG a cent ( 100 ) dollars !!! alors que les chomeurs en france se tapent 600 euros ! c’est ca el izza wa el karama !




    0



    0
    lhadi
    1 septembre 2016 - 11 h 09 min

    L’Algérie, malade de la
    L’Algérie, malade de la stagflation (mélange de stagnation économique et d’inflation accompagné du chômage), a le triste record d’un taux de chômage très élevé. Là, réside le principal problème de la société algérienne pour les prochaines décennies : par-delà les conséquences individuelles, dont on connait la gravité, on peut craindre des effets profonds et durables pour l’ensemble de la société et le destin du pays.
    .
    Par voie de conséquence, il importe d’élargir le secteur privé, donner du mécanismes de marché et laisser agir plus largement le stimulant de l’intérêt individuel.
    .
    C’est d’une certaine manière dans le même sens que je plaide, aussi, pour des reformes structurelles qui, malheureusement, se heurtent à des problèmes fondamentaux d’organisation et de motivation.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Abou Stroff
    1 septembre 2016 - 9 h 17 min

    si j’ai bien compris le
    si j’ai bien compris le message de sellal, je peux conclure que je suis plus riche, cette année .en effet, l’année dernière j’avais 1000 dinars (= 10 euros) et cette année, j’ai 2000 dinars (= 5 euros). en dinars mon PIB a été multiplié par 2, donc, abruti que je suis, je conclus que je suis plus riche (je suis, d’après Keynes sujet à l’illusion monétaire). en fait, en raisonnant en dinars courants, il suffit que la monnaie nationale perde de sa valeur (inflation ou dévaluation) pour que je crois être plus riche alors que je suis plus pauvre. moralité de l’histoire: « ils » nous prennent pour des cons et nous nous moquons d' »eux » (….).




    0



    0
    TheBraiN
    1 septembre 2016 - 8 h 29 min

    Mr Sellal est dans son rôle
    Mr Sellal est dans son rôle de premier ministre et personne ne peut lui en vouloir après tout de manipuler les chiffres à sa guise et de ne dévoiler qu’une seule face de la médaille ou plutôt de la pièce de monnaie .
    17 677 milliards de dinars ça fait combien en dollars fin 2016 selon le cours officiel de la banque d’Algérie de fin 2016 ?
    A combien de milliards de Dollars s’établissait le PIB Algérien fin 2015 selon le cours officiel de la banque d’Algérie de fin 2015?
    De ce fait , la croissance dont vous parlez devient plutôt négative et plus que nettement négative si vous tenez compte des taux de change « réels » .




    0



    0
    Anonymous
    31 août 2016 - 21 h 20 min

    Mr. Abdelmalek Sellal doit
    Mr. Abdelmalek Sellal doit réorienter sa politique économique, et prioriser en urgence:

    1°) – l’Agriculture, l’Elevage, la Peche, l’Hydraulique, les P.M.E agro-alimentaires, et industrielles , ainsi que la Sous-traitance industrielle des pièces de rechange créatrices , et productrices de richesses
    Pour le marché intérieur, et les exportations

    2°) – Une austérité et un impot justes et équitables pour tous, pas de privilèges, et de favoritisme révoltants




    0



    0
      buck john
      1 septembre 2016 - 7 h 11 min

      Exportation ! sur le papier
      Exportation ! sur le papier ,toujours pour demain ,des voitures ,des produits agricoles ,de la pharmacie ,comme si il suffisait d’un coup de baguette magique ,le terrain est déjà occupé et suturé ,imprter des intrants de base pur fabriquer du paracétamol et vouloir le réexporter ,a qui ? Ce sont des laboratoires de recherche qu’il faut ,des biologistes ,chercheurs de très haut niveau ,les grandes multinationales pharmaceutique qui innovent ;inventent des produits ont 30 ans d’avance ;des srtuctures de recherche les plus performantes au monde,il faut des investissement énormes .Pour l’agro alimentaire face a Nestlé ,Danone ,des géants mondiaux depuis des decennies il faut autre chose que des voeux et de belles promesses .




      0



      0
    le citoyen
    31 août 2016 - 19 h 44 min

    J’ai posté un message qui
    J’ai posté un message qui apparemment n’est pas passé .
    Donc je fais court . Mr le premier ministre nous annonce une amélioration du PIB calculé en dinars , tout comme le budget, pour nous induire en erreur.
    Cette amélioration du PIB est due a la dévaluation du dinar et non pas a une amélioration de la production industrielle ou autre . Le dinar a été dévalué de prés de 20 % sur une année . C’est juste un jeu d’écriture comptable . Si vous voulez avoir une idée précise de l’évolution du PIB ces dernieres années, il faut l’évaluer en dollars , pour ne pas fausser sa valeur réelle par une dévaluation du dinar.




    0



    0
      moitoutcourt
      31 août 2016 - 20 h 24 min

      Monsieur l’économiste,je ne
      Monsieur l’économiste,je ne sais quel diplôme vous avez mais à ma humble connaissance un pays lamda raisonne avec sa monnaie lamda .Après c’est les vrais décideurs mondiaux qui décident……… et te disent ce que tu dois dire ….




      0



      0
        anonyme
        31 août 2016 - 20 h 43 min

        Sa Remarque est legitime.
        Sa Remarque est legitime. Malheureusement notre dinar a pris tous les aspects de la monnaie du Zimbabwe.




        0



        0
        le citoyen
        31 août 2016 - 21 h 53 min

        Vous n’avez rien compris ,
        Vous n’avez rien compris , mais ce n’est pas grave .
        Exemple : votre PIB est de 1000 $ , le dinar fait 100$ en dinar le PIB est de 100000 dinars . Une fois le dinar dévalué , Le dollar fait 120 dinars , votre PIB augmente à 120000 dinars . Capito ?
        Cest du niveau de CM1 , Y’a pas besoin d’être un économiste , (…) .




        0



        0
      Hibeche
      1 septembre 2016 - 7 h 57 min

      Votre remarque est en partie
      Votre remarque est en partie vraie. La partie exportation d’hydrocarbures dans le PIB est importante. Libellée en dollar, dès que le dinar est dévalué, ça booster le PIB. Mais la partie des richesses créées localement ( 60% du pib à peu près), libellées en monnaie de singe locale, ne sera pas concernée
      Cordialement




      0



      0
        le citoyen
        1 septembre 2016 - 11 h 30 min

        Exact , merci pour la
        Exact , merci pour la précision .




        0



        0
    les damnes de la terre.
    31 août 2016 - 19 h 40 min

    Mr Sellal soit il parle a un
    Mr Sellal soit il parle a un auditoire acquis ou plutot etranger a l algerie soit il prend les algeriens pr des debiles.Mr Sellal savez vous que les salaires sont en nette stagnation y compris meme pr les retraites alors que les produits de large consommation ne cessent d augmenter et vous dites que l algerie va bien En effet elle va bien pr vous et consorts puisque vous ne faites pas le marche.Quand le citoyen va bien a ce moment l algerie va bien.Nous on a pas a faire d efforts etant donne quand est deja epuise.Les efforts doivent etre fait par vous et votre entourage et de cesser de dilapider les deniers publics et le gaspillage des richesses du pays et d arreter votre improvisation avec votre nouveau modele de croissance .Savez vous Mr sellal que l algerie est. devenu un pays qui fait de l exprementation -par excellence-une pratique ds sa gestion .Et lorsqu il y a echec on efface et on recommence.Je termine par cet exemple tres concret et qui nous renseigne sur un pouvoir en quete d une vision.Sr un troncon de l autoroute que j ai emprunte dernierement ils sont en train de creuser et pourkoi faire? c pr faire passer les cables de la fibre optique.Voila ou nous en sommes avec votre gestion et celle du 4 eme mandat.votre gestion est plus que catastrophique.
    Un dernier mot .si nous sommes une societe de consommation c pas de notre faute.Elle incomble a nos gouverants et c la le pnt nodal d un pouvoir illegitime et qui est la uniquement pr gerer ses affaires personnelles et les voire florissantes.Alors le jour ou on verra ts ses responsales repondre aux acquisitions mal. acquises et aux detournemnts des deniers publics » Elli dar ikhalas »Au fait qu en est il ds l affaire de panama papers.




    0



    0
    moitoutcourt
    31 août 2016 - 19 h 29 min

    Quoi de plus normal qu’un
    Quoi de plus normal qu’un premier ministre qui prévoit des résultats et objectifs de sa politique et orientations qu’il s’est fixées. Et des khorrotos sans aucun argument critiquent et ……. ça me fait penser à un certain …. apstrophe




    0



    0
    el wazir
    31 août 2016 - 18 h 46 min

    Dire qu’il y aura
    Dire qu’il y aura renforcement de la production notament dans le domaine industriel, est simplement faux, si le gouvernement mise sur une reprise de la production sidérurgique par exemple afin de se subtituer à l’importation (qui est d’environ 10 milliard de dollar/an) ceci restera un voeux pieux puisque les éléments essentiels a cette reprise ne sont pas assurés (notamment les ressources humaines avec les qualifications requises). dejà le projet de réhabilitation du haut fourneau n’a aucune chance de se réaliser a moins que l’installation ne soit réceptionnée sans essais concluants et avec une capacité productive qui ne dépassera pas les 10%, d’ou pourra venir l’amélioration de la production globale d’acier qui est actuellement de ZERO tonne. Ces déclarations ne repose sur aucune réalité palpable et demeurent sans fiabilité.
    pour ce qui concerne la fiscalité pétrolière 2015 la loi de finance est établi sur la base d’un prix unitaire de 39 dollars et c’est apparement le prix moyen de notre brent sur l’année 2015, la baisse de 50% de la fiscalité pétrolière n’est pas vérifiée. Dans tous les cas il n’y a aucune obligation de résultat dans la gestion de la chose publique, sinon comment expliquer l’abscence delimogeage alors que notre économie »réellé » ne fait que reculer jusqu’a disparaitre (actuellement)




    0



    0
    Anonymous
    31 août 2016 - 18 h 01 min

    Mr. Abdelmalek Sellal est
    Mr. Abdelmalek Sellal est devenu ainsi, par ses nombreuses assurances, un expert de Goldman Sachs, de Fitch, et de d’autres célébres, et prestigieux bureaux analystes, et notateurs économiques internationales
    Où collaborateur de Paul Krugman (prix nobel d’ Economie en 2008)
    Egale à lui meme,catégorique, et sur de lui meme !!, avec ces temps difficiles qui courent
    Des grandes incertitudes économiques dues aux crises structurelles, et cycliques internationales
    « Les réserves de la pauvre Algérie ne descendent pas au dessous de 100 milliards de dollar » !!

    Eh ou sommes nous du reve des 200 milliards de dollar, cela fait plus ou moins 5 ans,
    Et de 800 milliards de dollar, cela fait plus où moins une décennie

    Une promesse électorale, ?, où conclusion et résultat fondés sur des études crédibles, fiables, et surs
    Pourquoi tabler au dessous du chiffre fatidique de 100 milliards de dollar ?
    En fonction des recettes sur la base du prix -incertain – du Brent de la Mer du Nord, et de sa……dureté,
    et de sa pertinence
    Ou sur la base de recettes magiques de solutions économiques: Réformes profondes, relance, diversifications
    Qui sont les plus importantes, qui pourraient nous transformer d’un système rentier improductif, asphyxié, Paralysé, et stérile
    A un système dynamique, vivace, créateur, producteur, et exportateur de richesses renouvelables autres que la Rente pétrolière non renouvelables




    0



    0
    Anonymous
    31 août 2016 - 13 h 44 min

    Bricolages, entetements,
    Bricolages, entetements, fuites en avant, incompétences flagrantes au grand jour, manque de maitrise,
    De vision et de stratégie économiques salutaires, de sortie de crise




    0



    0
      moitoutcourt
      31 août 2016 - 19 h 09 min

      c’est quoi tes arguments?
      c’est quoi tes arguments? juste un noirsiste?




      0



      0
    Anonymous
    31 août 2016 - 13 h 22 min

    Malheureusement, quel crédit
    Malheureusement, quel crédit à donner à ces propos,….?! , contrariés par les meilleurs spécialistes Economiques, des institutions financières internationales les plus prestigieuses (crise double: institutionnelle De légitimité, et économique
    Une grave crise de confiance, et de crédibilité de l’état
    La rupture est totale = une réforme et changement radicales et totales des institutions de l’état
    Optimisme , uniquement pour remonter le moral des troupes
    A la veille des calendriers, échéances, et enjeux électorale partisanes
    Et pour la consommation locale




    0



    0
      moitoutcourt
      31 août 2016 - 19 h 55 min

      Institutions financières
      Institutions financières internationales à qui l’ ALGERIE a fait crédit.. Ouvre les yeux pessimiste si t’es algérien sinon finit ta moquette




      0



      0
        Anonyme
        1 septembre 2016 - 1 h 27 min

        Mais vraiment! Tu dois etre
        Mais vraiment! Tu dois etre de la famille de sellal toi. Tu sautes sur tous les commentaires comme si c’est toi qui es vise. Calme toi y’elkho! Respire doucement et profondement. Et repete ca 2 ou 3 fois.




        0



        0

Répondre à TheBraiN Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.