Bouteflika inaugure le Centre international des conférences

Le Centre international des conférences. D. R.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a inauguré, aujourd’hui jeudi à Alger, le Centre international des conférences (CIC) situé à Club des Pins, à l’ouest de la capitale.

L’inauguration de ce joyau qui accueillera des sommets et des congrès d’envergure internationale s’est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et de l’ambassadeur de la République populaire de Chine à Alger, Yang Guangyu.

Réalisé par l’entreprise chinoise CSCEC Algeria et un bureau d’études italien, le CIC est baptisé au nom de Abdelatif Rahal, ancien diplomate et conseiller diplomatique du chef de l’Etat, décédé en décembre 2014 à l’âge de 92 ans. Les membres de la famille du défunt étaient présents à la cérémonie d’inauguration.

 R. N.

Comment (54)

    Ahran
    11 octobre 2016 - 10 h 34 min

    Oui, de la poudre aux yeux !!
    Oui, de la poudre aux yeux !!
    Moi je suggère de le construire à Oran ou tlemcene ?
    Les habitants des autres wilayas algériennes sont des sous citoyens . C’est pas vrais fakhamatoho?

    algerbahia
    10 septembre 2016 - 15 h 20 min

    Enfin un centre international
    Enfin un centre international digne de notre pays,
    la question que je me pose c est qui assurera la gestion???? car si c est pour le laisser se degrader comme l aeroport d Alger,toilettes dégueulasses, vitres et sols crasseux. ..etc…ce n etait pas la peine d en faire un aussi luxueux quand on voit ce que sont devenus toutes les infrastructures payés à coup de millions par manque de competences des managers,on a envie de pleurer.
    Cet été sur l autoroute de l Est,je me suis arrêté dans une nouvelle station Naftal qui n a rien à envier à celles des pays occidentaux.
    Aux toilettes je vois un type qui nettoyait à grands renforts d eau comme sil etait dans un hamam,je lui ai dit Monsieur,vous allez abîmer toutes les boiseries ,il m a dit »je m en fous,ils les remplaceront ».
    J ai été voir le responsable,un jeune débordé n ayant aucune autorité sur le personnel d une société privée qui faisait la pluie et le veau et contre qui il ne pouvait rien faire.
    La station n etait pas inaugurée encore que déjà elle subissait le manque de professionnalisme du personnel.
    A l etranger même les personnes assurant le nettoyage sont formées car c est aussi important que le reste

    Tinhinane
    10 septembre 2016 - 14 h 56 min

    La force d’un pays réside

    La force d’un pays réside dans l’éducation de son peuple, sa culture et son identité.

    Sabrina-Dz
    10 septembre 2016 - 14 h 52 min

    OH Mon Dieu, si C’était un

    OH Mon Dieu, si C’était un grand CHU (Centre hospitalier universitaire), le peuple aurait lancé des YOU YOU YOU

    Anonymous
    10 septembre 2016 - 12 h 38 min

    Pour la gloire éternelle ?!,
    Pour la gloire éternelle ?!, …..fastes, luxes, et prestiges ,…..après moi, c’est le déluge

    OMAR
    10 septembre 2016 - 11 h 12 min

    LOIN DES PREOCCUPATIONS DU
    LOIN DES PREOCCUPATIONS DU PEUPLE

    MAIS INAUGURATION GRANDIOSE????

    UN DISCOURS DE 5 MN M LE PRESIDENT/POUR NOUS RASSURER!!! BISITOU…

    REDA
    10 septembre 2016 - 10 h 52 min

    Se sentant illegitime ce
    Se sentant illegitime ce regime est toujours en train de redorer son blason devant les etrangers par la construction de ces palaces au depend des zaoualias … tbahdila un homme grabataire en train de se faire pousser ..Quelle honte … yabourab comment l Algerie a ete reduite a ce point on dirait qu il n y a pas des hommes dans ce blad … decidemment on merite qu on est gouverne par des ignorants … ou sont les vrais algeriens ????????????????????????????

      abougharnoug
      10 septembre 2016 - 20 h 17 min

      meme pas vous montres nous
      meme pas vous montres nous ce qu est un vrais homme sinon restes MAREG comme nous

    Abou Stroff
    10 septembre 2016 - 9 h 51 min

    un seul commentaire: aucune
    un seul commentaire: aucune pudeur et beaucoup d’indécence

    bof!
    10 septembre 2016 - 8 h 55 min

    Le vide engendre la nevrose
    Le vide engendre la nevrose,la nevrose engendre Neron,c’est toute l’histoire d’une gangue creuse!

    Kika
    10 septembre 2016 - 6 h 52 min

    Il refait les même erreurs ,
    Il refait les même erreurs , regarder ce que est devenue l’ancien palais des congrès fait du temps de Benbala et les villa construites autour de ce palais ?? Pour quoi pourquoi.

    Pour être une vrai nation il faut commencer par developer et retenir ses ressources humaines et non pas construire des monuments très grands pour impressionner une seconde et rien produire toute la vie.

    Boutef tu as failli à ta mission , je comprend maintenant pourquoi tu n’as pas pu accéder au pouvoir juste après Boumediene car rien dans la tête .

    J’imagine le retour sur investissement de ce CIC par :
    Le nombre accru de sommet par an ?

    Et son entretient en pleine crise?

    Il va être plus utilisé pour des mariage , ou des fêtes de célébration de succès du parti FLN ou bien pour l’accès au trône d’un des Bouteflika.peut être nous deviendrons une monarchie !!!!

    Kika
    10 septembre 2016 - 6 h 30 min

    Au lieu d’inaugurer

    Au lieu d’inaugurer
    des centres de pôle de recherches ,
    des usines modernes ,
    des centres hospitalo-universitaires ,
    des clinique medicale de spécialités
    des pôles universitaires
    des hôtels
    des stades olympiques
    Et finir peut être avec le CIC
    Il y a aussi le nom , je n’ai rien contre Mr Rahal abdelatif mais nous avons aussi d’autres plus impactant
    Émir abdelkader
    Tchenderli
    Ait Ahmed
    Eh oui si Bouteflika joue avec ce que lui a confié le destin mais il ne sait pas pourquoi?
    Il le sera c’est sur et ce sera tôt tard malheureusement

    issam
    10 septembre 2016 - 1 h 37 min

    A quoi ça sert de faire un
    A quoi ça sert de faire un hopital si personne peut payer,alors autant faire un endroit ou la diplomatie algérienne est réputé être la meilleur du monde .Si nous pouvons avoir de l’influence sur le continent africain et au delà tant mieux ,les vautours nous guettent .

    Quenelle
    9 septembre 2016 - 22 h 24 min

    Je n’aurai qu’un mot :
    Je n’aurai qu’un mot : indécent !

    ض الاحرار
    9 septembre 2016 - 22 h 10 min

    Ci le vers maçon et le
    Ci le vers maçon et le rotary et lions qui aideront le prestige et le luxe .

    Aicha Benguendouze
    9 septembre 2016 - 21 h 31 min

    Bouteflika inaugure le Centre
    Bouteflika inaugure le Centre international des conférences…Il me semble que ce centre aurait du etre dedie aux trois diplomats aux nations Unis entre 1954 et 1962 Cherif Guelal, yazid et Abdelkader Chanderli qui ont resussi a convaicre JFKennedy de declarer que l Algerie devra etre independante en claquant la porte au general De Gaulle a toute la France et tous ses supporters de la guerre en Algerie. . Sans l excellent travail de ces trois diplomates nous serions peut etre encore colonises. Je n ai rien contre Rahal mais…..La gloire pas uniquement aux moudjahidines combatants sur le terrain, mais egalement aux cerveaux intellectuels algeriens…

    selecto
    9 septembre 2016 - 20 h 39 min

    On plus il porte le nom d’un
    On plus il porte le nom d’un membre de la clique du quatrième mandat et ami de Bouteflika un certain Rahal Abdellatif, au lieu de lui donner le nom d’un diplomate comme Ben Yahia.

      les damnes de la terre
      9 septembre 2016 - 21 h 30 min

      C le regne du clan oujda bis
      C le regne du clan oujda bis.Une chose certaine qu a reussi ce clan c de diviser l algerie par ses pratiques de gestion,jusqu ou ira t il?

    Anonymous
    9 septembre 2016 - 13 h 14 min

    Le luxe nourrit cent pauvres
    Le luxe nourrit cent pauvres dans les villes, et en fait périr cent mille dans nos campagnes.

    [ Rousseau ]

    L’art de vivre : vivre le luxe comme si c’était gratuit, et la gratuité comme si c’était du luxe.

    [ Vincent Cespedes ]

    Sans parenté avec des hommes à l’esprit semblable, sans occupation dans le monde objectif, l’éternel inaccessible dans les essaies artistiques et scientifiques, la vie m’aurait parue bien vide – les biens, l’apparence, le succès, le luxe – ont toujours été méprisables à mes yeux.

    Comment je vois le monde, 1930
    [ Albert Einstein ]

    Insensés que nous sommes, nous mettons un luxe métaphysique dans l’étalage de nos principes, et les rois, mille fois plus cruels que nous, donnent dans le crime.

    Œuvres complètes, saint-just,
    [ Louis Antoine de Saint-Just ]

    Nous sommes les touristes de luxe de l’évolution, les simples passagers d’une époque. Nous avons visité la Terre, nous l’avons magnifiée et dévastée, nous allons repartir

    Touriste
    [ Julien Blanc-Gras ]

    Mes mots déséquilibrés sont le luxe de mon silence. J’écris par pirouettes acrobatiques et aériennes — j’écris à cause de mon profond vouloir parler. Quoique écrire ne me donne que la grande mesure du silence.

    Agua viva
    [ Clarice Lispector ]

    Il faut parfois avoir le courage de ne pas travailler, mais ce luxe n’est pas un devoir pour tout le monde.

    Algèbre des valeurs morales (édition 1969)
    [ Marcel Jouhandeau ]

    Le luxe c’est d’avoir les moyens d’éviter les autres en toutes circonstances.

    Conférence
    [ Philippe Bartherotte ]

    C’est que les maisons pauvres peuvent se perpétuer tout aussi solidement, longuement, tenacement que les maisons cossues et chics la misère ne meurt pas, aussi longtemps qu’existe le luxe de la bonne société.

    Le commis
    [ Robert Walser ]

    La neutralité est un luxe sans prix en temps de guerre.

    Combat rapproche
    [ Alexander Kent ]

    Un autre grand luxe aujourd’hui, c’est la solitude. On ne l’a jamais : bureau-famille, famille-bureau. La société vole le temps. La seule chose que chacun possède pour en faire ce qu’il veut. La société s’en moque, elle n’a aucun respect pour les individus. Tout se passe comme si chacun sacrifiait dix ou quinze années de sa vie sur l’autel de l’économie.

    Un certain regard – Françoise Sagan
    [ Françoise Sagan ]

    Le luxe absorbe tout : on le blâme, mais il faut l’imiter et le superflu finit par priver du nécessaire.

    Les liaisons dangereuses (1782), pierre choderlos de laclos, édition j rozez, 1869, t. 2, partie lettre civ (104), p. 62 – marquise de merteuil
    [ Pierre Choderlos de Laclos ]

    De limite à Paris, point. Aucune ville n’a eu cette domination qui bafoue parfois ceux qu’elle subjugue. Vous plaire, ô Athéniens ! s’écriait Alexandre. Paris fait plus que la loi, il fait la mode ; Paris fait plus que la mode, il fait la routine. Paris peut être bête si bon lui semble ; il se donne quelquefois ce luxe ; alors l’univers est bête avec lui ; puis Paris se réveille, se frotte les yeux, dit : Suis-je stupide ! et éclate de rire à la face du genre humain. Quelle merveille qu’une telle ville !.

    Les Misérables
    [ Victor Hugo ]

      le citoyen
      9 septembre 2016 - 16 h 47 min

      J’ai eu un immense plaisir à
      J’ai eu un immense plaisir à vous lire et lire votre compilation de citations d’une actualité et d’une pertinence inouie , dans ce monde où le futile à pris le dessus sur l’essentiel .
      J’ai beaucoup apprécié la citation de Julien Blanc-Gras.
      Merci encore pour cette incitation à la lecture.
      Bien à vous .

    Anonymous
    9 septembre 2016 - 13 h 00 min

    L’éloignement augmente le
    L’éloignement augmente le prestige.

    L’affirmation, la répétition, le prestige et la contagion constituent les grands facteurs de la persuasion, mais leurs effets dépendent de celui qui les emploie.

    Qui n’aime à s’abandonner aux prestiges de la mémoire et de l’imagination ? Qui n’aime à faire, en quelque sorte, du passé et de l’avenir le présent ?.

    On pourrait se demander jusqu’à quel point la société, ce long rêve collectif, ce cauchemar collectif si souvent, vaut ce qu’elle coûte de sang et de larmes, si cette discipline douloureuse, ce prestige illusoire et despotique, ne servait précisément à affranchir l’individu en suscitant peu à peu du plus profond de son cœur son élan le plus libre, son regard le plus hardi jeté sur la nature extérieure et sur lui-même, et en faisant éclore partout, non plus les couleurs d’âme voyantes et brutales d’autrefois, les individualités sauvages, mais des nuances d’âme profondes et fondues, aussi caractérisées que civilisées, floraison à la fois de l’individualisme le plus pur, le plus puissant, et de la sociabilité consommée.

    Est-ce qu’on est heureux ? Pour l’être, il faudrait préférer les nuages au soleil, — la pluie au beau temps, — la douleur au plaisir, — avoir grande envie de rire ou mettre son bonheur à pleurer, — n’avoir rien et se trouver trop riche de moitié, — prendre que tout ce qui se fait est bien fait, — que tout ce qui se dit est bien dit, —croire aux balivernes et que les vessies sont des lanternes, — se persuader qu’on vit quand on rêve, — qu’on rêve quand on vit, — adorer des prestiges, des apparences, des ombres, — avoir un pont pour toutes les rivières, — se payer de belles paroles, —nier le diable au milieu des diableries, — tout savoir et ne rien apprendre, — bouleverser la mappemonde, et mettre enfin chaque chose à l’envers.

    L’œuvre absurde illustre le renoncement de la pensée à ses prestiges et sa résignation à n’être plus que l’intelligence qui met en œuvre les apparences et couvre d’images ce qui n’a pas de raison. Si le monde était clair, l’art ne serait pas.

    Le Mythe de Sisyphe de Albert Camus
    [ Camus ]

    Que peut la vérité froide et nue contre les prestiges étincelants du mensonge ?.

    Je suis persuadé que, si les gens savaient réellement qu’ils allaient mourir, ils nous inviteraient chez eux pour manger. Ils parleraient à des inconnus, ouvriraient leur porte à des étrangers, partageraient avec eux des paroles et nourritures : dans l’âme de celui qui vient d’accueillir la nouvelle de sa mort imminente (et notre mort est toujours imminente), le prestige de la société diminue et une vraie intelligence grandit.

    Lorsqu’on travaille dans le luxe, la cliente ne se sert pas elle-même, mais vous montre du bout de sa manucure ce qui lui plaît. Service prestige, bien sûr. Elle utilise en général assez peu de vocabulaire pour vous expliquer ce qu’elle souhaite, mais ses désirs sont des ordres et vous n’avez plus qu’à les exécuter.

    Anonymous
    9 septembre 2016 - 12 h 36 min

    Le peuple a le charlatan

    Le peuple a le charlatan Belhamar, professeur de la charlatanerie, pour soigner les misérables. Les gavroches Algériens.

    Anonymous
    9 septembre 2016 - 12 h 24 min

    L’Algérie a enfin un hôpital

    L’Algérie a enfin un hôpital digne de ce nom. Mais pas pour le peuple.

    Anonymous
    9 septembre 2016 - 10 h 40 min

    Y A DES DIZAINES D ALGÉRIENS
    Y A DES DIZAINES D ALGÉRIENS QUI CRÈVENT DE MANQUE DE SOINS D HYGIÈNE DE MÉDICAMENTS Y A DES ENDROITS OU Y A PAS D ECOLES A PORTÉE RESPECTIVE Y A DES ROUTES ACCIDENTOGÈNES? MAIS ON CONSTRUIT UN SALLE DE CONFÉRENCE PLUS GRANDE QUE LE 5 JUILLET QUI SERT QUE DE TEMPS EN TEMPS PLUS POUR LA FRIME Q UTILE ,,,,.SANS GLOIRE AUCUNE VU QUE C EST AU DÉTRIMENT DE CE QU Y A DE PLUS VITALE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.