Crise au FFS : un membre du présidium menacé d’exclusion

Rachid Halet, lors d’un meeting du FFS. New Press

Les tiraillements au sein du plus vieux parti de l’opposition, révélés la semaine dernière par Algeriepatriotique, prennent de plus en plus une forme de purge qui risque, cette fois-ci, d’avoir la tête d’une des figures les plus connues du parti, à savoir Rachid Halet, député et membre du présidium qui fait office d’instance présidentielle du parti depuis la disparition de Hocine Aït Ahmed en décembre 2015. 

Selon nos informations, Rachid Halet est appelé à comparaître demain, samedi, devant la commission de règlement des conflits du parti pour répondre à une étrange accusation, qui est d’avoir prêté foi (où ? quand ?) à la rumeur selon laquelle le pouvoir aurait proposé au chef historique du FFS, Hocine Aït Ahmed, le poste du président du HCE en contrepartie de son approbation de l’arrêt du processus électoral. On sait que le général à la retraite Khaled Nezzar et ex-ministre de la Défense a, en janvier dernier, démenti de façon formelle toute négociation avec le leader du FFS au lendemain de l’interruption du processus électoral, en janvier 1992. Il s’agit, selon des indiscrétions, d’un prétexte brandi par les dirigeants du patri pour écarter Rachid Halet. Le député de Tizi Ouzou s’opposerait à la participation du FFS aux prochaines élections législatives. 

Dans une déclaration au vitriol rendue publique ce vendredi, Kaci Djebar, membre du conseil national du parti, appelle à assainir le parti de ses «traîtres et imposteurs», et prend la défense de Rachid Halet. Il accuse ouvertement un noyau constitué autour des frères Bahloul d’instaurer une sorte de pouvoir hégémonique au sein du parti, à travers «leurs relais dans chaque fédération» et d’utiliser l’appareil du parti pour préserver leurs intérêts personnels. «Ils ont procédé, écrit le militant contestataire, pour commencer, par l’éloignement de toutes les forces démocratiques et toutes les énergies sincères, qu’elles soient d’anciens ou de nouveaux militants, et à des radiations arbitraires et mensongères de vrais militants intellectuels qui pouvaient les gêner à atteindre leurs objectifs démesurés, la dernière victime est le docteur Halet Rachid, membre de l’instance présidentielle». 

Le militant appelle à «la radiation de tous les imposteurs et traîtres dans le parti», et à la réhabilitation du politique, du militant et les structures du parti qui sont, pour lui, «une condition nécessaire pour s’ouvrir sur la société et redevenir concrètement le moteur de l’alternative démocratique». 

A noter que le FFS devrait réunir son conseil national les 9 et 10 décembre prochains pour trancher la question de la participation du parti aux législatives et, éventuellement, nommer un nouveau premier secrétaire du parti, en remplacement d’Abdelmalek Bouchafa. Une réunion qui était initialement prévue le week-end dernier et qui a été reportée sine die. 

R. Mahmoudi 

Comment (14)

    MELLO
    4 décembre 2016 - 19 h 27 min

    Depuis la création du parti,
    Depuis la création du parti, le 29 septembre 1963, le FFS ne cesse de prôner un pacte démocratique, seul moyen pacifique de transcender la crise politique. En ce sens, on peut dire que le FFS n’est que le prolongement naturel du FLN historique, lequel a été dévié de sa trajectoire par les usurpateurs du pouvoir au lendemain du recouvrement de l’indépendance. C’est cette constance de combat que résume le premier secrétaire national, Abdelmalek Bouchafaa, en disant : « Ce n’est pas au FFS qu’on trouvera les sceptiques qui doutent de leur pays ou qu’ils l’enterrent chaque matin. »
    Force est de reconnaître que la mission du FFS ne pourra pas être une simple sinécure. Car, à ces dangers qui menacent la cohésion nationale, les forces sur lesquelles peuvent s’appuyer les partisans du changement s’intéressent peu à la politique. « Cette tendance est bien évidemment encouragée par une certaine presse et par le pouvoir et ses relais et tous ceux qui considèrent qu’ils n’ont pas besoin du peuple pour décider des options du pays gérer le pays. »
    Quoi qu’il en soit, cela ne décourage pas le FFS d’aller à la rencontre de ces sceptiques. Mais, si les choses restent stagnées, le FFS ne devra rien se reprocher.




    0



    0
    Ancien militant
    3 décembre 2016 - 10 h 55 min

    Pôvre FFS . Ya da El Hocine,
    Pôvre FFS . Ya da El Hocine, repose en paix ! Je suis un ancien militant des premières heures. On t’aime bien ya da El Hocine, mais tu as laissé derrière toi un parti politique sans organisation et sans ligne politique claire ! Je pense malgré le grand respect que je te dois en tant qu’historique, que tu en es en partie le responsable de cette débâcle du FFS ! Pourquoi, je dis çà ??? Parce que tu as toujours dirigé le FFS comme le FLN, sans démocratie et c’est pour çà qu’il y a le bordel aujourd’hui en son sein ! Tu as joué au Zaim sans accepter les critiques ou les propositions des autres, sans déléger les responsabilités à tes cadres et tu as fait çà durant tout ton règne au FFS. Tu n’as rien fait sur le plan organisationnel pour que le parti survive au plan organisation et démocratie après ta mort! Dommage ! Mais on t’aime pour tout ce que tu as fait durant la guerre d’indépendance, pour mobiliser le peuple algérien à se soulever contre le colonialisme français ! Pour çà il n’y a aucun doute ! Tu es un grand homme historique de la révolution algérienne, tu as aussi, je dois le reconnaître, fait du FFS le premier grand vrai parti d’opposition de l’Algérie indépendante mais uniquement dans les premières années de l’indépendance jusqu’au années 80.. Mais depuis ton alliance excentrique et curieuse avec l’inénarrable Ben Bella dans les années 1980, le parti FFS est parti en java. Ben Bella a certes joué lui aussi son rôle dans la guerre de libération, mais à l’indépendance toutes ses visées sectaires, sa haine et son racisme envers d’autres algériens (kabyles, ….) et sa soumission totale à l’idéologie de l’arabo-islamisme et à l’arabisme pur et dur des pays du Golfe ont été mise à jour ! C’est étrange que tu t’es allié à un individu pareil , même si je sais qu’il a une bonne galerie de soutien derrière lui. De ton vivant, ya da El Hocine, ta méthode de gouvernance est celle du FLN de 1962, un copier-coller en quelque sorte. Tout est centralisé à ton niveau et tu ne faisais confiance à aucun de tes cadres. Tu as fait du FFS un parti FLN dans son organisation et ses méthodes, …. pas plus ni moins. Et les résultats sont là après ta mort ! Maintenant que tu es au Paradis, c’est sûr pas en enfer, repose donc en paix mais sache qu’au FFS, ici sur terre , c’est la guerre, le flou total et le bordel sans nom !




    0



    0
      HASSINA HAMMACHE
      3 décembre 2016 - 13 h 21 min

      HASSINA HAMMACHE EX MILITANTE
      HASSINA HAMMACHE EX MILITANTE ET EX SECRETAIRE NATIONALE
      Je suis une ancienne militante et qui a démissionné, j’étais élue membre du premier conseil de Wilaya d’Alger en octobre 1990 dans une salle de ciné à BAB EL OUED, J’avais refusé d’être membre dans l’exécutif de la WILAYA, il y’avait dans l’exécutif de grosses pointures j’avais peur de ne pas être à la hauteur bien que j’étais déjà enseignante à l’université de BAB EZZOUAR et j’avais un poste de responsabilité dans une entreprise étatique. Et tout le monde m’encourageait à faire de la politique, le chargé de cours bien qu’il était sympathisant du R.C.D il ne m’empêchait de faire mes réunions avec mes camarades de l’université et on était nombreux. Mon directeur technique, pour le congrès constitutif je n’avais même pas demandé d’autorisation je me rappelle, il venu tout seul dans mon bureau, il m’a dit tu veux assister à ton congrès vas-y et je ne vais même pas te défalquer de ta paies. Tout monde me voyait future leadership. Oui J’ai eu à travailler avec NAIT DJOUDI, j’ai toujours son ordre de mission qu’il m’avait signé pour faire des enquêtes pour le compte du journal LIBRE ALGERIE.
      Je me souviens même de son intervention lors du premier congrès, il avait repris un poème de la chanson de NOUARA : ʺA S’IL HOUCINE ACHHAL YAFRANE DISSARIK YIWENE OUDIHKI FALLEK , ASSA NABGHA ANIICH D’AGLANAAKʺ. Feu NAIT DJOUDI
      Après les élections de 2012 au conseil national mon intervention avait axé sur le rappel historique du festival PANA EFRICAIN 1969 ou TAOUS AMROUCHE était interdite à ce festival, des militants FFS dont NAIT DJOUDI, AMAR ZENTAR, avait organisé un festival pour TAOUS AMROUCHE. Dans ce conseil, j’avais offert à toutes les femmes FFS élues le livre d’ATOS AMROUCHE « LE GRAIN MAGIQUE » tout en leur souhaitant d’être ce grain magique à l’assemblée nationale. Hélas ayant reçu un lien nous demandant de regarder la vidéo, les femmes députés à l’assemblée n’avait rien de ce grain magique et j’ai honte de le dire.
      Aujourd’hui se tient le Forum africain d’investissements et d’affaires : 800 hommes d’affaires se donnent rendez-vous à Alger, et la majorité c’est des jeunes algériens, dynamiques, intelligents, et un des thèmes important : le capital humain.
      Ils dépassent les clivages, et je leur souhaite, la réussite




      0



      0
      MELLO
      4 décembre 2016 - 19 h 34 min

      Les Algériens ont tout pour
      Les Algériens ont tout pour être heureux, mais ils agissent avec la mentalité de khemes, de scélérat, de brigand… Qu’est ce qui donne sens à notre vie ? Sommes-nous nés dans le but de nuire aux autres, de leur créer des problèmes ?
      L’Algérien se plaint de tout et voit partout des ennemis en train de conspirer contre lui…Je n’arrive pas a comprendre comment des gens qui ont toutes les commodités sans fournir le moindre effort puissent être malheureux à ce point.
      Les Algériens ignorent-ils ce que signifie le bonheur? Ignorent-ils ce que signifie la liberté? Les Algériens ne savent-ils pas vivre ensemble? L’Algérie serait-elle trop petite pour nous tous?
      Pourquoi tant de haine, d’égoïsme, d’aversion, de violence, d’excès, d’hypocrisie dans notre conduite collective? C’est quoi la satisfaction pour un Algérien, à quoi se résume t-elle?




      0



      0
      MELLO
      4 décembre 2016 - 19 h 46 min

      Pauvre de toi , ignorant
      Pauvre de toi , ignorant ainsi le combat démocratique de Hocine AIT AHMED. La mort de Hocine Aït Ahmed est une perte pour l’Algérie entière, car c’était un homme qui avait, en plus d’avoir combattu le colonialisme, milité pour un Etat de droit, la démocratie et la justice sociale en Algérie. Un idéal pour lequel il s’est battu jusqu’à son dernier souffle. L’attachement de Hocine Aït Ahmed à son pays, défendant une Algérie unie et indivisible et sa volonté d’être enterré chez lui à Aït Yahia rappelle ce lien fort qui existe entre l’homme et la terre,sans oublier cette déclaration d’un vieux , lors de l’enterrement: Hocine AIT AHMED n’a pas été enterré, mais PLANTE.




      0



      0
    Jewdy
    3 décembre 2016 - 9 h 49 min

    Qui sème le vent récolte la
    Qui sème le vent récolte la tempête. Halet , comme beaucoup d’autres opportunistes qui prennent aujourd’hui en otage le FFS , ont contribué dès le premier congrès à écarter les militants sincères. Les cadres qui avaient porté à bout de bras le parti durant sa clandestinité , qui l’avaient restructuré pour ne pas dire ressusciter après les événements de 1988,ont été écarté un à un.Qui se souvient aujourd’hui du Dr Hachimi Nait-Djoudi qui fût l’une des première victime du complot ourdi par les marionnettes qui s’entre déchirent à présent entre-elles?




    0



    0
    Anonymous
    3 décembre 2016 - 8 h 00 min

    Vous croyez sincèrement qu’il
    Vous croyez sincèrement qu’il existe encore des partis politique qui représente le peuple j’en doute vraiment ,?




    0



    0
    Massou Kazi
    2 décembre 2016 - 22 h 33 min

    Ait Ahmed est mort le Parti
    Ait Ahmed est mort le Parti est enterré




    0



    0
    MELLO
    2 décembre 2016 - 21 h 53 min

    La session ordinaire du
    La session ordinaire du CONSEIL NATIONAL du FFS a été déjà prévu dès le départ comme l’indique le communiqué: Le Conseil National du Front des Forces Socialistes (FFS) se réunira en session ordinaire les vendredi et samedi, 09 et 10 décembre 2016.
    Ordre du jour:
    Analyse de la situation politique.
    Les travaux de cette session débuteront, le vendredi 09 décembre 2016, au siège national du parti- Alger, à 10h00.

    Monsieur KACI DJEBBAR n’en est pas à sa première en distillant des contre vérités, car déjà en Juin 2015, Après le coup de gueule de Kaci Djebar, membre du conseil national du FFS et enseignant universitaire, lors de la dernière réunion de cette instance et au cours de laquelle il a remis en cause toute la démarche du parti qu’il accuse d’avoir échoué et de s’obstiner à recycler son échec en s’attachant à l’idée du dialogue avec les partis au pouvoir.
    Ces attaques n’étonne pas le FFS . Depuis 1963, et surtout depuis 1992, nous savions, en prônant une politique qui viserait à changer le débat public, à ouvrir de nouveaux espaces de consensus éventuel, que le FFS s’expose à des risques d’attaques de tout bords, ce n’est pas la première et surement pas la dernière.
    Le FFS est un parti qui dérange.




    0



    0
    el wazir
    2 décembre 2016 - 15 h 34 min

    le FFS est un parti obsolète,
    le FFS est un parti obsolète, il ne sert a rien que ce soit pour ses militants, pour la Kabylie ou pour l’Algérie. si son objectif est de travailler l’Algérie il fera mieux de baisse rideau et nous foute la paix et épargne au trésor public des dépenses inutiles, c’est ce que nous souhaitons les algériens sincères;;




    0



    0
      Anonymous
      2 décembre 2016 - 17 h 49 min

      Que reste-t-il du combat et
      Que reste-t-il du combat et de la déontologie politique véhiculée par Hocine Ait AHMED ( voir sur YouTube !!! هل هاذ المخلوقات هم من يمثلون الشعب حقيقة) .




      0



      0
        MELLO
        2 décembre 2016 - 21 h 20 min

        Décidément, tu restes
        Décidément, tu restes accrocher à ce montage débile d’une vidéo qui n’engage que son auteur.
        Je conseille plutôt une approche juste et sérieuse: http://www.ffs-dz.net/




        0



        0
          Anonymous
          3 décembre 2016 - 2 h 02 min

          Quelle imposture!
          Quelle imposture!




          0



          0
          MELLO
          4 décembre 2016 - 19 h 15 min

          Indigence du débat politique,
          Indigence du débat politique, dans notre pays, devrait plutôt interpeller ces commentateurs zélés en vue d’élever un peu le niveau.A la limite, le seul argument qui puisse être recevable, ce serait le fait de ne pas partager idéologiquement le programme du parti FFS.




          0



          0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.