Incident de La Mecque : les poursuites abandonnées

L’incident avait fait 109 morts et environ 400 blessés. D. R.

Un tribunal saoudien a abandonné jeudi les poursuites contre 13 accusés dans l’affaire de l’effondrement d’une grue sur un chantier à La Mecque ayant fait plus de cent morts en septembre 2015, selon l’édition en ligne du quotidien saoudien Okaz. Le parquet a aussitôt indiqué qu’il allait interjeter appel contre ce jugement. Parmi les prévenus figurent au moins un «milliardaire» saoudien, deux Pakistanais, un Philippin, un Emirati, un Canadien et des ressortissants de pays arabes, avaient indiqué les quotidiens Okaz et Saudi Gazette au début du procès en août.

Cinq mois après, le tribunal pénal de La Mecque a indiqué qu’il n’avait pas compétence pour juger des affaires portant sur les mesures de sécurité sur les chantiers, a précisé Okaz jeudi. Les prévenus, au nombre de 14 au début du procès, étaient accusés de «négligences ayant entraîné la mort ainsi que des dommages à des biens publics, et d’avoir ignoré les consignes de sécurité sur les sites de construction», selon la presse. Ils avaient nié ces charges, assurant que l’accident avait été provoqué par des vents violents, alors que le procureur insistait sur les négligences ayant entraîné l’accident. L’accident avait entraîné des sanctions contre le groupe Binladin et des difficultés financières pour ce géant de la construction.

La chute de la grue était intervenue alors que des vents violents secouaient le secteur. Elle avait fait 109 morts et environ 400 blessés, dont des pèlerins étrangers. Une commission d’enquête officielle avait conclu que le groupe Binladin était «en partie responsable» de l’accident, en relevant que la grue avait été mal placée sur le chantier d’extension de la Grande mosquée à La Mecque.

Après l’accident, les autorités avaient exclu le groupe Binladin des marchés publics, mais la firme a indiqué en mai que cette sanction avait été levée.

R. I.

Comment (2)

    Lghoul
    27 janvier 2017 - 14 h 16 min

    Comment meme oser parler de
    Comment meme oser parler de « tribunal » quand tout est basé sur le destin , oui le « mektoub »?
    Cette grue n’est pas tombée car les normes de sécurité n’étaient pas respectées mais apparemment elle s’est écroulée car « Dieu l’a voulu ». Ces chameliers utilisent Dieu pour camoufler tout meme leurs propres meurtres et actes sadiques envers les pauvres musulmans étrangers .
    Donc le mot tribunal n’a aucun sens dans ce pays a mentalité du temps de qoreish qui ont meme privatisé le seigneur de toute l’humanité.




    0



    0
    Anonymous
    27 janvier 2017 - 4 h 36 min

    Et qu’en est il advenu de l
    Et qu’en est il advenu de l’indemnisation des victimes.?Si celles ci etaient de nationalité U.S. leur dossier n’aurait il pas eté traité differemment?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.