Un journal accuse Aribi de vouloir racheter son siège à l’APN contre dix milliards

Le député islamiste Hassan Aribi. New Press

Le quotidien Echorouk, journal proche des Frères musulmans, a révélé, citant des sources islamistes, que le député de même tendance membre du Front pour la justice et le développement (FJD), Hassan Aribi, a promis de mettre 10 milliards de centimes dans la cagnotte s’il est choisi, pour les prochaines élections législatives, comme tête de liste à Alger par la nouvelle formation qui a été créée, à l’initiative d’Abdallah Djaballah, à partir de la fusion de trois partis de la même mouvance. Pour les petits partis, être tête de liste accorde plus de chances à un candidat aux élections législatives d’avoir un siège à l’Assemblée populaire nationale. Et dans la wilaya d’Alger, où les places ne sont pas données, les enchères montent très vite.

Les partis islamistes sont concernés par cette problématique de la «tête de liste». Leurs dirigeants constatent que leur audience a énormément reculé dans le pays, pour diverses raisons, dont, en premier lieu, la perte de crédibilité due à leur opportunisme qui a fini par être une évidence aux yeux des Algériens, en particulier parmi ceux qui les suivaient aveuglément et croyaient en leurs discours démagogiques. Qu’il s’agisse du président du MSP, Abderrezak Mokri, ou de son rival du FJD, Abdallah Djaballah, ils savent qu’ils ne peuvent pas prétendre être l’alternative au système qu’ils pourfendent, parce qu’ils sont eux-mêmes compromis avec le pouvoir, soit par la participation de plusieurs d’entre eux directement aux différents gouvernements qui se sont succédé depuis au moins une vingtaine d’années, soit par leur implication active aux élections législatives et par leur présence au sein du Parlement.

Pour rattraper le terrain perdu par les islamistes ces dernières années, Djaballah, d’abord, et Mokri, qui l’a ensuite imité, tentent de rassembler leurs forces et même de gagner, au-delà, les déçus d’autres formations qu’ils croient proches. Mais voilà, le premier écueil dans la voie de l’union – ou de l’alliance, qu’importe l’appellation – entre les islamistes a surgi immédiatement à l’occasion de la confection des listes qui seront présentées aux élections législatives et surtout pour le choix de la fameuse «tête de liste», objet d’une lutte qui s’avère acharnée. Les rivalités et les calculs politiques étroits, alimentés par la course aux sièges et au leadership qui caractérise les formations de Djaballah et de Mokri, expliquent le recours à la corruption pour départager les prétendants, exactement comme dans les autres partis non islamistes.

Le thème de l’argent sale a commencé à être évoqué comme le facteur dominant dans la campagne électorale alors que celle-ci n’a pas encore commencé et que les listes des candidats aux législatives ne sont même pas connues. Les mises en garde contre «ceux qui veulent blanchir leur argent pourri dans les activités politiques» se multiplient, mais elles sont vite nuancées, voire estompées par la référence aux «hommes d’affaires honnêtes» qui, eux, sont accueillis à bras ouverts par les partis en quête de financement de leurs campagnes avec promesse que l’ascenseur sera renvoyé aux donateurs qui feront preuve de la plus grande générosité.

Aucun parti n’est épargné par l’épidémie de l’argent, qui n’a pas d’odeur, rappelons-le. Et, on l’a vu, les islamistes ne font pas exception.

Très actif sur les réseaux sociaux, Hassan Aribi ne tardera certainement pas à réagir.

Houari Achouri

Comment (65)

    bandit hassan aribi
    20 février 2017 - 22 h 18 min

    hassan aribi radicaliste
    hassan aribi radicaliste violent extremiste propage la culture de la haine xenophobe raciste abuse de la charte de la reconcilliation nationale .veut creer la fitna et declencher un printemps arabe .il parle comme les monarque du golfe et la turquie pour retablir des relation billaterale avec israel au detriment de l.iran et creer une guerre froide et un armement nucleaire entre les puissances mondiale ….le gouvernment est multi _polaire.inde.chine russie et koree du nord.indonesie.et malaisie.




    0



    0
    TARZAN
    19 février 2017 - 7 h 59 min

    une attitude digne d’un
    une attitude digne d’un espion qui veut intégrer le parlement coute que coute




    0



    0
    Aguellidh
    18 février 2017 - 21 h 24 min

    Un Etat corrompu n a aucun
    Un Etat corrompu n a aucun avenir sauf celui de se mettre a genoux. 65 ans apres l independance, 40 millio d habitants, 3 millions de km2, des millions de tetes pensantes, 70% de jeunes, des millions de km2 de terre fertile, une pluviometrie abandonnante, des richesses naturelles sur chaque cm2 etc etc et on est pauvre, cherchez l’intrus.




    0



    0
    Limite !
    18 février 2017 - 18 h 42 min

    Oh, je ne vous apprendrai
    Oh, je ne vous apprendrai rien de rien… C’est la même chose est ouest nord sud de l’Algérie, mais acceptez le partage, souriez, riez ! Une petite ville de l’ouest avec un sénateur illettré, tout le monde dit qu’il est incapable d’écrire fut-ce son nom, ni en arabe ni en « lettres latines », et pourtant il roule en 4X4, a des poches grandes, assez pour y mettre gendarmes, policiers, avocats, et faire rêver les pauvres jeunes filles, pauvres vraiment, je n’ai rien contre lui comme humain, mais honnêtement est-ce qu’on est encore, et éternellement en 1962, ne sommes-nous pas en 2017 ??? Au secours, il faut de l’oxygène, c’est l’âne qui commande son maître !




    0



    0
    Cheikh kebab
    18 février 2017 - 18 h 25 min

    Appel solennel à bouteflika
    Appel solennel à bouteflika pour supprimer APN et sénat,on n’en a pas besoin!!!! Gouvernez par ordonnance c aussi bien puisque de toutes façons c dépités ne font que lever les mains pour dire oui!! Ou alors supprimez leur tous les privilèges,ni salaire ni retraite ni immunité… Les traiter comme des détachés de leurs postes d’origine qu’ils rejoindront après mandat. Là on verra ceux qui viennent donner de leur trmps pour servir et non profiter des privilèges.




    0



    0
      Anonymous
      17 mars 2017 - 11 h 30 min

      Oui oui oui à l’infini pour
      Oui oui oui à l’infini pour la dissolution immédiate du parlement. Je ne le répèterai jamais assez et le crie tout fort qu’un parlement constitué de d’analphabètes, de corrompus doit être dissout sans délais. Il y ‘a péril en la demeure.




      0



      0
    nectar
    18 février 2017 - 15 h 43 min

    Les sangsues du système ne
    Les sangsues du système ne reculent devant rien, même vendre leur âme au diable, pour peu qu’elles gardent les privilèges et continuer à lever la main pour dire oui Monsieur.. Quant à l’avenir du pays, elles en ont cure..Un Arribi ou un arriviste, il n’y a pas de doute à se faire quant à leur moralité…C’est tout le système qu’il faut changer, pour qu’un petit espoir puisse naître..




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.