Vaccins : le ministère de la Santé rassure les parents d’élèves

Selon le ministère, les vaccins sont «conformes aux recommandations de l'OMS». New Press

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a rassuré lundi les parents d’élèves quant à l’innocuité des vaccins du calendrier national, les appelant à poursuivre la vaccination de leurs enfants.

Les vaccins du calendrier national sont «sûrs et conformes aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)», a soutenu le directeur de la prévention et de la promotion de la santé au ministère, le professeur Smaïl Mesbah, lors d’une conférence de presse avec le représentant de l’OMS en Algérie, Bah Keita, et le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Zoubir Harrat. Le responsable a insisté sur l’impératif de vacciner les enfants âgés entre 6 et 14 ans contre la rougeole et la rubéole, précisant que la vaccination était «obligatoire».

Au sujet des formulaires distribués au niveau de certains établissements scolaires laissant le choix aux parents de vacciner ou non leurs enfants, le professeur Mesbah a affirmé que le ministère n’a pas distribué de tels formulaires, ajoutant que «le seul document requis est le carnet de santé de l’enfant».

Le représentant de l’OMS a, pour sa part, précisé que l’Algérie importait ses vaccins des laboratoires recommandés par l’OMS sur la base de leur «innocuité». Cela étant, «il est conseillé de ne pas vacciner les enfants atteints d’hémopathie ou d’insuffisance rénale, dialysés ou sur le point de subir une intervention chirurgicale», a ajouté Keita.

Le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie a, quant à lui, rappelé que 7 millions de doses de vaccin avaient été soumises à des tests d’innocuité et de contrôle qualité par le Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques avant leur distribution aux unités de médecine scolaire.

Le représentant du président de l’Association des parents d’élèves, Zoubir Zerrouk, a mis en garde contre la «campagne féroce» menée par certaines parties contre cette vaccination, appelant les parents d’élèves à «ne pas se laisser influencer» et à «faire confiance aux parties en charge de la vaccination pour protéger leurs enfants contre les maladies transmissibles».

Le ministère de la Santé et de l’Education nationale ont mobilisé pour cette campagne de vaccination 5 000 médecins et 8 000 paramédicaux au niveau de 1 800 unités de médecine scolaire à travers le territoire national.

R. N. 

Comment (6)

    moh 81
    8 mars 2017 - 11 h 07 min

    Madame benghabrit a déclaré
    Madame benghabrit a déclaré que la distribution des formulaires par les directeurs d’établissements aux parents sur l’option de vacciner ou pas leurs enfants est illégale tout en affirmant que ces chefs d’établissement croyaient bien faire et que la consultation des parents était le facteur du rejet de ces derniers pour la vaccination de leurs enfants aussitôt une plainte a été déposée par le ministère de la santé pour poursuivre les personnes qui ont produit et distribué ces documents ceci dit il veut condamner les directeurs d’établissements
    Finalement les parents d’élèves ont raison de s’inquiéter sur cette situation née d’un désaccord entre deux ministères .




    0



    0
    lehbilla
    7 mars 2017 - 10 h 12 min

    Il y a eu le scandale Rahmat
    Il y a eu le scandale Rahmat Rabbi avec tout ce qui a été dit sur sa publicité par le ministre de la santé, il y a eu aussi la clinique de la roqia et l’age d’or du charlatanisme sous l’œil bienveillant du ministère de la santé, i y a eu également le scandale du pentavalent et des nouveaux nés(02) décédés à ce l’on a dit à rouiba je crois après qu’on leur ait injecté le vaccin. Et maintenant c’est le RR (Rougeole Rubéole) qui fait scandale…c’est pour quand le prochain Monsieur le Ministre?




    0



    0
    Kassaman
    7 mars 2017 - 9 h 52 min

    Les parents ont raison de s
    Les parents ont raison de s’inquiéter ou au moins se poser des questions sur l’innocuité ou même l’efficacité des vaccins et ce d’une manière générale pas seulement ceux qui serait fabriqués en Algérie. Pour ma part je ne fais pas vacciner mes enfants. pour entendre un autre son de cloche sur les campagnes de vaccinations de masse et notamment sur les enfants en base âges, je vous conseille le site du Pr Joyeux: http://www.professeur-joyeux.com/




    0



    0
    ferial
    7 mars 2017 - 7 h 58 min

    Je constate a vu des
    Je constate a vu des réactions de parents que le peuple algérien n’est pas dupe de l’arnaque des vaccins et il est bien informé.L’OMS est aux mains des lobbies pharmaceutiques il ne faut accorder à cet organisme aucune crédibilité souvenez vous de la grippe aviaire et des campagnes de vaccinations massives au seul bénéfices des labos.
    http://initiativecitoyenne.be/




    0



    0
    Yougharithen
    6 mars 2017 - 23 h 12 min

    « C’es une grande insulte
    « C’es une grande insulte faite au système immunitaire d’un enfant que d’introduire dans son sang les protéines étrangères ou des virus vivants dont sont composés les vaccins aujourd’hui » (les vaccins peuvent, a long terme, mener à une déficience du système immunitaire et causer) des maladies considérablement plus graves que la maladie originale, impliquant des structures plus profondes plus d’organes vitaux et ayant moins la possibilité de se résorber spontanément .
    Dixit : Dr Richard MOSKOVITZ .

     » J’appelle ça de la vaccinnomanie. Nous sommes arrivés à un point qui n’est plus défendable sur le plan scientifique, introduire de nouveaux vaccins sans savoir comment ils pourront affecter dans le temps les fonctions du système immunitaire frise la criminalité  »
    Dixit : Nicolas REGUSH (Journaliste médical )

    « Il n’existe pas de preuve scientifique sur l’utilité des vaccins , aucun cours (digne de ce nom) relatif à la vaccination n’est dispensé dans les facultés de médecine françaises »
    Dixit : Dr Jean-Michel DUBERNARD (Député, Chirurgien et docteur honoris causa de l’Ulg)

    «  » » Primum non nocere «  » »
    Primum non nocere est une locution latine qui signifie : « d’abord, ne pas faire de mal ». C’est le principal dogme abstentionniste appris aux étudiants en médecine et en pharmacie. Parfois on rapporte l’expression primum nil nocere

     » Peu de médecins sont disposés a attribuer un décès ou une complication à une méthode qu’ils ont eux-même recommandée et à laquelle ils croient . »
    Dixit : Pr Georges DICK (British Medical Journal ,Juillet 1971)

    à bon entendeur salut !




    0



    0
    Amelhane
    6 mars 2017 - 18 h 49 min

    Quand le MS rassure, soyez
    Quand le MS rassure, soyez vigilants, l’expérience nous l’a prouvé.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.