La presse nigériane met en garde à nouveau contre une adhésion du Maroc à la Cédéao

Le président Muhammadu Buhari. L'Afrique de l'Ouest ne veut pas du Maroc à la Cédéao. D. R.

Contrairement à ce que Mohammed VI crie sur les tous les toits, l’adhésion du Maroc à la Cédéao n’est pas acquise. Elle suscite même un vent de réprobation dans de nombreux pays. A mesure qu’approche le rendez-vous du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, prévu d’avoir lieu le 4 juin prochain Monrovia, et qui doit se prononcer sur la demande d’adhésion de la narco-monarchie marocaine, de plus en plus de voix s’élèvent au Nigéria pour demander au président Buhari de pas commettre l’erreur historique de donner un siège au Maroc au sein de leur sous-ensemble régional.

Pour beaucoup, une telle adhésion équivaudrait à faire rentrer un loup aux longues dents dans la bergerie. La presse nigériane, qui est revenue longuement sur le sujet cette semaine, est apparue globalement contre l’intégration du Maroc, qu’elle voit comme un «intrus» et se montre persuadée que l’objectif de Mohammed VI est de faire main-basse sur la Cédéao et de s’en servir comme outil pour mettre en œuvre ses politiques néocoloniales. De nombreux journalistes, comme par exemple ceux du quotidien Vanguard, avertissent à ce propos que le Maroc a donné un aperçu clair de ses desseins noirs les semaines qui ont suivi son adhésion à l’Union africaine (UA).

Pour Vanguard, il n’y a pas de doute possible, les monarchistes néocolonialistes de Rabat ont rejoint l’organisation panafricaine pour la détruire de l’intérieur, l’empêcher de renforcer son indépendance et compromettre son développement. En guise d’arguments, le quotidien rappelle les «manœuvres du Maroc pour casser la cohésion de l’UA avant et après son adhésion à l’UA», comme ce fut le cas de la réunion de la TICAD, en août 2016 à Nairobi, du Sommet Afrique-pays arabes de Malabo en novembre 2016, et de la récente rencontre à Dakar où Rabat s’est opposé à la participation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à la Conférence ministérielle des finances UA/CEA. Les gesticulations des Marocains ont, d’ailleurs, contraint les organisateurs à reporter la rencontre.

Aussi, l’opinion au Nigeria se montre déçue que le président Buhari ait permis au «Maroc de contrecarrer les efforts collectifs de l’Afrique» et l’appelle donc «à agir vite avant que Mohammed VI ne brise l’unité africaine lors du prochain Sommet de l’UA en juillet 2017». La presse nigériane soutient, en outre, que l’accord signé par le Maroc avec le groupe Dangote pour «exploiter les ressources naturelles du peuple sahraoui» et la visite effectuée au Nigeria par le roi Mohammed VI «ne doivent pas être une raison pour permettre à Rabat de saper l’unité africaine et les efforts de développement en Afrique».

«S’il y a 33 ans, le président Buhari a amené le Nigeria à défendre la justice sociale au Sahara Occidental, nous ne pouvons pas aujourd’hui rester neutres», martèle le journal Vanguard, qui exige du Nigeria qu’il «se conforme à l’Acte constitutif de l’UA, qui reconnaît le droit des peuples à l’indépendance, l’égalité souveraine et les frontières de tous les Etats membres de l’UA». «Nous devons défendre les intérêts collectifs africains contre les intérêts étroits du Maroc», martèle-t-il.

Plusieurs anciens décideurs et experts ouest-africains sont aussi montés récemment au créneau récemment pour avertir des conséquences d’une adhésion du Maroc à la Cédéao. Une adhésion qu’ils n’ont pas hésité à qualifier d’hérésie suprême. Dans un récent article paru dans un quotidien sénégalais, Jean-Paul Dias, ancien ministre de l’Intégration économique africaine et président du Conseil des ministres de la Cédéao, s’est insurgé contre le «mutisme de tous (presse, politiques, ONG, universitaires, entreprises, etc.) au Sénégal comme dans la sous-région» concernant la demande d’adhésion du Maroc à la Cédéao et a appelé à évaluer la pertinence et les conséquences de cette éventuelle adhésion sur les politiques et les économies des pays de la région. Et sur cette question, pour l’ancien ministre sénégalais de l’Intégration économique, le verdict est clair : «Après tout, que gagneraient le Sénégal et les autres Etats membres de la communauté dans une adhésion du Maroc à la Cédéao ? Rien ! Le Maroc ? Tout !» L’Afrique est avertie !

Khider Cherif

Comment (11)

    aline sitoe
    13 juin 2017 - 11 h 59 min

    les africains n’oublient pas
    les africains n’oublient pas les 14 siècles d’esclavage au royaume du maroc. l’homme noir a ete vendu sur les marches de fes marrakech essaouira. Les presidents africains sont corrompus, ils n’ont pas de fierte. Le maroc après avoir demander l’adhesion a l’union europeenne sous le regne de hassan2, demande l’adhesion a la cedeao. Nous africains devront etre vigilants, car cela ne servira pas les interets des peuples d’afrique de l’ouest, mais ceux du souverain cherifien. Pour ce dernier l’homme noir est un sous-homme, l’esclavage a été aboli recemment au Maroc




    0



    0
    HANNIBAL
    19 avril 2017 - 21 h 00 min

    La cédéao peut craindre les
    La cédéao peut craindre les allées et venues surtout de prostituées en tout genres venant du mokhrib pour contaminer l’Afrique
    par cette engeance pernicieuse et fourbe atteinte du Sida et d’autres maladies vénériennes dont les Africains n’ont pas dans leur moeurs le makhnaz veut s’investir pour faire sans doute le plus grand lupanar commercial dont avec la cédéao il est question
    et qu’il a la spécialité apres avoir offert des coran a t’il autre chose a offrir ou croit’il que les Africains vont accourir pour lui baiser la main et lui offrir le pipe line dont il rève tant Nigéria mar »ok la folie des grandeurs de momie VI est cette grenouille qui veut devenir un boeuf
    !!heu !! pardon je voulais dire un batracien !!!!




    0



    0
    Anonymous
    19 avril 2017 - 17 h 58 min

    Le maroc soustraite pour qui
    Le maroc soustraite pour qui vous savez ,aux Algériens d’être agressifs pour arracher les marchés Africains, après tout on a effacé leurs dettes à ces pays.De toute façon le ver est dans le fruit, l’UA est contaminée, bientôt le tour de la CEDEAO ,les Africains sont avertis.fWbQYHYPt3




    0



    0
    Blida
    19 avril 2017 - 16 h 20 min

    Ben oui !

    Ben oui !
    et les africains de l’ouest son dûpes au point de ne pas voir toute cette panoplie de dangers que la Maroc leur ferait courir !

    ça tourne à l’obsession ! à vouloir contrecarrer tout ce que fait quelqun’un, on finit par ne plus avoir de plan pour soi…on navigue à vue d’oeil ! à méditer !




    0



    0
      LeJusticier
      20 avril 2017 - 7 h 39 min

      les africains commencent déjà
      les africains commencent déjà à gronder et ce n’est pas fini… les mokoko commencent déjà à être personne non grata au Sénégal…. et ce n’est que le debut!!!




      0



      0
    AOMAR
    19 avril 2017 - 14 h 03 min

    MOI JE SOUHAITE QUE LE
    MOI JE SOUHAITE QUE LE MAROKISTAN ADHERE A LA CEDEAO POUR QUE LES 15 ETATS MEMBRES SAURONT CE QU’EST UNE NARCO-MONARCHIE FEODALE ET ESCLAVAGISTE SURTOUT QUE NOUS PERDONS RIEN DU TOUT DANS CETTE UNION CONTRE-NATURE BIEN AU CONTRAIRE ON VA COMPRENDRE LA POSITION DE L’ALGERIE ENVERS CE PROTECTORAT FRANCAIS.




    0



    0
    Felfel Har
    19 avril 2017 - 13 h 50 min

    Je doute que les dirigeants
    Je doute que les dirigeants de la CEDEAO soient unanimes à ce point pour rejeter la candidature de M6. La France et Israël sont à la manoeuvre et quand on connaît la volonté de Paris de préserver « son carré » (elle y tient car, sans lui, le rêve impérial s’évanouit), on peut conclure qu’elle instruira ses marionnettes de le faire vite fait. Y réussira-t-elle? Peut-être, car le complexe du colonisé est encore vivace chez certains obligés de la France qui doivent tout à la Francafrique dont les barbouzes sont omniprésents et actifs. Dire non à Fafa, c’est dire au revoir à tant de privilèges et courir le risque d’être victime d’un coup d’état ou finir comme Thomas Sankara. Il faudra toutefois qu’ils prennent conscience de leurs responsabilités. Comme de nombreux Algériens, soucieux de prémunir notre continent de la division, de la diversion et de la destruction, je formule le voeu que nos dirigeants soient clairvoyants et prennent la juste mesure des dangers qui menacent, pour éconduire le « bourricot de Troie », il n’a pas sa place au sein de la CEDEAO. Laissez-le se prélasser dans ses écuries d’Augias, car c’est dans sa gadoue qu’il s’épanouira le mieux!




    0



    0
    anti-khafafich
    19 avril 2017 - 13 h 33 min

    MAKHZEN = Monanarchie Arabo
    MAKHZEN = Monanarchie Arabo-Kabbabalistique de la Haine, la Zizanie, l’Esclavagisme et du Narco-trafic




    0



    0
    BabElOuedAchouhadas
    19 avril 2017 - 12 h 26 min

    Il faut que le Nigeria comme
    Il faut que le Nigeria comme tous les pays africains sachent pourquoi cette supercherie de l’UMA est restée une coquille vide depuis 1988 et surtout pourquoi sur les 39 Accords signés par les cinq Gouvernements, le Parlement du Régime du Makhnez n’a ratifié que douze (12) Accords alors que les Parlements de la Libye, de la Mauritanie, de la Tunisie et de l’Algérie ont ratifié respectivement dix huit (18), vingt deux (22), vingt huit (28) et trente deux (32) Accords. C’est dire le niveau de la mauvaise foi et de la triche du Roitelet M6.




    0



    0
      Anonymous
      20 avril 2017 - 15 h 11 min

      @BabElOuedAchouhadas (non
      @BabElOuedAchouhadas (non vérifié) 19 Apr 2017 – 13:26

      La responsabilité du Non-Maghreb incombe uniquement au Maroc. Ce pays a unilatéralement gelé en 1995 toutes discussions ou même réflexions sur le Maghreb. Le Maroc n’y a ratifié que 5 accords su 39. Alors que les accords ratifiés par les autres pays du Maghreb sont de 37 pour l’Algérie, 36 pour la Tunisie et plus de 30 pour la Libye et la Mauritanie. Il apparaît clairement que c’est le Maroc qui bloque l’union du Maghreb.




      0



      0
    amel
    19 avril 2017 - 12 h 24 min

    oui, l’afrique est avertie.
    oui, l’afrique est avertie. Le maroc a des arrières pensées destructrices et les pays de la cedeao ne pourraient jamais au grand jamais l’amener à revoir intelligemment ses visées. Le maroc veut dresser la cedeao contre l’ua. Ce n’est pas seulement que c’est un pays expansionniste, c’est aussi un pays producteur de stupéfiants qui ouvre ses portes aux bhl, dsk, sarkozy … toute la mierda humaine qui passe son temps à déranger les autres. Dis-moi qui tu fréquente je te dirais qui tu es. dsk a un palais à marrakech. la pauvre hafsatou qu’il a fait taire avec un million de dollars a vu son restaurant détruit par le feu et vit dans la peur.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.