L’obscurantisme affiché

Par Kamel Moulfi – L’«innovation» des élections législatives du 4 mai 2017 est sans doute cette façon de faire figurer les candidates sur les affiches de certains partis : elles sont masquées. Du jamais vu en Algérie. La loi favorise depuis quelques années la présence des femmes dans les institutions élues, et les Algériens sont fiers de cette avancée progressiste auprès de leurs interlocuteurs étrangers quand la discussion s’y prête. Quelque part, un tuteur ou un dirigeant de parti a décidé que les femmes qui acceptaient, ou étaient poussées à le faire, d’entrer dans le jeu électoral devaient le faire sans montrer leur face. Ce qui est utilisé comme argument électoral chez les uns, des visages féminins sur une affiche, et même en tête de liste, est vu comme la yadjouz, illicite, chez d’autres.

Evidemment, il s’agit d’un véritable scandale qui a vite fait d’éclater et de révéler les endroits où une telle mentalité veut s’imposer, voire domine déjà. C’est là que la deuxième surprise nous attend. Cela se passe à Bordj Bou-Arréridj, présentée comme la capitale de l’électronique, de la modernité donc, préfigurant le futur. Comment ne pas se rappeler Sidi Bel-Abbès, la pionnière dans cette industrie de pointe, dans les années 1970. Dans cette ville de l’intérieur du pays, comme on dit, les femmes ont combattu courageusement la fatwa émanant d’imams autoproclamés leur interdisant de travailler aux côtés des hommes. Dans la démarche volontariste qui le caractérisait dans tous les domaines, le gouvernement de l’époque avait décidé de casser les modèles tabous qui enfermaient les femmes dans leurs foyers.

Quarante ans après, dans notre pays, les femmes sont dans la rue, parfois jusqu’à une heure tardive, et occupent l’espace public… sans masque. Mais l’obscurantisme est toujours aux aguets, en prenant appui, nous dit-on, sur de prétendues «coutumes et traditions» qui imposeraient que le visage de la femme soit caché sur une affiche électorale collée pour permettre aux électeurs de savoir à qui ils ont à faire et choisir en toute connaissance de cause.

K. M.

Comment (5)

    hami
    24 avril 2017 - 13 h 33 min

    Finalement nous avons l
    Finalement nous avons l’esprit étroit,et on refuse la modernité,laquelle exige de la rigueur ,le travail,l’abnégation.
    On se laisse abrutir par le salafisme,l’obscurantisme,parce qu’on le veut,parce qu’il cache notre médiocrité dont on ne veut pas s’en défaire,ni vouloir s’en défaire de l’assistanat étatique.Sofiane Djillali n’a pas tord de dénoncer notre hypocrisie religieuse qui pollue notre mental,oppose un frein à notre épanouissement et fait l’affaire des monarchies du Golfe.




    0



    0
    Hello
    22 avril 2017 - 22 h 03 min

    Et la descentes aux abimes n
    Et la descentes aux abimes n’est pas finie, l’Algérie retrouvera bientôt les âges farouches auxquels elle aspire tant, et au grands plaisir de certain dont les affaires vont de mieux en mieux, peu leurs chaux la puanteur dans laquelle il pataugent.

    Et les moutons inconscients et pavlovisés a dessin seront conduits ou iront d’eux même aux abattoirs, où leurs sort est déjà scellé.




    0



    0
    anonyme
    22 avril 2017 - 21 h 49 min

    emballé c’est pesé!
    savez vous monsieur Moulfi que certains jeunes hommes font du chantage à leurs copines afin qu’elles portent le foulard ? en disant si tu veux être avec moi il faut que tu portes le foulard !!! voilà comment de très nombreuses jeunes filles se retrouvent emballées comme du poisson, une pratique très répandue et sans garantie de mariage cependant …




    0



    0
      Kenza
      25 avril 2017 - 17 h 56 min

      Alors que justement il faut

      Alors que justement il faut toujours se méfier d’une femme qui, pour se marier, va mettre le hidjab et même le djelbeb du jour au lendemain. Ce sont des hypocrites qui n’ont aucune personnalité. Je connais des tas de filles qui le portent soit pour se marier, soit pour s’acheter une conduite….c’est à dire pour tromper leur monde. Mais comme on dit: Chasse le naturel il revient au galop.




      0



      0
    fatigué
    22 avril 2017 - 17 h 04 min

    slafisme
    « le terrorisme islamiste a été vaincu militairement mais sa matrice existe toujours » dixit général Lamari.
    moi je dis  » le terrorisme islamiste a été vaincu mais son idéologie salafiste a tout gagné »
    la preuve……..




    0



    0

Les commentaires sont fermés.