Libye : l’incontournable Haftar ?

Par Ramdane Yacine – La Libye vit au rythme des batailles de reconquête. Après l’est, c’est au tour de son sud, en proie aux brigades de Misrata. Dans cette bataille du sud, le maréchal Khalifa Haftar, allié au Parlement libyen installé à l’est du pays, joue son va-tout. En effet, depuis le début du mois d’avril, des affrontements très violents opposent des groupes armés de Fajr Libya (Aube de Libye) et l’Armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, allié au Parlement libyen, aux fameuses brigades de Misrata, qui dominaient une partie importante du Sud libyen, lequel referme d’importants gisements pétroliers.

Dans cette bataille qui se joue sur le terrain militaire, ce sont en fait deux visions différentes de l’avenir de la Libye qui s’affrontent : il y a d’un côté les seigneurs de la guerre, les fameuses brigades de Misrata, qui crient à qui veut croire que Misrata est le berceau de la révolution lors du «printemps arabe», alors que les premiers coups de feu ont été tirés à Benghazi, et qui sont soutenus par les politiques parachutés par l’Occident pour leur docilité. Il y a de l’autre côté, le Parlement libyen, élu et auquel est arrimé le maréchal Haftar, l’homme fort de l’Est libyen qui a déjà repris en main le Croisant pétrolier libyen et qui tranche par son charisme, son aura et sa vision réaliste des choses.

La Libye d’aujourd’hui est en proie à toutes les ingérences et les manipulations. Les grandes puissances vont même jusqu’à susurrer les «bienfaits» de la partition du pays, le but inavoué étant bien entendu la prise de contrôle sur ses richesses énergétiques. Sur ces entrefaites, apparaissent donc les fameuses brigades islamistes qui ne sont pour la plupart qu’un ramassis de brigands et de bandits de grands chemins.

L’Algérie, consciente du danger et privilégiant toujours la voie diplomatique et pacifique, avec tout de même une dose de réalisme et de prévention, a dépêché son ministre des Affaires africaines et arabes, Abdelkader Messahel, en Libye pour vanter les vertus du dialogue inclusif et le bannissement de la violence fratricide. Dans le même temps, elle prévient les aventuriers téléguidés et sans lendemain en organisant des manœuvres militaires à ses frontières avec le pays frère et voisin, histoire de tracer la ligne rouge à ne pas dépasser.

La Libye est à la croisée des chemins. Alors que les puissances occidentales et autres, qui se jouent de l’avenir du pays frère et voisin, tentent d’imposer leur solution en soutenant des politiques fabriqués dans les laboratoires de leurs officines, la réalité du terrain démontre que la Libye ne peut pas se passer d’un militaire comme Haftar qui jouirait d’un large consensus, condition sine qua non pour ramener la stabilité et l’ordre dans le bourbier libyen.

R. Y.

Comment (5)

    SYMBOLE VITAL
    2 mai 2017 - 20 h 10 min

    La tête de Sarkozy
    A tripoli, le scalp de Nicolas Sarkozy est la condition sine qua non pour sauver la donne ! Le Juif hongrois devenu français n’a pas le droit de continuer à ÊTRE ! Après, enterrer son scalp tout contre la tombe de l’imbécile et défunt El Guedaffi




    0



    0
    Erracham
    26 avril 2017 - 22 h 57 min

    Janus, dieu romain au deux visages.
    Haftar me rappelle ce dieu romain symbolisant, entre autres, la dualité, une chose et son contraire. Il faut dire qu’il a su mettre deux fers aux feux: il se forme en URSS mais il se fait adouber par la CIA. Ce jeu d’équilibre est dangereux car vouloir imposer une solution strictement militaire peut s’avérer fatale pour son pays. Les ennemis de la Libye se poulèchent déjà les babines en songeant à s’approprier une Libye dépecée en banthoustans. C’est en effet le sort réservé à son pays si Haftar s’entête à tourner le dos à la raison. Sinon, « adieu veaux, vaches, cochons, couvées »! C’est à ceux qui ont réclamé la tête de Khadafi et qui ont invité les Occidentaux à envahir le pays de se mettre d’accord pour préserver l’intégrité de leur pays et de dire aux charognards « bas les pattes »!




    0



    0
    Mazouzi
    26 avril 2017 - 14 h 14 min

    l’incontournable Haftar?
    Comme par enchantement on ne parle plus du gouvernement de Tripoli avec à sa tête EL SERRAJ, changement de cap ou caresses dans le sens du poils de ce félon de « maréchal »!!! Terrible constat qu’est la politique, ça change tout les jours de direction et de Directeur avec qui…on compose, en oubliant les principes les plus chères. Que c’est triste Venise non…excusez Arabie.




    0



    0
    Anonymous
    26 avril 2017 - 13 h 13 min

    Libye : l’incontournable
    Libye : l’incontournable Haftar ?
    « Ancien allié,… » des U.S.A, contre feu Mouammar El Khadhafi الله يرحمه والله يغفر له
    « Nouveau allié,… », de l’Egypte, et derrière, en embuscade, de loin, la discrète, et secrète Russie !
    La Libye est devenu un theatre de jeu des échecs,
    Avec la Libye comme échiquier,
    Haftar, et autres seigneurs de guerre, groupes, clans, milices,gouvernements,….. comme pions
    France, Italie, U.S.A, Grande Bretagne, Russie, Egypte,…..comme Tours, Cavaliers, Fous, Reines, et Rois

    Les libyens sont, plus que jamais, condamnés à s’entendre, à s’unir pour un minimum d’accord démocratique
    Qui préserve l’avenir de la pauvre Libye de la destruction – anarchie, et chaos – (à court, et à moyen termes),
    Et de la disparition (à moyen et à long termes),…..ce dernier reve est caressé par la France opportuniste
    Qui planifie, qui prépare, qui projette, secrètement pour démembrer – par étapes – le Fezzan – qui a connu
    Une présence militaire française, en Libye de 1942 à 1952 (Oasis du Koufra, Oubari, Morzouk, Tazerbo, Ghat
    Ghadames, Sebha habitées par des Toubous de la meme ethnie que les….tchadiens, et voisins des tchadiens
    Les Touaregs, un peu partout, ainsi que des Arabes des Ferdjanes, et des Ouled Slimane
    Partie du Sud, et Sud-Ouest libyens au profit du Tchad – le gendarme régional, au Sahel –
    De la France complexée
    Puissance moyenne à problèmes de nostalgie colonialistes, et néo-colonialistes de dominations égoistes,
    Et sans partages

    Les libyens devraient etre modérés, pragmatiques, et sages
    Vive l’unité des libyens, vive l’intégrité territoriale de la Libye, et vive la paix, et la démocratie en Libye




    0



    0
    amel
    26 avril 2017 - 10 h 00 min

    Difficile de faire taire les
    Difficile de faire taire les armes par la parlotte lorsqu’elles ont commencé à rugir et ma foi, c’est ce qu’elles font en libye. J’ai ragardé des vidéos de ces gaillards de daesh qui se prennent pour des hommes, mais qui en réalité ne sont que des adolescents en mal de vivre. Ils sont violents et ont leurs armes même si c’est un ange qui va leur rendre visite. C’est comme si le clashnikov ou je ne sais comment ces trucs s’appellent étaient nés avec eux, dans les ventres de leurs mères et ils croient pov’c*ns que c’est ainsi qu’ils existent; en semant la terreur. Il m’est bien sûr impossible de comprendre les criminels quels qu’ils soient; mais l’armée est pour moi une réponse légitime à ce genre de « dévergondage ». Il faut dire que khalifa haftar, lui, ne veut même pas essayer de les comprendre, il ne veut même pas faire de prisonniers selon ce que je l’ai entendu dire dans un de ses disours (bon, si ce n’est pas un montage) Il est dans la logique de quelqu’un qui doit ramasser vite fait l’eau qui innonde le navire sans s’amuser à lui faire des analyses ou à la goûter si elle est salée ou douce. Si haftar peut faire le ménage et qu’il en est capable alors il faut l’encourager. Ses intentions sont plus claires que celles de ces têtes de mules suicidaires qui ont un concept de l’islam imaginé par les ennemis de l’islam justement. Oui, comme disait reda malek allah iy dekro belkher: la peur doit changer de camp! 7abbou rsas, a3tolhom arsas 7atta iyqolo khlas. Et bien sûr l’armée toute seule ne pourra rien faire. Il faut que les populations aident. Pour qu’elles aident il faut la mettre dans la poche et surtout surtout, lui assurer la séccurité: si une seule peronne dénonce un terroriste et qu’elle le paye parce qu’il y a des barbouzes chez les forces de l’ordre, alors adieu la confiance pour encore longtemps. Ce serait bien qu’une cellule qui recoit les appels de citoyens- mouchards soit créée, quue ceux qui recoivent les appelles soient en nombre limité et qu’ils ne communiquent pas le nom des indics.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.