Maroc : nouvelle manifestation à El-Hoceima

Nasser Zefzafi dénonce «la corruption de l’Exécutif et des politiciens locaux». D. R.

Des milliers d’habitants d’El-Hoceima, ville du Rif, dans le nord du Maroc, sont sortis jeudi dans la rue pour protester contre la corruption, la marginalisation et la militarisation de la région, et pour aussi dénoncer les déclarations de l’alliance gouvernementale au sujet du mouvement de contestation populaire qui touche la région depuis environ six mois suite au décès de Mouhcine Fikri, mort broyé par une benne à ordures.

Des milliers de personnes se sont rassemblées en fin d’après-midi sur la place du centre-ville avant de sillonner les principales artères. Aux cris de «Vive le Rif, à bas les traitres» ou encore «Non à la militarisation !», les manifestants ont marché dans la ville, avant de se rassembler de nouveau sur la place principale où le leader du mouvement, Nasser Zefzafi, a longuement harangué la foule de quelque 200 000 personnes, selon ses estimations.

Soulignant le caractère pacifique de leur lutte, ce dernier a dénoncé «la corruption de l’exécutif et des politiciens locaux, les mafias locales, l’esprit de répression de l’Etat et de ses services de renseignement qui manipulent les institutions, la présence massive des militaires dans la ville et le sous-développement de la région». S’en prenant au gouverneur local, M. Zefzafi a, une nouvelle fois, rejeté les accusations du gouvernement, selon lesquelles la région est «motivée par des idées séparatistes», exigeant «la libération de militants de sa mouvance et la démilitarisation de la province».

Le leader de la contestation populaire dans le Rif marocain avait appelé auparavant à une grève générale et à une marche «d’un million de personnes» en guise de protestation contre les déclarations qualifiées de «provocatrices» et d’«irresponsables» des dirigeants de l’Alliance gouvernementale et contre leurs «calomnies et mensonges» sur le mouvement populaire qui secoue la région. Ce militant a voulu à travers cette action réaffirmer que les revendications de sa communauté ont trait à «l’amélioration des conditions socioéconomiques et au développement de la région loin de toute intention séparatiste», comme le prétend le gouvernement marocain.

Le porte-voix de ce mouvement de protestation a affirmé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux que cette action «intervient en réponse aux accusations des autorités marocaines contre les activistes du Rif d’être des séparatistes et des agents à la solde de parties étrangères». «Il s’agit d’une question de droits de l’Homme englobant des revendications socioéconomiques primordiales, loin de tout appel séparatiste, comme le prétendent les autorités marocaines», a-t-il plaidé, dénonçant le désintérêt total des responsables marocains à l’égard du fondement de la protestation, en l’occurrence, a-t-il dit, «le mépris et la marginalisation systématique de cette région à tous les niveaux».

Pour montrer leur soutien à l’égard des habitants de la région du Rif, réputée frondeuse et conservatrice, d’autres citoyens relevant d’autres villes du Maroc, qui jugent «légitimes» les revendications des contestataires, ont observé des actions de solidarité. Des rapports font état d’une série d’actions à Rabat, Tétouan, Kenitra et à Hajeb et ailleurs dans le royaume, et à lesquelles ont pris part des centaines de personnes qui ont exprimé leur soutien et solidarité, et appelé les autorités à satisfaire leurs revendications en particulier et celles du peuple marocain en général. De l’avis des observateurs, cette montée au créneau est le résultat du «non sérieux» des autorités marocaines dans le règlement de la crise.

R. I.

Comment (5)

    Anonymous
    20 mai 2017 - 14 h 08 min

    Qu’ils arrêtent de nous
    Qu’ils arrêtent de nous fourguer leur poison qui tue nos enfants et qu’ils quittent le sahara occidental pour prétendre à la noblesse .C’est les rifains qui occupent actuellement.




    0



    0
    ifrikia
    20 mai 2017 - 8 h 49 min

    COMME toujours en Afrique du
    COMME toujours en Afrique du Nord dés que les voix Berbères de la Liberté et de la Libération s’élèvent contre la Soumission aux gouverneurs Ommeyades et aux Diktat des rois arabes et de leurs courtiers , on leur sort la propagande couscoussière de la main de l’Etranger, du séparatisme et autres misérables mensonges et impostures bien connues …Alors que les rois arabes, tous , achètent leurs armements en France, aux USA et en Israël , alors que les rois arabes et leurs Chouyoukhs sont sous les pieds d’Israël et sont les meilleurs alliés des sionistes , leurs porte-paroles dans le Maghreb , ne ratent aucune occasion pour accuser les Berbères du déshonneur dans lequel ils se sont mis et dans l’avilissement qu’ils veulent cacher par le mensonge et tayhoudite … mais l’histoire avance et ne recule jamais , et tôt ou tard sonnera l’Heure de la Libération Nationale des nations Berbères d’Afrique du nord , au Maroc , en Algérie , en Tunisie , en Lybie, en Mauritanie et au Sahara Occidental.




    0



    0
    SHALOM MOMO 6
    20 mai 2017 - 7 h 28 min

    « Shalom Momo 6, bienvenue à
    « Shalom Momo 6, bienvenue à Tel Aviv, ah ! Tu as enfin accepté de faire l’Alya ! Tu es chez toi, ils sont chez eux, ça devait finir, c’est fini, mais tu vas enfin avoir ton Grand…Israël de Tel Aviv à…Rabat ! »




    0



    0
    Un Rifain fier de sa région
    20 mai 2017 - 0 h 18 min

    L’irrédentisme du Rif est
    L’irrédentisme du Rif est toujours tenace et vivace. L’esprit du grand héros Abdelkrim, fondateur de la glorieuse République du Rif est toujours là.
    Vive la République du Rif!
    Nous n’avons rien à voir avec une monarchie pourrie et vendue.




    0



    0
    Al hoceima
    19 mai 2017 - 22 h 05 min

    Peuple civilise,unit comme
    Peuple civilise,unit comme tout.liberté acquise.pas de zone de marcage,aucune trace des autorités bloquants les accès.Les revendications son claironner haut et fort.Le pouvoir centrale frar le nécessaire.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.