Le FLN veut connaître les raisons de la désaffection des citoyens pour les élections

Ould-Abbès désaffection FLN
Un autre défi, celui des élections locales, attend Ould-Abbès et son parti, le FLN. New Press

Dans une instruction portant le numéro 11, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès enjoint aux responsables locaux de son parti de lui fournir, dans un délai de dix jours, des rapports circonstanciés sur toutes les données politiques et sociologiques de chaque mouhafadha (correspondant généralement à une wilaya), et notamment les motifs réels de la désaffection des électeurs.

Dans cette note, le patron du FLN demande un bilan d’activités de chaque président d’APC de son parti pour les cinq années d’exercice, accompagné d’une fiche de renseignement comportant : le nombre de la population de chaque wilaya, selon l’âge, le sexe et le nombre d’inscrits aux listes électorales ; la composante sociologique de la population de chaque wilaya, par daïra ; les projets de développement propres à chaque APC ou APW, les résultats des dernières élections locales, le nombre de voix et de sièges obtenus par les partis participants et, enfin, une lecture politique des résultats des dernières élections législatives, avec une explication de la désaffection des électeurs.

On comprend que la direction du FLN cherche à améliorer ses performances électorales, avouant ainsi tacitement le recul de ce parti sur l’échiquier politique, bien qu’il ait réussi à maintenir sa position de première force politique dans le pays. Ould-Abbès et son staff ont dû constater que la baisse du taux de participation aux législatives à des niveaux record s’est directement répercutée sur les résultats du FLN. La perte d’une centaine de sièges et des dizaines de milliers de voix a sonné à la fois comme une alerte sur l’essor de l’ex-parti unique et une menace directe pour l’avenir de Djamel Ould-Abbès dont le règne s’en trouve ainsi fragilisé face à ses potentiels rivaux à l’intérieur du parti.

En définitive, cette nouvelle note traduit des appréhensions sérieuses au sein de la direction, à quatre mois des élections locales, que le FLN est «condamné» à gagner haut la main et avec une majorité confortable.

R. Mahmoudi

Comment (5)

    tangoweb54
    10 juillet 2017 - 12 h 15 min

    La raison est simple a connaitre Monsieur le Secrétaire général, c’est en voyant des gens comme vous a la tête d’un parti historique comme le FLN que les gens ne votent pas, alors il ne vous reste qu’une chose c’est d’avoir un peu de dignité et laisser ce poste a un autre plus solvable que vous.




    0



    0
    malika
    3 juillet 2017 - 7 h 25 min

    Sincèrement le secrétaire général du FLN a eu raison de faire cette analyse qui devait se faire depuis toujours, cependant au niveau du bureau politique déjà il existe une mafia composée d’intrus qui déjà en poste dans les institutions et entreprises ont saboté des secteurs entiers.




    0



    0
    Si-Ahmed El Wahrani
    2 juillet 2017 - 13 h 48 min

    Il faut vraiment être bête, imbécile et c… pour faire une telle recherche car la réponse saute aux yeux et est connue par les algériens de tous les ages : c’est la confiscation de l’indépendance par les criquets mercenaires du FLN taiwanais




    0



    0
    Fa-Qobiq
    2 juillet 2017 - 11 h 40 min

    une des raisons de la désaffection de la population pour les élections, est, justement, de prendre les dites populations pour des indigènes attardés. Comment, ya Si le secretaire general (…), vous lancez un questionnaire en oubliant ceux qui vendaient les têtes de liste au club des pins, ceux qui s’achètent des hôtels à paris et des appartements à Neuilly, ceux qui bouchent les entrées des ascendeurs pour empêcher quiconque de monter en haut s’il ne fait pas partie de la tribu, ceux qui affament le peuple et l’infantilisent, etc….???




    0



    0
    Vangelis
    2 juillet 2017 - 10 h 15 min

    Pure perte de temps et surtout pour faire croire que le comité fln travaille.

    Tous les algériens savent que la classe politique ne se renouvelle pas et ce, depuis l’indépendance.

    Tous les algériens savent que cette même classe politique se partage les avantages du sous-sol algérien en ne laissant que des miettes au reste de la plèbe.

    Tous les algériens savent enfin que cette classe politique n’a jusqu’à ce jour fait que des promesses et le pays est toujours sous développé après des centaines de milliards de $ dépensés sans qu’ils n’en voient la couleur. Les habitations cages à poules tombent en ruine, la saleté partout, les plages polluées, les routes non entretenues, les écoles délabrées, les universités sinistrées, l’industrie inexistante, l’agriculture incapable de les nourrir, le chômage endémique mais les enfants à profusion, la police et les militaires en nombre et les apparatchiks et autres pontes du régime toujours à ne rien faire avec à leur tête un hémiplégique comme timonier.

    Et malgré cela, le fln se pose la question du pourquoi les algériens ne votent plus alors que la réponse est dans cette même question.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.