Tebboune déterminé

tebboune abdelmadjid
Abdelmadjid Tebboune. New Press

Par Kamel Moulfi – Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, se trouve engagé dans une course contre la montre pour maintenir les chances d’arriver avant la rentrée sociale au consensus indispensable entre les acteurs majeurs de la vie politique et de la sphère économique et sociale. L’ambiance est à l’incertitude, produite par les déclarations autant que par les silences des uns et des autres, qui ne contribuent pas à donner le moindre indice sur l’évolution future des événements, même sur le court terme.

L’attention des observateurs est portée vers la réunion de dimanche 30 juillet, convoquée, contre toute attente, par Abdelmadjid Tebboune qui recevra au Palais du gouvernement les partenaires du pacte national économique et social de croissance, l’Ugta et le patronat, pour un «échange de concertation» consacré à «l’examen des points à l’ordre du jour à soumettre à la tripartite ainsi que la fixation de la date et du lieu de la tenue de cette rencontre dont l’organisation est prévue prochainement», selon les termes du communiqué des services du Premier ministre.

La précédente tripartite a eu lieu il y a à peine quatre mois. S’agit-il, comme le pensent nombre d’analystes, de revoir la copie du gouvernement précédent, dirigé par Abdelmalek Sellal ? Si c’est le cas, dans quel but ? Tout paraît envisageable. Il est clair que les premiers indices livrés par le gouvernement Tebboune prouvent que l’équipe Sellal et ses alliés de la tripartite sont perçus comme défaillants. Sur le chapitre des investissements dans l’industrie, mais aussi sur d’autres questions liées notamment au foncier agricole, c’est, pour le moins, un fort sentiment de déception qui transparaît des déclarations de membres du gouvernement, comme Bedda ou Louh.

Quel consensus construire, ou reconstruire, et avec qui ? La partie s’avère difficile pour le Premier ministre. Les «frondeurs» se trouvent être les deux principaux partenaires «traditionnels» du gouvernement ; ils sont l’un à la tête du FCE et l’autre à la tête de l’Ugta. Accepteront-ils de rentrer dans les rangs ? Le compromis semble exclu et tout indique que Tebboune est déterminé à relever le défi qui lui est imposé par Haddad et Sidi Saïd. Il n’a, d’ailleurs, pas le choix.

K. M.

Comment (7)

    lhadi
    28 juillet 2017 - 10 h 02 min

    Il est de l’intérêt national de déverser dans les âmes, la flamme de l’insurrection des consciences qui embrasera et les absurdités de cette politique politicienne aux antipodes de l’honnêteté intellectuelle et des « ferments de décomposition » qui sont la cause absolue de tous les maux qu’endure la nation algérienne dans laquelle ils pénètrent comme des parasites.

    Un homme politique de conviction se doit d’avoir une vision politique qui engagera le pays dans la voie d’une transformation sociale profonde permettant l’essor national et fera du bonheur une idée neuve.

    Cette vision politique ne peut naître que par l’intégration d’un triple héritage :

    1/ Celui du libéralisme politique – protection de la liberté individuelle, tolérance, distinction entre société civile et Etat, place du marché, etc.

    2/ Celui du républicanisme – recherche du  » bien commun « , rôle clé du civisme, complémentarité entre liberté et égalité.

    3/ Et enfin, indissociable du mouvement ouvrier, celui du socialisme – exigence de dépasser du moins de réguler collectivement le capitalisme selon un idéal de justice.

    Renouant avec la tradition socialiste et républicaine, cette voie vise à rendre effectives la citoyenneté et la solidarité, dans une relation critique aux principes du libéralisme économique.

    À partir de cette vision naîtra le programme qui offrira la perspective claire et cohérente d’un changement profond, correspondant aux intérêts et aux aspirations des travailleurs, des démocrates, de l’ensemble du peuple algérien.

    Tout autre discours n’est qu’esprit superficiel ou tendancieux avec comme volonté souveraine de s’accaparer le pouvoir et les richesses qui s’y attachent.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    derbal
    28 juillet 2017 - 5 h 50 min

    FAUT IL CROIRE QUE QUE LA ROUE TOURNE ?? jusqu’à preuve du contraire les promesses et les engagements,,, ,la mer en déborde




    0



    0
    y en a marre
    28 juillet 2017 - 0 h 28 min

    Mr Tebboune on garde un petit espoir, mettez de l’ordre dans cette maison qu’on pille à chaque jour que Dieu fasse
    L’histoire le retiendra , on est mortels faites SVP quelque chose pour ce pays qui va sombrer dans l’abîme? Faites le pour nos enfants, nous c’est tafret




    0



    0
    Akli
    28 juillet 2017 - 0 h 09 min

    Défis monstres, et mission difficile, pour Mr. Abdelmadjid Tebboune, et son nouveau gouvernement
    Assainir, réformer, restructurer, et réparer les grands dégats, et préjudices, à l’économie, à l’industrie,
    A l’agriculture, au fisc, aux finances, au foncier, au commerce (2012-2017), qu’ont causés la gestion Catastrophique, et laxiste
    Du gouvernement précédent très influencé par les groupes d’interets, et les lobbies mafieux influents Opportunistes, et puissants dans les administrations bureaucratiques des institutions de l’état
    Gravement, et dangereusement affaiblies, et fragilisées
    Le bilan de Sellal-Bouchouareb-Haddad-Sidi Said est très lourd ,
    Pour l’avenir de l’économie algérienne qui veut etre tournée vers la création , la production,
    Et la diversification des richesses
    Au lieu des importations de produits de consommations (France, et ailleurs, …..),
    De constructions d’infrastructures routières improductives, non exportables pour les devises,
    Et non rentables à court, et à moyen termes
    Pour une économie en crise structurelle de diversifications de ses richesses, en manque de devises
    Gaspillées dans les importations, les infrastructures routières, et les constructions onéreuses
    Pour le faste, et le prestige (folie de grandeur, le plus grand, et le meilleur en Afrique,…..?!)

    La maitrise des dossiers, le réalisme, la vision stratégique, la sagesse, l’intégrité, la prudence,
    Le pragmatisme,l’indépendance de l’influence des lobbies mafieux,
    Et les compétences de Mr. Abdelmadjid Tebboune aideront à surmonter les défis, et à faire sortir
    L’Algérie, et son économie de la crise, de l’impasse, et du piège, de la dépendance, envers la France
    Et les groupes d’interets privés algériens
    dans lesquels elle s’est trouvée depuis 2012
    Cinq ans d’une gestion économique hasardeuse du pays : c’est trop




    0



    0
    smail
    27 juillet 2017 - 21 h 54 min

    Est ce qu il va leur demander comment ils ont transféré des millions de dollars à l étranger pour acheter des hotels,maisons et yachts ?Comment se sont ils enrichis avec des prêts bancaires qui ne sont que l argent de tout le peuple algerien????
    Qui leur a cédé des usines ,appartenant à l état, au dinar symbolique?
    En principe,ils ont failli à leur mission,ils ont été malhonnetes ,pourquoi doivent ils décider de ce qui est bon pour le peuple?leur place est en prison avec confiscation de tous leurs biens sinon c est l anarchie….il n y aura plus de gens honnêtes, tout le monde va lécher les bottes des decideurs pour devenir milliardaire.




    0



    0
    elhadj
    27 juillet 2017 - 20 h 03 min

    les citoyens espèrent que le premier ministre tiendra ses engagements d assainir la gestion du pays pour le nettoyer avec toute la rigueur nécessaire de cette oligarchie mafieuse;de redresser la mauvaise gestion des ressources du pays,de mettre un terme a ces importations inutiles sources de transferts illégaux de capitaux et de surfacturations qui obèrent le trésor public;de revoir la situation déplorable des projets en souffrance et des conditions d octroi des marches publics;de nettoyer les administrations de ces cadres incompétents ou suspectes de connivence avec des opérateurs. que cet espoir ne sera pas une déception .




    0



    0
    EL-HARRACHI
    27 juillet 2017 - 18 h 48 min

    C’est une convocation en bonne et due forme de nos deux loustics par le premier ministre qui va leur tracer la nouvelle ligne de conduite. Sans plus. Tout le reste, c’est du pipeau…..




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.