Ouyahia reçoit le ministre des Affaires étrangères congolais

Ahmed Ouyahia
Ahmed Ouyahia. New Press

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a reçu, ce jeudi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso, envoyé spécial et porteur d’un message du président Denis Sassou N’Guesso au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, indiquent les services du Premier ministre. L’audience, qui s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a également permis de passer en revue «les excellentes relations qui existent entre les deux pays ainsi que les questions régionales d’intérêt commun», ajoute la même source.

A préciser que l’Algérie et le Congo ont réaffirmé, mercredi, la nécessité d’accompagner les Libyens dans leurs efforts en vue de parvenir à une sortie de la crise qui secoue leur pays depuis plusieurs années. «Nous partageons la même inquiétude, mais nous partageons aussi les mêmes espoirs de parvenir à un règlement de la crise en Libye», a déclaré le ministre des Affaires étrangère, Abdelkader Messahel, à l’issue d’un entretien avec son homologue congolais, Jean-Claude Gakosso, d’où la nécessité, a-t-il dit, d’«accompagner les Libyens dans leurs efforts en vue de rétablir la paix et la stabilité dans leur pays».

Il a souligné que «même si la situation perdure, il faut être positif, et l’espoir repose sur la capacité des Libyens de régler leurs problèmes par eux-mêmes», insistant sur la nécessité qu’il y ait «moins d’interférences et qu’on fasse confiance aux Libyens et les accompagner pour sortir leur pays de la crise». «C’est dans ce cadre que nous œuvrons, que ce soit au plan bilatéral avec nos frères libyens ou dans une démarche collective au sein de l’Union africaine (UA) à travers l’accompagnement des Libyens dans le processus visant le retour de la paix et de la stabilité dans ce pays», a-t-il soutenu.

Le chef de la diplomatie algérienne a précisé, en outre, que son entretien avec son homologue congolais a porté sur les relations bilatérales qu’il a qualifiées d’«historiques» et d’«excellentes». L’entretien a permis aussi de faire «une évaluation des engagements pris lors de la dernière visite effectuée par le président congolais, Denis Sassou N’Guessou, à Alger, et leur mise en œuvre», a relevé M. Messahel, qui a fait part de la «satisfaction» des deux pays quant aux étapes franchies dans ce cadre. Les discussions ont permis également d’évoquer «l’agenda africain et les situations difficiles que traversent certains pays du continent», a-t-il ajouté.

De son côté, M. Gakosso a déclaré avoir passé en revue avec M. Messahel l’état des relations bilatérales et les questions d’intérêt commun, notamment le dossier libyen, faisant observer que ce pays est en proie à la division, d’où la nécessité d’«agir au plus vite pour éviter un tel scénario», a-t-il insisté. «Il s’agit d’un pays lassé par la guerre et nous devons l’aider à surmonter cette douloureuse épreuve», a-t-il plaidé, mettant en avant le rôle de l’Algérie et ses efforts pour le règlement de la crise libyenne.

Il a annoncé par la même occasion la tenue, le 9 septembre prochain à Brazzaville, d’un sommet des chefs d’Etat des pays membres du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye, dans le cadre des efforts visant la résolution de la crise dans ce pays. A ce propos, M. Messahel a précisé que son homologue congolais était porteur d’un message du président Sassou N’Guessou au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, invitant l’Algérie à prendre part à ce sommet.

R. N.

Commentaires

    eniya
    1 septembre 2017 - 23 h 35 min

    ce (…) Ouyahia represente qui ? personne ne l’a mandaté il n’a pas été nommé que je sache
    he ben signez autant que vous voulez tous les accords que aucun algerien ne se sentira obligé d’y repondre .
    En tant qu’ —- ALGERIEN JE NE RECONNAIS PAS VOTRE GOUVERNANCE——-




    1



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.