De la peine de mort à la mort des peines

gouvernement mort
Fins de mois difficiles et autres, l’urgence est à les combattre. New Press

Par Mesloub Khider – Régulièrement, au lendemain de la mort atroce d’une victime innocente assassinée par quelque meurtrier égaré ou déséquilibré, des voix s’élèvent pour réclamer la peine de mort, autrement dit sa mise à mort autorisée et légale. Ils veulent ainsi appliquer la loi du Talion. Paradoxalement, ces mêmes bonnes âmes s’accommodent sereinement des morts, des massacres provoqués par la misère, les famines, les guerres… Ils ne s’indignent jamais, encore moins, ne demandent pas la tête des criminels responsables des famines et des guerres.

Je leur conseillerai qu’au lieu de vous improviser justiciers pour assouvir, par bourreau interposé, vos instincts meurtriers afin de venger la mort de pauvres victimes, vous devriez plutôt réserver votre colère, vos ressentiments, votre haine à des causes plus nobles, plus légitimes. En effet, la revendication de la peine de mort est l’œuvre d’âmes viles et serviles. On n’ôte pas la vie de quelqu’un parce qu’il a eu la faiblesse de succomber au meurtre. En outre, jamais la peine de mort n’a fait cesser les meurtres. Comme l’a écrit Rachid Boudjedra dans une de ses chronique : «Exécuter un criminel, c’est faire comme lui, c’est se déshumaniser quelque part et finir par lui ressembler. Mais ce qui est important, c’est de se demander : pourquoi notre société produit-elle de tels monstres ?» Alors, au lieu de la peine de mort, imposons la mort des peines.

L’exigence de la mort des peines, en revanche, doit seule occuper et guider nos cœurs nobles. Par peines, j’entends toutes les peines que ce système capitaliste nous fait endurer. Peines subies à cause du chômage, de la misère, des fins de mois difficiles, des conditions de travail dégradées et dégradantes, de l’angoisse face à un avenir incertain, de l’oppression, de l’exploitation, du délitement du lien social, de la déliquescence des valeurs, des guerres perpétuelles, des terrorismes, etc. Ce sont ces peines-là qu’il faut condamner devant le tribunal de l’Humanité souffrante et opprimée. Et s’il y a une justice à appliquer, c’est contre tous les responsables de nos malheurs. Et s’il y a une peine de mort à infliger, c’est contre tous les dirigeants du pouvoir qu’il faut l’exercer s’ils s’obstinent à perpétuer leur système inique.

Et par peine de mort, j’entends la mise à mort de leur système oppressif, ce système capitaliste au nom duquel ils nous dominent, nous exploitent. Ce n’est point contre leur personne. Car la force de la majorité de la masse opprimée une fois levée comme un seul homme, grâce à sa combativité et à sa conscience, n’éprouvera aucune utilité d’exercer la violence contre ses ennemis devenus insignifiants. Ils s’effaceront d’eux-mêmes de l’Histoire. Alors, épargnez votre énergie, votre force, votre combativité. Exercez-la le moment venu pour guillotiner ce système !

M. K.

Comment (6)

    ZORO
    12 septembre 2017 - 21 h 35 min

    ما يحس بالكية. غير لي. داقها. اهضر يا صحبي اهضر




    2



    0
    Nasser
    11 septembre 2017 - 22 h 00 min

    En suivant donc les « recommandations » de l’article….En attendant on fait quoi des « pauvres » assassins et meurtriers qui ont « eu la faiblesse de succomber au meurtre »?




    2



    0
    Mohamed El Maadi
    11 septembre 2017 - 16 h 00 min

    La question de la peine de mort même si parfois sous la colère je la demande tiraille ma conscience..
    J’ai un problème quand les tangos ont descendu des patriotes et que leur mise a mort n’a pas été exécuté on n’a vu le sieur Madani faire l’éloge de ces tueries et il prenez un main plaisir a le dire .
    La question est celle ci : Madani mérite il d’être sur cette terre ? pour moi non cela fait il de moi un monstre ?
    C’est difficile de trancher car si demain un tango bute un cousin de l’ANP je voudrais le liquider sans état d’âme .




    3



    0
      Mohamed El Maadi
      11 septembre 2017 - 17 h 39 min

      Je me suis trompé au lieu de dire oui j’ai dit non .




      0



      0
    Bison
    11 septembre 2017 - 13 h 34 min

    Quelqu’un a t-il une idée où a été prise cette photo! Islamabad, peshawar, le caire ou Alger…a chacun sa mondialisation, chez nous c’est le nivellement ou la mondialisation par le bas!




    3



    1
    Aboudesoufle
    11 septembre 2017 - 7 h 32 min

    Les différences qu’ils existent entre : enfer sur terre , enfer en mer , enfer en enfer et enfer sans fer .




    1



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.