Mustapha Guitouni : «Il faut encourager les automobilistes à utiliser sirghaz»

Guitouni sirghaz
Mustapha Guitouni, ministre de l'Energie. D. R.

Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a insisté, mardi, à Mostaganem sur l’encouragement des automobilistes à utiliser «sirghaz». Lors de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya, le ministre a souligné que l’utilisation par les véhicules de ce carburant permet de se passer de l’essence qui est importé et, par conséquent, économiser les devises.

Guitouni a instruit, dans ce sens, le directeur général de l’entreprise nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers Naftal à multiplier les centres de transformation des réservoirs de véhicules de l’essence vers GPL, ainsi que le nombre de stations-service fournissant du sirghaz qui est moins coûteux pour les automobilistes. Le ministre a également exhorté les petite et moyenne entreprise (PME) à investir dans le domaine des équipements de sirghaz, insistant sur l’accélération d’un tel investissement. «Nous devons atteindre, d’ici fin 2022, un taux de 60% du parc automobile utilisant sirghaz», a-t-il souligné. Il existe dans la wilaya de Mostaganem un seul centre de transfert des véhicules vers le système sirghaz, entré en service en 2016. Ce centre a permis de réduire la durée d’attente de transfert de deux à trois mois l’année dernière à 20 jusqu’à 30 jours seulement en 2017.

Mustapha Guitouni a visité le centre de formation relevant de la société de transport maritime Hyproc, filiale de Sonatrach, où un exposé lui a été présenté sur la situation du secteur de l’énergie dans la wilaya, les projets d’électricité et de gaz naturel et autres produits pétroliers.

Le programme de la visite du ministre dans la wilaya de Mostaganem comporte l’inauguration d’une station-service de Naftal à Hassi Mamèche et d’un centre de reconversion de véhicules en système sirghaz, ainsi que l’inspection d’un chantier de réalisation d’une centrale électrique.

R. E.

Comment (11)

    Khelfane
    28 octobre 2017 - 11 h 23 min

    Pour commenter cette bonne nouvelle, plagions JP Sartre : L’essence précède l’existence
    Et ajoutons les voeux célèbres De Napoléon Bonaparte , avec son terrible accent de son douar d’origine: Pourvou qué ça doure




    0



    1
    zaatar
    25 octobre 2017 - 7 h 15 min

    On va revenir aux bonnes vieilles chaudières à bois. On verra des véhicules sur les autoroutes cracher de la vapeur à la manière des bonnes vieilles locomotives à vapeur dont on vient de restaurer une en France pour fêter ses 70 ans d’existence. Mais tout cela ne vous fait pas rappeler l’ère Mad Max?




    8



    1
      BISKRA
      25 octobre 2017 - 13 h 36 min

      Bonjour,
      de quel chaudière à bois parlez-vous? le GPL est reconnu mondialement que c’est un produit moins poluant que l’essence. Je vous rappel que dans les pays comme les pays-bas, la Belgique, l’Italie, etc. c’est le produit le plus incité, le plus economique et les moteurs ont une durée de vie plus longue qu’avec l’essence. En 1991, j’ai eu une Mazda 626 équipé d’origine au GPL, en 2000 j’ai transformé ma Chevrolet au GPL et la dernière en 2004 ma Peugeot 307 au GPL. aucun problème du moteur sauf les pieces d’usures et les contrôles de sécurité pour le réservoir. En Algerie, nous possedons les ressources pour la liquifaction et le prix du litre est moins chere au niveau mondiale. Arretez de dire n’importe quoi. Je pense que vous méconnaissancez le GPL.




      1



      3
        zaatar
        26 octobre 2017 - 7 h 46 min

        Cher ami Biskra Bonjour,

        Je ne remet nullement en question les qualités et les performances des moteurs à combustion convertis au GPL ni les vertus de ce dernier dans son apport énergétique et sa faculté à améliorer les durées de vie des moteurs à combustion. Mon post se veut une remarque ou un constat sur les réserves en gaz de notre pays. Si vous suivez bien l’actualité, Notre Ministre de l’énergie nous a bien dit qu’en 2023 ou peut être un peu plus on n’aura plus de gaz à exporter car notre exploitation permettra à peine à couvrir notre consommation. Ce qui sous entend que nos réserves s’épuisent rapidement et la question est déjà en débat depuis bon nombre d’années. Et donc, l’ami, ce que je voulais dire, c’est que lorsqu’il n y aura plus de gaz donc plus de GPL, on retournera aux bonnes vieilles chaudières à bois… si on a les compétences pour la conversion… bien à vous l’ami.




        5



        0
    Mettez nous au courant(
    25 octobre 2017 - 3 h 14 min

    Pour cet ancien cadre de Sonelgaz (son dernier poste avant qu’il prenne l’ascenseur: direction de Sonatrach puis ministre de l’énergie) en qualité de chef de centre de distribution de la zone d’Oran, il aurait pu préconiser le développement de la voiture électrique.




    1



    0
      zaatar
      25 octobre 2017 - 10 h 06 min

      Pour retracer le parcours de ce Monsieur, il était Directeur de la zone d’Oran avant d’être PDG de la SDA (Société de Distribution de Alger, filiale du groupe Sonelgaz) puis de partir en retraite. Il fût rappelé pour remplacer Boutarfa en tant que PDG du groupe sonelgaz, avant de remplacer ce même Boutarfa au poste de ministre de l’énergie au bout de quelques mois. Comme je l’ai déjà écrit, nos responsables savent que la voiture électrique ce n’est pas pour nous. Déjà qu’avec les voitures traditionnelles on a toutes les peines à élaborer un tissu de sous traitants pour travailler avec les constructeur automobiles. Nos responsables cachent le soleil avec un tamis avec ces usines de montage de voitures. Car l’importation des kits de montage coûte autant que l’importation des voitures tout court et on en importe autant qu’on importait en 2011, 2012 et 2013. Je voudrais bien qu’on nous révèle la facture de ces importations de kits de montage et que’on fasse la comparaison avec les montants des importations de voitures des années 2012 et 2013 par exemple. Pour ainsi dire, la voiture électrique ne verra jamais le jour chez nous. D’abord pour la raison que je viens d’invoquer relative au sous traitants. La seconde est liée à l’énergie elle même, celle du gaz qui alimente nos centrales électriques pour produire l’électricité qui permet de rechargera les batteries de ces voitures. Le gaz y’en a presque plus dans nos sous sol (du moins jusqu’à nouvel ordre). Ce qui laisse entendre que nos centrales électriques vont devoir fermer à l’avenir si les consommations sont autant exponentielles qu’on le dit.




      4



      0
        Anonyme
        25 octobre 2017 - 17 h 20 min

        Ta réponse répond bien au pseudo que j’ai utilisé. Merci. Tout technicien en électricité et avant d’intervenir, doit bien étudier le schéma…électrique. Pour ce qui concerne l’intéressé, ton schéma est plus précis que le mien. Maintenant que je suis « au courant », et si je comprends bien, il y a de l’eau dans le gaz.




        1



        0
          zaatar
          26 octobre 2017 - 12 h 09 min

          Il y aurait plutôt du gaz dans l’eau, ce qui ne déplairait certainement pas à ceux que l’on met au courant. Quoique la résistance diminuerait légèrement et augmenterait ainsi la conductivité du liquide… aussi, à force de se mettre au courant, on risque de s’électrocuter…




          3



          1
    nono
    24 octobre 2017 - 21 h 46 min

    on utilisera l’électrique produit du photovoltaïque !!AH AH AH !! en attendant que vont-ils faire pour encourager la consommation de GPL/c? vous allez voir l’explosion des prix des kits avec le dévaluation du dinar




    3



    1
    Zaatar
    24 octobre 2017 - 19 h 43 min

    Dans une dizaine d’années on n’aura plus de gaz ni de pétrole. Le ministre de l’énergie va alors encourager les automobilistes à utiliser le photovoltaïque. Car comme il n y aura plus de gaz, toutes les centrales électriques vont aussi s’arrêter, donc pas d’électricité et donc pas de véhicule électrique. Il ne restera plus que le photovoltaïque. Et comme ce n’est pas possible, il faudra dès maintenant penser à investir dans le vélo et le skatebord.




    6



    2
      Anonyme
      24 octobre 2017 - 23 h 43 min

      Oui zaatar. Tous incompétents plus souteneurs que les autres. On n’a ni assez de petrole ni assez de gaz mais ils chantent. Un ministre inaugurant une station d’épuration répond à un ingenieur qui lui fit d’utiliser l’énergie solaire,ce ministre repond » non,on a beaucoup de gaz !! » !! No comment.




      4



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.