La paranoïa puritaine islamiste ou l’infâme cabale contre l’islam des lumières

Al-Azhar islam
Tout ce qui a été dit ou imputé à tort à l'islam ou au Prophète depuis quatorze siècles a été remis en cause. D. R.

Par Nasser S. – Pourtant, le président Al-Sissi ne cesse de dénoncer la violence interreligieuse tout en appelant à renouveler le discours et à promouvoir un islam d’ouverture. Les médias accusent aussi Al-Azhar (très vieille mosquée et Institution) de ne pas se positionner clairement contrer le «jihadisme» en ne réalisant pas qu’ils font dans le «salafisme» – qui semble dominer aussi bien cette institution que l’espace politique – hostile à tout changement dans le discours et l’interprétation, suivant leur logique, que l’ancien est plus sain et donc plus véridique ! Il a fallu que des intellectuels sortent des sentiers battus, avec une autre vision émancipatrice souvent à contre-courant de la doxa, pour que la vieille garde sorte de sa léthargie pour contrer ce qu’ils appellent la «diffamation de l’islam», voire les tentatives «déviationnistes» ou «falsificatrices» ! Rien que ça !

C’est le prix que paie un diplômé de l’Université d’Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse d’Egypte, pour avoir émis des avis religieux «révolutionnaires» dans la compréhension de l’islam authentique. Il n’a cessé, avec intelligence, sagesse et respect, de démontrer et de prouver, devant les télés, les faussetés et les dissimulations de la plupart des «vérités» que l’on enseigne depuis des siècles, anéantissant beaucoup de thèses qui étaient considérées comme immuables, mettant dans un grand embarras la caste des «Oulémas» (savants religieux) qui n’arrivaient presque plus à le contredire ou le contrer malgré des «face à face» souvent houleux dont il sort à chaque fois convainquant ! Toutes les tentatives de le discréditer et de le faire taire sur la «réforme» du discours religieux ont échoué !

Il est mis en prison pour cinq années, pour un seul chef d’accusation, suite à neuf plaintes : avoir affirmé qu’une lecture intelligente et analytique du Coran ne permet pas de conclure qu’il faut «couper la main» du voleur, mais de couper le «lien» qui l’a poussé au vol ! … Etrangement, au même moment où l’on condamne un voleur pour… de la prison.

Ce jeune «azhariste» a, en effet, provoqué la panique dans les milieux conservateurs ainsi qu’à Al-Azhar, remettant en cause tout ce qui a été dit ou imputé à tort à l’islam ou au Prophète depuis quatorze siècles. Le «hidjab» qui, finalement, a été reconnu par Al-Azhar comme n’étant pas une obligation islamique ; la loi de l’apostasie qui permet de tuer l’apostat ; l’hostilité envers les minorités religieuses ; la «jizya» le tribut des minorités religieuses ; les relations avec les non-musulmans, la remise en cause de dizaines de hadiths d’Al-Boukhari, opposition aux idées et enseignements d’Ibn Taymyia, entre autres, le «père spirituel» des terroristes islamistes actuels etc. Il va jusqu’à affirmer que Daech et assimilés sont des sous-produits des programmes d’Al-Azhar.

Il n’est pas le seul : un certain Islam Behery, aussi déterminé que lui, avait aussi fait de la prison mais a bénéficié d’une grâce présidentielle en fin de peine. Son interdiction de continuer à s’exprimer devant les télés, comme sollicité, n’a pas été retenue.

Un autre cheikh, Mustafa Mohamed Rached, un éminent professeur de la Charia et du droit islamique, après avoir soutenu un doctorat en Egypte (avec mention excellent), a eu des problèmes pour ses avis religieux progressistes et avoir asséné que «la lecture du Coran faite par des abrutis n’engage que les abrutis» ! Très vite la paranoïa puritaine des islamistes et leurs soutiens ont tenté de briser la vie et la carrière de cet universitaire en lui accolant une pure invention : sa conversion au christianisme, tout en lui retirant sa nationalité, sans passer par la justice ! Pure calomnie ! Depuis l’Australie, il n’arrête pas de se battre pour dénoncer l’infâme cabale et recouvrer ses droits de citoyen égyptien.

Malgré une volonté de changement en haut lieu, le parcours pour un islam des lumières reste encore plein d’embûches.

N. S.

Comment (29)

    Nasser
    13 novembre 2017 - 21 h 43 min

    A propos de ce jeune Cheikh Mohammed Abdellah Nasr: Interrogé sur les raisons pour lesquelles Al Azhar, qui a l’habitude de dénoncer les penseurs laïques comme non-islamiques, refuse de dénoncer l’État islamique comme non-islamique, il a déclaré : Il ne peut les condamner. L’État islamique est un sous-produit des programmes d’Al Azhar!




    1



    0
    sur Youtube (voiçi encore pourquoi ça ne tient pas la route )
    13 novembre 2017 - 19 h 10 min

    ضربات قاضية لحديث البخارى عن سحر الرسول رائع جدا تابع




    2



    3
    Momo
    13 novembre 2017 - 18 h 48 min

    Ya banu qoraida un jour viendra ou vous n’insulterez plus avec autant d’impunité.




    6



    3
    Ahmed
    13 novembre 2017 - 16 h 04 min

    Bien-sûr , ils n’ont pas le droit de critiquer les Hadiths, Al Boukhari, Muslim, Ibn Taymiya et autres dont les hadiths et certaines pensée sont illogiques, déraisonnables, incohérentes voire moribondes et assassines! Ils n’ont pas le droit de critiquer les « oulémas » musulmans et ces salafistes qui falsifient et détournent l’Islam pour le rendre celui que nous vivons aujourd’hui ( avec ses assassins, ses violeurs, ses destructeurs, ses zaouadj el moutaa, ses djihad enikah etc etc). Ils n’ont pas le droit de dénoncer ces fossoyeurs! Il n’y a de « ouléma » qu’eux en dehors c’est de la « bidâa » voire de l’hérésie! Ces oulémas religieux trouvent chez les scientifiques des conceptions qui ne vont pas avec leurs propres conceptions religieuses, souvent charlatanesques, alors ils les traitent d’irréligieux voire d’athéisme ( accusation qui reste d’ailleurs à nos jours depuis d’ Al-Ghazâlî, Ibn Taymiyya, Ibn Al-Qayim, Al-Dhahabi et autres……….Dans la mesure où ils rejettent la Science, ils reconnaissent donc que la religion n’en est pas une! Normal puisque la science , par sa logique t ses démonstration met à nu leurs mensonges! Ne pas reconnaitre la science que Dieu a créé pour la mettre au service de l’Humanité c’est ne pas reconnaitre le Pouvoir de Dieu! C’est de l’hérésie (kofr) pure et simple ! Mais le statut et les privilèges passent en priorité!




    4



    5
    lhadi
    13 novembre 2017 - 14 h 51 min

    Nous vivons une époque où règne le déséquilibre, où le diable fait pencher la balance des âmes du coté sinistre.

    Il faut se montrer particulièrement attentif car les signes se multiplient, confus mais…d’une grande clarté

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    10



    2
      Le diable himself
      13 novembre 2017 - 21 h 21 min

      Et ça se prend pour un rationaliste. Quand on n’a plus d’arguments c’est ma faute
      Combien de fois dois-je vous répéter que je n’existe pas ?
      Et que chacun est responsable de ce qu’il pense et ce qu’il fait?




      3



      5
        Judas
        14 novembre 2017 - 8 h 58 min

        Le Diable a bons dos !




        4



        2
        lhadi
        14 novembre 2017 - 13 h 51 min

        La plus grande ruse de Satan est celle de faire croire qu’il n’existe pas.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])




        6



        3
          Judas
          14 novembre 2017 - 14 h 10 min

          Et Gog et Magog ( يجوج ومجوج ) ils existent ?




          0



          1
          Le Diable Himself
          15 novembre 2017 - 10 h 06 min

          La plus grande ruse de ceux qui croient en moi est que la plus grande preuve que je n’existe pas est dans le fait que je ne peux pas démontrer que je n’existe pas et que je ne puisse pas vous contredire sur ce point !




          0



          1
        lhadi
        14 novembre 2017 - 16 h 00 min

        La plus grande ruse de Satan est celle qui consiste à faire croire qu’il n’existe pas.

        Fraternellement lhadi
        ([email protected])




        6



        1
    Karamazov
    13 novembre 2017 - 12 h 17 min

    Moua je me demande qui des deux est le plus parano. Et si cet islam des lumières ce n’est pas du salafisme diguizi.
    Il y a toujours un gros problème chez nos islamistes mal assumés. ils ne savent pas comment sortir de l’islamisme ou, si vous préférez une formulation plus appropriée : de l’islam réel, l’islam tel qu’il se pratique de nos jours, qu’en s’acharnant sur ceux qui le pratiquent autrement.
    A vous lire «L’islam des lumières» n’est pas qu’une parenthèse profitant de la décadence de l’occident pour s’approprier et prendre à son compte les découvertes des savants grecs polythéistes mais à une lecture plus intelligente du Coran: ce serait grâce à une interprétation ésotérique du Coran qu’on devrait ces savants musulmans.
    Le problème des sociétés arabo-musulmanes c’est l’individuation ou plutôt l’impossibilité de s’individuer dans nos sociétés totalitaires. Le problème n’est pas hors de l’islam , il est dans son interprétation.
    Mais non, le problème des religions est dans leur pratique. Et quand je dis dans leur pratique comprenez que le problème est dans le fait qu’elles soient pratiquées. Qu’elles ne soient pas seulement une forme de spiritualité. J’allais dire : qu’elles soient prises au sérieux, mais ça je ne le dirais pas.
    Même si vous lisez : pendez-les haut et court, on vous dira vous avez mal compris : ce n’est pas ce que ça veut dire. Et c’est celui qui a lu : il faut couper la main aux voleurs et qui a compris : il faut couper la main aux voleurs qui a mal compris.
    A ce jeu les salafistes et les rigoristes de tous bords vous diront que Dieu ne se serait jamais adressé aux hommes dans une langue qu’ils n’auraient pas compris, et que si l’islam avait besoin d’exégètes il lui aurait donné un clergé, une Eglise, comme pour le christianisme.
    Vous n’êtes pas différents des salafistes, vous nous enfermez vous aussi dans la religion. Or notre problème c’est d’en sortir.




    8



    9
    Nasser
    13 novembre 2017 - 11 h 37 min

    Il s’agit de Mohammad Abdellah NASR dont une vidéo a été publiée par « Algérie Patriotique » récemment:

    https://www.algeriepatriotique.com/2017/10/27/theologien-egyptien-courageux-revele-face-cachee-freres-musulmans/




    4



    1
    Saadeddine
    13 novembre 2017 - 11 h 18 min

    Merci pour votre contribution. Quel est le nom de ce « diplômé de l’Université d’Al-Azhar » ?




    2



    2
      sur Youtube
      13 novembre 2017 - 12 h 28 min

      saisissez :
      الشيخ الازهري محمد عبد الله نصر ما يحتويه صحيح البخاري




      1



      2
        Saadeddine
        13 novembre 2017 - 12 h 54 min

        Merci




        1



        2
          faites un copier-coller YTube
          13 novembre 2017 - 19 h 07 min

          يقين| محمد عبد الله نصر: كبيرهم الذي علمهم السحر




          3



          0
    Souk-Ahras
    13 novembre 2017 - 10 h 14 min

    L’Islam remontera à la lumière lorsque les musulmans, tous les musulmans, cesseront de, vivre, être, penser, réfléchir, agir, se mentir à soi même et aux autres, accabler celui qui ne leur ressemble pas, néantiser l’espace individuel de l’intellect en le soumettant aux seules injonctions rétrogrades des pseudos oulémas et cheikhs, considérer la femme comme produit de consommation jetable, marcher à reculons, etc… Et ce, au nom et pour  »leur » Dieu ( »leur », parce qu’ils croient qu’il  »est » à eux seuls) ; d’où l’attribut  »mécréant » pour désigner tous les autres.
    Tous ces musulmans savent-ils au moins que  »leur » Dieu les a abandonnés en 634 du calendrier julien, tout de suite après l’avènement du premier califat, pour cause d’hypocrisie, magouilles et trahisons, méthodes ignobles érigées comme seuls moyens de  »gouvernance », en son nom ? Seize siècles que ça dure ; et ce n’est pas demain la veille de notre émancipation !
    Et dire que  »Curiosity » se promène sur Mars depuis maintenant cinq ans !




    6



    7
    Abou Mrang
    13 novembre 2017 - 10 h 13 min

    Il y aurait donc un islam des lumières et un islam des ténèbres : il suffirait donc de passer de l’un à l’autre pour régler le problème. Hors de l’islam point de salut , yek ?

    Mais non Monsieur ces gens là ne sont pas contre « l’islam des lumières », ce n’est pas l’islam des lumières qui leurs fait peur : ce sont les lumières !

    Vous connaissez cette anecdote sur Diogène avec sa lampe en plein jour. Alors que dire de l’Islam des lumières ? Le siècle des lumières en Occident est venu après leur moyen-âge ou siècles des ténèbres qui correspond à l’apogée de ce qu’on appelle la civilisation musulmane. Ne faudrait-il pas parler plutôt des lumières de l’islam. Parce que même à cette période la religion était ce qu’elle était : une croyance : une compilation de croyances et de faits historique vrais ou pas. Le Coran de cette époque était-il différent de celui d’aujourd’hui ? La seule différence c’est qu’il n’était pas envahissant et que les savants pouvaient s’autonomiser. Des postures en dehors de la religion étaient possibles. Copernic et Kepler dont les théories scientifique allaient à l’encontre de leurs croyances religieuses étaient eux mêmes des religieux influencés par les savants grecs. La science des arabes n’était pas endogène elle n’était pas le produit de la religion mais d’un processus contradictoire.
    Et au contraire quand le siècle des lumières advint en Occident toutes ces lumières dans l’islam s’éteignirent au lieu d’en profiter pour attirer plus de savoir. Pourquoi ?

    La réponse est dans : « cha3bou ldjaziri mouslimoun wa illa l3ouroubati yantasib ».




    9



    10
    Abou Stroff
    13 novembre 2017 - 8 h 15 min

    l’islam des lumières n’a rien à voir avec l’islam mais a un rapport direct avec l’invasion puis la colonisation puis le pillage de la « périphérie » au profit du « centre » islamique. d’ailleurs, la soi disant civilisation islamique a périclité dès que les « occidentaux » ont découvert l’amérique et contourné l’afrique. ne contrôlant plus les routes du commerce, la civilisation dite musulmane s’est recroquevillée sur elle même et a commencé à produire de la « derwacha » comme seule production palpable et vérifiable.




    15



    14
      Chaoui
      13 novembre 2017 - 11 h 19 min

      « L’Islam des…Lumières » ! Il y a sept siècles qu’ils ont coupé le courant !
      Et au vu de ce qui se passe depuis la fin des années 1980, comme s’ils n’ont rien retenu ou tiré de leçons de ces siècles d’engourdissement et d’apathie intellectuelle, ils ont l’intelligence de plonger encore plus profond dans les profondeurs des ténèbres pour encore de nouveaux siècles, se complaisant à diffuser et propager le contraire du Savoir et à bannir le libre arbitre et l’esprit critique de tout un chacun pour que personne jamais ne remette en cause leur « vérité », qui ne reste que LEUR vérité.
      Si à la nuit la plus sombre succède toujours une aurore lumineuse, tel qu’ils nous en témoignent dans l’article ci-dessus la leur on peut toujours l’attendre…




      7



      10
    just a Man
    13 novembre 2017 - 7 h 58 min

    votre article veut parler de ce cheikh qui a été emprisonné pour quelques vérités (…)
    on ne peut contredire ses propos car il fournit des preuves , alors que ses adversaires n’apportent pas de preuves !!!




    6



    5
    Judas
    13 novembre 2017 - 7 h 46 min

    L’Islam des lumières n’a jamais existé , ce que vous appelez « lumières de l’islam » ce n’est que la lumière et les civilisations des peuples conquit par l’islam est affublés de la coloration islamique. Al Azhar ne fait qu’appliquer l’intégralité de l’Islam et la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L’Islam d’Al Azhar, des intégristes, des islamistes, c’est tout simplement l’Islam juridique qui colle à la norme




    11



    11
      Krimo
      14 novembre 2017 - 18 h 18 min

      Judas,

      « …. ce que vous appelez « lumières de l’islam » ce n’est que la lumière et les civilisations des peuples conquit par l’islam ……»
      Vous auriez mille fois raison si vous pouvez dire aussi vaillamment d’où viendrait le « Siècle des Lumières » au XVIII eme siècle en Europe.




      6



      1
        Judas
        15 novembre 2017 - 9 h 13 min

        @Krimo ; Le siècle des Lumières tire son nom du mouvement intellectuel, culturel et scientifique aux multiples manifestations connues sous le nom de Lumières. Les philosophes appelés les Lumières car ils voulaient éclairer les citoyens qui vivaient dans l’ignorance et l’obscurantisme comme les musulmans au 21eme siècle et leur apporter la lumière de la raison. .Ces philosophes sont Montesquieu, Voltaire, Rousseau entre autres et se situe entre 17.. et 1789
        Ces philosophes encourageaient la science par l’échange intellectuel, s’opposant à la superstition, à l’intolérance et aux abus des Églises et des États ( comme nous c’est les oulémas, les chouwoukh, les mosquées et les Etats théocratiques ). Le siècle des lumières fut le triomphe de la réflexion sur les institutions religieuses. Ne t’avises surtout pas de nous dire que c’est les musulmans qui ont enclenché le siècle des lumières en Europe, parce que l’islam interdit formellement la réflexion et l’esprit critique et ce verset Al-Maaida / 101, le confirme : « …Ne posez pas de questions sur des thèmes qui s’il vous sont divulgués vous nuiront… »
        يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا لَا تَسْأَلُوا عَنْ أَشْيَاءَ إِن تُبْدَ لَكُمْ تَسُؤْكُمْ




        2



        1
          Krimo
          15 novembre 2017 - 17 h 58 min

          Judas,

          D’abord voici la sourate 5.101 dans son intégralité.
          «O les croyants! Ne posez pas de questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous mécontenteraient. ET SI VOUS POSEZ DES QUESTIONS À LEUR SUJET, PENDANT QUE LE CORAN EST RÉVÉLÉ, ELLES VOUS SERONT DIVULGUÉES. Allah vous a pardonné cela. Et Allah est Pardonneur et Indulgent»

          Il est bien dit pendant que le coran est révélé, ne posez pas de questions sur certains sujets. Il apparait évident que si des gens se posent des questions avant la révélation, forcement cela posera problème car ces mêmes personnes peuvent s’égarer et occulter la vérité. En somme Il faut d’abord écouter comme il faudrait bien lire le verset dans son intégralité …… et non le tronquer pour se convaincre avant de se questionner.

          Dans le verset 5.105 « O les croyants! VOUS ÊTES RESPONSABLES DE VOUS-MÊMES! Celui qui s’égare ne vous nuira point si vous vous avez pris la bonne voie»

          Maintenant tu dis : «Ne t’avises surtout pas de nous dire que c’est les musulmans qui ont enclenché le siècle des lumières» …… et pour abonder dans ton sens, il se trouve que deux extraterrestres ayant pour nom Avicenne et Averroès (un autre avant eux El Farabi) et bien ils ont eu l’audace dès le 11eme et 12eme siècle de remettre sur la table un mot étrange venu d’une autre planète : PHILOSOPHIE qui est venu titiller la croyance chrétienne. Et comme ça sorti du néant un Thomas d’Aquin sanctifié depuis par son saint papa, leur porta la controverse en s’appropriant d’abord leur œuvre et enfin faire découvrir au « monde civilisé » la version chrétienne d’Aristote et des philosophes grecs. Depuis le Thomisme est né, il a fait son lit pour ainsi arriver aux Lumières.




          4



          2
          Judas
          17 novembre 2017 - 8 h 22 min

          @Krimo ; « Les historiens arabes falsifient les faits et sont presque tous d’accord sur le fait que la civilisation occidentale moderne a énormément tiré profit d’Avicenne (980-1037) et surtout d’Avérroes (1126-1198) et d’Ibn Khaldoun (1332-1406), et que l’Europe n’aurait pas pu avancer sur la voie du progrès sans leurs écrits. En fait, il n’en a rien été. Sinon, on serait en droit de se demander pourquoi les principes énoncés par Avérroes auraient été un facteur décisif de la Renaissance en Europe alors qu’ils n’ont eu, à la même époque, aucune influence sur la civilisation arabe. La réponse à cette question est très simple. En fait, Avérroes, Ibn Khaldoun et Avicenne se trouvaient en quelque sorte en dehors du courant dominant d’une culture arabe qui les a d’ailleurs refusés et rejetés ( des scientifiques, des rationalistes,
          des dualistes, des libres penseurs et des mystiques furent emprisonnés, torturés,crucifiés, mutilés ou pendus ( Les écrits d’Averroès, d’Ibn Hazm, d’al
          Ghazali, d’al Haitham, d’al Kindi accusés de blasphèmes furent brûlés ). Aucun des travaux hérétiques
          d’Ibn Rawandi, d’Ibn Warraq, d’Ibn al Muqaffa, d’al Razi n’a été conservé.) ce n’est pas pour rien qu’ils ont dit « La où l’islam passe, la civilisation trépasse » Ibn Khaldoun « l’islam est une loi pour les pourceaux » Ibn Roshd
          . Une culture arabe qui, déjà à l’époque, sombrait, tout comme aujourd’hui, sous le poids des fatwas ses oulémas, et les théologiens du Coran




          1



          1
          Krimo
          17 novembre 2017 - 21 h 04 min

          Judas,

          « Les historiens arabes falsifient les faits et sont presque tous d’accord sur le fait que la civilisation occidentale moderne a énormément tiré profit……. »
          D’abord qui sont ces historiens arabes qui falsifient les faitsɁ

          Crédule comme je suis, je tape Avicenne et Averroes (noms latinises) sur Google et la magie s’opère, tout ce que je peux lire a leur sujet est écrit par des Occidentaux et tous reconnaissent l’avant-gardisme de leur travaux et leur apport MAJEUR a la pensée occidentale ainsi que l’influence sur la Renaissance au 12eme siecle.. Les doctrines philosophique de l’un et l’autre provoquent des débats passionnes dans le monde chrétien au point d’être condamnes par l’Église par deux fois en 1240 et en 1513.

          Bien avant c’est aussi un historien arabe qui narre que Haroun Rachid a offert une horloge a Charlemagne qui venait de sortir « la nuit barbare » et conséquemment ce même Charlemagne  » aurait eu l’idée folle de créer l’école »

          Les citations d’Averroès ou celle d’Ibn Khaldoun, si tu les replaçais dans leur contexte tu en sortirais plus grandi, puisque tu l’admets toi-même qu’ils avaient leurs pourfendeurs dans leur propre communauté. Leurs propos s’adressaient essentiellement a l’interprétation rigoriste de chouyoukhs autoproclamés qui se sont appropriés, le droit de comprendre l’islam. Pour rappel Ibn Taymya, l’un d’entre eux, a passé une bonne partie de sa vie en prison




          0



          0
    Abdelrahmane
    13 novembre 2017 - 7 h 14 min

    Lumiere et islam cela fait deux choses. La tentative a échoué. La lumiere c’est comme la vie, et l’obscuritè c’est comme la mort, quand l’un est là l’autre n y est pas. L’isma c’est 200 000 morts assassinés pour que la pax pan-islamique s’impose. Il n y a aucune lumiere potentielle.




    11



    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.