Illizi : des actions de protestation pacifiques contre les résultats des élections locales

protestation
Des recours ont été transmis aux instances compétentes pour une révision des résultats. New Press

Des actions de protestation pacifiques ont été enregistrées dans la wilaya d’Illizi pour réclamer la révision des résultats des élections locales du 23 novembre, a-t-on constaté.

Des militants de formations politiques ont accroché des banderoles devant le siège de la wilaya d’Illizi pour fustiger ce qu’ils ont qualifié de fraude et de «détournement des voix des électeurs au profit d’autres parties». Aucun débordement attentant à l’ordre public n’a été enregistré jusque là, a-t-on également constaté.

La commune d’In Amenas (240 km d’Illizi) a connu des rassemblements similaires devant les sièges de la daïra et de la commune, et dans les principales artères de la ville, des protestataires scandant leur rejet des «résultats des locales» et hissant des banderoles, réclamaient de la tutelle de «restituer les voix aux personnes choisies et d’ouvrir une enquête approfondie sur la question», ont indiqué des témoins oculaires à l’APS.

Des recours ont été transmis aux instances compétentes par des formations politiques s’estimant «lésées», et ce, pour une «révision des résultats» qu’elles prétendent être «non conformes» aux procès-verbaux d’élections obtenus.

Selon les résultats provisoires des élections locales dans la wilaya d’Illizi, le Front de libération nationale (FLN) a obtenu 3 des 6 communes de la wilaya, suivi du Rassemblement national démocratique (RND), du Front El-Moustakbal et du Mouvement de la société pour la paix (MSP) avec une commune chacun.

Les 35 sièges de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) sont revenus aux FLN et RND (9 sièges chacun), le parti Ahd 54 (8), le Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD) (5) et le Front El-Moustakbal (4).

R. N.

Comment (3)

    Anonyme
    28 novembre 2017 - 0 h 01 min

    UN PAYS DEVENU UNE PROIE FACILE POUR LES PRÉDATEURS TOUS PARTIS CONFONDUS
    A L’ATTAQUE




    0



    0
    Anonyme
    27 novembre 2017 - 8 h 12 min

    Comme par miracle c’est toujours les parties du pouvoir et leurs satellites qui sortent du « chapeau ». La fraude est bien rodée, bourrage des urnes à la clôture des bureaux ; on passe ainsi de 20¨% en moyenne à 17h00 à près de 50% à la pseudo fermeture des bureaux, alors que tout le monde sait que les gens votent presque tous avant 16h00. Substitution des populations locales par des passagers (services de sécurités) sans attache avec la région en sus des chiffres gonflés. Bureaux itinérants incontrôlables, etc.
    même l’administration coloniale aurait été jalouse de tant de génie du mal.




    2



    0
    zaatar
    27 novembre 2017 - 7 h 28 min

    C’est à qui ramasser la plus grosse chkara. Les débats sont ouverts, les marches autorisées, tous les coups sont permis… c’est comme au temps des Highlanders, il ne devra en rester qu’un…




    2



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.