L’autre enfer

Fes migrants
Un bidonville à Fès ou la face cachée du Maroc en matière de politique migratoire. D. R.

Par Sadek Sahraoui – A l’instar de la Libye, le Maroc est aussi un enfer pour les migrants subsahariens. Les affrontements ayant opposé vendredi soir des migrants africains à des habitants de Casablanca prouvent largement que la soi-disant politique migratoire mise en place par le Makhzen pour faciliter l’intégration des Subsahariens dans la société marocaine n’est que de la poudre aux yeux, une fabrication politico-médiatique destinée uniquement à leurrer les opinions africaines. Les autorités marocaines veulent surtout blouser les opinions ouest-africaines vu qu’elles veulent rejoindre la Cédéao. En réalité, les Marocains ne veulent pas de migrants africains chez eux.

Même si la presse marocaine observe un blackout sur le sujet, des chasses à l’homme sont quotidiennement menées contre les Africains dans les grandes villes marocaines. Et ces chasses à l’homme sont souvent inspirées par les autorités marocaines. Du moins, elles ferment les yeux lorsqu’elles ont lieu. C’est ce qui s’est produit vendredi lorsque des habitants de la capitale économique du Maroc avaient en tête de mener une descente punitive dans un quartier connu pour servir de lieu de transit à des migrants clandestins. Heureusement qu’il n’y a pas eu mort d’hommes. «Racistes, racistes, Racistes !» scandaient des migrants retranchés sur un terrain protégé par des grilles.

Ce malheureux épisode ravive le douloureux souvenir de l’assassinat, en 2014, d’un ressortissant sénégalais. Le jeune Dakarois avait été égorgé lors d’affrontements à Tanger. Quatorze autres de ses compatriotes avaient été aussi grièvement blessés. A l’époque, les associations de défense des migrants avaient dénoncé la multiplication d’agressions racistes, notamment dans ce quartier populaire de Boukhalef. Depuis 2012, cette zone a connu l’installation de nombreux migrants clandestins en attente de passer en Espagne. La région de Tanger compterait plus d’un millier de migrants subsahariens qui tentent chaque semaine de passer en Espagne.

Attirés au début par le rêve de décrocher une carte de résidence, la majorité d’entre eux préfèrent maintenant rejoindre l’Europe étant donné que les chasses à l’homme et les manifestations de xénophobie sont devenues récurrentes. En somme, Mohammed VI reprend d’une main ce qu’il donne de l’autre.

S. S.

Comment (4)

    Anonyme
    27 novembre 2017 - 7 h 19 min

    Il faut subir l’agression au quotidien de ces envahisseurs avant de porter un jugement en leur faveur. Ils ont toutes les plaies d’égypte sur eux, ils doivent déguerpir de notre pays aussi vite qu’ils y sont venus.




    5



    1
    Le Rifain
    27 novembre 2017 - 3 h 09 min

    Si M6 veut faire des affaires en Afrique subsaharienne grâce à son Holding et ses deux banques , on lui interdit de le faire à notre dépend et au dépend de notre pays.




    2



    1
    nasser
    26 novembre 2017 - 17 h 52 min

    c ‘est malheureux mais l’ être humain n’ a pas la même mansuétude quand il s’ agit de l’ accueil d’ un migrant du africain que d’ un migrant européen à qui ont lui attribue les maux de la société et en l’ espèce pour les marocains il est plus facile de ce faire un Africain que d’ interpeler leurs monarque qui est la source de tous leurs maux. Ce qui me rassure c’ est que nos autorités respectent leurs dignité en assurant le retour dans leurs pays dans de bonnes conditions même si il faut le rappeler certains d’ entre nous tiennent des propos nauséabondes ,ne perdons pas de vue que bons nombre de civils et militaires ont été accueillis dans d’ autres pays afin de poursuivre la guerre de libération .




    4



    1
    Bennani
    26 novembre 2017 - 15 h 24 min

    Une vraie honte ce Regime Tyrannique du Makhzen




    4



    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.