Sommet UA-UE : l’Algérie condamne avec force le trafic d’êtres humains

Libye trafic
La question de la traite d'êtres humains en Libye a été évoquée par Ouyahia. D. R.

L’Algérie a condamné avec force, mercredi à Abidjan, le trafic d’êtres humains, pratiqué par les réseaux de crime transnational, a affirmé mercredi soir à Abidjan (Côte d’Ivoire) le Premier ministre, Ahmed Ouyhia, qui représente le président de la République Abdelaziz Bouteflika au 5e sommet Union africaine-Union européenne (UA-UE).

«L’Algérie tient à condamner avec force le trafic d’êtres humains, pratiqué par les réseaux de crime transnational, crime qui prend des formes diverses, du terrorisme, au trafic de drogues, à la traite esclavagiste de personnes», a affirmé Ouyahia dans son intervention sur la thématique «Mobilité, migration et jeunesse». A ce titre, il a indiqué que «la Libye est victime de ce crime survenu sur son territoire déchiré et secoué par une crise dont chacun ici se remémore l’origine», faisant observer que «cela nous interpelle tous ensemble pour redoubler d’efforts en vue du règlement de cette crise, dans la préservation de l’unité, la souveraineté et l’intégrité de la Libye».

Evoquant l’Algérie, Ouyahia a indiqué que «confronté à une situation inédite par son ampleur, mon pays, le plus exposé aux flux migratoires au Maghreb en raison de sa stabilité au plan sécuritaire et de sa dynamique économique, y fait face en mobilisant ses seuls moyens matériels et financiers, toujours plus importants, tout en demeurant animé de considérations humanitaires et de solidarité». Il a expliqué que c’est dans cet esprit que l’Algérie a mis en place un dispositif juridique permettant aux migrants de séjourner sur son territoire et d’accéder, de manière indiscriminée, aux soins de santé, à la scolarité gratuite et même au marché de l’emploi. Il a ajouté que l’Algérie s’est aussi dotée d’un dispositif socio-économique de nature à favoriser une meilleure prise en charge des jeunes candidats à la migration irrégulière.

En parallèle, l’Algérie «consent des efforts notables en matière de prévention et de lutte contre l’immigration irrégulière à travers la consolidation du dispositif de surveillance de ses frontières et de ses côtes et la réadaptation régulière des plans de prévention et de lutte aux modes opératoires des réseaux de passeurs», a relevé le Premier ministre dans son intervention. Il a également fait savoir qu’à ces actions s’ajoutent «la concertation que l’Algérie se fait un devoir d’entretenir avec les pays d’origine de son voisinage, notamment le Niger et le Mali, pour organiser le rapatriement de leurs ressortissants en situation irrégulière de la manière la plus humaine possible, en tenant dûment compte des contraintes qui sont les leurs mais aussi des considérations d’ordre public qui se posent avec acuité à mon pays».

L’ampleur de la crise migratoire en Méditerranée conforte notre conviction quant à «la nécessité d’œuvrer à l’endiguement de ce fléau par une stratégie holistique qui tienne compte des causes profondes à prendre en charge pour lutter efficacement et durablement contre ce phénomène», a recommandé Ouyahia. Il s’agit, a-t-il expliqué, en premier lieu de «prévoir et régler les conflits armés, de poursuivre le combat contre le terrorisme et la criminalité organisée et d’apporter l’aide au développement en s’engageant sérieusement sur la voie de l’investissement, de la croissance et de la création d’emplois». Il s’agit aussi, a poursuivi le Premier ministre, de «lutter avec efficacité et fermeté contre la traite des personnes, les réseaux de passeurs et toutes les formes de violences exercées contre les migrants, et les plus vulnérables d’entre eux, les femmes et les enfants».

Promouvoir une approche toujours «plus humaine et plus solidaire»

Pour Ouyahia, le thème sensible de la migration et la jeunesse témoigne de «l’intérêt cardinal» que les pays africains et européens attachent à cette problématique d’ensemble et à «la nécessité de lui apporter un traitement approprié et à la mesure des attentes». «Parce que le drame de la migration affecte en premier lieu la jeunesse, frange la plus fragile et la plus exposée de nos sociétés, nous sommes tous aujourd’hui interpellés par l’impérieuse nécessité de conjuguer nos efforts pour mettre fin à ce drame», a-t-il recommandé. Il a estimé que «le rôle des pouvoirs publics de nos sociétés doit consister en une action globale et soutenue et une prise en charge de la jeunesse et de ses aspirations et ses ambitions à assumer et réaliser ses projets», ajoutant que «cette jeunesse doit se sentir partie prenante des mutations qui interviennent dans nos sociétés au triple plan politique, économique et social». «Je voudrais dans ce contexte rappeler l’attachement de l’Algérie à la Déclaration sur la Migration, adoptée en Juin 2015 par la 25ème session ordinaire de la Conférence de l’Union Africaine, tout en réitérant la nécessité de faire face légalement mais aussi humainement aux contraintes que génèrent les flux migratoires irréguliers », a encore souligné le Premier ministre. « Je voudrais, également, rappeler que mon pays a apporté, au niveau africain, une contribution décisive dans l’élaboration d’une position africaine commune sur la migration et le développement de même qu’il a pris une part active au Sommet consacré à la migration qui s’est tenu à La Valette en novembre 2015», a-t-il dit, suggérant de «promouvoir une approche toujours plus humaine et plus solidaire de cette question combien délicate dans le respect de nos engagements internationaux et de la souveraineté des Etats».

«Si l’on peut admettre que la responsabilité devra être partagée, le fardeau résultant des conséquences induites par la lutte contre la migration irrégulière ne saurait incomber aux seuls pays d’origine ou de transit, du reste démunis face à l’ampleur de ce phénomène», a souligné le Premier ministre. Il a précisé que «les partenariats, s’ils sont, à l’évidence, incontournables pour traiter de ce phénomène, devraient intégrer, de manière équilibrée, les intérêts et les préoccupations des pays d’origine et de transit dans une égale mesure que ceux de destination».

Pour un partenariat «exemplaire» entre l’Afrique et l’Europe

Le Premier ministre a toutefois fait remarquer que l’ampleur prise au cours des quinze dernières années par le phénomène de l’immigration irrégulière dans le monde ne devrait pas détourner la communauté internationale, ni les deux organisations, de l’objectif essentiel de «bâtir un partenariat exemplaire entre les deux continents et de poser la base d’un règlement durable et de long terme pour certains défis comme celui de la migration irrégulière». «Certes, les mesures policières et de contrôle aux frontières, tout comme celles destinées à lutter contre l’immigration irrégulière sont nécessaires. Elles ne sauraient, toutefois, suffire à elles seules ni occulter l’œuvre commune à long terme qui nous incombe à tous dans un cadre global et concerté, a relevé Ouyahia. «Elle ne saurait pas plus faire obstacle à la migration légale et ordonnée qui constitue en ces temps de mondialisation un levier important pour les échanges et la coopération entre les peuples et entre les pays», a-t-il déclaré.

R. N.

Comment (20)

    Anonyme
    1 décembre 2017 - 18 h 11 min

    TRÈS URGENT !!!! LES SUBSAHARIENS NOUS ENVAHISSENT PAR LA FRONTIÈRE AVEC LE MAROC

    A Algérie patriotique URGENCE !!!!!

    Une vidéo est sortie hier le 30 novembre 2017, sur youtube dont le titre est:
    « Algérie: Le makhzen déverse des centaines de migrants subsahariens vers la frontière algérienne »

    Il faut que la presse algérienne harcèle les autorités pour les expulser, on voit des dizaines en marches en direction des premiers villages, la situation est vraiment trés grave.




    3



    1
    Salim31
    1 décembre 2017 - 15 h 44 min

    Attention derriere les commentaires de ces infiltres du makhzen comme ce argentroi; le maroc prepare des expulsions des noirs africains vers l algerie _il faut absolument boucle la frontieres ouset et informe les etats africains des activites _le maroc a utilises les migrants pour acceder a l oua des que ces objectifs seront realiser ils les jettra sans pitie




    2



    1
      Anonyme
      1 décembre 2017 - 17 h 40 min

      Ils sont déjà rentrés Tlemcen est envahie. voir vidéos sur YouTube je suis consterné, on voit des dizaines de jeunes saheliens en marche pour coloniser les autres villes




      3



      1
      Anonyme
      1 décembre 2017 - 18 h 14 min

      A Salim 31

      URGENCE !!!!! A lire, nous devons faire face au fléau subsaharien

      Une vidéo est sortie hier le 30 novembre 2017, sur youtube dont le titre est:
      « Algérie: Le makhzen déverse des centaines de migrants subsahariens vers la frontière algérienne »

      Regardez la vidéo, il faut taper ces mots clés pour la retrouver.




      2



      1
    Salim31
    1 décembre 2017 - 12 h 07 min

    malheuresement il existent des brebis galeuses en algerie qui sont une des causes de la deferlante des mendiants de toute l afrique dans notre beau pays ;
    Il y a les debiles qui sont « ouverts » a tout vents qui preferent l etranger a leur compatriotes en passant des migrants mendiants _ils n arretent pas de donner de l argent et sont contents qu ils y est toujours plus de mendiants _cette race de « deyoutes » local est tout aussi nuisible que ces mendiants.




    2



    1
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 20 h 49 min

    Ces subsahariens sont devenus trop lourds et doivent admettre qu’ils doivent rester chez eux, en Algérie tout le peuple est contre leur présence avec toutes les conséquences sur tous les plans que cela engendre.




    5



    1
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 19 h 45 min

    Ces étrangers ont été envoyés dans le cadre d’un complot visant la destruction de l’Algérie et la disparition pure et simple du peuple Algérien par des vagues incessantes de mendiants Africains qui ne gênent plus pour ramener des femmes très jeunes déjà mères de plusieurs gamins, sur le point d’accoucher, et appelées vu leur jeune âge à produire encore et encore des bébés sur nos terres. Les commanditaires du complot contre l’Algérie et leurs rusés exécutants Africains on trouvé l’astuce imparable : engrosser les jeunes mendiantes pour leur faire éviter ainsi qu’à leur progéniture une éventuelle expulsion et de cette façon participer in situ à l’augmentation de façon spectaculaire du nombre de migrants déjà installés et ceux qui vont encore débarquer. A ce rythme là dans 10 ans les Algériens seront minoritaires sur leur sol et dans 20 ans l’ethnie Algérienne sera entièrement dissoute dans une ethnie africaine étrangère.




    5



    1
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 18 h 15 min

    Les algériens doivent agir et s’organiser minutieusement dans les wilayays, villes villages et quartiers pour mettre dehors cette mafia subsaharienne les uns mendient les autres trafiquent et volent sans avoir froid aux yeux. qu’est ce qu’on attend pour leur déclarer la vrai chasse et les foutre dehors ….C’est TROP, on refuse de vivre avec eux on a ce droit comme même.




    7



    1
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 17 h 03 min

    @ Majda
    Sur ce site patriotique les avis négatifs , aux commentaires des internautes jaloux de la stabilité la sécurité de notre pays et nos citoyens ne peuvent provenir que des parents et amis de ces clandos qui vont nous mener la vie dure, très très dure. Il faut redoubler de vigilance.




    9



    2
      Anonyme
      30 novembre 2017 - 18 h 26 min

      Comme je l’ai dit auparavant, des mercenaires de la Toile se sont donnés le mot pour envahir le Net de propos racistes sans aucune mesure dans le but de faire croire au lecteur que l’algérien est d’un racisme crasseux au point qu’il ne peut contrôler sa haine ! Cela confirme que cette campagne d’astroturfing vise l’Algérie et son image d’un pays hospitalier qui n’a pas oublié ce qu’il a enduré durant les années du terrorisme. Et comme le ridicule ne tue pas, certains se demandent où je vis ! Pardi, mais en Algérie et je ne manque pas de voir les algériens solidaires avec ces damnés de la terre où il est arrivé de les voir leur rapporter des ventilateurs et n’en parlons durant le mois du Ramadan. L’algérien n’est pas raciste et CHAH FIKOUM !




      1



      7
        Anonyme
        30 novembre 2017 - 20 h 18 min

        Les algériens ne sont pas racistes mais contestent fortement la présence de ces clandestins guidés par leurs réseaux criminels africains noirs. L’Algérien refuse de se montrer BON pour devenir CON. Algérie aux algériens et seulement aux algériens, les populations subsahariennes doivent quitter notre territoire tôt ou tard de gré ou de force violente. Ces gens ne sont pas des damnés de la terre, au contraire leurs terre sont vastes et mélangées aux minerais et aux richesses leurs misère apparente ne nous concerne pas et aucun algérien ne leur a conseillé de casquer chacun 120 000 dinars pour débarquer chez nous en intrus. Nous défendons notre pays si cela ressemble au racisme OUI nous sommes racistes et CHAH à ceux qui nous traitent ainsi.




        7



        1
      Argentroi
      30 novembre 2017 - 19 h 41 min

      Comme je l’ai dit auparavant, des mercenaires de la Toile se sont donnés le mot pour envahir le Net de propos racistes sans aucune mesure dans le but de faire croire au lecteur que l’algérien est d’un racisme crasseux au point qu’il ne peut contrôler sa haine ! Cela confirme que cette campagne d’astroturfing vise l’Algérie et son image d’un pays hospitalier qui n’a pas oublié ce qu’il a enduré durant les années du terrorisme. Et comme le ridicule ne tue pas, certains se demandent où je vis ! Pardi, mais en Algérie et je ne manque pas de voir les algériens solidaires avec ces damnés de la terre où il m’est arrivé de les voir leur rapporter des ventilateurs et n’en parlons durant le mois du Ramadan. L’algérien n’est pas raciste et CHAH FIKOUM !




      1



      7
    Anonyme
    30 novembre 2017 - 16 h 20 min

    Beaucoup de mots ayant perdu leur sens à force d’être utilisés à l’emporte pièce et galvaudés, gagneraient à être redéfinis.

    En tant que peuple multimillénaire autochtone sur cette terre d’Afrique du Nord, nous avons des valeurs liées à nos coutumes et traditions ancestrales. Ces valeurs réglementent notre vie au quotidien.
    Ces valeurs qui réglementent entre-autre l’hospitalité nous interdisent : 1) d’entrer clandestinement chez autrui, même si cet autrui est un voisin géographique ou un ami ou un parent,
    2) on ne s’invite pas soi-même pour quelque motif que ce soit, et ne peut se considérer comme invité que la personne qui a été dûment invitée à une fête ou à un séjour,
    3) une fois accueuilli au domicile de l’hôte, cet accueil ne peut être considéré comme une invitation à passer plus de temps que ne le prévoit la durée de l’accueuil,
    4) une invitation ne dure pas plus de 3 jours sauf si l’hôte d’accueuil décide d’en étendre la durée,
    5) on ne doit jamais imposer ses propres comportements chez l’hôte d’accueil,
    6)…etc…etc..

    On peut encore allonger cette liste d’éligibilté à l’hospitalité

    Dans le cas qui nous occupe et nous préoccupe ces critères minimaux ne sont pas respectés par cette déferlante de centaines de milliers de mendiants arrogants vindicatifs et de plus en plus menaçants et agressifs.

    Pour obliger les patriotes et les honnêtes gens qui se font du souci pour leur pays de se taire on essaie de les culpabiliser de les anesthésier, de les tétaniser en leur collant le terme infâme de raciste.




    7



    2
    Majda
    30 novembre 2017 - 15 h 50 min

    @Agentroi le frère affectueux à ces subsahariens,

    Ces populations sahéliennes sans aucune pudeur ni le moindre civisme donc différents de nous algériens Nord-africains, ils sont différents à tous points de vue. Nos valeurs, notre pudeur nos comportements notre identité arabo-berbère musulmane ne nous permet pas de nous allonger sur les trottoirs des autres pays en familles vieillard, vieux, arriéres grands-mères, adolescents, jeunes femmes et toutes enceintes et une armée de jeunes hommes avec une corpulence de DRAGULA entrain de nous suivre du coin de l’œil et attendant le moment opportun pour nous sauter dessus. ils sont peut être vos féres à vous si vous avez un parent malien ou nigériens mais pas les frères des algériens, nuance ne nous collez pas cette peste de grâce.




    9



    1
      Anonyme
      30 novembre 2017 - 19 h 44 min

      Vous avez tout à fait raison




      3



      1
    Kenza
    30 novembre 2017 - 10 h 48 min

    « A ce titre, il a indiqué que «la Libye est victime de ce crime survenu sur son territoire déchiré et secoué par une crise dont chacun ici se remémore l’origine» »
    Tout à fait Mr Ouyahia, on se souvient très bien du rôle joué par Sarkozy, fidèle toutou des américains, et de son acolyte BHL, philosophe de pacotille….




    10



    1
    HANNIBAL
    30 novembre 2017 - 10 h 37 min

    L’Algerie condamne c’est bien beau de condamner la traite des etres humains mais dans ce sommet comment
    justifier sa présence toute honte bue de notre voisin mulatre VI premier exportateur de drogue y siège a ce sommet et
    n’est pas pointé du doigt dont la maltraitance des etres humains dans son royaume est connu ou sont emprisonnés pour avoir manifesté c’est 35 millions de sujets maltraités obligés de ramper a ses pieds comment ce roitelet prédateur
    peut’il prétendre montrer une image positive de son pays alors que des enfants mineurs sont maltraités c’est une vraie dictature ou l’esclavagisme est roi on laisse l’essentiel ce sommet est un non événement juste pour mieux presser le
    citron Africain et par la faire miroiter la richesse aux indécis par Shlomo VI qui faire office de trublion pour la françafrik
    beaucoup sortiront déçus de cette galéjade condamnons ce qui est condamnable .




    3



    1
    Argentroi
    30 novembre 2017 - 9 h 57 min

    Cette intervention d’Ouyahia premier ministre est loin de celle d’Ouyahia patron du RND et conseiller à la présidence quand il se lâchait en juillet dernier en déclarant : « Ces étrangers en séjour irrégulier amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux. » Il ne faut donc jamais oublier que nous sommes d’abord et surtout africains et ceux qui veulent entretenir le racisme en Algérie œuvrent en vérité contre l’Algérie pour qu’elle s’éloigne de son devoir de solidarité envers nos frères africains. Cette solidarité raffermit la lutte contre le terrorisme quand se tissent des liens indéfectibles entre le peuple algérien et les peuples des pays subsahariens.
    Les campagnes médiatiques d’astroturfing contre les migrants africains qu’on rencontre souvent sur le NET sont sûrement menées pour nuire à l’Algérie et qui sont à mettre à l’actif du terrorisme.
    Ouyahia est-il déjà intoxiqué par ses campagnes quand il a fait sa tonitruante déclaration de juillet dernier ? Mais heureusement qu’il y a eu une saine réaction citoyenne pour le ramener à des considérations plus nobles que le racisme crasseux qu’on veut inoculer à l’algérien.




    3



    9
      Salim31
      30 novembre 2017 - 13 h 06 min

      Dans quel planete vous vivez?? Hier j ai sauve des jeunes filles harcelées presque
      agressées par des mendiants saheliens d a peine 10 ans.
      un vendeur de cigarettes m a affirme qu ils font la loi ici est les passant sont harceles sans pitie!!
      une mafia de 10 ans par milllers, qui fera la terreur d ici 5 ans a cause de laches!!!
      nos enfants payeront dans le futur (…)




      6



      2
      Kahina
      30 novembre 2017 - 14 h 06 min

      Ouyahia défend son pays comme tout autre responsable d’autres pays.
      L’Algérie n’est pas une écurie pour les délinquants africains.




      5



      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.