Dangereuse instrumentalisation de l’ANP par le résidu de l’ex-FIS Aribi

Aribi verse des larmes de crocodile sur les soldats de l'ANP, alors qu'il se fait l'avocat des chefs du FIS qui a failli conduire le pays à sa perte
Hassan Aribi. New Press

Par Houari Achouri – Un député, réélu aux élections législatives du 4 mai dernier, a adressé une longue lettre au président Bouteflika, sollicitant son intervention en faveur des anciens membres de l’ANP qui revendiquent leurs droits et qui ont organisé dans ce but des actions très médiatisées à travers le territoire national. Rien d’anormal à ce qu’un élu fasse une telle démarche, sauf que, dans ce cas, il s’agit de Hassan Aribi, député islamiste du Front de la justice et du développement (FJD) dont tout le monde connaît les accointances avec le Front islamique du salut (FIS) dissous. Hassan Aribi verse des larmes de crocodile sur les soldats de l’ANP, alors qu’il se fait l’avocat des chefs du FIS qui a failli conduire le pays à sa perte.

Député de longue date, Hassan Aribi n’ignore sans doute pas que ces revendications sont prises en charge au niveau du ministère de la Défense nationale, comme le prouvent les milliers, voire les dizaines de milliers de régularisations de dossiers des éléments des catégories concernées, à l’exemple des retraités ou des rappelés ou des militaires rayés des contrôles pour des raisons médicales non imputables au service. La communication du ministère de la Défense nationale n’a jamais failli sur cette question. Il suffit de se référer aux nombreux communiqués publiés par l’institution militaire pour s’en rendre compte. Alors, pourquoi cette incursion de Hassan Aribi dans une affaire qui fait l’objet d’un traitement normal ?

On sait que Hassan Aribi est plutôt connu pour se mêler des affaires qui concernent le FIS. Il y a un an, il était intervenu en faveur de quelques-uns des anciens dirigeants de ce parti qui avaient été placés sous contrôle judiciaire en décembre 2009 pour «participation à une marche non autorisée» à Alger. Il avait même demandé au ministre de la Justice de présenter des excuses officielles à ces individus. Le député du FJD est également réputé pour sa surenchère islamiste sur toutes les questions qui touchent à la modernisation du système éducatif et sur lesquelles il monte chaque fois au créneau comme défenseur des «constantes». Il est évident qu’en agissant ainsi, il cherche à plaire aux extrémistes du FIS dissous, principalement pour gagner les voix de son électorat résiduel.

En s’emparant de l’affaire des «anciens» de l’ANP, le député du FJD a-t-il changé de camp ? On pourrait le croire sachant que la lecture des résultats des élections locales qui ont consacré la déconfiture des islamistes, et en particulier du FJD, a, effectivement, de quoi lui donner à réfléchir. En plus, en dehors de l’élection présidentielle de 2019, dans laquelle les islamistes n’ont absolument aucune chance, les prochaines consultations électorales auront lieu dans cinq ans. Le FIS ne présente plus d’intérêt pour Hassan Aribi, alors il se tourne vers d’autres causes ? Dans quel but a-t-il choisi celle des anciens de l’ANP ?

A moins qu’il cherche à se placer médiatiquement, comme il y a deux ans, quand il avait attribué au général de corps d’armée Mohamed Médiene des déclarations qui ont vite été qualifiées par maître Miloud Brahimi, avocat de l’ex-chef du DRS, de pures «spéculations». Mais là aussi, il n’y avait rien d’innocent, selon certains médias, qui avaient vu dans la déclaration du député islamiste une tentative d’attiser les conflits au sein du pouvoir.

H. A.

Comment (12)

    HOMBRE
    2 décembre 2017 - 14 h 03 min

    C est a ça que l on reconnait les gens du FIS: ils ont une tache sur le front et des mains douces de pianiste!!! preuve qu ils n ont jamais manié la pioche et la pelle comme les chinois!!
    Ils feraient mieux de relever les manches pour leur pays au lieu d etre des vendus aux etrangers allies a nos ennemis seculaires!! leur seul programme c est la longueur des jupes des femmes!!! ma femme s’habille comme elle veut, pas besoin d un traitre au pays pour lui dicter sa conduite!! je suis sur qu il a une deuxieme nationalite.
    VIVE L ALGERIE VIVE L ANP DES BRAVES




    0



    1
    Algérie Authentique
    2 décembre 2017 - 11 h 00 min

    « certains médias, qui avaient vu dans la déclaration du député islamiste une tentative d’attiser les conflits au sein du pouvoir. » voilà la réponse, la sale graine continue d’œuvrer à l’installation du conflit généralisé! il faudrait qu’ap s’intéresse à la manière dont cette racaille a été « élue »..




    2



    2
    Abou Stroff
    2 décembre 2017 - 9 h 17 min

    si la presse évitait de parler de ce gus, les algériens lambda n’entendrait guère parler de lui!
    alors, faisons le black out sur cet énergumène qui disparaitra aussitôt des écrans radar.




    7



    2
      Algérie Authentique
      2 décembre 2017 - 11 h 02 min

      non justement maintenant qu’il est à l’apn il faut pas le lâcher!




      1



      1
    anonyme
    2 décembre 2017 - 9 h 09 min

    S’attaquer systématiquement à ce député de la mouvance islamique est devenu une hystérie , ça aura forcément un effet contraire puisque ça va le rendre célèbre alors que rares sont ceux qui le suivent !




    2



    3
    Akli Boughzer
    2 décembre 2017 - 6 h 53 min

    Le poste de député a beaucoup d’avantages sur lesquels Aribi ne crache pas.A mon avis il faut interdire l’utilisation de la religion à des fins politique fond de commerce de ces énergumènes très friands des biens terrestres.Plus opportuniste que lui tu meurt.




    5



    3
    Moskosdz
    2 décembre 2017 - 1 h 41 min

    Souvenons nous du Fis qui envoyait des bambins se faire tuer afin de faire de la politique sur leur dos,un intégriste restera éternellement fasciste,quitte à utiliser les morts pour se faire valoir.




    8



    4
    Tinhinane
    1 décembre 2017 - 20 h 55 min

    Pourquoi le laisser siéger à l’APN. Il est dangereux pour la stabilité du pays…il faut le jeter comme un rat dans une cellule. Donnez lui un tapis pour qu’il cogne son front un peu plus au sol.
    Pourquoi laisser des terroristes en liberté.




    11



    8
    manouchka
    1 décembre 2017 - 20 h 49 min

    grave à quel point les islmo baathistes sont devenus HYPOCRITES à 100% , avant ils l’étaient à 99,99 ..mais là c’est criard , ils revendiquent l’hypocrisie même .




    9



    6
    elhadj
    1 décembre 2017 - 18 h 34 min

    de prime abord accordons lui un préjugé favorable a sa démarche si tant qu elle serait innocente dans ses intentions , formulée par un humble citoyen député en dehors de tout calcul politique qui pourrait être une supposée recuperation électorale bien qu en la circonstance elle est inopportune . toutefois l institution militaire dispose de moyens humains et matériels spécialises pour prendre en charge;les étudier et décider sur le fond et sur la forme des doléances de ses anciens membres




    8



    4
    Anonyme
    1 décembre 2017 - 18 h 17 min

    Est-ce que ce monsieur se frappe la tête contre le sol quand il fait ses prières pour avoir une ecchymose sur le front? Un autre signe ostentatoire pour cette école superficialiste. Apparemment, les apparences rapportent plus dans la vie sur terre… Pour l’au-delà, j’imagine que ce monsieur et ses semblables ont ajouté un Hadith pour autoriser l’automutilation.




    5



    8
    Zéroual
    1 décembre 2017 - 17 h 27 min

    ce pseudo aribi est soutenu et parrainé par la turquie, les monarchies du golf dont l »arabie tayhoudite et le makhnez.
    ce « dépité » sa place est en prison et non pas a l’APN, car a chaque fois qu’il intervient sur la scéne nationale, il appelle les citoyens a peine voilé a la désobeissance civile.
    c’est un type très dangereux pour la stabilité du pays.




    16



    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.