Saïd Bouteflika ne se présentera pas à l’élection présidentielle en 2019

Bouteflika présidentielle
Le frère du président de la République, Saïd Bouteflika. New Press

Par Hani Abdi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, assure que Saïd Bouteflika n’a aucunement l’intention de remplacer son frère à la tête du pays. Lors d’une conférence de presse qu’il a animée aujourd’hui au siège national du parti, Djamel Ould-Abbès poursuit en demandant aux journalistes de laisser tranquille le frère cadet du chef de l’Etat. «Lâchez un peu le frère du président Bouteflika, je jure qu’il n’ambitionne pas de remplacer le Président de la République», a-t-il affirmé, assurant dans ce sillage que la question de la présidentielle d’avril 2019 sera largement abordée lors de la réunion ordinaire du Comité central qui se tiendra en mars 2018.

Djamel Ould-Abbès, qui a tiré un bilan positif de la participation de son parti aux dernières élections locales, a exclu l’existence d’une guerre entre le FLN et le RND, préférant parler de rivalité entre deux alliés politiques. Questionné sur les critiques virulentes de Chakib Khelil du plan d’actions du gouvernement, le secrétaire général du FLN estime qu’il est libre de toute obligation officielle et, de ce fait, il a le droit de dire ce qu’il veut. Djamel Ould Abbès a également répondu aux questions relatives à la réapparition médiatique de l’ex-secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem.

Pour lui, le FLN est dans un processus de renouveau et le rajeunissement de ses rangs est une réalité. Une manière pour lui de fermer définitivement la porte au nez d d’Abdelaziz Belkhadem qui a affirmé récemment qu’il fait toujours de la politique mais loin des feux de la rampe.

Djamel Ould-Abbès avait assuré qu’il ne quittera pas son poste de secrétaire général du FLN avant la fin de son mandat, en 2020. «Je ne céderai ma place à personne. Les jeunes du FLN n’ont qu’à attendre la fin de mon mandat», a-t-il répondu sèchement à une question d’un journaliste sur son attitude face aux frondeurs qui continuent d’agir dans l’ombre pour son éviction.

H. A.

Comment (26)

    Anonyme
    19 décembre 2017 - 18 h 11 min

    C’est le drabki qui deviendra le nouveau fakhamatou .




    0



    0
    Lghoul
    19 décembre 2017 - 16 h 34 min

    Nuance – Ce que Oul Abbas a précisé est que tant que le président est toujours vivant, persone ne pourra prétendre a son fauteuil et cela inclu l’année 2019 bien sur. Mais si les conditions changent, alors la ça serait different …
    Donc Said ne pourra pas se présenter pour le moment….




    0



    1
    LE NUMIDE
    19 décembre 2017 - 15 h 36 min

    On connaît pas Saïd Bouteflika , ses idées politiques et ses projets….Mais s ‘il se considére comme homme politique algérien berbère , et comme candidat algéfien qui ne fait pas une politique antiberbère contre son peuple Berbère , si c’est un Argaz qui frappera sur la table pour imposer l’Algérie comme nation et comme PUISSANCE BERBERE et fera une politique réaliste et lucide en sortant de la misérable Ligue des rois arabes SOUS TUTELLE JUIVE ISRAELIENNE et s’il continue la sage politique extérieure de son frère Abdelaziz et de ses ministres Lammamra et Messahel ….Et alors pourquoi pas candidat président Said Bouteflika il a le droit citoyen algérien LUI OU UN AUTRE ???




    3



    7
    Kahina
    19 décembre 2017 - 13 h 48 min

     »…Abdelaziz Belkhadem qui a affirmé récemment qu’il fait toujours de la politique mais loin des feux de la rampe »
     »son attitude face aux frondeurs qui continuent d’agir dans l’ombre pour son éviction ».

    Si je comprends bien, C’est le Wahhabite Abdelaziz Belkhadem qui agite les frondeurs. Le wahhabo-takfiriste Belkhadem ne veut pas lâcher son rêve de représenter l’Arabie wahhabite à la présidence.
    L’Algérie ne connaitra pas la paix tant que ce wahhabite continue de s’agiter.




    8



    2
    ZORO
    19 décembre 2017 - 12 h 00 min

    QUESTION : Qui savait que Boumediene prendra la place de Benbella et que Chadli sotira du neant pour lui succeder, laissant la place a Boudiaf qu on avait complement oublie, pour qu arrive bouteflika le proscrit???
    REPONSE: NOBODY!!!! C est ainsi que se fait le choix…




    7



    3
    hakim
    19 décembre 2017 - 11 h 12 min

    Ali Akbar Velayati a déclaré :

    « Si la France cherche à conserver une certaine respectabilité au plan international, elle ne doit pas être la subordonnée des Américains (…) car aujourd’hui le président français est l’apprenti de Trump en Europe »

    Notre mentor (Macron) à qualifié les décisions de trump de regrettable à partir de notre sol, entre ce qu’il fait et ce qu’il dit il y a une grande différence, quant au prochain président de l’Algérie …… ????




    3



    3
    lhadi
    19 décembre 2017 - 11 h 07 min

    J’invite ce directeur de cette école d’escroquerie qui apprend à ses élèves à faire passer le faux pour du vrai à méditer sur la citation de JOHN LOCKE ( philosophe anglais défenseur du libéralisme) :

     » Quand on plonge un peuple dans la misère et qu’il se trouve exposé aux sévices du pouvoir arbitraire… vous pouvez faire passer les gouvernants pour ce que vous voudrez, vous arriverez toujours au même résultat. Le peuple qu’on maltraite d’une manière illégale saisira la première occasion de se libérer d’un fardeau qui lui pèse lourdement. Il appellera de ses voeux le moment opportun et il guettera : les affaires humaines sont sujettes à tant de fluctuations, de faiblesses et d’accidents, qu’il est rare que l’occasion tarde à se présenter d’elle-même »

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    2



    2
    Anonyme depuis 1962
    19 décembre 2017 - 9 h 50 min

    La mission des Boutef’s a été menée à bon port: Après l’abrutissement par l’école, le rêve suprême du jeune algérien, quelle que soit sa situation, est de SE TIRER DE SON PAYS ! Il paie même très cher sa place sur une barcasse, pour un suicide probable en mer.
    Le long travail du clan et à vider le pays de sa sève et de ses forces.
    Tout le monde sait que s’il y a un petit interstice ou plus besoin de visa… la majorité de ce peuple ira chercher une vie et un peu de liberté AILLEURS.
    Cet ailleurs que se sont déja préparé(…) toute cette engeance ELLI SELLATHA ÂLINA REBBI ! Cette calamité qui a ‘investi’ l’argent volé au peuple pour garnir leurs coffres, s’acheter des maisons et autres biens cossus en occident et continue à nous narguer.




    9



    5
    Tangoweb 54
    19 décembre 2017 - 8 h 48 min

    Ce Ould Abbés est un Clown qui amuse la galerie et puis il ne parle que lorsqu’ il reçoit les ordres de ses mentors (Siadou). ce Monsieur a été choisi car il n a aucune honte, aucun respect pour lui même et encore moins pour les autres! c est un chiyate, specialiste des basses besognes!!




    10



    5
    awrassi
    19 décembre 2017 - 8 h 48 min

    J’implore Dieu qu’Il nous donne un jeune militaire instruit aux affaires économiques, suffisamment intelligent pour demander la protection de la Russie et de la Chine avant son coup d’Etat. Ce président nous armera de la bombe A ou H, sera nationaliste, économiquement marxiste et fera régner l’ordre et le droit par tous les moyens ! Politiquement, l’Algérien de la rue est un élève de maternelle. Et l’enfant ne refuse qu’une chose : l’injustice … La démocratie n’a aucun sens quand le peuple est inculte. D’où la nécessité de l’éduquer et d’attendre à ce qu’il soit capable de se prendre en charge ! Un peu comme nous, parents, faisons avec nos enfants !!!




    12



    7
    Lghoul
    19 décembre 2017 - 8 h 47 min

    En fait qui a demandé a savoir s’il se présentera ou pas ?
    En plus, est ce que ce Ould Abbas est le porte parole de Said Bouteflika ?
    On dirait que tous les Bouteflika ont des milliers de porte parole a leur insu.
    Du drebki, a ghoul a benyounes jusqu’a Tata Louiza.
    C’est quoi tout cela ? C’est quoi toute cette comédie ?
    Vous voulez, soit mettre le peuple devant le fait accompli ou voir si le ballon de sonde
    est bien reçu par le peuple ?




    9



    6
    Rani Zaafane
    19 décembre 2017 - 8 h 39 min

    C’est normal que Said ne se présentera pas aux élections présidentielles de 2019 parce que c’est son frère l’actuel « président » qui sera président!! il ne peut quand même pas se présenter contre son frère?!.
    Une chose est sure: tant que Abdelaziz Bouteflika est vivant personne ne pourra le remplacer, même si on doit modifier encore une fois la constitution!!! Donc Ould Abbas sait de quoi il parle!




    13



    4
    Zaatar
    19 décembre 2017 - 7 h 49 min

    « On n’était pas du même bord mais on cherchait le même port » (Brel). Il y a peut être deux, trois voire plus de tendances au sein de cette mafia… mais il n y a qu’un seul système qui a toujours cherché à garder les commandes du pays… Que ce soit Said, hmimed, abdelaziz, ou khalti aïcha, on n’en a cure du moment que c’est le même système qui perdure. On attendra encore et le bout du tunnel ne sera pas pour demain.




    8



    4
    Anonyme utile
    19 décembre 2017 - 7 h 42 min

    Saïd Bouteflika ne compte pas remplacer son frère, dites-vous? Alors il doit quitter le poste-imposture qu’il occupe, dans les meilleurs délais. C’est un préalable, avant la période électorale, qui va bientôt commencer et avant le déluge et l’enfer pour lui et son clan, vu la haine qu’une grande partie des des Algériens a à son égard, à très juste titre. Il est à l’origine du désastre économique et de la mal vie d’une grande partie de notre peuple. Honte éternelle à vous qui avaient poussé les Algériens à quitter le pays au péril de leur vies. Ils ne veulent plus vivre en Algérie à cause de vous, qui avaient transformer ce beau pays en enfer.




    11



    6
    Rascasse
    18 décembre 2017 - 23 h 25 min

    Alors c’est le contraire de ce qu’il avance, c’est leur façon de gouverner, un ballon sonde histoire de tâter le terrain, dans quelques jours vous allez voir des comités de patriotes braves citoyens de la société civile appeler le moudjahid Saïd à briguer le mandat …




    14



    6
    Anonyme
    18 décembre 2017 - 20 h 59 min

    CE N EST QU UN AMUSEUR DE GALERIE ; OCCUPER L OPINION PUBLIQUE NI PLUS NI MOIN ! CETTE SEMAINE IL Y AURAIT DU NOUVEAU LA HAUT !




    11



    3
    RasElHanout
    18 décembre 2017 - 20 h 50 min

    En 2019 Ouyahia sera le Président de notre pays et ce Ould Abbès sera reconduit chez lui au Maroc. Point barre.




    19



    18
      Algérien Nationaliste.
      19 décembre 2017 - 12 h 14 min

      Ouyaya a plus de 65 ans il est temps qu’il aille se reposer. Pour 2019 il nous faut un président jeune, nationaliste, berbère et non islamisé!!!




      5



      5
    Anonyme
    18 décembre 2017 - 20 h 36 min

    Lorsque ce OULD ABBES se prononce sur une chose , il faudrait aller voir son contraire. Que de fois , il nous a juré sur un tel ou un tel et au final , c’est tout le contraire qui arrive. Le règne de cette pègre tient à toute cette escroquerie de déclarations pour rendre inerte cette usurpation du pouvoir. Ce patron du FLN reste le rapporteur de cette basse-cour d’où émerge le coq du village, sans donner les détails de cette apparition. Pourquoi alors cette déclaration et maintenant ? Les symptômes de fin de règne commencent à apparaître en dissimulant la véritable démarche , préparée pour 2019, si le Bon Dieu le désire.




    10



    8
    le niveau
    18 décembre 2017 - 20 h 19 min

    nateg ressmi taa said ..yaw vous aller tous quitter le pays bel mlih wela bel mlaha
    vous avez encore le temps mais faite vite le temps presse mais pas de votre coter alor prennez se que vous voulez et foutez-nous la paix




    14



    9
    Anonyme
    18 décembre 2017 - 20 h 13 min

    C’est Ould Abbas qui ambitionne de prendre la place de Bouteflika .




    14



    10
    LOUCIF
    18 décembre 2017 - 20 h 09 min

    Qu’est-ce que c’est que cette manière de parler à la place des autres ??? Si j’étais Said Bouteflika, je réagirais pas pour dire qu’il se présente ou pas à la Présidentiel, mais juste pour lui dire « de quoi je me mêle » , pour juste remettre à sa place cette personne, qui jure en plus sur … Dieu !!!




    11



    4
    karimdz
    18 décembre 2017 - 19 h 56 min

    Personnellement je le pense aussi, meme si je suis pas flniste. Cela le discréditerait.

    Il n en demeure pas moins que le prochain président risque d être un membre du pouvoir actuel, j ai mon idée, il est premier ministre, et il serait enfin temps d assurer une véritable alternative.




    17



    6
      Anonymous
      18 décembre 2017 - 20 h 33 min

      Prochain Président d’Algérie pour 2019 : Ahmed Ouyahya




      13



      13
        Anonyme
        19 décembre 2017 - 0 h 35 min

        Il parait un peu bébête.




        3



        7
    AIGLE-BLEU
    18 décembre 2017 - 19 h 55 min

    Notre héro national Mr Ould abbés,tous qu’il dit est le contraire ce qu’il va arriver,aussi c’est un génie de la magie et de la propagande,que dieu le garde pour le régime actuel,lorsque les autres nations avancent la nôtre régresse,




    16



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.