Dos au mur

Port importations
La baisse des importations pénalisera à coup sûr le citoyen. New Press

Par Kamel Moulfi – Comment continuer à réduire la facture faramineuse des importations en ces temps de crise financière ? Est-ce possible sans pénaliser le citoyen dans sa consommation quotidienne, c’est-à-dire sans provoquer incidemment des pénuries chroniques, en particulier sur les produits sensibles comme les médicaments ? Ni paralyser les activités économiques qui ont besoin d’intrants et d’équipements ramenés de l’étranger ? Leur ralentissement serait fatal à la démarche de développement hors hydrocarbures qui est la solution aux problèmes posés à l’Algérie par sa dépendance à ces ressources épuisables.

La réponse paraît simple : ne pas acheter à l’étranger ce que les capacités nationales offrent déjà ou peuvent procurer, moyennant certaines conditions faciles à réunir. Le gouvernement Ouyahia semble vouloir s’orienter dans cette voie. Des indices en sont donnés à travers les décisions annoncées dans le secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique, le fameux BTPH, très gourmand en études généralement commandées à des étrangers et en matériaux importés, sources de sorties de devises qui ne sont pas inévitables. Ce secteur utilisera, dans toute la mesure du possible, laisse-t-on croire, la production nationale pour mener à bien à ses projets.

Dans l’impossibilité d’influer de façon significative sur les recettes extérieures tirées des ventes d’hydrocarbures qui fluctuent au gré de facteurs exogènes, le gouvernement n’a pour levier de manœuvre que son pouvoir de gérer les sorties de devises destinées aux importations. L’annonce de la suppression des licences d’importation et d’un nouveau dispositif pour les remplacer, faite par le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, indique que, sur cette question, le gouvernement est dos au mur. Mais le nouveau dispositif exige que la production nationale soit en mesure de répondre aux besoins du marché national d’abord et, idéalement, dégager un surplus qui serait placé sur le marché extérieur. La balle est dans le camp des industriels et des agriculteurs algériens.

K. M.

Comment (6)

    MELLO
    22 décembre 2017 - 18 h 58 min

    Le centralisme politique et économique, du pouvoir en Algérie , a plombé toutes les initiatives , qu’elles soient du secteur public ou du secteur privé.
    Dans le monde, l’entreprise , en général, est soutenue par l’Etat car rempart de la mondialisation prédatrice et vecteur de l’indépendance économique nationale. L’entrepreneur est considéré comme un héros car créateur d’emplois et de richesses.
    Dans notre pays, qu’elle soit publique ou privée, l’entreprise placée sous la tutelle administrative de l’Etat centralisé, peine à naître, à fonctionner ou à se développer. L’entrepreneur algérien, dans le secteur public n’est médiatisé que pour ses fautes de gestion ou ses mauvais résultats. Quant à celui du secteur privé, il est présumé coupable même quand il s’enrichit légalement alors que ceci est légitime puisque le profit est sa raison d’être.
    L’Entreprise publique demeure toujours sous tutelle administrative de l’Etat et n’a pas de réelle autonomie de gestion. Il y’eut certes une évolution vers plus d’autonomie mais l’entreprise reste dépendante à la fois du département ministériel concerné pour ses orientations et du conseil de participation de l’Etat pour ses investissements. S’agissant de l’entreprise nationale privée, elle a toujours été considérée par l’Etat comme un acteur secondaire du développement depuis l’indépendance du pays. Elle est tenue à l’écart des secteurs vitaux de l’économie et reléguée dans une position complémentaire et minoritaire au niveau des activités de transformation de biens et services de consommation, en aval de la production contrôlée par l’Etat. Une raison à cela. La crainte de l’émergence d’une bourgeoisie compradore qui investisse les rouages de l’Etat et accède au pouvoir par l’argent pour changer la nature du régime à son profit. Décentraliser l’économie et à accorder progressivement une plus grande autonomie aux Entreprises publiques et privées dans le cadre d’un Plan indicatif et non plus impératif. Ce sont ces réformes qui sont à l’œuvre aujourd’hui dans ces pays et qui ont créé des tissus économiques publics et privés denses et compétitifs.




    0



    0
    Anonyme
    22 décembre 2017 - 18 h 44 min

    la solution c’est de se retrousser les manches et de produire sur place,comme font la majorité des pays




    1



    0
    anonyme
    22 décembre 2017 - 15 h 32 min

    @Anonyme
    22 décembre 2017 – 9 h 30 min
    A ceux qui critiquent sans cesse le « retard » économique, social, culturel de l’Algérie, je demande :
    1) quelles sont les sources fiscales de l’Etat ?

    c’est à nous que tu le dis?
    C’est à l’état de prendre ses responsabilités, même l’impôt sur la fortune n’est pas passé
    FHEMT WALA WALOU ?




    1



    0
    lhadi
    22 décembre 2017 - 14 h 53 min

    L’apport des forces vives de la nation aux capacités et compétences éprouvées est une valeur ajoutée pour lancer, en ces temps difficile pour la jeune nation algérienne, une attaque toutes azimuts contre la stagflation (croissance économique faible ou nulle, forte inflation accompagnée d’un taux de chômage élevé).

    C’est une condition sine qua non, pour retrouver la stabilité ô combien nécessaire pour le développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie apaisée dans toute sa diversité.

    Malheureusement, les « gardiens du temple Algérie » considèrent la compétence comme un danger et l’intelligence comme une menace.

    Comment, dans ces conditions, peut-on espérer l’émergence d’un développement économique, social et culturel sans développement politique ?

    Face à un pouvoir autiste, l’urgence est de s’inspirer de la bonne et exhalante tranche de l’histoire de l’Algérie afin de refuser la confusion et ramener le bon sens pour ne plus être ébranlés dans nos certitudes.

    A cet égard, trois viatiques pour accéder à une réelle démocratie, au développement et à la dignité, sont nécessaire.

    1 – Courage : pour combattre la société de défiance.

    2 – Détermination : pour changer les comportements.

    3 – Patriotisme : pour porter des valeurs fondamentales à notre société qui se délite et encourager par tous les moyens l’impulsion de cette fraternité active pour faire avancer un idéal que tout le pays attend.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    1



    0
    Anonyme
    22 décembre 2017 - 11 h 18 min

    Il n y a qu une solution:Passer de l economie rentiere et l economie de performance
    Nos industriels et nos agriculteurs doivent moderniser leurs outils de travail et creer davantage de richesses.
    Rien ne vaut le travail bien fait et une production qui respecte les normes internationales de qualite




    1



    0
    anonyme
    22 décembre 2017 - 9 h 30 min

    A ceux qui critiquent sans cesse le « retard » économique, social, culturel de l’Algérie, je demande :
    1) quelles sont les sources fiscales de l’Etat ?
    En Algérie, presque personne ne paie d’impôts, mais tout le monde exige un revenu ou un bien ou un quelconque « dû ». Dans les pays développés, où l’on peut manger dans les toilettes, comme on dit, l’Etat dispose d’une assiette fiscale et de revenus fiscaux conséquents. Au Canada, par exemple, les citoyens sont imposés directement ou indirectement à raison de 70 % de leurs revenus. demandez aux Algériens s’ils veulent contribuer au développement de leur pays de la sorte ? Avant cette question, il faudra bien sûr leur donner du travail … Nous parlons beaucoup mais nous n’abordons jamais les questions – solutions premières. Les pays développés en sont également à acheter la paix sociale, mais pour d’autres raisons inhérentes au système libéral que beaucoup ici préconisent (combler les énormes écarts entre riches et pauvres).




    1



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.