Le MSP éclate : Menasra critique le caractère extrémiste de Mokri

Mokri Menasra
Abderrazak Mokri reprend la présidence du MSP. New Press

Par Hani Abdi – Abdelmadjid Menasra affiche ouvertement ses différences avec Abderrazak Mokri à la veille de sa remise de la présidente tournante à ce dernier. Dans un entretien accordé à un site arabophone, le président du MSP, qui cédera ce samedi sa place à Abderrazak Mokri, se présente comme un homme plutôt «conciliant, favorable au dialogue, à l’écoute de l’autre, au débat et à des actions concertées».

Abdelmadjid Menasra désapprouve, en effet, les positions «trop rigides» et «radicales» de son «ssocié politiqu ». «La différence entre moi et Abderrazak Mokri est dans la façon de faire la politique. Moi, quand j’exprime un non sur un sujet, je le fais sans élever le ton, sans susciter des tensions. Mokri préfère user d’un langage dur», souligne Abdelmadjid Menasra, revenu il y a une année au bercail après avoir quitté le MSP et créé le Front du changement.

Par ses propos, Menasra confirme ainsi que Abderrazak Mokri, qui s’apprête à réceptionner demain la présidence du MSP, représente effectivement l’aile radicale de ce mouvement politique. A la tête du MSP, Abdelmadjid Menasra a été maintes fois court-circuité par les interventions musclées de Abderrazak Mokri sur des questions d’intérêt national. Son discours modéré, invitant plutôt à plus de dialogue et de concertation, n’était souvent pas du goût de Mokri. Ce dernier n’hésitait pas à afficher son désaccord avec Menasra. Comme nous l’avons déjà écrit, Abderrazak Mokri fait partie de l’internationale des Frères musulmans dont le leader actuel n’est autre que le Turc Recep Tayyib Erdogan. Dès son intronisation à la tête du mouvement, Abderrazak Mokri a affiché la couleur en organisant, en 2013 à Sidi Fred,j une conférence internationale à laquelle il avait convié tous les chefs de la confrérie. Du Pakistanais Abderrachid El-Tourabid au Koweïtien Nour Sanaâ, secrétaire adjoint du Congrès islamique mondial, en passant par le Tunisien Rached El-Ghennouchi, le Libanais Cheikh El-Djabri et un représentant du parti d’Erdogan AKP, Abderrazak Mokri avait ainsi manœuvré pour se donner une légitimité internationale qui l’aiderait dans son ambition de fédérer cette mouvance en Algérie.

En acceptant de fusionner avec le Front du changement de Menasra, Mokri cherche à reconstituer le MSP de feu Mahfoudh Nahnadh avec une vision totalement à l’opposé de la politique entriste du défunt fondateur du mouvement. La sortie de Menasra risque de déplaire à Mokri, qui s’impatiente de retrouver la présidence du MSP pour redonner de l’écho à sa voix et poursuivre son offensive pour le «changement» qui lui permettrait d’accéder au pouvoir et de refonder l’Etat algérien selon les «préceptes» des Frères Musulmans.

H. A.

Comment (11)

    AKILDAR
    23 décembre 2017 - 14 h 55 min

    qu’il aille au diable rien de concret




    3



    0
    LE NUMIDE
    23 décembre 2017 - 2 h 48 min

    le MSP doit quitter la confrérie fasciste égyptienne et internationale des frères musulmans et revenir au nationalisme algérien et l’Identité Berbère Imazighen ….Et proposer leur contribution islamique dans ce cadre , dans la paix , le dialogue et la démocratie .. Hormis cette démarche ? le MSP et les islamistes sont en danger ; tournent en rond et vont dans l’impasse en Algérie , comme le MAK




    2



    4
      Zoro
      23 décembre 2017 - 9 h 26 min

      انما المؤمنون أخوة فاصلحوا بين اخويكم » صدق الله العظيم




      3



      1
    jaber
    22 décembre 2017 - 17 h 32 min

    @Abou Stroff : Bonsoir,

    Désolé, mais je ne suis pas de votre avis lorsque vous dites « la religion étant la drogue la plus dure que l’homme a produit ». Elle est d’origine divine et chaque être humain est libre de l’accepter ou non. D’ailleurs, il est bien précisé dans l’une des sourates du Coran qu’il n’y a « Point de contrainte en religion”.

    Par contre, je partage votre point de vue lorsque vous affirmez que le discours religieux développe souvent une idéologie aux antipodes des acquis actuels de l’humanité, comme également il est aux antipodes de ce qui doit être véritablement observé par le croyant qui doit éviter de suivre instinctivement le fruit de ses passions, l’Islam étant religion par essence logique et parfaite, la raison doit se substituer à toute intrusion de type parasitaire, tel que le wahhabisme.

    Bonne soirée.




    10



    4
      Abou Stroff
      23 décembre 2017 - 10 h 03 min

      j’approuve le fait que vous partagez mon point de vue sur le fait que le discours religieux (actuel) développe souvent une idéologie aux antipodes des acquis actuels de l’humanité. cependant, votre affirmation (qui est, par définition, indémontrable) que la religion est d’origine divine demeure une simple affirmation qui ne convainc que celui ou ceux qui sont déjà convaincus. de toutes manières, les hommes ne se posent que les problèmes qu’ils peuvent résoudre (les réponses aux questions métaphysiques sont, par nature, « indéterminées » et sont donc sujettes à caution) . alors commençons par dépasser l’état de léthargie dans lequel nous baignons et dont le discours religieux du moment accentue le caractère. le reste (la croyance en l’origine divine des religions, en particulier) me parait sans aucune importance.




      3



      3
    EL FELLAG
    22 décembre 2017 - 17 h 09 min

    les partis dites d’oppositions en majorité sont des satellites du régime ou pouvoir,et pour quelques avantages ils font du cinéma amateur;une semaine c’est le PT l’autre semaine c’est le MPA ou le RCD; et ainsi de suite;tant que les arabos-musulmans pratiquent la politique de la magouille et de la manipulation ils seront toujours le sac a sable des grandes puissance




    9



    4
      anonyme
      22 décembre 2017 - 18 h 58 min

      Tu as tout compris. Pour preuve, ce multipartisme qui, en Occident, sert uniquement à éviter les « extrêmes » (le national-socialisme ou le communisme). La démocratie de tous les pays dits démocratiques est bourgeoise et non populaire … C’est une ploutocracie qui ne dit pas son nom, mais les peuples sont politiquement incultes et se contentent de « vivre ». Alors à quoi bon leur proposer un système qui les libèrerait de leurs chaînes ?




      6



      3
    jaber
    22 décembre 2017 - 17 h 05 min

    Avec ces gens, le bouton « méfiance » doit être toujours mis en activité. Je pense qu’ils s’entendent comme larrons en foire et qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

    Bonne soirée.




    6



    3
    Abou Stroff
    22 décembre 2017 - 15 h 41 min

    « Le MSP éclate : Menasra critique le caractère extrémiste de Mokri » titre H. A..
    je pense qu’il est tout à fait illusoire de différencier les énergumènes qui constituent la vermine islamiste.
    en effet, il est tout à fait inapproprié de se focaliser sur des nuances qui ne touchent guère à la remise en cause de l’objectif ultime.
    cet objectif est l’érection d’une dawla islamia peuplée, non pas de citoyens conscients de leurs droits et de leurs devoirs, mais de croyants (un ensemble de clones?) drogués (la religion étant la drogue la plus dure que l’homme a produit) par un discours religieux développant une idéologie aux antipodes des acquis actuels de l’humanité.
    moralité de l’histoire: l’islamisme est un et indivisible et son objectif est clairement affiché (défendre le monde ancien qui ne veut pas mourir face au monde nouveau qui ne parvient pas encore à naître). seuls les comportements changent en fonction des contraintes du moment car, chacun sait que el harb khida3 (la guerre est ruse.




    13



    6
      Zoro
      22 décembre 2017 - 16 h 50 min

      Je ne sais pas de quelle planète tu communiqués et à qui tu t adresse mais puisque tu sembles égaré quelque part dans l espace je tiens à te rappeler que
      ICI C EST L ALGERIE ARABE TERRE D ISLAM DEPUIS 15 SIECLES JALOUSE DE SON IDENTITÉ ALLANT TOUJOURS DE L AVANT EMBLÈME À LA MAIN
      LA ILAH IL ALLAH MOHAMMED RASSOUL ALLAH.
      ..SIGNE ZORO. …Z…




      8



      19
        reda
        23 décembre 2017 - 15 h 12 min

        zoro, t’es ridicule car tu t’exprimes trop mal et tu imposes ton point de vue ! Silence sinon je te dirais que notre combat est contre la vermine islamite comme toi qui veut imposer une idéologie religieuse sectaire, expansionniste et envahissante aux algériens. VOUS NE PASSEREZ PAS




        1



        1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.