Concours de recrutement dans l’enseignement : ruée de candidats à Béjaïa

chômage concours
Marée humaine sur la RN9 reliant Béjaïa à Sétif. AP

Par Rabah A. Les images ont fait le tour de la Toile. Des files impressionnantes de jeunes diplômés en marche pour passer un concours de recrutement dans l’enseignement, organisé ce dimanche matin au campus universitaire d’Aboudaou, à Béjaïa. La RN 9, reliant Béjaïa à Sétif, était durant plusieurs heures de la matinée coupée dans les deux sens. Une scène qui n’est pas sans rappeler les récentes manifestations d’étudiants pour tamazight.

Milles deux cents candidats pour 73 postes à pourvoir. Amère réalité d’une jeunesse frappée de plein fouet par le chômage. Pour Atmane Mazouz, député RCD, ces images, à elles seules, résument «la noirceur de la situation à laquelle sont confrontés nos jeunes». Ce qui prouve, selon cet élu de la wilaya de Béjaïa, que les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS) sont «faux». «J’ai eu à interpeller le premier responsable, lors d’une séance de travail, et il a reconnu l’ampleur du phénomène et l’inexactitude des chiffres de cet organisme», a commenté Mazouz sur sa page Facebook.

Le taux de chômage en Algérie a atteint 12,3% en avril 2017 contre 10,5% en septembre 2016, selon un rapport de l’ONS publié en août dernier. Durant cette période, le nombre de la population active a atteint 12,277 millions de personnes contre 12,117 millions en septembre 2016, avec un solde positif de 160 000 personnes, soit une hausse de 1,3%. Selon le rapport, cette hausse est due principalement à l’augmentation du volume de la population à la recherche d’un emploi au cours de cette période.

Par ailleurs, l’Office indique que le taux de chômage des jeunes de 16-24 ans est de 29,7%. Il est relevé que l’évolution du taux de chômage selon le diplôme fait ressortir que l’augmentation enregistrée a touché les personnes sans qualification ainsi que les diplômés de la formation professionnelle. Ainsi, le taux de chômage auprès des personnes sans qualification est passé de 7,7% en septembre 2016 à 10,1% en avril 2017. Les diplômés de la formation professionnelle constituent 24,1% des sans-emploi, tandis que les diplômés de l’enseignement supérieur représentent 23,7% des chômeurs.

R. A.

Commentaires

    Vox Populi
    25 décembre 2017 - 1 h 32 min

    1 200 candidats pour 73 postes à pouvoir -dîtes-vous?! Mais de qui se moque t-on là ?! Dire que tous ces jeunes ont une formation universitaire d’1 Bac + 5 ( 1 Licence + 1 Master 2) , et ne seront
    retenus que les 73 premiers au concours ,pour finalement être recrutés dans un CEM! Parallèlement, l’Université souffre elle aussi d’un manque flagrant d’enseignants. Et qui recrute t- on? Des Licenciés vacataires qui sont payés à 4 sous!
    Quoi de plus normal donc, que de voir tous ces jeunes diplômés ,toutes filières confondues, faire la chaîne devant les Ambassades étrangères pour 1 visa,pour chercher ailleurs un meilleur avenir!! Quel terrible gâchis !! C’est un problème qui interpelle tous les responsables et dans l’urgence, car ces mêmes jeunes représentent la 1ere ressource vive de notre pays ,et son avenir.




    2



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.