Nuit d’émeutes au Caire : Al-Sissi ne fait plus peur aux Egyptiens

Caire
Les Egyptiens dénoncent la mort d'un jeune détenu dans un commissariat. D. R.

Par Sadek Sahraoui – La mort d’un jeune homme dans un commissariat a causé, ce samedi, des heurts entre manifestants et policiers dans un quartier du Caire. Les manifestants ont mis le feu à des pneus et des voitures et les pompiers sont intervenus. Le jeune homme, surnommé Afroto, aurait été arrêté vendredi matin pour trafic de stupéfiants. Les protestataires accusent la police d’être responsable de sa mort.

Les autorités égyptiennes contestent quant à eux cette version et soutiennent que le jeune homme est mort lors d’une violente bagarre entre détenus à l’intérieur de l’établissement. Le directeur de la sécurité du Caire a promis à la population une enquête impartiale, s’engageant à ne pas camoufler une éventuelle implication avérée de la police. Le procureur a effectué l’examen du corps et a demandé une autopsie.

Les organisations de défense des droits de l’Homme accusent régulièrement la police et les membres des services secrets égyptiens d’abus et de torture sur les détenus depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée, en 2013. Le président Abdelfattah Al-Sissi, chef de l’armée au moment de la destitution de Morsi, avait promis de renforcer la lutte contre les abus policiers, tout en assurant que de telles dérives ne concernaient pas l’ensemble des forces de l’ordre. Mais visiblement, rien n’a été fait.

Les heurts d’hier montrent en tout cas que la population n’a plus peur de l’autorité et qu’une explosion sociale peut avoir à tout moment en Egypte.

L’une des causes de cette explosion pourrait provenir du fait que le pouvoir égyptien ne s’en prend pas qu’aux islamistes. Depuis le président Gamel Abdel Nasser dans les années 1960, les autorités égyptiennes répriment aussi les militants de gauche considérés comme «éléments perturbateurs». La tendance s’est par ailleurs renforcée ces dernières années.

Pas plus loin que le 31 décembre dernier, le tribunal correctionnel d’Alexandrie a condamné la militante égyptienne des droits de l’Homme Mahienour Al-Masry à la prison ferme pour «participation à une manifestation non autorisée» contre la cession de deux îles de la mer Rouge à l’Arabie Saoudite. Trois autres militants de gauche ont été condamnés à des peines de deux à trois ans de prison.

Il est à rappeler que Mahienour Al-Masry est une des icônes du mouvement de contestation en Egypte. Elle faisait partie de ces groupes de jeunes qui ont dévoilé et dénoncé la mort sous la torture policière du militant Khaled Saïd en 2010. Mahienour Al-Masry a aussi été très active dans les manifestations contre l’ex-président et frère musulman Morsi, en 2013. Cela ne lui a pas épargné une condamnation à deux ans de prison pour participation à une «manifestation illégale» en 2014. La même année, elle a obtenu le prix Ludovic-Trérieux pour les droits de l’Homme.

S. S.

Comment (7)

    CHAOUI-BAHBOUH-
    7 janvier 2018 - 10 h 03 min

    En Hommage à cette héroïne et toutes les victimes de par le monde qui luttent pour la liberté et la dignité de leurs peuples, je m’incline devant vous, en ce début d’année 2018, avec tous mes meilleurs vœux de Santé, bonheur et de Démocratie. (…)

    Anonyme
    7 janvier 2018 - 0 h 59 min

    POURQUOI oui pourquoi ??? DANS ,PRATIQUEMENT, TOUT LES PAYS ARABE LES HAUTS RESPONSABLES JOUENT AUX DICTATEURS ET CAUTIONNENT LA TORTURES

    karimdz
    6 janvier 2018 - 18 h 24 min

    Al sisi n est qu un sioniste au service d isra heil qui s acharne sur son peuple et sur la bande de GAZA. Il connaitra le meme sort que son prédécesseur mubarak.

    8
    4
    AÏT Chaalal
    6 janvier 2018 - 14 h 12 min

    L’Égypte n’est pas un pays arabe. l’Égypte d’aujourd’hui est entrain de payé les dégâts de Jamel Abdelnasser (le père spirituel de l’arabisme forcé). C’est un peu comme chez nous aussi, on est en train de payer les dégâts de Ahmed Benbella (un grand élève de Nasser ). Jamel Abdelnacer à créé le Panarabisme pour faire une riposte au frères musulmans de Hacen Albanna et entre l’islamisme politique et pararabisme forcé, des grandes nations comme la Syrie, l’Irak, l’Égypte, L’Algérie, la Libye..etc sont dans la m… totale aujourd’hui!!

    12
    10
    Anonyme
    6 janvier 2018 - 13 h 32 min

    Tous les présidents et rois arabe se valent.

    12
    4
    MELLO
    6 janvier 2018 - 12 h 33 min

    Ce président est il un monstre, pour que son peuple ait peur de lui ? Drôle de réflexion sur un responsable sensé être porté à la magistrature par ce même peuple. Cette situation n’est, en fait, valable que pour tous ces pays arabes où la parole du peuple est verrouillée et ne compte que pour s’emparer du pouvoir. Un pouvoir qui agit seul , en maître des lieux et décide de tout : et de la vie et de la mort de citoyens. Ce citoyen mal soigné, mal logé, chômeur ou modestement rétribué, il doit chaque jour faire face à des problèmes insurmontables pour se déplacer et trouver de quoi sauvegarder une décence de façade. Au fil des années, le contenu de l’indépendance nationale a été laminé, il n’en reste plus rien au point que les peuples se demandent avec l’amertume de ceux qui n’ont d’autres perspectives que le mur ensanglanté de la dictature, si le joug barbare d’aujourd’hui n’est pas pire que le joug oppresseur d’hier. Tout naturellement, ils éprouvent pour le pouvoir régnant la même haine viscérale, inextinguible qu’éprouvent les esclaves pour leur maître ou la victime pour son tortionnaire.

    12
    2
    Anonyme
    6 janvier 2018 - 11 h 45 min

    L Egypte est tres mal gouvernee par un president manquant de charisme et se comportant comme un elephant dans un magasin de porcelaine.Plusieurs pensent qu il doit epargner les militants de la gauche Egyptienne et de combattre les freres musulmans qui restent le plus grand danger de touts les pays arabes et musulmans.et de suivre la strategie de Jamel Abdennasser,patriotisme et nationalisme doivent guider ses pas.Pour refaire naitre une Egypte OUM EDDOUNIA comme le disent fierement les Egyptiens.L Egypte reste un grand pays arabe et musulman mais qui a perdu enormement de son influence au profit de la Saoudie et du Qatar qui l ont miner de l interieur .Quand l Egypte tousse ,le monde arabe devient malade.

    8
    19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.