L’UNRWA lie le gel de l’aide américaine à la détérioration des relations entre Washington et la Palestine

Le chef de l'UNRWA, Pierre Krahenbuhl. D. R.

Le chef de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Pierre Krahenbuhl, a affirmé vendredi que le gel de l’aide américaine à son organisation est lié à la grave détérioration des relations entre l’Administration américaine de Donald Trump et la direction palestinienne.

M. Krahenbuhl a ouvertement lié le gel annoncé mardi par le Département d’Etat à la grave détérioration des relations entre l’Administration américaine de Donald Trump et la direction palestinienne. Après une série de camouflets infligés par des décisions américaines, l’Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas a affirmé que les Etats-Unis s’étaient disqualifiés dans le rôle de médiateur de l’entreprise de paix, déjà moribonde. Quand il avait rencontré en novembre les responsables américains à Washington, «le message très fort de soutien et de respect pour le travail de l’UNRWA était très clair», a dit M. Krahenbuhl.

«Les questions de neutralité de l’agence, de son fonctionnement et des réformes nécessaires ont toujours fait partie des discussions, avec les Etats-Unis comme avec les autres pays donateurs, sans pour autant que l’aide soit remise en cause», a-t-il dit. «Je suis donc obligé de voir (le gel de l’aide américaine) comme n’étant pas lié à notre performance, mais comme une décision prise dans la discussion ayant eu lieu après la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU sur El-Qods et sur d’autres sujets», a-t-il ajouté.

M. Trump a annoncé le 6 décembre une décision de considérer El-Qods comme la capitale d’Israël. Cette rupture unilatérale avec des décennies de diplomatie américaine et internationale a provoqué la fureur de la direction palestinienne, qui a décidé de geler les contacts avec les officiels américains. Elle a aussi suscité une vaste réprobation internationale qui s’est exprimée le 21 décembre par une résolution – non contraignante – de l’Assemblée générale de l’ONU condamnant l’initiative américaine par 128 voix sur les 193 Etats membres.

Dans ce contexte, le Département d’Etat a annoncé mardi retenir jusqu’à nouvel ordre le versement de 65 millions de dollars à l’UNRWA, sur les 125 millions d’une première tranche de contribution volontaire américaine prévue en 2018. Etablie en 1949, l’UNRWA apporte son aide à une grande partie des plus de cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les Territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban ou en Syrie.

R. I.

Commentaires

    Dead Zone
    20 janvier 2018 - 1 h 05 min

    Trump raciste et radin,malgré les
    milliards de $ qu’il possède en banque.

    4
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.