Journal-trottoir 

journal Libération
Pas si sûr... D. R.

Par M. Aït Amara – Un encadré de Libération a provoqué l’ire et la satire des internautes algériens. Le journal socialiste français «indépendant», qui ne doit sa survie qu’aux subsides de l’Etat tant plus personne ne le lit, persévère dans sa défense des terroristes qu’il continue de qualifier d’«islamistes armés» et auxquels il dénie le qualificatif que ce même journal attribue, pourtant, aux tueurs du Bataclan et de la Promenade des Anglais.

Derniers mouillements du canard de journalistes frustrées – José Garçon, Florence Aubenas – qui a, des années durant, couché sur papier ses entrefilets pour faire du bouche-à-bouche à un GIA dont l’érection des bataillons de la mort a été rendue impuissante par l’armée algérienne raide et inflexible.

Les Français, qui cherchent encore les causes profondes de la violence extrémiste qui les accable, refusent de se rendre à l’évidence. Le mal est chez eux. Parmi eux. Il est dans le complexe médiatique qui a nourri le terrorisme islamiste dont il couvre les crimes en les attribuant aux services de sécurité algériens. Et Libération des sulfureuses José et Florence, qui partagent les mouvements folâtres dans l’antichambre discrète du socialisme international, a fait le lit du terrorisme islamiste qu’il a aidé à faire pénétrer en France en se mettant dans la position la plus relâchée pour en recevoir la semence.

Libération de José Garçon et Florence Aubenas ne tient pas le bâton par le milieu ; il a fait corps avec les islamistes armés algériens, écrivant à rebrousse-poil, s’usant au travail de sape contre l’ANP, léchant les godasses des chefs du GIA, salivant à la vue d’Algériens – hommes, femmes et enfants – massacrés, se réjouissant avec une perversion sadique devant les images de feu et de sang.

La France est malade de ses souffleurs sur la braise, de ses médias qui sèment le vent, de ses José et de ses Florence obsédées, de ses Libération payés à la passe. Mais, en démocratie, on ne peut pas interdire la prostitution.

M. A.-A.

 

Comment (11)

    Linguistique
    30 janvier 2018 - 8 h 10 min

    Le deuxièm paragraphe de l’article est à lui seul savoureux et très descriptif de cette faune de journalistes prêt(e)s à tout pour arriver à leurs fins:
    =========== …mouillements de journalistes frustrées qui [ont] couché (…) pour faire du bouche-à-bouche à un GIA dont l’érection (…) a été rendue impuissante par l’armée algérienne raide et inflexible. ===============
    Bravo, bien dit et envoyé




    2



    0
      Linguistique
      30 janvier 2018 - 17 h 34 min

      En poursuivant l’exégèse de l’excellent article qui s’est révélé une mine d’or, on découvre que:
      === Les Français…refusent de se rendre à l’évidence. Le mal chez eux est dans le complexe médiatique qui a nourri le terrorisme islamiste(…)Les sulfureuses José et Florence (…) folâtrent dans l’antichambre et font le lit du terrorisme islamiste qu’elles ont aidé à les pénétrer en se mettant dans la position la plus relâchée pour en recevoir la semence.
      José et Florence ne tiennent pas le bâton des chefs du GIA par le milieu mais à pleines mains, le caressant à rebrousse-poil, léchant les godasses , salivant à sa vue et jouissant avec une perversion sadique.




      1



      0
    CHAOUI-BAHBOUH
    30 janvier 2018 - 6 h 39 min

    Libération = Soumission au G.I.A ; Pauvres journalistes de pacotilles, votre niveau intellectuel est si bas juste à la hauteur des crottes de chiens, qui vagues sur les trottoirs de paris et de Navarre!!! Ce lui qui provoque des différends risque la querelle. Autrement, quand on provoque des troubles, on en récolte de plus importants. Ce qui signifie également que quand on provoque le désordre, il ne faut pas s’étonner des conséquences. La cohorte des morts chez vous, est de votre faute et restera gravée dans vos mémoires de donneurs de leçons aux autres, pauvres de bougres d’intellectuels, il est temps de réserver vos pages de votre chiffon de journal pour l’emballage des sardines pourries ! Merci au Journal ALGÉRIE PATRIOTIQUE !!!




    2



    0
    Zabouri
    29 janvier 2018 - 22 h 25 min

    tres juste,vous avez tapé dans le mille.bravo ait amara.




    2



    0
    karimdz
    29 janvier 2018 - 19 h 52 min

    Qui lit encore ce torchon, avant la chute du parti socialo sioniste, pas grand monde, et aujourd’hui presque personne, c est pathétique !




    3



    0
    Anti khafafich
    29 janvier 2018 - 17 h 57 min

    Magistral cet article bravo ! du fonf du coeur




    6



    1
    Felfel Har
    29 janvier 2018 - 13 h 39 min

    Je ne fais plus confiance aux journaux français, ni à leurs journalistes qui se sont mis au service du Capital prédateur. Les journalistes ne sont plus ces défenseurs des causes justes, qui enquêtent et dévoilent la VÉRITÉ. Cette presse que l’on a souvent qualifié de 4ème pouvoir pour servir de garde-fou et surveiller les abus des trois autres pouvoirs, n’agit plus en tant que défenseur de la démocratie. Elle s’est fourvoyée en s’acquocinant avec les puissants de ce monde et elle s’est, par ailleurs, transformée en caisse de résonnance de laboratoires de propagande. Soumise aux puissances de l’argent, la presse française ne survit que grâce à des prébendes. Elle a vendu son âme et son honneur. Pour survivre, elle s’auto-censure dans le meilleur des cas, et elle verse dans les fake news (des mensonges délibérés) dans le pire. José Garçon et Florence Aubenas n’ont pas d’autre choix que de faire du racolage journalistique pour avoir une maigre pittance. Ce ne sont que des mercenaires de la plume. Ils ne sont plus nombreux ces journaux français qui sont restés fidèles aux canons du journalisme.




    27



    3
    Chaoui
    29 janvier 2018 - 12 h 32 min

    Le quotidien français « Libération » diffusé de nos jours n’a plus rien à voir que ce qu’il était dans les années 70/80 quant à sa ligne éditoriale.
    Ayant vendu son âme au diable (au « Capital ») pour avoir été racheté par les sionistes dans les années 1990/2000 (2005 et 2013), il usurpe son titre et devrait à présent s’appeler « soumission » à ces mêmes sionistes.




    27



    3
    kad
    29 janvier 2018 - 10 h 45 min

    Attention! Il y a un journal online qui se fait appeler « Libération » qui appartient en fait au makhzen. Il n’arrête pas de déverser son fiel et autre insultes sur l’Algérie.




    14



    3
    Dz14
    29 janvier 2018 - 7 h 12 min

    Le journal pied noir par excellence meme pas assez propre pour les toilettes




    33



    3
      Le Patriote
      30 janvier 2018 - 17 h 19 min

      à leur époque ils découpaient les journaux (de préférence « France-Soir ») en petits carrés et les utilisaient, radins (et sales) qu’ils étaient, comme « papier-chiottes »




      2



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.