Joe Biden : «Les Européens sont aussi les valets des Etats-Unis»

Joe Biden
Joe Biden, ancien vice-Président américain. D. R.

Par Sadek Sahraoui – L’ancien vice-président américain Joe Biden explique, dans une vidéo qui fait actuellement le buzz sur la Toile, comment les Etats-Unis ont fait pression sur certains pays européens pour les obliger à soutenir les sanctions américaines contre la Russie. L’Allemagne, la France et l’Italie figurent parmi ces pays.

Intervenant cette semaine au Council on Foreign Relations (CFR), un think-tank américain, Joe Biden a précisé pourquoi les gouvernements de ces pays avaient tout de même dû consentir à ces mesures bien qu’ils y étaient au départ opposés. «Nous avons passé tellement de temps au téléphone pour nous assurer que personne, à l’époque, de (François) Hollande à (Matteo) Renzi, ne laisse tomber. Ils ne voulaient aucune forme de sanction contre la Russie. Cela avait des répercussions sur eux. En gros, je leur ai dit : « Vous devez le faire ! »», a affirmé l’ancien vice-président américain (2009-2017). Et d’ajouter qu’heureusement, Angela «Merkel était assez forte à l’époque pour nous soutenir, à contrecœur, elle n’aimait pas cela non plus».

Cette vidéo prouve une nouvelle fois qu’il y a aussi un rapport de dominant à dominé entre Washington et l’Europe de l’Ouest. Comme beaucoup d’autres, les Européens sont les valets des Etats-Unis.

Le train de sanctions du département du Trésor des Etats-Unis avait ciblé plusieurs sociétés russes du secteur énergétique. En cela, des Etats européens – dont l’Allemagne, la France et l’Italie – se sentaient eux aussi ciblés par les sanctions antirusses, qui allaient à l’encontre du droit international, «revêtant un caractère extraterritorial», avait dénoncé Berlin en 2017.

Alors que la situation en Ukraine et en Crimée constitue la raison officielle de l’imposition de toujours plus de mesures à l’encontre de la Russie, l’ex-vice-Président est revenu sur la situation en Ukraine à l’époque et surtout sur le problème de la corruption. Là, il s’est rendu à Kiev pour la douzième ou la treizième fois pour annoncer la garantie d’un autre prêt d’un milliard de dollars : «Et j’avais obtenu l’engagement de Porochenko et de Iatseniouk qu’ils prendraient des mesures contre le procureur général. Et ils ne l’avaient pas fait. Ils ont dit qu’ils l’avaient fait.» A l’idée qu’elles n’allaient pas recevoir le prêt, les autorités ukrainiennes ne se sont pas réjouies. Finalement, face au dernier avertissement de Joe Biden, elles ont limogé le procureur général, mettant à sa place «quelqu’un de solide à l’époque».

A signaler que plusieurs hauts responsables européens ont lancé des appels à revoir les sanctions antirusses afin de réduire l’effet néfaste sur les économies de leur pays. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a affirmé en août dernier que l’Union européenne devrait protéger ses intérêts si les Etats-Unis ne les prennent pas en compte dans le processus de renforcement des sanctions contre la Russie.

S. S.

Comment (8)

    Baltring
    2 février 2018 - 16 h 02 min

    Les dirigeants politiques français sont les poltron les boniches les laquais des yankees.
    Et le pire c’est qu’ils se plaisent énormément dans se rôle .
    Et le macron se prend vraiment pour une lumière.
    Pathétique.

    Anonymeplus
    2 février 2018 - 7 h 38 min

    Aux plus crédules, ceux qui croient naïvement aux organisations internationales et à la paix dans le monde, sachez que ce bas monde est une jungle ou le plus fort continuera sa domination sur les plus faibles.
    Ainsi les usa, première puissance économique mondiale, première puissance militaire mondiale, continuera de dominer le monde en créant des guerre ici et là et ceci dans le seul but de passer commande à son industrie de l’armement qui fait tourner l’économie des usa et par ricochet fait du profit au niveau de la bourse mondiale.
    Les vassaux des usa, l’europe mais également israel, les monarchies du golf, l’écrasante majorité de l’Afrique et de l’Asie sont en fait les pions de son échiquier, son terrain de jeu ou l’Amérique à tout le loisir de créer des tensions là où son intérêt se manifeste.
    Pas besoin d’énumérer les pays et les continents ou les usa sont intervenu aussi bien militairement que sournoisement par procuration tantôt pour défaire un dictateur que les usa eux-mêmes ont placé, tantôt pour changer carrément de régime en place devenu trop encombrant, trop gourmand ou pas coopératif, les exemples en la matière sont criant.
    La planète Mars à de la chance de ne pas avoir de pétrole dans son sous-sol sinon les usa seraient intervenus militairement pour…rétablir la démocratie.

    Anonyme
    1 février 2018 - 18 h 16 min

    « Les Européens sont aussi les valets des États-Unis » C’est faire l’aveu d’une vérité que tout le monde connaît. En revanche, Joe Biden a omit de dire que les USA sont le maître tout puissant de la planète,
    un maitre impitoyable,sourd et aveugle,quand il s’agit de semer la zizanie dans les pays qui gênent son stratège, ou le chaos et la barbarie dans les pays dont il convoite les richesses. Quand aux valets, ils se contentent de contempler les dégâts, sans lever le petit doigt. C’est dire que, plus le maître est puissant, plus les valets font preuve de complicité et d’arrogance.
    Le problème,c’est que les nations du monde entier ont en marre et du maître, et de ses valets. Mais hélas, les USA,continueront à faire le sourd,l’aveugle et…le muet.

    8
    2
    Naziha
    1 février 2018 - 18 h 15 min

    We know that, MR. Jo ! Don’t worry… Nous savons que l’Europe a toujours été la cinquième roue de la charette des E.U…. Many thanks lad !

    11
    4
    Errai
    1 février 2018 - 16 h 35 min

    Vivement une législation internationnale interdisant le chantage et la corruption d’état. Heu pardon ! j’oubliais que ce ne sont que jeux d’intérêts.

    Khaled
    1 février 2018 - 16 h 34 min

    Joe Bidden oublie-t’il qu’il est lui meme un valet d’Israel, je l’ai entendu parler dans un interview a un journaliste pro-israelien et manifestement, je peux declarer sans me tromper que cet energumene courbe l’echine en se montrant plus sioniste que les juifs sionistes.

    14
    2
    Felfel Har
    1 février 2018 - 16 h 08 min

    Fiat Lux! Et la lumière fut! Thanks Joe! La vérité est enfin sortie de la bouche de Biden, connu aux USA comme un gaffeur hors pair. Nous avons la preuve par neuf que l’Europe sert de paillasson à Uncle Sam. Oui Messieurs-Dames, cette Europe arrogante avec nous, donneuse de leçons, n’a pas encore compris que les présidents américains se servent d’eux pour leur fourguer des armes dans le cadre de l’OTAN, les manipulent pour servir de bouclier contre la Russie et font appel à eux pour faire la guerre à d’autres pays (Libye, Syrie, etc.) par procuration. Seuls les intérêts US comptent!  » Les Européens sont aussi les valets des États-Unis » (Biden dixit). Admirez cette Europe dans toute sa nudité! Le plan Marshall n’avait pas seulement pour but d’aider l’Europe à se reconstruire, mais il s’était fixé comme objectif de l’asservir et ça dure depuis 1945. Seul le général De Gaulle avait compris ce désir d’asseoir le leadership US sur l’Europe en s’abstenant de se mettre sous leur tutelle. Il a fallu attendre qu’un illuminé comme Sarko pour ramener la France dans leur giron. Dos rond et tête baissée, Hollande et Macron n’ont pas évalué le risque associé à cette dépendance ou plutôt cette soumission, ils continuent de céder à tous les caprices de Washington (participation obligatoire et à leurs frais à la la coalition commandée par les USA, application des sanctions contre la Russie, etc). Il est certain que si la candidature de Macron n’avait pas été agréée par Oncle Sam (comprendre AIPAC et Wall Street), il n’aurait pas été élu. Jupiter Ou Joly Jumper (le canasson de Lucky Luke)?

    13
    3
    IMAZIREN
    1 février 2018 - 14 h 58 min

    Très simple comme calcul, la France soutient les Usa contre la Russie et les Usa soutiennent la France pour le Sahara Occidental, tu me donnes, je te donne!!!

    20
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.