Un corbeau à l’APN

Aribi Benghebrit Al-Sissi
Hassan Aribi foule au pied les lois de la République. New Press

Par R. Mahmoudi – Dans sa déclaration, hier, où il s’attaque à ceux qui essaient de manipuler les retraités de l’armée, le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah, fait clairement allusion au nervi du FIS dissous et actuellement député à l’APN, Hacène  Aribi, qui s’est distingué ces dernières semaines par une campagne médiatique soutenue dans laquelle il se fait l’avocat zélé de cette catégorie de citoyens.

Le vice-ministre de la Défense s’en est certainement référé à nos articles sur le sujet, puisque notre site a été le premier à dénoncer les agissements troubles de cet activiste et alerter l’opinion sur ce jeu aussi pervers que dangereux auquel il s’adonne depuis un certain temps. D’ailleurs, dans sa réaction intempestive à l’un de nos articles, il a fini très vite par dévoiler son vrai visage, celui d’un militant à la solde de l’Internationale islamiste qui a toujours milité pour le triomphe du fascisme islamiste en Algérie et a, toute sa vie, tenté de dénigrer l’action de l’armée algérienne par tous les moyens.

C’est donc une bonne chose que le chef d’état-major ait remis à sa place cet incoercible affidé des Frères musulmans, mais c’est loin d’être suffisant, et c’est malheureusement même un peu trop tard. Car, il y a bien longtemps qu’il fallait l’interpeller, lui et d’autres islamistes algériens, pas seulement sur cette affaire des retraités de l’armée mais, aussi, sur ses voyages récurrents et suspects chez le sultan Erdogan et, surtout, sur son entrisme actif au sein même du Parlement où il trouve toujours les moyens de se faire déléguer pour représenter l’Algérie dans des rencontres officielles un peu partout dans le monde, y compris à Téhéran, comme cela a été le cas il y a quelques semaines, où ce chantre de l’islamisme s’est permis même d’exposer la vision de l’Algérie sur le terrorisme.

 R. M.  

Comment (16)

    Anonyme
    7 février 2018 - 12 h 36 min

    Un beau titre mais peut être, qu’il aurait fallu choisir « MORSE » à la place de « CORBEAU » ….

    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    6 février 2018 - 3 h 51 min

    ce n’est pas pour rien que le Sale des pyrénées a dit ce qu’il a dit la semaine dernière. tout le monde sait que pour les frenchys, les islamistes font du bon boulot

    5
    1
    Anonyme
    5 février 2018 - 21 h 24 min

    Le corbeau est un bel oiseau qui a sa place entière dans la nature… mais cet énergumène de l’APN doit être neutralisé, et le vite sera le mieux… cette tâche ne revient aux forces de l’ordre… mais à ces confrères…

    3
    1
    bir el khir
    5 février 2018 - 20 h 04 min

    s’il y a un corbeau il faudra place un renard pour que la fable de hugo continu. Mouuuuh disait Feu Mohia.

    Anonyme
    5 février 2018 - 16 h 39 min

    Cet individu aurait du perdre le droit à l’exercice politique il y a bien longtemps, non seulement le pouvoir ne lui a pas retiré ce droit, mais il en a fait un député carriériste ! A qui la faute ?
    Tant qu’on ne lui retirera pas son immunité diplomatique et qu’on ne le foutra pas dehors, il continuera à semer la zizanie dans les rangs d’une famille qui n’est pas la sienne, qu’il a combattu. Cette famille dont il voulait la mort l’a cependant battu, mais s’est montrée et se montre encore trop magnanime à son égard.

    14
    Felfel Har
    5 février 2018 - 15 h 06 min

    Surfant sur le sentiment d’auto-satisfaction du devoir accompli qui anime les promoteurs de la réconcialiation, sur l’impunité qu’elle confère aux criminels de la décennie noire, et surtout sur le retrait des institutions de l’État, les têtes-de-pont de l’empire du mal s’organisent, affirment et renforcent leur présence dans les différents appareils et poursuivent leur conquête du pays. L’empire ottoman est de retour et il compte sur une nuée de charognards attendant que leur cible montre des signes de faiblesse, voire de mort clinique pour sonner la curée. Ces rapaces, oiseaux de mauvaise augure, ne servent qu’à se nourrir de la chair de leurs victimes. Les laisser faire reviendrait à se faire hara-kiri. Vae victis (Malheur aux vaincus). Alors, il est de bonne guerre de les chasser et de les neutraliser, le plus tôt le mieux.

    29
    1
    pragmatisme
    5 février 2018 - 14 h 58 min

    Notre député n’est pas seulement un corbeau mais plus grave encore c’est une taupe au service de puissance étrangère il devrait être jugé pour haute trahison au service d’intelligence étrangère.

    20
    lhadi
    5 février 2018 - 13 h 06 min

    Le mal qui a dévasté l’Algérie n’a rien perdu de sa virulence, prêt à frapper de nouveau pour peu qu’on néglige de le prendre encore au sérieux : Quand souffle l’esprit de haine, avivé par les intégrismes, alimenté là par la peur et l’exclusion, quand certains groupuscules, certaines publications, certains enseignements, certains partis politiques se révèlent porteurs, plus ou moins ouvertes, d’une idéologie extrémiste sous couvert religieuse, alors l’esprit de vigilance qui anime le citoyen algérien doit se manifester avec plus de force que jamais. N’acceptons pas d’être les témoins passifs, ou les complices, de l’inacceptable.

    Ne rien occulter des décennies noires, c’est tout simplement défendre une idée de l’homme, de sa liberté, de sa dignité. C’est lutter contre les forces obscures sans cesse à l’oeuvre. Ce combat doit être celui de l’espoir avant tout.

    Les valeurs humanistes, les valeurs de justice, de liberté, de tolérance qui fondent l’identité algérienne nous obligent à tirer les leçons de l’histoire. Les ignorer serait une coupable imprudence, d’autant que cette même histoire ne cesse de se répéter et semble inlassablement tirer parti de l’inconscience ou de l’amnésie du citoyen algérien.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    14
    1
    Anonyme
    5 février 2018 - 12 h 26 min

    On a trop laissé faire ces gens là…..plus on leur donne plus ils en demandent.
    Ils ont réussi à transformer la société algérienne en faisant de l entrisme dans tous les endroits où on façonne la mentalité du peuple,école,universités,école de sport,apc, apw,apn, et bien sûr les mosquées….est ce que c était voulu? Peut-être mais il est grand temps de réagir car là on sent qu on va être vendu au plus offrant « frères musulmans ou Arabie saoudite » et nous pouvons dire adieu à notre chère Algérie algérienne…

    17
    1
    pragmatisme
    5 février 2018 - 12 h 11 min

    chaque fois qu’il se rend chez son mentor Erdogan il doit transféré illicitement des centaines de milliers d’euros du moment qu’il est protégé par son passeport diplomatique. d’ailleurs tous ses compères se livrent à ce trafic. A mon avis tous les gens qui se rendent au moyen orient devraient être fouillés au corps!!

    22
    1
    IMAZIREN
    5 février 2018 - 11 h 50 min

    Il porte des lunettes CARTIER, il ne se prive de rien, mais pour les autres La yadjouz!!!

    20
    1
    Abou Stroff
    5 février 2018 - 10 h 53 min

    « Un corbeau à l’APN » titre R. M..
    le problème aurait été résolu, depuis des lustres, s’il n’y avait qu’un corbeau et un seul. ce dernier aurait rencontré, par hasard, un djinn maléfique qui lui aurait lu ses droits avant de l’envoyer danser au milieu des 70 (72?) houris et des centaines de « ghilmane ».
    en fait, les corbeaux se sont multipliés (alors qu’ils furent quasiment éliminés durant les années 90) à vitesse grand V depuis que notre bienaimé fakhamatouhou national est rentré, sur un char de l’armée, de son exil doré.
    l’amnésie décrétée, à l’insu de notre plein gré, par fakhamatouhou, a permis à une foultitude de corbeaux de s’acheter une nouvelle virginité et d’investir les commerces formel et informel, les centres de propagande (les mosquées et les chaines de télé en particulier) et à imposer leur idéologie archaïque, rétrograde et suicidaire comme idéologie dominante et quasi exclusive.
    en d’autres termes, le corbeau n’est pas seul mais les corbeaux n’activent pas uniquement à la périphérie du pouvoir (ce que fait le sieur arribi) mais sont présents au sein du pouvoir en place et distille leur venin (un corbeau venimeux??) sans aucune entrave.
    moralité de l’histoire: le sieur aribi n’est, dans les faits, qu’un bouffon du roi. cependant, le roi dont il est le bouffon n’est point le sultan d’ankara mais bien un démiurge bien de chez nous.

    18
    le Numide
    5 février 2018 - 9 h 56 min

    les frères musulmans égyptiens en Algérie veulent le Tekhlatt dans l’armée. ils passent à une nouvelle étape. ils ont fait ça en Egypte qui a fini avec l’assassinat de Sadate et en Syrie avec le carnage de l’Académie militaire. En Turquie, ils ont fait de l’armée turque une milice idéologique et ont décimé sa hiérarchie en la plongeant dans des guerres d’agression et des guerres civiles. c’est leur méthode et leur pratique.
    ATTENTION, le Pouvoir joue avec le feu avec les frères musulmans qui vont le bouffer…

    21
    صالح/ الجزائر
    5 février 2018 - 9 h 24 min

    La question qu’on doit sérieusement se poser est celle-ci : pourquoi on arrête un simple citoyen, caricaturiste, qui n’a jamais tendu la main à la caisse de l’APN pour empocher des millions, ni bénéficié d’autres avantages afférents, et on laisse en totale liberté celui qui exécute «les desseins de certaines parties qui veulent porter atteinte à l’Algérie» et يأكل في الغلة ويسب في الملة ?
    Est ce que ce celui qui s’est auto-érigé en gardien de l’Islam et représentant en Algérie du sultan est plus puissant que le ministère de la Justice et de l’état-major de l’ANP, plus fort que le ministre et le vice-ministre eux memes?
    Dans l’Algérie d’antan – c’est-à-dire d’avant « al izza wal karama », d’avant la décennie noire ) , et meme d’avant « pour une vie meilleure » et « le PAP » – lesimple chef d’une des plus pauvres daïras a immédiatement ordonné au service concerné de menotter un citoyen qui, s’étant cru hors du commun parce qu’il a participé à la Guerre de libération, a menacé de détruire le futur nouveau siège d’une APC, construit dans une dechra et pas dans une autre qu’il préférait.

    10
    Anonyme
    5 février 2018 - 8 h 07 min

    Il faut l’éliminer de la sphère politique, le neutraliser économiquement, lui interdire les médias et pourquoi pas le mettre au cachot.

    21
      nectar
      5 février 2018 - 17 h 48 min

      C’est nous qui sommes dans le cachot. Eux, malgré tous les crimes commis et la fourberie à laquelle ils s’adonnent..Le système véreux en place les protège..Rappelez-vous de l’ancien combat de l’ALN, qui a tiré sur un repenti, qui le menaçait régulièrement de mort dans la région de Batna. Ce pauvre Monsieur, qui n’a fait que justice, sachant que ces dépôts de plainte envers cette vermine restés sans suite.Il s’est retrouvé en prison par l’injustice du pays pour lequel il s’est sacrifié avec beaucoup de ses compagnons pour acquérir son indépendance…

      2
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.