Des ONG accusent de nouveau l’Algérie de maltraiter les migrants

Africains ONG
Un camp de réfugiés subsahariens à Boufarik, près de la capitale. New Press

Par R. Mahmoudi – Vingt-et-une associations internationales et algériennes, membres d’une obscure Plateforme migration Algérie (PMA), dont Médecins du monde, Caritas ou la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), viennent de ressortir la vieille rengaine sur le sort «tragique» des migrants subsahariens en Algérie.

Dans une déclaration rapportée dimanche par l’agence française AFP, ces ONG se disent préoccupées par la reprise des interpellations de migrants subsahariens en Algérie, «ce qui les contraint à se cacher», tout en évoquant des «conséquences désastreuses» sur leur santé et leurs conditions de vie.

«Après une vague d’expulsions massives en septembre et octobre, lit-on dans la déclaration, les interpellations ont repris» en Algérie, depuis le 10 février, «dans la rue et les transports en commun, mais aussi sur les chantiers de travail et dans les lieux de vie des migrants».

Ce collectif accuse les autorités algériennes de procéder à des expulsions, «sans distinction de nationalité», qui, selon lui, «séparent parfois les familles et isolent les mineurs». Et de poursuivre : «Face à la crainte d’être arrêtés, les migrants s’enferment dans leurs domiciles. Si les expulsions se poursuivent, les migrants se verront forcés de vivre cachés, accentuant ainsi leur situation d’extrême vulnérabilité.»

Plus alarmistes, ces activistes parlent d’une situation sanitaire et médicale qui risque de devenir «rapidement préoccupante» en raison de la rupture de l’accès aux soins et du ravitaillement en nourriture.

Reprenant les mêmes calomnies au sujet des conditions de rapatriement des premières vagues de migrants, en septembre dernier, les membres de ce collectif écrit que des centaines de Nigériens, de Maliens, d’Ivoiriens, de Camerounais, de Libériens et de Guinéens, dont des femmes enceintes et des enfants, «ont été emmenés en camion le 14 février à la frontière avec le Niger, à environ 400 km plus au sud, et ont été ensuite contraints de rejoindre à pied, en plein désert», la localité d’Assamaka, au Niger, à une quinzaine de kilomètres de la frontière.

R. M.

Comment (76)

    Beka
    21 février 2018 - 22 h 29 min

    Plusieurs facteurs interne et externe font que l algerie ce fasse submerge par l immigration clandestine parmi lequelles ;
    #un marche qui draine plusieurs centaines millons de dollars dans les pays d origine en passeurs _transfers d argents_ _coruption ..
    #un moyen politique que les occidentaux utilise pour faire chanter des pays souveraint comme l algerie
    #absence de reaction de la classe politique algerienne dans son ensemble contre les ONG hostile ainsi ce fleau de limmigration massive
    #l amalgame entretenu a percister a appele les migrants par « REFUGIES »
    #l algerie pieger a traite un dossier
    d immigration clandestine par un dossier de refugiers
    #absence inexpliquee d une strategie contre migratoire qui a engendre un sentiment de laisser passe et de laxisme chez migrants
    # la subvention et les soins gratiits ainsi que la mendicite public sans derangement aucune constitue une manne financiere que ces migrants en profitent
    #profitage d entrepreur pour une main oeuvre bon marche et sans papier
    #location illegale dans les bidon ville par des propritaires sans scrupiles
    #le discours islamiste qui tend a faire la morale et justifier et encourage la migration et la mendicite simplement par ce que ces migrant font la priere dans la mme mosque
    #aucune reaction des islamiste etant eux meme guide par leur nouvelle stategie de lislamisation du sahel et de l afrique en gle
    Ce ne sont la que quelques element _l etat algeriens doit declarer officiellemnt que le pays vit une crise migratoire a grande echelle et declarer le phenomeme comme priorite nationale avant meme la menace terroriste jihadiste _ en utisant l fermetee et en protegant la frontiere comme le font tout les pays de monde sans se soucier des ONG ou reaseau sociaux video sur youtube ou meme partis pris de traitres locaux a la solde des sionistes .




    5



    0
      Beka
      22 février 2018 - 8 h 12 min

      Merci pour ces révélations, on n’en peut plus avec ce phénomène de faux migrants qui profitent de trop de liberté en Algérie BEZZAFFFFF sans citer les 7000 passeurs nigériens qui déversent chez nous des populations déguisées en réfugiés, en mendiants et en maçons.




      6



      1
    Chaoui Ou Zien
    21 février 2018 - 4 h 42 min

    On parle de subsahariens rentres illegalement en Algerie, travaillant dans des chantiers et occupant des appartements le plus normalement du monde. Ces proprietaires de chantiers doivent etre severement penalises. Meme les pays d’ou aboient ces ONG le font. Quant a ceux qui leur louent ces apartements, ils doivent etre expropries et leur biens remis aux familles sans toit. Ces gens doivent etre reconduis a la frontiere manus militari au plus vite.




    5



    1
      anonyme
      22 février 2018 - 8 h 33 min

      Ces subsahariens sans travail occupent des villas louées par des algériens ignorants qui ne se soucient même pas de l’état de leur bien après que ces locataires clandestins auraient quitté le lieu. Ces nouveaux locataires africains dérangent le voisinage car ils se mettent très nombreux dans le même ou la même villa loués et avec beaucoup de va et vient et des attitudes douteuses, on se croirait dans un pays sans lois ni surveillance et le peuple endure avec cette anarchie qui a trop duré.




      6



      0
    Anonyme
    20 février 2018 - 13 h 12 min

     » L’espion et six autres complices, de nationalités malienne et guinéenne, ont été condamnés pour espionnage pour le compte d’Israël, constitution d’un réseau international dans le but de porter atteinte à la sûreté de l’Etat et distribution de tracts visant à déstabiliser le pays. L’accusé principal a nié les faits qui lui sont reprochés mais les preuves matérielles présentées par la partie civile confirment l’existence d’un réseau d’espionnage dirigé par un autre agent du Mossad, d’origine malienne, qui a réussi à s’exfiltrer du territoire national. »
    On ne le répétera jamais assez il faut foutre dehors tous ces migrants africains.




    9



    0
    Anonyme
    20 février 2018 - 12 h 20 min

    C’est clair ces ONG veulent tout simplement la destruction de l’Algérie ou son maintien dans le sous développement en essayant de nous imposer par d’odieux chantages, l’accueil et la prise en charge des peuples africains étrangers.
    A côté de cette charge titanesque qu’on veut nous imposer (que même l’Allemagne et les Etats Unis réunis ne peuvent satisfaire) les 12 travaux d’Hercule sembleraient un jeu d’enfant.
    Ces ONG nous ont donné par le passé la preuve qu’elle ne nous veulent que la mort et la destruction.
    Peuvent-elles nier aujourd’hui nier qu’elles étaient partisanes du « qui-tue-qui » alors que l’Algérie était mise à feu et à sang par la secte de Belhadj et Abassi ?
    Peuvent-elles nier aujourd’hui nier qu’elles étaient pour « un printemps arabe » en Algérie ?
    Ces ONG récidivent aujourd’hui en nous forçant à accepter l’envahissement de notre pays par des millions de mendiants et de hors la loi africains. Plus ravageur que n’importe quelle guerre, conventionnelle ou non conventionnelle, qu’on peut nous faire, ce tsunami africain est l’arme fatale qui va nous anéantir définitivement. Attention danger mortel !




    7



    0
      Algerienne
      20 février 2018 - 16 h 41 min

      Anonyme
      20 février 2018 – 12 h 20 min

      Selon vous Monsieur en tant qu’expert, quelle est la solution la plus rapide et hautement efficace pour vider l’Algérie de ces innombrables colons subsahariens, ils ont les yeux écarquillés sur l’Algérie et tellement éblouis et rêveurs d’une vie stable chez nous. J’ai enquêté à titre personnel au nouveau de chantiers et ils disent TOUS (ces manœuvres envahisseurs) que dans très peu de temps ils auront les mêmes droits que les algériens. Le passage pour l’Europe était un leurre, Il n’a jamais été question que ces manœuvres africains noirs dans les bâtiments traversent la méditerranée et encore moins ces mendiants mais le garage terminus c’était l’Algérie. Les planificateurs de ce plan ont bien étudié toutes les situations et savent parfaitement que le peuple en général est très sentimental et dés qu’on lui parle de religion il s’aplatit au point de permettre à des mendiants étrangers de faire fortune sur son dos juste à la vue du chapelet dans les mains de ces mendients noirs.




      10



      2
      Konan
      11 mars 2018 - 19 h 25 min

      Salut monsieur j’ai lu votre commentaire, je suis vraiment choqué de votre part, laissez nous vivre tranquille sur la terre d’Allah vous nous traités bizarrement comme si nous avions tué!! depuis quand la loi est contre une personne qui travaille?




      0



      2
    Samy daidus
    20 février 2018 - 12 h 14 min

    Les manipulations et les dessous du dossier migratoire Subsaharien en Algérie
    Pour ceux qui ne connaissent pas le dossier migratoire, il est nécessaire de rétablir les faits, relatifs à certaines informations, pour qu’ils comprennent les dessous de ce dossier, qui fait l’objet d’une manipulation à grande échelle, dans le but évident de discréditer notre pays, sans pour autant donner des preuves tangibles que l’Algérie a failli à ses devoirs et à ses obligations internationales. Etant expert international d’origine Algérienne résident au Canada, sur les questions migratoires, je relève avec beaucoup de consternation cette vile campagne de dénigrement, menée contre l’Algérie. La plate-forme migratoire de Tamanrasset, montée de toute pièce par ‘’CARITAS’’ et certaines associations nationales, telles que celles de ‘’Arar’’ ou de ‘’Thé vert’’, dirigée par ‘’Aghmama’’, ont un fil au pied, qui nous indique les véritables commanditaires, planqués au Vatican qui finance CARITAS, sous forte influence de la CIA. Ces sinistres personnages, à la recherche d’une notoriété et d’un prestige, au dépens de notre pays, mènent une vie de luxe, dans les capitales Européennes, et ils sont missionnés, à partir de ces pays, pour déstabiliser l’Algérie, dans le cadre du printemps ‘’Maussade’’, animé et encadré par le sinistre Bernard Henry Levy.
    Aghmama, à la tête de l’association nationale, ‘’Thé vert’’ de Tamanrasset, à de grandes entrées au niveau de l’ambassade des Etats Unis. Il roule en 4×4, luxueux, que son salaire de médecin à l’hôpital ne peut pas payer, même avec des économies de 50 ans. C’est avec ce véhicule de luxe qu’Aghmama a fait visiter le centre-ville de Tamanrasset, à l’ambassadeur des Etats Unis, en voyage dans cette wilaya. Il bénéficie aussi de voyages aux Etats Unis, grassement payés, par cette institution diplomatique, dans le cadre de ‘’stages de formation’’ qui, en réalité, sont des courroies de manipulation et d’embrigadement de la société civile Algérienne, dans le but de créer les conditions idéales d’un climat d’insurrection, notoirement connu sous l’appellation américaine ‘’ le chaos créatif’’, qui n’a pas réussi dans notre pays.
    Ces ONG militent, en réalité, pour que l’Algérie ouvre ses frontières du Sud du pays, pour qu’elle devienne un pays d’accueil, alors que l’Union Européenne est en train de cadenasser ses frontières. Cela est à l’origine de la mort de plus de 10.000 migrants en méditerranée. Pour les Nations Unies, c’est le nouveau ‘’droit Européen’’ autorisant le torpillage, par Frontex, des embarcations des migrants, dans la méditerranée. L’UE a pour objectif, en 2018, d’expulser collectivement plus de 200.000 migrants au mépris des conventions internationales et des droits des réfugies, notamment Syriens et Iraquiens. Alors qu’on reproche, indument, à notre pays, la fermeture des frontières du sud, qui doit assurer sa sécurité et son intégrité, et indirectement celle de l’Union Européenne, qui dispose ainsi, sans débourser un sou, d’un bouclier, devant réduire sensiblement l’arrivée de milliers de migrants Subsahariens vers les côtes Européennes. Ces ONG qui accusent notre pays de la situation de détresse des migrants, doivent savoir, par honnêteté, que le migrant est en détresse, avant tout, dans son pays. Quand il le quitte, sa situation se complique, notamment quand il est pris en charge, dans cette aventure, par des réseaux de passeurs, sans scrupules, qui portent atteinte à sa dignité et à son intégrité physique et morale. La situation de chaos dans le Sahel et dans certains pays Africains est le résultat d’ingérences étrangères et du pillage néocolonial de ces pays. Alors qu’on arrête de culpabiliser l’Algérie sur ce dossier.
    Il faut savoir, aussi, que les femmes et les enfants migrants Subsahariens, sont exploités dans notre pays par des réseaux mafieux nigériens, coupables de traite des personnes, pour la pratique de la mendicité et de la prostitution. Plusieurs réseaux nigériens ont été démantelés en Algérie, et cela est à l’honneur et à l’actif des pouvoirs publics. Les femmes et les enfants malades, sont soignés gratuitement, dans nos hôpitaux. Selon les chiffres publiés par l’association Thé vert, 37% des prestations de l’hôpital de Tamanrasset, en 2016, ont été fournies aux migrants subsahariens. Dans le reste des hôpitaux du sud du pays, les mêmes prestations sont accordées gratuitement aux migrants en détresse.




    13



    0
    Samy Daidus
    20 février 2018 - 11 h 31 min

    Les manipulations et les dessous du dossier migratoire Subsaharien en Algérie
    Pour ceux qui ne connaissent pas le dossier migratoire, il est nécessaire de rétablir les faits, relatifs à certaines informations, pour qu’ils comprennent les dessous de ce dossier, qui fait l’objet d’une manipulation à grande échelle, dans le but évident de discréditer notre pays, sans pour autant donner des preuves tangibles que l’Algérie a failli à ses devoirs et à ses obligations internationales. Etant expert international d’origine Algérienne résident au Canada, sur les questions migratoires, je relève avec beaucoup de consternation cette vile campagne de dénigrement, menée contre l’Algérie. La plate-forme migratoire de Tamanrasset, montée de toute pièce par ‘’CARITAS’’ et certaines associations nationales, telles que celles de ‘’Arar’’ ou de ‘’Thé vert’’, dirigée par ‘’Aghmama’’, ont un fil au pied, qui nous indique les véritables commanditaires, planqués au Vatican qui finance CARITAS, sous forte influence de la CIA. Ces sinistres personnages, à la recherche d’une notoriété et d’un prestige, au dépens de notre pays, mènent une vie de luxe, dans les capitales Européennes, et ils sont missionnés, à partir de ces pays, pour déstabiliser l’Algérie, dans le cadre du printemps ‘’Maussade’’, animé et encadré par le sinistre Bernard Henry Levy.
    Aghmama, à la tête de l’association nationale, ‘’Thé vert’’ de Tamanrasset, à de grandes entrées au niveau de l’ambassade des Etats Unis. Il roule en 4×4, luxueux, que son salaire de médecin à l’hôpital ne peut pas payer, même avec des économies de 50 ans. C’est avec ce véhicule de luxe qu’Aghmama a fait visiter le centre-ville de Tamanrasset, à l’ambassadeur des Etats Unis, en voyage dans cette wilaya. Il bénéficie aussi de voyages aux Etats Unis, grassement payés, par cette institution diplomatique, dans le cadre de ‘’stages de formation’’ qui, en réalité, sont des courroies de manipulation et d’embrigadement de la société civile Algérienne, dans le but de créer les conditions idéales d’un climat d’insurrection, notoirement connu sous l’appellation américaine ‘’ le chaos créatif’’, qui n’a pas réussi dans notre pays.
    Ces ONG militent, en réalité, pour que l’Algérie ouvre ses frontières du Sud du pays, pour qu’elle devienne un pays d’accueil, alors que l’Union Européenne est en train de cadenasser ses frontières. Cela est à l’origine de la mort de plus de 10.000 migrants en méditerranée. Pour les Nations Unies, c’est le nouveau ‘’droit Européen’’ autorisant le torpillage, par Frontex, des embarcations des migrants, dans la méditerranée. L’UE a pour objectif, en 2018, d’expulser collectivement plus de 200.000 migrants au mépris des conventions internationales et des droits des réfugies, notamment Syriens et Iraquiens. Alors qu’on reproche, indument, à notre pays, la fermeture des frontières du sud, qui doit assurer sa sécurité et son intégrité, et indirectement celle de l’Union Européenne, qui dispose ainsi, sans débourser un sou, d’un bouclier, devant réduire sensiblement l’arrivée de milliers de migrants Subsahariens vers les côtes Européennes. Ces ONG qui accusent notre pays de la situation de détresse des migrants, doivent savoir, par honnêteté, que le migrant est en détresse, avant tout, dans son pays. Quand il le quitte, sa situation se complique, notamment quand il est pris en charge, dans cette aventure, par des réseaux de passeurs, sans scrupules, qui portent atteinte à sa dignité et à son intégrité physique et morale. La situation de chaos dans le Sahel et dans certains pays Africains est le résultat d’ingérences étrangères et du pillage néocolonial de ces pays. Alors qu’on arrête de culpabiliser l’Algérie sur ce dossier.
    Il faut savoir, aussi, que les femmes et les enfants migrants Subsahariens, sont exploités dans notre pays par des réseaux mafieux nigériens, coupables de traite des personnes, pour la pratique de la mendicité et de la prostitution. Plusieurs réseaux nigériens ont été démantelés en Algérie, et cela est à l’honneur et à l’actif des pouvoirs publics. Les femmes et les enfants malades, sont soignés gratuitement, dans nos hôpitaux. Selon les chiffres publiés par l’association Thé vert, 37% des prestations de l’hôpital de Tamanrasset, en 2016, ont été fournies aux migrants subsahariens. Dans le reste des hôpitaux du sud du pays, les mêmes prestations sont accordées gratuitement aux migrants en détresse.




    8



    0
      vie libre
      20 février 2018 - 14 h 57 min

      Samy Daidus je suis totalement d’accord avec vous.
      ces ONG doivent s’intéresser à ce qui se passe en Birmanie, la mer méditerranéenne et les frontières Est de l’Europe,
      ces ONG n’osent pas parler sur la politique de Trump ou les expulsions massives des Falachas à partir d Israël, tout ça passe sous silence et semble être inaperçu.
      l’Algérie n’a pas besoin des leçon en matière d respect des droits de l’homme de la part de qui que soit, et quant aux informations concernant la maltraitance à l’encontre des migrants africains, ces ONG doivent montrer des preuves concrètes sinon ce que ces ONG aboient ne seront que d’injustes accusations




      6



      0
    Anonyme
    20 février 2018 - 6 h 06 min

    C’est à la presse algérienne d’être sur le qui vive et de « boucler » la gueule de ces ong avec des preuves, images et vidéos sur le rapatriement plus que correct de ces colons africains de l’Afrique noire. Si ces ong parlent de camions il faut faire des vidéos sur les bus climatisés qui les ont transporté et insister sur le fait que si ces migrants ont été déversés dans le désert (mensonge insensé) ils auraient crevé de soif et ne seraient jamais arrivés au niger. A qui mentent ces ong, aux algériens qui ont engraissé ces dévastateurs ou à l’auditoire international qui va tout de suite repérer l’incrédibilité de ces scénarios animés par debouzze présient de la lddah et son copain Abdelmoumène Khelil, membre de la Ligue de Défense des droits de l’homme, qui ose estimer qu’il est temps de parler d’intégration de ces gens avec des pays et des sous sol débordant de minerais et le tout est rédigé par la soit disant journaliste berrato , l’Eveil National s’est déclenché et nous refusons le colonilaisme de l’Algérie par des délinquants, mendiants, narcotrafiquants bras cassés et pollueurs subsahariens. Aux ong de leur apprendre à travailler chez eux.




    11



    0
    Salim31
    20 février 2018 - 5 h 28 min

    Les lois antimigratoires algeriennes sont applique au jeunes algeriens pourkoi ne le sont elles pas applique aux migrants africaîn _la mendicite est interdite aux algeriens mais bien autorise pour des millers de sahaliens qui on flairer l affaire _ de meme que l etalage est reprimer pour les jeunes mais eux peuvent vendre leurs articles douteux sur nos boulevard et nullement inquietes _la question est ce ce pouvoir autorise l anarchie des etranger et reprime en meme temps ces propres concitoyens en invocant la loi de republiUe _il n ya pas de SDF africains que de algerien et les vrai pauvres sont des algeriens que vous trouverez commerce aux marche aux puces completement chasse du marche du travail manuel __le pouvoir doit choisir entre servir son peuple ou menage des ONG gauchistes et continue a gaver ces migrants des subvention du peuple algerien , y en a marre des paroles nous voulons l action pour endigue ce fleau migratoire volontairement deforme en » REFUGIES » avant que ce soit trop tard !




    9



    0
    Anonyme
    19 février 2018 - 23 h 50 min

    Les mêmes ONG,qui ont soutenu Ali Bel Hadj et Abassi Madani pendant la décennie noire, et qui ont eu le zèle de les faire passer ( eux et leurs bourreaux sanguinaires) pour les victimes du pouvoir, alors que les Algériens étaient déchiquetés par centaines sous les bombes,et que les femmes étaient éventrées,et les bébés et les enfants égorgés.
    Les mêmes ONG du « Qui tue qui ? ».
    Après avoir vécu de telles horreurs, et entendu de telles sornettes, les Algériens ne devraient même pas prêter attention à de telles absurdités.
    La vérité, c’est que ces pseudo ONG, n’arrivent pas à accepter le fait que cette même Algérie s’est battue bec et ongles pour ne pas sombrer dans le chaos, grâce à son peuple et son armée.
    Pourquoi est ce que ces mêmes ONG ne volent pas au secours des populations Sahraouie, Palestinienne ou Mauritanienne,qui sont quasiment livrées à elles-mêmes?
    Laissons donc ces chiens hypocrites aboyer,et la caravane passe.




    16



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.