Les révélations de Ghozali sur les activités secrètes de l’Iran en Algérie

Iran Ghozali
Sid-Ahmed Ghozali, ancien chef de gouvernement. D. R.

Par Karim B. – Sid-Ahmed Ghozali a publié une tribune dans les colonnes du journal arabe Al-Charq Al-Awsat, paraissant à Londres, dans laquelle il revient sur les relations tumultueuses entre Alger et Téhéran. L’ancien chef du gouvernement a révélé les propos que lui a tenus l’ancien ministre des Affaires étrangères iranien Ali Akbar Velayati sur les raisons du soutien des Mollahs aux islamistes algériens, lui confirmant ainsi que la montée des mouvements religieux extrémistes de différentes obédiences était planifiée à partir de capitales étrangères.

«Vous avez permis aux salafistes saoudiens de répandre le wahhabisme dans votre pays, alors permettez-nous de propager le chiisme aussi !» a déclaré le chef de la diplomatie iranienne. Les services de sécurité algériens avaient, en effet, mis à nu une opération de prosélytisme financée et dirigée par l’ambassade d’Iran à l’époque, ce qui a poussé les autorités à renvoyer l’ambassadeur et à rompre les relations diplomatiques avec l’Iran.

Dans le même temps, l’Algérie demanda des explications à l’Arabie Saoudite accusée de soutenir financièrement et politiquement le parti extrémiste du FIS. Le roi Fahd Ibn Abdelaziz nia alors complètement toute relation entre son régime et le parti fanatique que dirigeaient Abassi Madani et Ali Benhadj, mais confirma à demi-mot que le FIS recevait effectivement de l’argent d’organisations saoudiennes et tenta de s’en laver les mains, bien qu’il soit évident que le régime des Al-Saoud exerce un contrôle total sur toutes les structures – officielles et non officielles – dans le royaume. Dans une récente interview au journal américain The Atlantic, le prince héritier Mohamed Ben Salmane a confirmé les propos du roi Fahd, en affirmant que «certaines personnalités saoudiennes avaient financé certains groupes», dont le FIS donc.

Sid-Ahmed Ghozali, qui soutient les Moudjahidine Khalq contre le régime des Mollahs «assassin de musulmans», a souligné que la décision de rompre les relations avec l’Iran avait été prise par le président Boudiaf et que son application a été rendue effective après sa mort. «L’Iran des Mollahs se prétend musulman mais il a tué plus de musulmans que n’importe quel autre pays durant notre ère, et il n’y a aucun doute qu’il n’existe aucune autre solution possible pour les pays arabes et musulmans que d’éradiquer ce cancer qui se présente comme le régime de la guidance du juriste», a affirmé l’ancien chef du gouvernement.

«Le régime au pouvoir en Iran s’érige en tuteur des pays arabes et musulmans et œuvre de toutes ses forces à s’ingérer de façon éhontée dans les affaires internes de ces pays auxquels il exporte son terrorisme et les guerres confessionnelles», a écrit Sid-Ahmed Ghozali, qui accuse l’Occident de «mener également une politique qui l’encourage à aller dans ce sens».

Le président du Comité de solidarité arabo-musulmane avec la résistance iranienne estime qu’«il est temps de soutenir le mouvement [des Moudjahidine Khalq] pour éliminer la source du terrorisme et construire un Iran pacifiste, ami et frère».

K. B.

Comment (69)

    Le cerveau algerien
    7 juillet 2018 - 9 h 04 min

    Si je comprend bien ,tous les algériens qui ont voté pour le fis sont des sans cerveaux algériens et les Autres sont des cerveaux algeroens

    Karavansérail
    1 mai 2018 - 13 h 57 min

    et maintenant la turquie de merdogan veut être la tutrice du monde arabo-musulman…!!!

    1
    1
    Tilleli
    20 avril 2018 - 17 h 19 min

    Il est le meilleur ambassadeur de l’Algérie devenue muette hélas par manque de moyens et manque de representativité quand elle a écarté ou organisé une déportation massive de ses enfants.Il est la seule voix qui représente lalgerie sur plusieurs fronts en Europe mais également au maghreb .Il essaye d’apaiser les tensions avec le Maroc par exemple ..Dommage que vous manquez de discernement car il pourrait être le meilleur pour assurer la transition entre l’ancienne génération et les nouvelles poussés lors des prochaines élections présidentielles.
    Il est toujours un ingenieur sorti de la prestigieuse ecole des ponts et chaussées, en plus d etre un expert en hydrocarbures mondialement reconnu sur la scene internationale.
    ps il a etait PDG de sonatrach pendant un bon bout de temps et il n a jamais melé a des malversations et il n a pas quitté le pays.

    3
    1
      Anonyme
      21 avril 2018 - 15 h 26 min

      Pour ceux qui s’emeuvent que ghozali ou que l’Algérie officielle n’aient plus les moyens d’antan et ne puissent défende le régime syrien, ce n’est là que la juste revanche de l’histoire contre l’insolence et l’arrogance du bâath .Hélas l’histoire est têtue .

      Je vous renvoie vers le livre de mostafa lacheraf , un temoin probe de notre histoire :l ‘algerie et le tiers monde;agressions ,résistances et solidarités intercontinentales
      « …les pays arabes dès notre indépendance ,nous ont à l’instar d’un chantage ,dos au mur, forcé à l’arabisation hâtive …ils ont complexé nos élites politiques… »Alors que nous manquions de supports pédagogiques humains et matériels Ce qui leurs a permit de saper les fondements de la construction de notre nation naissante en introduisant les germes de la djahilya et reléguant des élites intellectuelles formées à l’esprit des lumières derrière des responsables incultes arabisés n’ayant qu’une formation coraniqueé.
      Avec toute notre compassion pour les peuples agressés et opprimés
      Ainsi va l’histoire malheureusement.
      Ghozali essaye sans doute avec l’aval de l’Algérie officielle en fin connaisseur ,une diplomatie d’équilibre.Je suis d’accord il serait le meilleur de tous comme candidat aux présidentielles Comme president de par sa formation ,la maîtrise des langues,son parcours; son experience, Il saura concilier et apaiser les générations , construire un maghreb moderne et fraternel, établir des liens gagnants gagnants entre les deux rives de la méditerranée et l’orient.
      Tinemirt

      3
      1
    Anonyme
    13 avril 2018 - 18 h 11 min

    Nez crochu va! Il est de la secte des bhl & co, sauf qu’il était plus malin et s’est fait passé pour un algérien patriote.

    3
    2
    hmida
    13 avril 2018 - 12 h 01 min

    Hé hé , les pasdarans du net sont énervés
    Ni mollah, ni seouds, vive l’Algérie indépendante.

    2
    4
      7
      13 avril 2018 - 14 h 22 min

      toi tu as un penchant pour les Ibn Lihoud…
      L’Iran est un pays indépendant…plus il y a de pays indépendants mieux cela vaut pour l’indépendance et a souveraineté de l’Algérie.

      4
      2
    ali
    12 avril 2018 - 22 h 01 min

    Ghozali qui devient théologien et parle de chiisme et de sunnisme?? d’où lui vient cette science alors que de mémoire je me souvient que c’est un type plutôt laïc qui raffole des soirées noeud papillon

    11
    3
    salim
    12 avril 2018 - 10 h 28 min

    SAG tes en manque de liquidités et tu cherches à draguer l’arabie sefarade?? viens on te fera une quête et arrête ce cinéma

    13
    5
    ferial
    10 avril 2018 - 6 h 14 min

    Il ne faut pas chercher bien loin Ghozali essaie de se placer pour la prochaine présidentielle et essaie de capter les fonds de l’Arabie Yéhoudite et l’aval de la France en pleine lune de miel avec MBS , en les brossant dans le sens du poil .

    24
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.