Contribution – Se plaindre d’être pillé par le Maroc met à nu notre inertie

patrimoine
Ahmed Ouyahia et Azeddine Mihoubi, ministre de la Culture. New Press

«L’ennemi de la vérité ce n’est pas le mensonge, c’est la certitude.» (Friedrich Nietzsche)

Par Al-Hanif – Inscrire au Patrimoine immatériel de l’humanité la défense des cultures invisibles, écartées jusqu’alors par une vision savante et élitiste qui avait défini l’art majeur, essentiellement dans ses modalités architecturales, et d’artefacts conservés dans des musées, semblait une bonne idée.

Dans un contexte de mondialisation croissante et d’uniformisation des goûts, l’inscription de la frite belge, du langage sifflé des bergers turcs, de la danse du bâton au son des tambours des bédouins d’Arabie Saoudite, du jeu de bourle du nord de la France ou des osselets dans de nombreux pays, faisait un contrepoids heureux à la vision d’un monde habitué à célébrer non pas le génie populaire, mais une culture officielle qui entendait baliser les parcours.

Par la suite, il y eu dévoiement de cette belle idée, avec les Etats se précipitant pour figurer dans ce classement qui garantissait prestige, retombées culturelles… et rente politique. Le label devenait marque déposée et des pratiques communes à l’humanité étaient emprisonnées dans un territoire et captées au profit de pays. L’universel servit de prétexte aux nationalismes et aux arrière-pensées et l’humanité était sommée, paradoxalement, d’être emprisonnée dans une géographie, celle des Etats.

Alors que le Maroc dégainait à tout-va et présentait demande sur demande pour obtenir le label marocain sur des pratiques et des rituels – souvent communs au même fonds civilisationnel et géographique, parfois en s’appropriant le patrimoine d’autrui –, l’Algérie ne présentait en 2013 et en 2015 que le pèlerinage annuel de deux zaouïas comme manifestations dignes de figurer au palmarès. Les années précédentes, certains traits culturels que nous avions en commun avec des pays du Sahel avaient quand même fait l’objet d’une demande de reconnaissance. Merci à ceux qui ont su lire la profondeur stratégique historique de notre identité africaine !

Se plaindre d’être pillé par le Maroc ne fait que mettre la lumière sur notre inertie et notre conception fossilisée et folklorisée de la culture. Et il n’y a pas naïveté plus grande que d’ignorer, à travers l’inscription au Patrimoine immatériel de l’humanité, le formidable outil de soft power et les récupérations politiques présentes dans la précipitation de présenter dossiers et candidatures.

Le nationalisme le plus chatouilleux ne remplacera pas l’efficacité d’une politique culturelle offensive, en phase avec son temps, alors que nous avons toujours traité ce secteur en parent pauvre, prisonniers des mêmes obsessions ; prisonniers que nous restons de combats d’arrière-garde qui dessinent un véritable univers mental concentrationnaire dans lequel les neurones agonisent, faute d’oxygène et d’air renouvelé.

Bou Saâda qui dispose d’un décor naturel qui a déjà attiré les plus grandes productions cinématographiques dans le passé, ne fait, par exemple, l’objet d’aucune demande de classement. Et le musée Nasr-Eddine-Dinet est trop à l’étroit dans son site naturel devenu carcan et obstacle au développement envisagé. Ce musée pourrait être une passerelle, un témoignage de l’hybridation des cultures et une affirmation de la spiritualité de nos terres. La lettre manuscrite de Dinet demandant à être enterré comme musulman reste un document à être lu non comme la preuve d’une supériorité religieuse à faire prévaloir, mais comme affirmation d’une quête personnelle qui trouve son chemin et sa halte ultime. Cette région dispose de militants de la culture enrôlés dans l’impérieuse volonté de transmettre aux générations futures et on a l’impression que les personnages des toiles de Dinet s’échappent du canevas pour se joindre aux conversations chuchotées.

Dans cette région et dans bien d’autres, des militants de la culture se consument d’un feu intérieur et deviennent étrangers, sinon étranges, à un environnement mercantile qui a choisi le totem de l’argent et de la pseudo-réussite sociale à exhiber.

Si j’en avais le pouvoir, je présenterais au patrimoine de l’humanité ce jardinier de M’sila, dépositaire d’un savoir que nulle bibliothèque ne peut offrir. Rempli de la passion de son minuscule environnement, il aimait son jardin comme on aime la terre tout entière, une femme ou une mère nourricière. Il y voyait l’œuvre du Seigneur. Chaque grenadier, chaque citronnier, chaque fleur, chaque plant de tomate, chaque cigogne venue nicher étaient pour lui témoignage du message divin. Il me commenta des sourate avec plus de pertinence que le plus grand des théologiens et ne s’enquit jamais de ma pratique supposée ou réelle.

Il me rappelait cet autre jardinier de la lointaine Ecosse qui livrait chaque année son Eden aux visiteurs pour y conter l’acclimatation réussie des nombreuses espèces et la beauté de ses roses aux pétales fragiles qui se déclinaient dans un spectre de couleurs qui aurait rendu jaloux le plus grand des peintres. Ces derniers pouvaient exceller dans la représentation de la nature morte ! La sienne était explosion de vie, de couleurs et odorante à souhait. Elle était tableau vivant, offrande des cycles des saisons et de l’amour expert d’un jardinier. Sa seule récompense venait de l’appréciation de ces visiteurs venus de cette humanité que l’on s’ingénie à diviser, à assigner à résidence géographique confessionnelle ou culturelle.

Ce jour-là, W., un Chinois de Taïwan, et sa petite famille m’avaient accompagné. Si j’en avais le pouvoir, je nommerais sa femme ambassadrice de la cuisine chinoise et exigerais que leur courtoisie serve de mesure étalon pour être inscrite au Patrimoine de l’humanité. J’avais dégusté chez eux les plats les plus succulents et en était reparti avec la plus grande des culpabilités, lorsque j’ai appris au hasard d’une question que mon hôtesse avait sacrifié une nuit de sommeil pour confectionner cette myriade de plats. Chez elle, elle était fille de ministre.

Pourtant, dans ce combat culturel il y a, comme le signalait Cherif Khaznadar, des dangers à éviter : la muséfication, la folklorisation et la commercialisation.

Le terrain culturel est d’abord enjeu politique, qui peut, s’il évite de verser dans le fossé de pratiques aseptisées, garantir des retombées économiques en drainant un tourisme hybride et en mettant en avant l’arme d’un rayonnement culturel.

On se plaint de la captation du raï alors que l’on a lapidé sur la place publique son vecteur de diffusion et la personne qui le personnifiait. Nos ornières, nos «menottes de l’esprit» et notre haine atavique des intellectuels jouent contre nous, c’est-à-dire contre le pays.

A.-H.

Comment (50)

    DZZZZ
    10 avril 2018 - 16 h 50 min

    J’ai une bonne nouvelle à annoncer:
    Le grand chanteur du VRAI RAI PROPRE, Nasro, est de retour en Algérie.
    Il a mis les point sur les i dés son arrivée à l’aéroport en disant : » Je suis Algérien ».
    Je crois que Dab Khaled panique. Comme par hasard, le Dab Khaled a apparu sur la chaine Numidia pour parler de son expérience en Arabie Wahhabite. Il n’a pas encore compris qu’il ne nous intéresse plus.




    17



    4
    Nadjma
    9 avril 2018 - 16 h 05 min

    Et ben je comprends les marocains, ils ont tellement honte de ce qu’ils sont qu’ils s’emparent du patrimoine des algériens, ils le font sans honte ni vergogne parce qu’ils n’ont plus rien à perdre. Il faut dire qu’ils jouissent de la complicité sournoise de l’occident en général et de la france surtout et en particulier. Pourtant on ne peut pas dire que le maroc soit dépourvu de culture, c’est juste que ce qui est à eux ne leur plait pas parce que souillé, ils ne se supportent plus alors ils volent, quel triste sort. Quand aux algériens ils ont bien plus que tout ce qu’on a pu leur voler, ils ont leur courage et leur intégrité et franchement peu importe le reste, tout se récupérera n tant voulu, tout ce qu’on nous a pris nous reviendra.




    116



    13
      Anonymous
      9 avril 2018 - 21 h 30 min

      Promis !




      27



      23
    sijad
    9 avril 2018 - 2 h 45 min

    Salut Algeriens fils des Martyrs!

    Ne vous inquietez pas ! Les Marocains vous considerent leurs freres, vous et eux sont un seul peuple qui s’appelle le Peuple Maghrebin. Donc ce n’est pas la peine d’insulter vos freres. Un moment nous vivront dans un seul pays. Le Maroc et L’Algerie c’est comme la Coree du Sud et la Coree du Nord un jour ils seront reunis dans un seul. InchaAllah.
    On ne peut pas imaginer les Sud-coreens et les Nord-coreens se disputent le meme patrimoine.




    6



    15
      DYHIA-DZ
      10 avril 2018 - 18 h 59 min

      @ Sijad
      Nous sommes insolubles.
      Désolée, pas d’Affinité entre les Hommes libres et les hommes esclaves.
      Restez dans vos niches, nous n’avons rien à partager avec vous.
      Il ne faut pas rêver…Cessez d’halluciner.




      5



      7
        Sijad
        14 avril 2018 - 20 h 40 min

        I have a dream: Maroc et Algerie dans un seul pays comme il etait avant




        2



        0
    Bison
    8 avril 2018 - 14 h 03 min

    Se plaindre d’être pillé par le Maroc met à nu notre inertie! ou plutôt notre dynamisme acharné à effacer tout héritage culturel algérien ancestral de l’espace publique en adoptant, concurrence à qui fera mieux, la moindre broutille qui nous vienne du moyen orient au point que s’il suffit sde se promener dans les « villes » (dortoirs, amas d’habitation amorphes et sales…) de notre, jadis, beau pays pour ne plus savoir si on est en Algérie, au Caire ou à Peshawar…
    donc, c’est facile d’accuser l’autre de nos spolier, c’est plus commode pour la conscience et la paix ou l’inertie!




    9



    3
    Anonyme
    8 avril 2018 - 7 h 17 min

    ESPÉRONS QUE LE PROCHAIN PRÉSIDENT NE SERRA PAS AUSSI TOLÉRANT ET AMICAL




    11



    5
    ZORO
    8 avril 2018 - 6 h 29 min

    N oublions pas que c est le patrimoine de TAMAZGHA qui s etend des canari a siwa, OULD ABBES vient de nous le rappeler, nous sommes AMAZIGH ( hommes libres) depuis 5000 ans.
    SigneZORO. …Z…..




    3



    13
      Anonyme
      8 avril 2018 - 23 h 54 min

      . Vos délires n’ont pas de limite.
      Limitez vous à utiliser la culture de votre tamazgha et cessez de piller notre patrimoine.
      Les Algériens ont donné leur âme pour conserver leur patrimoine ALGÉRIEN.
      Restez dans vitre niche et ne vous approchez pas de nous.




      11



      6
        ZORO
        9 avril 2018 - 7 h 13 min

        Soit poli si tu veux etre Algerien!! Ettraba ya el majhoul !!
        SIGNE.ZORO. ..Z….




        3



        3
          Anonyme
          10 avril 2018 - 14 h 33 min

          Pas de politesse quand il s’agit de défendre mon patrimoine.
          C’est la seule méthode qui marche avec les escrocs et les voleurs du makhzen




          6



          1
    Tinhinane-DZ
    8 avril 2018 - 6 h 02 min

    @Makhzen

    Le débat est sur le pillage de notre culture par vos agents.

    Il faut apprendre à représenter votre Marrouk avec votre propre culture ( si vous en avez)…Il faut arrêter de piller notre patrimoine. C’est Algérien , C’est à NOUS, Nous Sommes les Algériens et non pas vous !!
    Le peuple Algérien ne vous a pas nommés parrains de son patrimoine.
    Comment osez vous représenter votre pays avec notre patrimoine culturel…Sans scrupule, vous criez tout haut que c’est le votre ??
    l’Algérie doit utiliser la voie/voix du tribunal pour vous apprendre à respecter la propriété intellectuelle et l’éthique.
    RAS LE BOL DE VOTRE PLAGIA




    23



    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.