Contribution – Se plaindre d’être pillé par le Maroc met à nu notre inertie

patrimoine
Ahmed Ouyahia et Azeddine Mihoubi, ministre de la Culture. New Press

«L’ennemi de la vérité ce n’est pas le mensonge, c’est la certitude.» (Friedrich Nietzsche)

Par Al-Hanif – Inscrire au Patrimoine immatériel de l’humanité la défense des cultures invisibles, écartées jusqu’alors par une vision savante et élitiste qui avait défini l’art majeur, essentiellement dans ses modalités architecturales, et d’artefacts conservés dans des musées, semblait une bonne idée.

Dans un contexte de mondialisation croissante et d’uniformisation des goûts, l’inscription de la frite belge, du langage sifflé des bergers turcs, de la danse du bâton au son des tambours des bédouins d’Arabie Saoudite, du jeu de bourle du nord de la France ou des osselets dans de nombreux pays, faisait un contrepoids heureux à la vision d’un monde habitué à célébrer non pas le génie populaire, mais une culture officielle qui entendait baliser les parcours.

Par la suite, il y eu dévoiement de cette belle idée, avec les Etats se précipitant pour figurer dans ce classement qui garantissait prestige, retombées culturelles… et rente politique. Le label devenait marque déposée et des pratiques communes à l’humanité étaient emprisonnées dans un territoire et captées au profit de pays. L’universel servit de prétexte aux nationalismes et aux arrière-pensées et l’humanité était sommée, paradoxalement, d’être emprisonnée dans une géographie, celle des Etats.

Alors que le Maroc dégainait à tout-va et présentait demande sur demande pour obtenir le label marocain sur des pratiques et des rituels – souvent communs au même fonds civilisationnel et géographique, parfois en s’appropriant le patrimoine d’autrui –, l’Algérie ne présentait en 2013 et en 2015 que le pèlerinage annuel de deux zaouïas comme manifestations dignes de figurer au palmarès. Les années précédentes, certains traits culturels que nous avions en commun avec des pays du Sahel avaient quand même fait l’objet d’une demande de reconnaissance. Merci à ceux qui ont su lire la profondeur stratégique historique de notre identité africaine !

Se plaindre d’être pillé par le Maroc ne fait que mettre la lumière sur notre inertie et notre conception fossilisée et folklorisée de la culture. Et il n’y a pas naïveté plus grande que d’ignorer, à travers l’inscription au Patrimoine immatériel de l’humanité, le formidable outil de soft power et les récupérations politiques présentes dans la précipitation de présenter dossiers et candidatures.

Le nationalisme le plus chatouilleux ne remplacera pas l’efficacité d’une politique culturelle offensive, en phase avec son temps, alors que nous avons toujours traité ce secteur en parent pauvre, prisonniers des mêmes obsessions ; prisonniers que nous restons de combats d’arrière-garde qui dessinent un véritable univers mental concentrationnaire dans lequel les neurones agonisent, faute d’oxygène et d’air renouvelé.

Bou Saâda qui dispose d’un décor naturel qui a déjà attiré les plus grandes productions cinématographiques dans le passé, ne fait, par exemple, l’objet d’aucune demande de classement. Et le musée Nasr-Eddine-Dinet est trop à l’étroit dans son site naturel devenu carcan et obstacle au développement envisagé. Ce musée pourrait être une passerelle, un témoignage de l’hybridation des cultures et une affirmation de la spiritualité de nos terres. La lettre manuscrite de Dinet demandant à être enterré comme musulman reste un document à être lu non comme la preuve d’une supériorité religieuse à faire prévaloir, mais comme affirmation d’une quête personnelle qui trouve son chemin et sa halte ultime. Cette région dispose de militants de la culture enrôlés dans l’impérieuse volonté de transmettre aux générations futures et on a l’impression que les personnages des toiles de Dinet s’échappent du canevas pour se joindre aux conversations chuchotées.

Dans cette région et dans bien d’autres, des militants de la culture se consument d’un feu intérieur et deviennent étrangers, sinon étranges, à un environnement mercantile qui a choisi le totem de l’argent et de la pseudo-réussite sociale à exhiber.

Si j’en avais le pouvoir, je présenterais au patrimoine de l’humanité ce jardinier de M’sila, dépositaire d’un savoir que nulle bibliothèque ne peut offrir. Rempli de la passion de son minuscule environnement, il aimait son jardin comme on aime la terre tout entière, une femme ou une mère nourricière. Il y voyait l’œuvre du Seigneur. Chaque grenadier, chaque citronnier, chaque fleur, chaque plant de tomate, chaque cigogne venue nicher étaient pour lui témoignage du message divin. Il me commenta des sourate avec plus de pertinence que le plus grand des théologiens et ne s’enquit jamais de ma pratique supposée ou réelle.

Il me rappelait cet autre jardinier de la lointaine Ecosse qui livrait chaque année son Eden aux visiteurs pour y conter l’acclimatation réussie des nombreuses espèces et la beauté de ses roses aux pétales fragiles qui se déclinaient dans un spectre de couleurs qui aurait rendu jaloux le plus grand des peintres. Ces derniers pouvaient exceller dans la représentation de la nature morte ! La sienne était explosion de vie, de couleurs et odorante à souhait. Elle était tableau vivant, offrande des cycles des saisons et de l’amour expert d’un jardinier. Sa seule récompense venait de l’appréciation de ces visiteurs venus de cette humanité que l’on s’ingénie à diviser, à assigner à résidence géographique confessionnelle ou culturelle.

Ce jour-là, W., un Chinois de Taïwan, et sa petite famille m’avaient accompagné. Si j’en avais le pouvoir, je nommerais sa femme ambassadrice de la cuisine chinoise et exigerais que leur courtoisie serve de mesure étalon pour être inscrite au Patrimoine de l’humanité. J’avais dégusté chez eux les plats les plus succulents et en était reparti avec la plus grande des culpabilités, lorsque j’ai appris au hasard d’une question que mon hôtesse avait sacrifié une nuit de sommeil pour confectionner cette myriade de plats. Chez elle, elle était fille de ministre.

Pourtant, dans ce combat culturel il y a, comme le signalait Cherif Khaznadar, des dangers à éviter : la muséfication, la folklorisation et la commercialisation.

Le terrain culturel est d’abord enjeu politique, qui peut, s’il évite de verser dans le fossé de pratiques aseptisées, garantir des retombées économiques en drainant un tourisme hybride et en mettant en avant l’arme d’un rayonnement culturel.

On se plaint de la captation du raï alors que l’on a lapidé sur la place publique son vecteur de diffusion et la personne qui le personnifiait. Nos ornières, nos «menottes de l’esprit» et notre haine atavique des intellectuels jouent contre nous, c’est-à-dire contre le pays.

A.-H.

Comment (51)

    DZZZZ
    10 avril 2018 - 16 h 50 min

    J’ai une bonne nouvelle à annoncer:
    Le grand chanteur du VRAI RAI PROPRE, Nasro, est de retour en Algérie.
    Il a mis les point sur les i dés son arrivée à l’aéroport en disant : » Je suis Algérien ».
    Je crois que Dab Khaled panique. Comme par hasard, le Dab Khaled a apparu sur la chaine Numidia pour parler de son expérience en Arabie Wahhabite. Il n’a pas encore compris qu’il ne nous intéresse plus.

    18
    4
    Nadjma
    9 avril 2018 - 16 h 05 min

    Et ben je comprends les marocains, ils ont tellement honte de ce qu’ils sont qu’ils s’emparent du patrimoine des algériens, ils le font sans honte ni vergogne parce qu’ils n’ont plus rien à perdre. Il faut dire qu’ils jouissent de la complicité sournoise de l’occident en général et de la france surtout et en particulier. Pourtant on ne peut pas dire que le maroc soit dépourvu de culture, c’est juste que ce qui est à eux ne leur plait pas parce que souillé, ils ne se supportent plus alors ils volent, quel triste sort. Quand aux algériens ils ont bien plus que tout ce qu’on a pu leur voler, ils ont leur courage et leur intégrité et franchement peu importe le reste, tout se récupérera n tant voulu, tout ce qu’on nous a pris nous reviendra.

    118
    13
      Anonymous
      9 avril 2018 - 21 h 30 min

      Promis !

      28
      23
    sijad
    9 avril 2018 - 2 h 45 min

    Salut Algeriens fils des Martyrs!

    Ne vous inquietez pas ! Les Marocains vous considerent leurs freres, vous et eux sont un seul peuple qui s’appelle le Peuple Maghrebin. Donc ce n’est pas la peine d’insulter vos freres. Un moment nous vivront dans un seul pays. Le Maroc et L’Algerie c’est comme la Coree du Sud et la Coree du Nord un jour ils seront reunis dans un seul. InchaAllah.
    On ne peut pas imaginer les Sud-coreens et les Nord-coreens se disputent le meme patrimoine.

    7
    17
      DYHIA-DZ
      10 avril 2018 - 18 h 59 min

      @ Sijad
      Nous sommes insolubles.
      Désolée, pas d’Affinité entre les Hommes libres et les hommes esclaves.
      Restez dans vos niches, nous n’avons rien à partager avec vous.
      Il ne faut pas rêver…Cessez d’halluciner.

      7
      8
        Sijad
        14 avril 2018 - 20 h 40 min

        I have a dream: Maroc et Algerie dans un seul pays comme il etait avant

        3
        2
          abu
          10 mai 2018 - 23 h 12 min

          i have a dream a BIg fucking wall tellement epais qu’on entendra plus les mensonge du mazken. la seule chose qu’on a en commun c’est la religion (que vous blasphemer allegrement) tu veux juste notre petrole et nos ressource en haut vous allez faire faillite et j’espere qu’a ce moment la le president vous metra tous dehors et vous laissera pas rentré la sale rac sioniste que vous etes

          2
          1
    Bison
    8 avril 2018 - 14 h 03 min

    Se plaindre d’être pillé par le Maroc met à nu notre inertie! ou plutôt notre dynamisme acharné à effacer tout héritage culturel algérien ancestral de l’espace publique en adoptant, concurrence à qui fera mieux, la moindre broutille qui nous vienne du moyen orient au point que s’il suffit sde se promener dans les « villes » (dortoirs, amas d’habitation amorphes et sales…) de notre, jadis, beau pays pour ne plus savoir si on est en Algérie, au Caire ou à Peshawar…
    donc, c’est facile d’accuser l’autre de nos spolier, c’est plus commode pour la conscience et la paix ou l’inertie!

    11
    3
    Anonyme
    8 avril 2018 - 7 h 17 min

    ESPÉRONS QUE LE PROCHAIN PRÉSIDENT NE SERRA PAS AUSSI TOLÉRANT ET AMICAL

    12
    5
    ZORO
    8 avril 2018 - 6 h 29 min

    N oublions pas que c est le patrimoine de TAMAZGHA qui s etend des canari a siwa, OULD ABBES vient de nous le rappeler, nous sommes AMAZIGH ( hommes libres) depuis 5000 ans.
    SigneZORO. …Z…..

    3
    13
      Anonyme
      8 avril 2018 - 23 h 54 min

      . Vos délires n’ont pas de limite.
      Limitez vous à utiliser la culture de votre tamazgha et cessez de piller notre patrimoine.
      Les Algériens ont donné leur âme pour conserver leur patrimoine ALGÉRIEN.
      Restez dans vitre niche et ne vous approchez pas de nous.

      13
      6
        ZORO
        9 avril 2018 - 7 h 13 min

        Soit poli si tu veux etre Algerien!! Ettraba ya el majhoul !!
        SIGNE.ZORO. ..Z….

        3
        3
          Anonyme
          10 avril 2018 - 14 h 33 min

          Pas de politesse quand il s’agit de défendre mon patrimoine.
          C’est la seule méthode qui marche avec les escrocs et les voleurs du makhzen

          8
          1
    Tinhinane-DZ
    8 avril 2018 - 6 h 02 min

    @Makhzen

    Le débat est sur le pillage de notre culture par vos agents.

    Il faut apprendre à représenter votre Marrouk avec votre propre culture ( si vous en avez)…Il faut arrêter de piller notre patrimoine. C’est Algérien , C’est à NOUS, Nous Sommes les Algériens et non pas vous !!
    Le peuple Algérien ne vous a pas nommés parrains de son patrimoine.
    Comment osez vous représenter votre pays avec notre patrimoine culturel…Sans scrupule, vous criez tout haut que c’est le votre ??
    l’Algérie doit utiliser la voie/voix du tribunal pour vous apprendre à respecter la propriété intellectuelle et l’éthique.
    RAS LE BOL DE VOTRE PLAGIA

    25
    7
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ Al Jazairi
    7 avril 2018 - 22 h 07 min

    la présence des clandestins a beaucoup aidé le pillage. si rien n’est fait, d’ici quelques années nous allons être taxés de marrokis. message a celui qui me menace : les prétensions ne font pas le moine !

    17
    5
    Salim31
    7 avril 2018 - 21 h 40 min

    @makhzen
    C est a vous de travaillez et de faire des sites comme AP et d arrete de coller aux gens libre __votre
     » makhnez « par son ideologie de soumission a rendu votre jeunesse sans personalite ni creativitee comdanne a copie tout ce qui bouge _ vous devriez savoir que les impersonnels sont sous domination des copies exple ; a force de copie et chante deguelassement le rai , votre jeunesse se met a parle et pense oranais et donc sous domination culturelle oranaise !! si mot « domination a de sens pour vous __

    18
    7
    krimo
    7 avril 2018 - 20 h 47 min

    Le rai est né en ALGERIE, cheikh HAMADA, Ain Tedless, Rimiti, Bouteldja belkacem, ahmed wahbi, blaoui el houari, gana el mùaghnaoui, el ouerad et je ne veux pas aller plus loin , je laisse le soin aux historiens et musicologues de debattre et defendre notre patrimoine- Saida Sidi bel Abbes- ain temouchent et puis oran

    18
    7
    Numi
    7 avril 2018 - 19 h 40 min

    Le fait que le cousin tente depuis 2018 de s’approprier El fergani, el karakou, la blouza oranaise, les robes et bijoux kabyles…. ne sont pas des hallucinations. Leur patrimoine et riche et varié mais invendable a l’étranger. Allez vendre une chedda de fez à l’étranger !La protection et la défense du patrimoine est de la responsabilité de tous ! Mais il est clair une le ministre de la culture doit réagir à ce comportement vicieux du voisin et vite….. ILS N’ONT PAS À SE SERVIR ET DÉLIBÉRÉMENT VENDRE CEUX QUI EST À L’AITRE COMME SI CA VENAIT DE CHEZ EUX. Qu’on exporte ou non notre patrimoine c’est pas leur problème ! Je félicite ceux qui défendent ça sur instagram, facebook et youtube. Parce qu’il fait le voir pour le croire ! Se taire et ne pas dénoncé c’est être complice.
    N’oubliez pas que nos voisins n’ont pas connu de decennie noir et n’ont pas perdu 10 ans…. pendant que l’Algérie réglait ses problèmes interne les autres pays du monde avançait ! A nous de rattraper ce retard mais à nous aussi de dénoncer et stopper ce pillage !

    21
    8
    AL - HANIF
    7 avril 2018 - 19 h 03 min

    La contribution ne se voulait nullement être appel à une chasse à l’homme.
    Je ne connais le ministre en exercice ni d’Adam ni de Hawa, mais je trouve le procédé de tout rejeter à ses pieds, un écran de fumée, et un défouloir qui exonéreraient la politique culturelle de plusieurs décennies.
    Le bouc émissaire sert toujours de faux principe d’explication.
    Ma contribution se voulait aussi hommage à des vrais militants de la culture que j’ai eu la chance de croiser et qui me redonnent espoir pour notre pays.
    Merci pour la vigueur du débat.

    15
    8
    Makhzen
    7 avril 2018 - 18 h 05 min

    il faut arrêter les plaintes et les pleurs et vous retroussez un peut les manches pour redresser l’Algérie !!
    Vos ministres sont des voleurs corrompus et vous le savez alors pourquoi attendre après un petit os à grignoter ??
    Regarder votre chemin devant vous et ne regarder ni à gauche ni à droite car nous Marocains nous y sommes pour rien dans votre développement .

    31
    31
      Numi
      7 avril 2018 - 20 h 14 min

      Vous n’êtes dans rien contre le fait que notre patrimoine ne soit pas mis en valeur à l’international par les ministres ou expo bien sure !. Mais vous y êtes dans beaucoup quand il s’agit de présenter des modèle de robes typiquement algérienne sur 2M (model des années 80…) comme étant marocaine! Quand il s’agit d’envoyer une blouza ou un karakou a une star du khalij ou egypte en leur faisant croire que c’est made
      In morocco parce que la takchita se démode. Outre makhzen a compris l’argent qu’il pouvait se faire… il voit aussi les clips de grand chanteur étranger qui se font de plus en algerie, il connaît et craint le potentiel touristique et culturelle de l’Algérie.
      les expositions payés par votre roi à l’étranger avec une pour exiber et tenter de s’approprier notre patrimoine est ridicule ! Vous n’êtes pas innocent et loin de là. Au passage el fergani une tenue de plus de 1000 ans est inscrite à l’Unesco par l’Algérie, idem pour d’autres tenues comme la chedda de tlemcen… Ca ne vous empêche pas de tenter une extorsion, c’est juste honteux. Alors le fait que le patrimoine ne s’expose pas n’est pas la faute du maroc, mais Ca donne pas aûmaroc le droit de servir. Continues à Développer votre patrimoine….si les algeriens savaient ce que votre makhzen trame même la robe des Ouled naïfs ! vous avez dernièrement tenté de l’a présentée comme marocaine. La mascarade a assez durée et je pense que le ministère de la culture doit faire quelque chose. Vous êtes des voleurs, usurpateurs et heureusement que certains vous denoncent…. Ca porte ces fruits et on commence à en parler …. il va falloir en assumer les conséquences ! La dernière sortie de juba 2 n’est pas
      Passé inaperçu à l’étranger.

      19
      10
        AÏT chaalal
        8 avril 2018 - 21 h 56 min

        Je peux même le confirmer..j’ai visité le Louvre d’Abou Dhabi durant mon passage vers Cape Town en Afrique du Sud et j’ai vu une statuette de Juba II exposé tant que Patrimoine Marocain de l’antiquité..j’étais séderi de le degré de la lâcheté des marocains et de silence des complices de ministère de la culture algérienne ..Pays de mer de m**de

        6
        3
          Viva l'Aldjérie
          9 avril 2018 - 18 h 39 min

          En effet cette statue est la possession du maroc, j’ai vérifié. Je le vois partout, les marocains n’arrêtent pas de se pavaner avec nos rois en prenant bien soin de cacher leur origine algérienne et la berbérité commune est bien commode quand ça les arrange.
          Ici en l’occurrence Juba II né et mort en Algérie, dont la capitale était en Algérie, aujourd’hui Cherchell est maroquinisé sous prétexte que notre roi a gouverné aussi le nord du maroc au temps où il régnait sur la Maurétanie Césarienne c’est à dire l’Algérie. Autrement dit les marocains de l’époque étaient soumis à un roi algérien, et ils essayent de faire croire le contraire !

          Je parle en termes de nationalité anachroniques parce que c’est exactement ce que font les marocains quand ça les arrange. Exemple; Ibn Battouta est toujours soigneusement signalé par eux comme un marocain né à Tanger alors que nos rois et nos héros sont toujours dépeints comme berbères dont le lieu de naissance est escamoté.

          C’est comme si nous déclarions Vercingétorix comme l’un de nos rois sous prétexte que les Français nous ont gouvernés.

          Et on ne parle pas des Almohades de Nédroma ( Algérie ) avec Abdelmoumen l’Algérien de la tribu des Ifren fondateur de la dynastie, des Idrissides qui n’avaient rien de marocains puisque Idriss était un Arabe venu d’Irak et que la tribu berbère qui l’a adopté et soutenu était une tribu chaouie où il avait pris femme, Kenza: les Awrabas réfugiés à Volubulis après la défaite de Koceila en 686 contre les Omeyades. Citons aussi les Fatimides Koteyma de Djidjel et ça suffira pour aujourd’hui.

          Les Mauritaniens aussi peuvent se plaindre du vol de leur histoire avec les Almoravides. Les marocains ne savent que mentir sur leur Histoire aux dépens de leurs voisins

          4
          2
      L'ALGERIE UN JOUR...L'ALGERIE POUR TOUJOUR !
      7 avril 2018 - 23 h 25 min

      Mais votre gouvernement y est pour le sabotage et le vol de l’ALGERIE ! Mais vous sachez que vous avez aucune histoire vous l’inventé !
      ON REPRENDRA TOUT CE QUE VOUS NOUS AVEZ VOLEZ !

      6
      9
    Anonyme
    7 avril 2018 - 17 h 12 min

    Ce Message est adressé à Hicham Smati:

    Arrête de produire tes vidéos clip au Maroc.
    Tu es en train d’être utilisé par le makhzen à travers les marocains de France.
    Ils se font une carrière sur le dos de la musique Algérienne qu’ils sont en train de piller.

    STOP AU PILLAGE

    34
    17
    LOUCIF
    7 avril 2018 - 16 h 59 min

    Cher Al-Hanif, bravo pour cet article courageux ! Il y a marre de se plaindre tout le temps du Maroc et de le voir comme l’ogre de l’Algérie !

    Ok on ne s’entend pas sur la question du Polisario et effectivement il n’y a aucune raison pour que l’Algérie change de paradigme politique basé sur les résolutions de l’ONU et le principe du droit à l’autodétermination des peuple, mais le Maroc est juste un pays qui, pourtant moins riche que le notre et malgré la nature politique de son régime, avance mieux que nous sur certains plans : politique du tourisme, politique d’encouragement des Investissements Directes Étrangers (IDE) , ouverture franche de l’économie marocaine à l’initiative privée etc… etc…

    Ce n’est pas parce que l’Algérie fait du sur place et que le Maroc avance dans certains domaines qu’on doit se plaindre ad vitaem æternam !

    34
    17
    Anonyme
    7 avril 2018 - 16 h 56 min

    Nous exigeons la démission de tout le STAFF du ministère de la culture.
    Il nous faut de vrais Algériens pour gérer ce ministère. La complicité commence à ce niveau

    Ils ferment les yeux sur tout ce pillage, ils l’ont même encouragé par leurs déclarations irresponsables.

    27
    12
    Anonyme
    7 avril 2018 - 16 h 23 min

    c’est un marché gagnant-gagnant entre le pouvoir occulte algérien et leur monarchie. Ils pillent notre patrimoine culturel pour s’habiller de respectabilité devant le monde et ils nous refilent toute la drogue dont on a besoin pour abrutir le peuple et l’empecher de penser à la politique et à la corruption massive…

    /e déversement de la drogue a bien commencé dans les années de la guerre civile, n’est ce pas ?

    22
    14
      Anonyme
      7 avril 2018 - 19 h 53 min

      Personne ne t’oblige à prendre la drogue. S’il y a consommation, c’est parce qu’il y a problème

      10
      8
    Anonyme
    7 avril 2018 - 15 h 50 min

    Il est incompréhensible que des artistes algériens se produisent au Maroc alors que celui ci pille notre patrimoine sans vergogne.
    Il en est ainsi par exemple de ces chanteurs de Raî qui se produisent au Maroc et notamment à Oujda avec un drapeau marocain pour fond de scène et à qui on offre des drapeaux marocains pour qu’il les exhibent.
    Cela peu paraitre ridicule, mais la constance de ce genre de comportements montre bien que c’est une approche global, systématique et étudié du makhzen.
    Les offres de la nationalité marocaine à certain d’entre eux n’est pas fortuite, elle découle de toute une stratégie mise au point dans les officines du makhzen avec la complicité toujours active de la France. N’a-t-on pas la chaine France24 participer à cette mascarade on se posant la question de savoir d’où était né le Raî, alors qu’elle est bien placée pour le savoir puisque c’est en France qu’a commencé la carrière international de principaux chanteur algériens de ce genre, alors que les chanteurs marocains étaient inexistant.
    C’est à Sidi Bel Abbes et non à Oujda que le festival du Raï doit avoir lieu. Il est inadmissible que cette ville s’accapare le patrimoine de l’ouest algérien sans qu’il n’y est aucune réaction des autorités alors que tous le monde sait les tentatives marocaines pour s’approprier ce genre musical. C’est carrément un encouragement au vol. Il en est de même du alaoui des Ouled Nhar etc.La réponse devrait êtres un festival à Sidi bel Abbes pour le Raî et à Sebdou pour l’alaoui. De même pour les différentes fantasias des différentes régions face à la pale imitation qu’est la tbourida.
    Une des mission du Ministère de la culture est de protéger notre patrimoine, et cela doit être signifié aux artistes qui doivent être un peu plus de lucides et vigilants face à cette entreprise de captation de notre patrimoine.L’appât du gain ne doit pas être le seul moteur à leurs spectacles, ils doivent comprendre que les invitations marocaines ne sont jamais fortuites.

    27
    15
      Tinhinane
      7 avril 2018 - 16 h 52 min

      @Anonyme
      7 avril 2018 – 15 h 50 min

      Merci beaucoup pour votre commentaire !!
      Ce que vous dites est tellement vrai!!
      Je me demande que fait l’ÉTAT Algérien pour arrêter la manipulation du makhzen .
      Le comportement de nos responsable est un mystère qui a une seule réponse. L’ODEUR DE TRAHISON.

      24
      10
      Anonyme
      7 avril 2018 - 17 h 08 min

      C’est la réalité. Tout est dirigé par le mekhzan

      11
      16
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ Al Jazairi
    7 avril 2018 - 15 h 49 min

    si ce Mihoubi a une once de fierté, il devrait déposer sa démission au plus vite pour laisser sa place a un lion déguisé en un petit chat qui miaule dans tous les sens, c’est cela la Culture qu’il faut dès a présent.

    20
    14
      Anonyme
      7 avril 2018 - 18 h 08 min

      azzedine mihoubi est un gentil garçon ! ce n est pas lui qui a donne l ordre de fermer les bars,les discothèques, et fermer l œil sur les dépassements extrémistes et moralistes ! c est celui qui le prône clairement : le terrorisme islamistes ou nous (FLN RND) ! alors on ira passer nos vacances chez nos voisins ou la bière coule de source ; où on danse et on rit sans se faire agresser !

      9
      15
      Anonyme
      7 avril 2018 - 18 h 51 min

      ne tire pas plus vite que ton ombre sinon tu vas écrabouiller ton tibia.

      5
      11
        Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ Al Jazairi
        7 avril 2018 - 19 h 02 min

        Alors ce n est qu un jeu ???

        4
        7
        Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ Al Jazairi
        7 avril 2018 - 19 h 06 min

        C est une menace ?

        5
        8
    La trahison
    7 avril 2018 - 15 h 48 min

    Une inertie destructrice de tout ce qui est Algérien.

    Le makhzan manipule les artistes Algériens en leur demandant de produire des vidéo-clips dans des villes marocaines. La demande est faite sous le sigle  » nous sommes frères et nous sommes un même pays ».

    La naïveté des Algériens est Absurde, l’inertie de nos responsables est une catastrophe qui met l’Algérie dans la vente aux encheres.

    27
    17
    l'Autruche
    7 avril 2018 - 14 h 42 min

    Très bien, le titre résume toute la situation..!!
    Bien au contraire, « Le nationalisme le plus chatouilleux » devrait pousser les responsables, digne de ce nom, a plus d’efficacité et à opter pour une « politique culturelle offensive » pour la faire découvrir au monde sauvage dans lequel nous survivons. Cependant, et comme vous l’avez bien signalé Mr Al Hanif, il y a beaucoup de dangers à éviter pour ne pas récolter le revers de la médaille..! Pour cela, il faut des Hommes pour faire la différence, car des zommes, il y en a en pagaille par le temps qui court, où l’homme est en perdition..!

    Une herbe folle et un sourire.

    14
    9
    Ben
    7 avril 2018 - 14 h 39 min

    J’aurais aimé que le language sifflé guanche de l’ile de la gomera ( canaries) soit cité instead. Gomera provenant de Gomara, une autre tribu bien de chez nous et dont les liens sont toujours existants dans le haut atlas où le language sifflé est toujours d’usage meme s’il nest pas enseigné comme aux canaries.

    10
    10
    Vangelis
    7 avril 2018 - 14 h 35 min

    « A force de tout voir on finit par tout supporter… A force de tout supporter on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer on finit par tout accepter… A force de tout accepter on finit par tout approuver ! » (Saint Augustin)

    21
    8
    Anonyme
    7 avril 2018 - 14 h 27 min

    Une inertie qui détruit le fondement de l’Algérie. Son patrimoine.

    23
    12
    Anonyme
    7 avril 2018 - 14 h 26 min

    Le ministre de la culture est trop mou.
    L’Algérie manquent d’Hommes patriotes pour la défendre
    Il est temps que l’ANP mette de l’ordre. Une anarchie totale gère le pays, ce qui fait que le Maroc profite pour voler toute l’Algérie

    24
    15
      Anonyme
      7 avril 2018 - 18 h 48 min

      il faut plutôt voir du coté de khalida toumi, car c’est de son temps que le pillage a commencé, le temps que les dossiers soit introduit à l’unesco, traités et approuvés il faut des années. Donc Mihoubi Azzeddine est hors de cause

      12
      3
    Algériens
    7 avril 2018 - 14 h 12 min

    Chaque jour qui passe, nous découvrons avec amertume la trahison de nos hauts responsables.
    L’inertie est une sorte de trahison.

    25
    12
    DZZZZZZZZZZZZZZZZ
    7 avril 2018 - 14 h 11 min

    Il n’y a que les faibles qui se plaignent.
    Un vrai Algérien fort reprend ce qui lui appartient sans demander la permission du voleur.

    27
    15
    DYHIA-DZ
    7 avril 2018 - 14 h 09 min

    Exactement, il ne faut pas se plaindre…Mais il faut reprendre notre patrimoine volé.
    Il ya des lois de la propriété intellectuelles dans tous les domaines. Qu’attend l’ÉTAT Algérien pour réagir à ce vol et cette escroquerie marocaine.
    Une inertie intrigante ???????????????

    28
    14
    mhd dz
    7 avril 2018 - 13 h 59 min

    J,en ai plus qu,assez de voir mon pays baigné dans la médiocrité par des responsables totalement irresponsables et ce malgré un potentiel énorme.Y en a marre!!

    22
    12
    Anonyme
    7 avril 2018 - 13 h 59 min

    Nos responsables ont des biens au Maroc, ils préfèrent rester spectateur de ce pillage de la HONTE.

    15
    14
    Kahina-DZ
    7 avril 2018 - 13 h 52 min

    Les marocains sont aidés par des a traitres internes qui leurs offrent notre patrimoine culturel et historique.
    Des artistes marocains l’ont bien mentionné dans leurs interviews. Ils ont clairement dit que ce sont des responsables Algériens qui leur demandent d’utiliser (se servir) notre patrimoine culturel. Le destructeur de l’Algérie est parmi nous. Il s’agit d’une inertie voulue et complice.
    La ligne rouge a été dépassée ya SSi Gaid Salah… Qu’allez vous faire ???????

    33
    19
    L'inspecteur
    7 avril 2018 - 13 h 33 min

    Il n’ y a rien pas d’inertie ni rien du tout car tout est planifié…
    Quand Zeroual a fermé la frontière terrestre, il y a eu triplement des vols d’Air Algérie pour le Maroc pour qu’ils circulent librement et à l’heure qu’il veulent ! Ils protègent leurs compatriotes clandestins, aucun policier n’ose toucher à l’un d’eux au risque d’être radié de la police ou dans le meilleur des cas muté.

    28
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.