Attaque chimique présumée en Syrie : Guterres appelle à une enquête «impartiale»

migrations
Antonio Guterres. D. R.

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé lundi à une enquête «impartiale» donnant un accès «sans entrave» aux enquêteurs internationaux suite à l’attaque chimique présumée à Douma, en Syrie.

«Toute utilisation confirmée d’armes chimiques, par n’importe quelle partie au conflit et en toutes circonstances, est odieuse et constitue une violation flagrante du droit international», a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué.

«La gravité des récentes allégations nécessite une enquête approfondie utilisant une expertise impartiale, indépendante et professionnelle», a-t-il ajouté.

Selon les Casques blancs, des sauveteurs syriens et une ONG américaine, cette attaque a fait au moins 40 morts samedi à Douma, dernière poche terroriste aux abords de Damas.

M. Guterres a réaffirmé son soutien total à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et à sa mission d’établissement des faits, qui, selon lui, «devrait bénéficier d’un accès total, sans aucune restriction ou entrave à ses activités».

Les Etats-Unis doivent déposer mardi un projet de résolution instituant un mécanisme d’enquête international sur le recours à des armes chimiques en Syrie, mais la Russie a jugé qu’il comprenait des «éléments inacceptables».

Moscou compte ainsi déposer un projet concurrent de celui des Etats-Unis mardi à l’ONU pour exiger «une enquête» qui impliquerait l’OIAC, a annoncé le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Le représentant permanent russe à l’ONU, Vassily Nebenzya, a, pour sa part, indiqué que la présumée attaque chimique dans la ville syrienne de Douma «est fabriquée». «La présumée attaque chimique dans la ville de Douma est fabriquée», a déclaré M. Nebenzya, cité par Sana, affirmant que les Etats-Unis avaient «entraîné des personnes pour désinformer la réalité sur l’usage d’armes chimiques en Syrie».

Lors d’une séance du Conseil de sécurité lundi sur la situation en Syrie, M. Nebenzya a indiqué que «les Etats-Unis, surtout la Grande-Bretagne et la France, suivent la politique de confrontation contre la Russie et la Syrie».

L’ONU n’a plus d’organisme d’enquête dédié aux attaques chimiques en Syrie depuis la disparition fin 2017 du JIM, un groupe ONU-OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) dont le mandat n’a pas été renouvelé.

Le président américain Donald Trump a fait planer la menace d’une riposte militaire contre le régime syrien après cette attaque chimique présumée.

R. I.

Comment (3)

    UMERI
    11 avril 2018 - 9 h 53 min

    C’ est la fausse histoire des armes de destruction massive qui a provoqué l’ éclatement de l’Irak, le gros mensonge sur la Libye pour effacer la dette d’un chef d’Etat corrompu, le génocide perpétré par la sainte alliance arabe au Yémen… ce sont les crimes d’ Etat sioniste, sur la population palestinienne de Gaza, qui se répètent. Les américains et leurs larbins,May et Macron, veulent a tout prix et par tous les moyens, détruire ce qui reste encore debout en Syrie, sans fournir la moindre preuve, sur l’utilisation d’armes chimiques. Les droits des peuples, les droits de l’ homme, le droit de survie des peuple, sont foulés aux pieds, par ceux là même, qui les distillent a longueur d’années, pour soumettre les régimes récalcitrants à leurs yeux, qui refusent de se plier aux exigences des grandes puissances et notamment aux U S A, lesquels restent les gendarmes, juges et parties du monde.




    1



    3
    Anonyme
    10 avril 2018 - 23 h 48 min

    Pourquoi les USA refusent_ils une enquête sur les palestiniens tués par balles dernierement à Ghaza? Pourquoi la grande bretagne refuse d’associer la Russie à l’enquête sur l’empoisonnement de l’espion russe alors qu’elle ne se gène pas pour accuser sans preuves ? C’est une affaire d’hégemonie sur le monde que l’occident veut faire prévaloir comme il l’a fait pour l’esclavage ,la colonisation,les reserves indiennes …etc…etc.




    2



    3
    Hamid1
    10 avril 2018 - 21 h 28 min

    Ils sont juges et parties.
    Pourquoi il n’y a jamais d’enquête pour les peuples décimés quotidiennement.
    Ça sera comme avec les irakiens, ils veulent raser le pays pour faire plus de plus à un certain pays voisin,
    Le mensonge et la brutalité à grande échelle règne en maître sans aucune limite et il est employé par ceux s’autoproclament saint d’esprit et de corps.
    C’est ceux qui accusent qui emploient toutes sortes d’artifices pour massacrer ou rayer de la carte certains états,




    5



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.