Beau et le corbeau

Nicolas Beau Mondafrique
Nicolas Beau. D. R.

Par M. Aït Amara – Les extravagances de Nicolas Beau rivalisent d’intrigue avec Da Vinci Code et de brigue avec les fables de La Fontaine. Au bout d’une laborieuse gymnastique cérébrale, le fondateur de Mondafrique a – à la façon des experts des séries américaines nigaudes – démêlé l’écheveau de ce qu’il présente comme une trame secrète qui serait ourdie par ce qu’il appelle la «bande des quatre», maléfiques instigateurs de l’ombre dont le frère du Président – encore lui ! – s’échinerait à annuler le sort jeté sur le pays.

«Dans le collimateur des proches du président Bouteflika, se trouve la bande des quatre. A savoir, outre le général Toufik, le général Khaled Nezzar, ancien ministre de la Défense et un des parrains du système militaire lors de la décennie noire, Mohamed Touati, qui passa longtemps pour l’éminence grise de l’armée algérienne, et le multimillionnaire Issad Rebrab. Les deux derniers sont Kabyles, comme leur poulain, l’actuel Premier ministre», radote Nicolas Beau, le diplômé du prestigieux Institut d’études politiques de Paris et transfuge des journaux français les plus renommés.

Voilà donc ce qu’ont formé la fameuse Science Po et l’honorable presse française ! Un beau génie de la mise en scène hollywoodienne qui voudrait que le général Khaled Nezzar brigue quelque fonction suprême du haut de ses quatre-vingt ans, lui qui a pris sa retraite à l’âge de 57 ans à peine, alors que rien ne l’y obligeait.

A beau mentir qui vient de loin, dit le proverbe. Le glossateur qui forme une espèce affine avec Abdou Semmar, l’autre corbeau clownesque aux mille et une blagues suspectes, s’adresse-t-il à l’opinion de son pays ou veut-il berner les Algériens dont il escompte l’adhésion à ses divagations ? Si le but est de rajouter une couche à la sale besogne de François Gèze, Patrick Baudouin et autre Jean-Baptiste Rivoire, c’est peine perdue. Ses acolytes du «qui tue qui» ont épuisé leurs minutions et leur vain effort visant à discréditer l’institution militaire s’est lamentablement fracassé contre la relation symbiotique entre le peuple algérien et son armée – ce lien affectif a été largement démontré après le dramatique accident de l’avion militaire et le décès de ses 257 passagers à la mémoire desquels nous nous inclinons.

Rengainez donc vos souris, raccrochez vos claviers et circulez ! Il n’y a [plus] rien à voir de ce côté-ci. Allez plutôt pianoter sur les cercueils des victimes de vos amis terroristes à qui vous aiguisez le fil ébréché de leurs sabres ensanglantés avant de jeter la pierre à ceux qui les combattent vaillamment.

M. A.-A.

Comment (7)

    Anonyme
    22 avril 2018 - 6 h 04 min

    De toute façon Paris sait plus d’Algerie que le citoyen algerien moyen . Mecili en est l’exemple.

    4
    5
    Anonyme
    21 avril 2018 - 16 h 46 min

    Édito parfait ! C’est lui mettre le nez dans ses déchets. Beau ne sert faire qu’une chose : il fait le corbeau. Journaliste de pacotille.

    15
    7
    Nasser
    21 avril 2018 - 14 h 00 min

    Comme Zitout, Benchennouf et Aboud…

    14
    6
    Nasser
    21 avril 2018 - 13 h 50 min

    Cette bande à quatre (ils ne sont pas les seuls) sont totalement dépassé par le temps et la réalité.
    Ils rabâchent les commérages malveillant.des années 80 en les accolant à l’actualité
    Ils ne peuvent rien faire de plus et de mieux!
    Nos citoyens qui nés en 1980 sont âgés maintenant de 40 ans. Ils représentent près de 80% de la population!
    Ces hâbleries….Ils ne connaissent pas!
    Que ces diables continuent à gagner leur pain sale de mensonges même durant un siècle, ils n’égratigneront même pas l’Algérie!

    16
    4
    Felfel Har
    21 avril 2018 - 12 h 25 min

    Pour ceux qui savent lire entre les lignes, la ligne éditoriale de MondAfrique fait la part belle aux thèses du Makhzen. J’ai déjà eu l’occasion de dénoncer son absence de condamnation de l’attaque de notre ambassade à Bamako pour taire une évidence, c’est au Maroc que celà bénéficie. Ce napkin, jetable aprés usage, ne râte pas une occasion de faire de l’Algeria-bashing pour glaner des restes (les journaux hexagonaux se taillant la part du lion). N. Belle ne serait finalement qu’une poupée à bon marché que la monarchiote gonfle et dégonfle selon les circonstances. Jetons donc ce torchon et ses faucons (peut-être de vrais c..?) aux porcs, les seuls qui se nourrissent, apprécient et s’épanouissent dans ces saletés!

    25
    4
    Jughurta
    21 avril 2018 - 11 h 11 min

    Lui, il commence vraiment à me les briser ! De quoi il se mêle, pourquoi il s’ occupe pas de son pays (la france) avec tant d’ acharnement ? Quel est la cause de son leitmotiv patenté ? D’ où lui vient cette fixette qui devient fantasmagorico- féerique à la longue ? Ya rab, makemelnach mles problèmes des régions fi bledna bech wahad barani romi idji i zid foug nar woula kiffa ? Wesh mteskhir hada encore. Je vous le dis en toute franchise, certains sont tellement passionnés par la junte militaire Algérienne, qu’ ils en fantasment, extatique, en trans parfois, de manière romancé, polissé tel un roman policier. Lui je le connaissais vite fait, je l’ ai déjà entendu parlé du Général Toufik. Je peux vous jurer que ce Nicolas Beau, derrière son image entretenue d’ homme de justice intègre, probe etc, se cache une fascination profonde envers Toufik, une fascination qui quand elle est trop à son paroxysme, peut susciter une surcharge émotionnel non contenu qui entraine à certains délire. Cela est certainement dû a une virilité, une vie, et une aura qu’ il n’ a pas ou qu’ il aurai aimé avoir sans en avoir à supporter toute les responsabilités. On rêve d’ être à la place de celui qu’ on envie ou qu’ on a envié mais le réveil se fait quand les responsabilités vous sonnent.

    17
    3
    Hind Benchikha
    21 avril 2018 - 8 h 16 min

    Visé coulé. Plein dans le mille. Ces derniers temps Nicolas Beau comme le corbeau nous sert une espèce de soupe digne des exploits culinaires de Rémy, le héros du dessin animé Ratatouille. Il sait tout sur L’Algérie. A croire il loge dans les hauteurs d’Alger le bougre.

    29
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.