Où est l’Europe ?

Accord défi
Que fera l’Europe face à la décision américaine ? D. R.

Par Mrizek Sahraoui Pour l’heure, elle se cherche. Elle est partout et forte quand elle donne des leçons au plus faible ou s’immisce ; nulle part et fébrile lorsque sa voix est inaudible, son action inefficace. Par rapport au nouveau défi, lancé de façon unilatérale par Donald Trump au mépris du droit international l’Iran remplit amplement «ses engagements conformément à l’accord nucléaire», selon l’AIEA , l’Europe s’est réduite à faire le constat, compter les dommages collatéraux et à croiser les doigts pour que ses intérêts soient préservés.

Il y aura un avant et un après retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien pourtant signé par l’UE et les cinq membres du Conseil de sécurité. La France, économiquement le principal perdant dans cette affaire un milliard d’euros investi par Total ; Peugeot et Renault détiennent 40% du secteur automobile iranien, et la commande iranienne de 100 Airbus risque de tomber à l’eau , le Royaume-Uni, en posture wait and see mais tout aussi concerné côté business avec l’Iran, et l’Allemagne qui n’a pas, tout comme la France, su et pu convaincre Donald Trump de renoncer à sa décision dictée, d’évidence, par Israël, désormais à la barre du bateau monde, tous, ont réaffirmé leur volonté de rester dans l’accord initial. Ultime tentative de l’UE, non pas d’imposer quoi que se soit, mais de tenter de sauver ce qui peut l’être.

Outre l’honneur bafoué, l’UE s’efforce d’atténuer les conséquences désastreuses du retrait américain, notamment sur le volet économique. Les préoccupations économiques les entreprises européennes seront directement impactées plaident, s’accordent à le souligner nombre d’observateurs, en faveur du maintien de l’accord «n’est pas caduque», selon le porte-parole du gouvernement français.

L’Europe atone, aphone, singulièrement laxiste à l’égard de l’Etat hébreu, a laissé libre le champ et la liberté de manœuvre au Premier ministre israélien. Benyamin Netanyahou, qui, dès la signature en juillet 2105 du compromis, fruit d’un marathon diplomatique exténuant, a œuvré à saborder le contrat qui avait alors suscité de vives tensions entre les Etats-Unis sous l’administration Obama et Israël, s’en est félicité, voyant dans la position de Donald Trump une décision «courageuse». Peut-il en être autrement dès lors que, à la faveur de ce retrait, Israël a les coudées franches pour déclencher la guerre à tout moment ? La Knesset a, pour la circonstance, modifié la loi permettant au Premier ministre israélien et à son ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, de déclarer la guerre dans des «situations extrêmes» sans consultation (ou vote) préalable, «leur» communauté internationale leur servant de parapluie.

La Russie s’est dit déçue mais suit de très près l’évolution de la situation car pouvant, éventuellement, être acteur d’un probable conflit israélo-iranien, la Chine, pour l’heure dans l’expectative non moins indifférente sur le futur de ses relations bilatérales avec la République islamique.

Tout compte fait, ce scénario catastrophe s’explique et tient par un triple objectif. En renouvelant la panoplie des menaces économiques, Donald Trump récupère, au nez et à la barbe de l’UE, la redoutable arme économique. Dans la foulée, il réitère, à la veille du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, le soutien indéfectible des Etats-Unis à Israël qui y voit, lui, l’occasion en or de démanteler l’Iran, le dernier rival sérieux dans la région, ce qui permet, par conséquent, à l’Arabie Saoudite ses intérêts étant imbriqués et convergents avec ceux de l’Etat hébreu de tirer les marrons du feu, sur tous les plans. Le pétrole dont les prix devraient se raffermir à l’avenir et la rivalité sur fond religieux étant le nœud des affrontements. La boucle est bouclée.

M. S.

Comment (14)

    MELLO
    10 mai 2018 - 17 h 20 min

    Les déclarations de Bachar Al Assad sur ce conflit dévoilent le rôle de chacun des acteurs dans ce conflit:
    – «Nous savons tous très bien que la seule mission que les États-Unis accomplissent en Syrie est de soutenir les terroristes quelques soient leurs noms et leurs groupes»
    – .Forte de sa sagesse politique, la Russie ne permettra pas de provoquer la Troisième Guerre mondiale
    Face à toutes ces situations conflictuelles , Angela Merkel s’est prononcée:
    – Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu
    – L’Europe doit prendre son destin en main elle-même, c’est notre défi pour l’avenir», a-t-elle ajouté.
    Dans tout ce jeu de ping pong, la Russie est loin de se mêler des relations entre les États-Unis et les pays européens: Les relations entre les États-Unis et les pays européens sont une affaire qui les regarde, a déclaré le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov, sans omettre d’ajouter : bien que la Russie fasse partie de l’Europe, elle ne comptait depuis des siècles que sur elle-même
    L’Europe a bien perdu de son âme, en laissant sa « moitié » , la Russie, se détacher de toute alliance. Le véritable cœur de l’Europe c’est ce grand pays qui défia et élimina toute sorte de nazisme en libérant justement cette partie qui s’appelle l’Europe.




    15



    1
    ammmar
    10 mai 2018 - 15 h 39 min

    sert a rien de trop rentrer ds des details inutiles,le monde va droit a une guerre terrible et les causes sont bien presentes et ttes les guerres q ce monde a vecu avaient aussi les leurs,,,,,les usa font face a d’enormes problemes economiques et leurs arsenaux de guerres eparpillés et deployés sur les quatres coins du monde sont devenus un veritable problemes pour eux de gestion et surtout de finnances ou tous les budjets du monde leurs suffisent pas pour repondre a leurs besoins multiples et faut bien qu’ils en trouvent les solutions ou mme ce gangsterisme et proxenetisme declarés par trump suffisent pas la sollution extreme devient pour eux une urgence pour ne pas tt abondonner en mers et oceans et passent a la rentabilisation ds le sang et mme la terre brulée pour tous,,la russie et la chine sont les causes et troubles fetes pour les objectifs imperialo-sionistes et surtout la puissante russie qui reviient tres fortes voulant regagner sa place et la ca devient le clou ds la soupe pour des imperialistes enlisés ds leurs desseins et fantasmes de conquettes definitive du monde,,,,,,,,,,,,,,,,tt ce qu’ils font a l’heure actuelle,c’est de pousser la russie a rennoncer a ses objectifs legitimes et toutes ces provocations en syrie et contre l’iran c’est la russie qui est visée sur une table de ping pong,poutine sait tt ceci et veut jouer la moderation ds l’espoir de trouver le moyen de se frayer un chemin sans aller a la confrontation et eux aussi savent ceci et serrent de plus en plus l’etau ds le but de le dissuader pour qu’il lache du lest et mme reculer,ds cette histoire du programme nucleaire iranien,on assiste a un partage des roles claires ou les americains annulent et lachent leur bras armé israel et les europeens restent pour ne pas precipiter les choses et laisser une breche pour que ces dernieres essayent de faire revenir l’iran et le controler par la suite conformement aux desiratas de leur mentor americain et se sera une vis sans fin car l’iran sait bien de quoi il s’agit et pour conclure,j crois q ce monde est en train de reunir ts les parametres pour q cette 3 é guerre mondiale ne fera pas beaucoup de temps pour arbitrer sur le corps de centaines de millions d’etres humain ou poutine restera l’element essentiel et declencheur si evidemment continuera de gerer comme tt le monde croit qu’il est sauf surprise de taille ce dernier reculera au prix q la russie ne sortira plus sa tete,entre temps l’algerie mon cher pays qui est un allié traditionnel de la grande russie est en train de se voir encerclé et mme provoquée ds un milieu geographique tres hostile et mme tres dangereux,doit en urgence trouver les moyens de se premunir et surtt se rapprocher encore plus de son allié quitte a prendre des risques supplementaires de plein jour,sert a rien de se cacher et de jouer l’autruche,le monde se decante et les perils sont a nos portes




    3



    3
    Karamazov
    10 mai 2018 - 12 h 32 min

    Je vous parie que tout ce cinéma après avoir échoué avec Trump n’a d’objectif que de faire plier les Iraniens.
    Il suffit de suivre les dernières déclarations des uns et des autres :

    « La France appelle à une désescalade après des tirs qui ont visés des positions israéliennes ».
    « La France souhaite une négociation incluant le programme balistique iraniens ».
    Si vous n’avez pas compris que Macron a déjà mangé son chapeau et que l’Europe et en train de s’aligner sur les positions amerlocaines c’est que vous êtes incurables.

    La prochaine déclaration sera du style.  » La France regrette l’entêtement iranien ». ou :  » La France regrette le non respect iranien du contrat  » Vous allez voir les critiques vont pleuvoir sur l’Iran.




    4



    3
    Abou Langi
    10 mai 2018 - 11 h 29 min

    C’est la rupture bête et brutale dirait Brel et que fait l’Europe ? Elle se consulte et se tâte. Et puis l’Europe, combien de divisions, dirait l’autre ? Parmi les signataires il n’y a que l’Allemagne et la France qui s’agitent. L’Angleterre qui n’a pas fini de divorcer avec L’Europe a plus maille à faire avec l’Europe qu’avec leur ancienne colonie.

    Peut-on imaginer les pays nationalistes : Hongrie, Autriche Pologne rejoindre l’Allemagne et la France dans une opposition à l’Amérique ?

    Alors faut-il parler d’Europe dans ce cas ?

    L’Amérique a infligé des amendes kolossales à des entreprises françaises et allemandes pour avoir commercer avec l’Iran pendant le précédent embargo, qu’ont fait ces pays à votre avis ? Ils ont payé !

    Reste la Russie qui a déjà subit l’embargo américain auquel se sont joint les pays européens comme des toutous. A votre avis quelle posture adoptera-t-elle dans ce bras de fer entre alliés qui ne sont pas ses amis et qui au contraire n’ont jamais raté l’occasion quand il s’agissait de lui créer des ennuis ? Elle appellera à la désescalade pour paraitre sage tout en priant pour l’enveniment de la situation. Car s’il y a le feu au Moyen-Orient la Russie serait plus gagnante que perdante vu que le prix du baril va flamber. Surtout que les pays en guerre ne sont pas ses amis.

    Et nous autres, combien avions-nous d’ami au Moyen-Orient ?




    2



    3
    HOUMTY
    10 mai 2018 - 10 h 24 min

    SALAM L’KHAWA.. Pour répendre a cette quéstion, je dirais que l’union européene est un leurre,une coquille vide comme l’onu, chacun joue sa partitions la fiscalité,les salaires rien n’est identique au niveau des pays, chacun tire la couverture ver lui… et en plus pas d’armée européene.. l’economie européene et tributaire des décisions américaine.




    9



    4
    Anonyme
    10 mai 2018 - 9 h 59 min

    Le fougueux Donald Trump, vient de donner un grand coup de pied dans la fourmilière U E, incapables de s’unir et d’aplanir leurs divergences, avec la Russie, sans laquelle une grande Europe majeure est impossible. Trump, a d’abord imposé les taxes a l’U E et maintenant, il menace de sanctionner les Entreprises économiques qui commercialisent avec l’Iran. A part la Chancelière Allemande, Angela Merkel, les autres chefs d’Etats, ne pèsent pas lourd dans la balance avec les U S A, c’est pour cette raison qu’ils veulent pousser a l’isolement de la Russie, car avec Poutine et Merkel,l’Europe, ne se ferait pas humilier de la sortes. Quant a l’arme nucléaire, il faut mettre tout sur la table, pour éviter une 3éme guerre nucléaire. Pourquoi, Israël, l’Inde, le Pakistan, la France, la G B, les U S A, la Russie, ne sont pas contrôlé par l’ A I E A. Israël, ne menace t’il pas directement, les pays du Moyen Orient? pourquoi on s’en prend uniquement a la Corée du Nord et a l’Iran?




    8



    4
    PREDATOR
    10 mai 2018 - 9 h 53 min

    Elle a toujours été le caniche des US, elle n’a aucun poids




    6



    4
    fatigué
    10 mai 2018 - 9 h 03 min

    @Kareamazov
    10 mai 2018 – 8 h 43 min
    Cher Monsieur,
    « l’âne-à-lyse académique »….j’ai bien aimé.
    « met à mal les relations entre les alliés de l’Otan dans un bras de fer cornélien » ….très, très, très juste, bravo. Quand je pense que les français voudraient bien que les russes fassent pression sur l’Iran pour que celui ci accepte « certaines » modifications » de l’accord pour le présenter à leur seigneur Trump…..ils se fourrent le doigt dans l’œil comme d’hab.
    « la Corée du Nord médite la valeur de la parole amerlocaine et à quel point elle peut lui faire confiance ». ça, fallait bien s’y attendre…..la parole us n’a plus aucune valeur depuis longtemps mais là ça a crevé les yeux de beaucoup.
    « s’il y a une leçon à tirer de cette gifle américaine à l’humanité toute entière c’est : ce n’est pas parce que l’Iran veut avoir la bombinette que Trumpy s’est permis de déchirer le contrat, c’est parce qu’ils ne l’ont pas ! » à méditer et c’est valable pour nous aussi, c’est à dire si l’Algérie ne veut pas être un jour ou l’autre……suivez mon regard.




    5



    4
    Kareamazov
    10 mai 2018 - 8 h 43 min

    Amounavi il faut sortir de l’âne-à-lyse académique dont le chwari est obéré par l’érudition pompeuse qui nous en met plein les yeux rien qu’avec de la poudre de Perlimpinpin. Seul l’allégorie tortueuse nous permet de voir à travers le nuage de supputations scabreuses et de faire de la prospective.

    D’abord les faits têtus comme Trumpy sont sans appel. Trump vient d’infliger une gifle à ses alliés en rompant unilatéralement un contrat avec l’Iran qui pour l’instant accuse le coup à défaut de pouvoir en rendre.

    Il y a les Russes et les Chinois qui en réalité ne sont ni pour ni contre ni concernés directement. A choisir entre cette situation qui met à mal les relations entre les alliés de l’Otan dans un bras de fer cornélien et le statu quo de la situation d’avant ils préféreront la première.

    Pour boire sa honte l’UE confuse feint de riposter en calmant l’Iran qui lui feint d’être retenu pour masquer son incapacité à faire quoi que ce soit.

    Je ne crois pas une seule seconde que l’Europe s’engagera dans un bras de fer contre leur allié. Surtout que le Royaume Uni est déjà sur une autre voie et que les USA s’en fichent de se replier sur eux-mêmes , car il ne sont pour le multilatéralisme que s’ils sont maitres du jeu.

    Pendant que l’Iran retourne à son projet de bombinette car ni l’embargo ni la pauvreté ni une technologie rudimentaire n’ont empêché des pays comme l’Inde, la Corée, et le Pakistan de concevoir la leur, le cinéma continue.

    Pendant ce temps la Corée du Nord médite la valeur de la parole amerlocaine et à quel point elle peut lui faire confiance. Car s’il y a une leçon à tirer de cette gifle américaine à l’humanité toute entière c’est : ce n’est pas parce que l’Iran veut avoir la bombinette que Trumpy s’est permis de déchirer le contrat, c’est parce qu’ils ne l’ont pas !

    Tontons bricoleurs à vos ateliers !




    6



    5
      A_Tome 1
      10 mai 2018 - 10 h 21 min

      @Kareamazov
      10 mai 2018 – 8 h 43 min
      ——————————————————————————
      Tant de misanthropie va finir par tuer les U.S.A, ils « bricolent » eux-aussi et tu le sais parfois dans les ateliers il arrive que le bricoleur se voit emporté par ses manipulations, mais chut ! C’est le Secret de… « Dieu », Celui qui a créé l’atome initial…




      5



      4
    lhadi
    10 mai 2018 - 7 h 29 min

    « Nous les juifs commandons l’Amérique et les américains le savent. » (Ariel Sharon).

    Toutes les décisions américaines coulent de source.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    15



    4
    Zaatar
    10 mai 2018 - 6 h 10 min

    l’UE vassal des US ça tout le monde le sait. L’UE cependant ne s’attendait pas à un coup pareil de la part des US qui lui infligerait un séisme économique. Mais les Macron, May et Merkel auraient du le deviner depuis le périple de MBS aux US et même en Europe. L’Arabie yahoudite ainsi que ses valets suiveurs les EAU, le Koweit… ont assuré et rassuré les US du financement de tout ce qui sera engendré dans la bataille contre l’Iran. Ce qui a mis à l’aise les US qui ne se sont pas gêné alors de torpiller l’accord sur le nucléaire Iranien et en même temps porter un coup à l’économie européenne. Ceci, laisse entrevoir un embrasement certain de la toute le région… les intérêts de tout le monde sont touchés et les iraniens ne se laisseront certainement pas faire.




    12



    4
    Anonyme Utile
    10 mai 2018 - 4 h 29 min

    L’Iran est membre de l’OCS ( organisation du commerce de Sanghai ), qui sera plus forte que l’Europe et l’Amérique réunis, dans 5 ans. La Chine à elle toute seule est de facto la première économie du monde devant celle des USA. Les sanctions Américaine ou Européenne n’auront pratiquement aucun effet sur l’Iran, qui peut se détourner de l’occident sans aucun problème. L’Iran a respecté le droit international. Je suis convaincu, au vu de l’hostilité criminelle de l’occident vassal du sionisme mondial, à son égard, que l’Iran va faire des efforts scientiques et technologiques très importants qui lui permettront de dépasser la plupart des pays Européens, qui seront les grands perdants. Les échanges commerciaux ne seront plus en dollars, monaie qui sera refusée par plusieurs pays étant donné la faillite des USA, de la France, de l’Angleterre …. Les économies occidentales s’effondreront inévitablement. Voilà où ça mène les économies occidentales basées sur la destruction des pays, le crime, le génocide et le pillage des pays pauvres.




    20



    5
    Trompettes !
    10 mai 2018 - 4 h 08 min

    Les Européens ont cette donnée : Trump selon eux ment six fois par jour… Faites le compte depuis qu’il est objectivement Président des U.S.A. Ensuite, les meilleurs du « Nous » savent combien mentent Les Européens. Par exemple, notre 8 mai 1945… Dois-je lire Mon Songe ou Leurs Mensonges, est-ce possible, est-ce possible, ne sont-ils que ça, Un Tissu de Mensonges ! Trump a trompé y compris SA femme, les Iraniens devraient l’inviter, ils auront un grand allié ! Les femmes trompées, c’est notre armée en Europe ET aux U.S.A, reste la femme de Benyatanyahou, une interview est-elle possible ? « Madame, il vous a rendu heureuse ? » …




    8



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.