Altercations violentes entre les élus du RCD et du FFS à l’APW de Tizi-Ouzou

APW de Tizi-Ouzou RCD FFS
Session de l'APW de Tizi-Ouzou (archives). D. R.

Par Hani Abdi – L’Assemblée populaire de wilaya de Tizi-Ouzou a été marquée aujourd’hui par une violente altercation entre les élus du RCD et la coalition présidée par le FFS. Selon des informations, tout a commencé sur une mésentente sur l’ordre du jour de la session, censée être consacrée à la présentation du rapport financier. Des images et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent cette violente altercation entre les élus du RCD et ceux du FFS en particulier. Ces deux formations bien ancrées dans la région se rejettent la balle de ces tristes et désolants évènements.

Ainsi, pour le RCD, c’est la faute au FFS qui aurait empêché l’un de ses élus de prendre la parole. Le FFS, qui préside l’APW, dénonce une «agression physique» des élus du RCD. «Les élus du RCD à l’APW de Tizi-Ouzou ont usé de violence aujourd’hui pour empêcher le déroulement des travaux d’une session APW que président les élus du FFS. Des comportements indignes d’un élu de la population. Rien ne peut justifier l’utilisation de la violence contre un élu !», réagit sur sa page Facebook un cadre du FFS qui parle d’«élus gangsters».

«Je défie ces élus gangsters d’avoir de tels comportements devant le bureau du wali ou devant un tribunal administratif, s’ils jugent que c’est une assemblée hors la loi !», lance-t-il. Pour ce cadre du plus vieux parti de l’opposition, le but d’un tel comportement violent est d’«empêcher le combat pacifique des élus du FFS contre la mafia locale».

«Les élus du RCD à l’APW de Tizi-Ouzou usent de violence pour empêcher la lecture du rapport de la commission de l’économie et des finances. La délinquance politique a de beaux jours devant elle dans notre wilaya», dénonce un autre militant du FFS. Loin de savoir qui a réellement raison et qui a tort, de telles scènes désolantes ne sont pas pour servir les intérêts des électeurs et encore moins ceux de la région.

H. A.

Comment (9)

    Anonyme
    28 juin 2018 - 20 h 27 min

    La video que j ai visionné disait tout simplement que tout comme leurs freres arabes  »,
    LES KABYLES SE SONT ENTENDUS POUR NE JAMAIS S ENTENDRE.( c est encore pire quand les femmes s en melent).
    SIGNE.ZORO. ..Z…

    7
    1
      MELLO
      29 juin 2018 - 16 h 51 min

      Toutes les parties s’expriment , chacun veut imposer son point de vue.
      Les kabyles ne sont pas des beni-oui oui.les débats sont chauds. Mais ne t’en fait pas , pour une cause commune , ils s’entendent à merveille. Bonnos

    MELLO
    28 juin 2018 - 13 h 27 min

    L’APW de Tizi Ouzou à vécu ce qu’elle devait vivre depuis déjà longtemis. A l’origine les élus du RCD voulait faire cavaliers seuls,face au FFS ,FLN et RND. Toutes les sessions ,depuis l’installation de cette APW, se sont déroulées dans une ambiance électrique, car le RCD , minoritaire qu’il était, voulait imposer son point de vue. Pour cette dernière session, le RCD voulait à tout pris faire lire le rapport de la commission économique par un représentant de l’administration , ce que le président ( FFS) réfute, car pour lui c’est réduire les prérogatives de l’APW . Immédiatement, les élus du RCD assiége le pupitre du président et à tout fait pour empêcher cette lecture du rapport. Nous connaissons tous la hargne et le jusqu’au boutisme des élus du RCD. Heureusement que la sagesse l’à emporté, mais la POLITIQUE n’est la force des biceps.

    Nora
    28 juin 2018 - 10 h 23 min

    En lisant cet article, je me suis rappelée un semblant de refrein de Matoub -allah yarham- quand il disait ‘ ma yakfou alim thi el kouri, athm barazen’, quand le foin vient à manquer dans l’étable, ils s’enprennent aux mains!! ca manque un peu de sel mais c’est à peu près ca!!!

    23
    3
    ali bey
    28 juin 2018 - 10 h 22 min

    ana nekoule yadioua salhine a3ala el khoubeza matkatline

    21
    2
    brahma
    28 juin 2018 - 6 h 15 min

    Rien ne laisse penser que ces minables politiques se disputent pour un intérêt de la collectivité et surtout pour ces formations qui n’ont aucun encrage national. Au lieu de s’élargir et avancer dans les profondeurs du pays avec une politique nationale coherente, ils s’illustrent par des accrochages permanents et régulièrement comme des chiffonniers dans cette contrée dont l’espace géographique ne dépasse pas un mouchoir de poche. l’Algérie a besoin d’hommes et de femmes qui voient grand et loin et dont la
    parole est indiscutable de l’est a l’ouest et du Nord au Sud pour unir et solidifier ce peuple autour des grands principes.

    22
    3
    Mme CH
    28 juin 2018 - 1 h 46 min

    Ya Diwan Essalhine Wa 3la Khobza Mathardine….!!!

    24
    3
    Anonyme
    27 juin 2018 - 23 h 03 min

    La guerre des chiffonniers a commencé. Si seulement ils se crépaient le chignon pour les intérêts du peuple.

    22
    3
    Anonymous
    27 juin 2018 - 17 h 07 min

    Signe de bonne santé démocratique
    Bravo !

    48
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.