Les émeutes de Béchar vont-elles s’étendre à d’autres régions du pays ?

Manifestations Béchar
Vers un embrasement du sud du pays ? Archives/New Press

Par R. Mahmoudi – La ville de Béchar, au sud-ouest du pays, a été le théâtre, ces derniers jours, de violentes émeutes. Les manifestants protestaient contre le laxisme des autorités locales dans l’amélioration de leurs conditions de vie, et se plaignaient notamment des retards accusés dans la distribution de logements et de lots de terrain qui leur avaient été promis.

Mais le mot d’ordre qui semble avoir mobilisé le plus les manifestants dans leur protestation, c’est le sentiment d’iniquité entre le nord et le sud du pays. C’est la deuxième fois que les populations des régions du Sud se révoltent contre ce qu’elles décrivent comme «un traitement discriminatoire» qui les maintiendrait dans une situation de précarité endémique. En effet, plusieurs villes du Sud et du Grand Sud ont été secouées par des contestations sans précédent. Contre l’exploitation du gaz de schiste au départ, ces manifestations ont vite pris une dimension revendicative radicale.

Conscientes des risques de débordement ou instruites par le gouvernement, les autorités de la wilaya de Béchar ont très rapidement réagi, en reconnaissant la légitimité des revendications des manifestants, et en procédant même à en satisfaire les plus urgentes, comme la distribution de logements, qui était le nœud gordien de cette protestation, tout en s’engageant à répondre aux autres points.

Ces émeutes sonnent comme un avertissement sérieux quant à la fragilité de la paix sociale dans tout le pays, du fait que les problèmes dont se plaignent les populations de Béchar sont les mêmes partout. Le plus grand péril est que ces frustrations sociales, qu’il n’est plus facile de contenir, viennent à se greffer à l’instabilité que connaît le pays au plan politique.

Plus grave encore, un embrasement du front social à moins d’une année de l’élection présidentielle risque de mettre en danger tout le processus, au moment où les partisans du Président sortant font miroiter des promesses tous azimuts visant à capter l’électorat et où un généreux programme de distribution de logements est déjà mis en application.

R. M. 

Comment (17)

    Anonyme
    10 juillet 2018 - 2 h 54 min

    En Algérie chaque problème minime est prétexte a des troubles plus graves.




    1



    5
    Anonyme
    9 juillet 2018 - 21 h 48 min

    A Bechar ce qui nous a rendu malheureux c’est la fermeture des débits de boissons alcoolisées .




    12



    16
      Anonyme
      10 juillet 2018 - 7 h 03 min

      Oui sous l’influence des hypocrites barbus les débits de boissons alcoolisées ferment les un après les autres.A la Madrague prés de Aïn Bénian par exemple ils sont entrain de construire une immense mosquée au beau milieu des restaurants de cette paisible station balnéaire dans le but évident d’exiger leur fermeture plus tard.Et je suis persuadé qu’ils interdisent la bière pour la remplacer par le hashich qui nous arrive par semi-remorques entiers de l’ouest.Les affaires sont les affaires…sous le parapluie de la fausse dévotion et de l’hypocrisie ambiante qui cachent en réalité de sordides desseins et des scabreuses affaires.




      6



      4
        Anonyme
        10 juillet 2018 - 11 h 47 min

        Les islamistes ont fermé les débits de boissons alcoolisées qui payait leurs fortes impôts à l’Etat. Pour qu’ils puissent écouler leurs marchandises kif et opium (al 3afioune) ou s’adonner à la contrebande avec des bénéfices net sans impôts .Ils achètent le Ricard au nord à 800 D.A et le revendent comme des petits pains à 3000,3500 DA à Béchar,et roulent en 4/4 avec l’argent du Ricard et de la drogue.




        1



        3
    Koceir
    9 juillet 2018 - 21 h 42 min

    Oiseaux de mauvaise augure. Pourquoi voulez-vous que les troubles s’etendent à d’autres régions.




    16



    11
    Vigil
    9 juillet 2018 - 21 h 41 min

    L’expérience de Ghardaïa doit nous rappeler par ou sont tirées les ficelles, cette fois-ci nous somme tout près, un oeil à l’ouest est plus que nécessaire !!




    8



    11
    MELLO
    9 juillet 2018 - 21 h 27 min

    Le Sud, le Nord, l’Est , l’Ouest ‘le centre et tant d’autres appellations pour séparer illégalement l’Algérie, à la méthodes coloniale. Comment ,dans de telles conditions, gérer un territoire aussi vaste que notre pays à partir d’Alger ?. La politique de distribution de logements est centralisée au niveau ministériel, dans de telles conditions, il est impossible de satisfaire toutes les demandes locales. Comment sommes nous arrivés à en faire un problème national, alors que les logements ,déjà, existants peuvent satisfaire toutes les demandes. Combien de logements finis ne sont pas occupés ? Combien de logements attribués ont été sous loués ?
    L’Algérie est le plus pays d’Afrique, son organisation territoriale doit être revue en États fédéraux.
    Quant aux émeutes de Bechar, le système est assez aguerri pour pouvoir les circonscrire. Les émeutes, en Algérie, n’ont jamais constitué un problème à ce pouvoir.




    10



    6
    Mme CH
    9 juillet 2018 - 20 h 47 min

    Attention qui dit Bechar dit les frontières poreuses avec le Maroche (où les protestations sont nombreuses ces derniers temps)…et les pions du Mahknez sionistes n’hésiteront pas à s’infiltrer et à allumer le feu comme à Ghardaïa, à Tamanrasset, en kabylie….ect…!! Cela ne veut pas dire que les problèmes socio-économiques de cette région ne doivent pas être pris en charge….!! A chaque fois, ils essayent d’allumer une mèche pour faire pression..l’essentiel, il ne faut pas laisser le feu se propager….car ce sont les pyromanes qui vont demander à jouer aux pompiers….!!




    11



    15
    Akram
    9 juillet 2018 - 17 h 11 min

    A chaque fois ils nous fait une saine de théâtre des émeutes de Ghardaïa puis quel que autres wilayas comme bachar et c toujours les wilayas du sud bla bla bla c juste pour détourner les regards des citoyens pour passer sur le pont … Et disent-ils que c’est émeutes sons contagieux je pense même pas




    5



    8
    Anonyme
    9 juillet 2018 - 15 h 11 min

    Il est temps d’instaurer un équilibre régional basé sur la répartition équitable des richesses nationales.Toutes les régions du pays doivent en principe bénéficier d’un plan de développement harmonieux en fonction de leurs spécificités sans favoriser les unes par rapport autres ce qui est malheureusement flagrant aujourd’hui.Quand ont voit que toutes les industries de montage de véhicules par exemple sont toutes concentrées dans une même région alors que dans d’autres on empêche même les rares entreprises privés d’investir et de créer des emplois et des richesses pourtant nécessaires à l’équilibre social le plus basique.La myopie du régime est telle qu’il ne voit même pas qu’il se fait harakiri lui-même par son incohérence et sa gestion irresponsable et clanique du pays.




    19



    12
    Jean-Boucane
    9 juillet 2018 - 13 h 40 min

    De toute façon Bechar a vocation à devenir une ville touristique et de repos… la ville a tout les atouts au milieu des oasis et ksars… donc au travail!!!




    31



    16
    Anonyme
    9 juillet 2018 - 10 h 58 min

    Sa suffit la patience a des limites;que recherche est-ils nos corrompus dirigeants cramé le pays et partir chez leurs tuteurs




    30



    30
    Zaatar
    9 juillet 2018 - 9 h 23 min

    La distribution de la rente et la prédation sera à l’épreuve du peuple. Faut il prévoir le pire? personne ne le voudrait, mais la nature de l’homme reste imprévisible, l’intérêt personnel ayant prime sur tout autre chose et la survie vient l’emmitoufler dans un merveilleux cocon de soie.




    21



    19
    Anonyme
    9 juillet 2018 - 7 h 01 min

    Après le retrait de tous les dirigeants de la JSSaouara pour exercer un chantâge sur les autorités locales afin d’obtenir ceux qu’ils voulaient, après les déclarations nuancées de ces mêmes dirigeants lors de la précedente saison, ne voilà-t-il pas que le hasard a fait que des émeutes éclatent à Béchard. La question mérite d’être posée d’autant que le voisin bien aimé est tout proche?




    31



    29
      Anonyme
      9 juillet 2018 - 11 h 05 min

      Je vous parie que la JSS sera championne 2018/2019.




      14



      29
        yyacine
        9 juillet 2018 - 13 h 30 min

        à Anonyme: c’est ce genre de réflexions irresponsables qui mettent le feu aux poudres. C’est comme si vous insinuez que les Bécharois étant proche territorialement « du voisin bien aimé » n’ont pas le droit d’aspirer au bien être au risque d’être taxés de  »mrarca » . Cessez de nous casser la tête avec ça!!!




        40



        11
          Anonyme
          10 juillet 2018 - 6 h 17 min

          Je n’ai pas dit qu’ils étaient M’arka mais contrairement à toi mon ami, je sais lire entre les lignes et comprendre certains comportements qui swintent le chantage sécuritaire. On en connait un bout dans certaines régions du pays. Il faut appeler un chat, un chat et bien évidemment prendre en considération des Bécharis, Ouerglis, wahranis, staïfis et tous les Algériens et ce, DANS LA SERENITE ET SANS METTRE LE PAYS EN DANGER SUITE A D’EVENTUELLES INTERVENTIONS ETRANGERES. Voilà mon cher plus patriote que moi.




          2



          1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.