Les milliards du Portugais Ronaldo provoquent un séisme syndical en Italie

Ronaldo Juventus
L'arrivée de Ronaldo en Italie décriée. D. R.

De Rome, Mourad Rouighi – Les dirigeants de la Juventus s’attendaient bien à ce que le contrat du siècle, tel que le présente la presse italienne, puisse leur valoir des critiques de certains milieux, tant politiques que sportifs. Mais de là à prévoir un avis de grève des ouvriers de Fiat – propriétaire à travers la famille Agnelli du club turinois –, il y a un pas que personne à Vinovo ne pouvait franchir. C’est depuis quelques heures chose faite.

Le communiqué de la base syndicale de l’usine de Melfi UBS est aussi concis que menaçant : «Face à autant d’iniquité, on ne peut que faire grève», ont tonné les responsables de l’USB, en soulignant : «Il est inacceptable qu’au moment où on demande aux travailleurs de Fiat et de CNHI davantage de sacrifices sur le plan économique, l’entreprise décide de dépenser des centaines de millions pour l’achat d’un seul joueur !»

«On nous dit que le contexte est difficile, qu’il faut recourir aux amortisseurs sociaux, en attendant de lancer des modèles de voitures plus performants mais qu’on attend toujours, sans oublier l’impact sur l’emploi des délocalisations à l’étranger», ont dénoncé les travailleurs qui voient dans cette dépense faramineuse pour un footballeur une insulte à leurs efforts.

«Voir nos dirigeants qui nous demandent au passage de serrer la ceinture dépenser autant pour un footballeur est une insulte, eu égard à nos difficultés économiques et sociales qu’on ne peut taire, ni surtout cautionner par notre silence», ont encore dénoncé les travailleurs écœurés par tant d’injustice et de mépris à leur égard.

Et, pour ne pas se limiter à un effet d’annonce, le syndicat a lancé un mot d’ordre de grève de deux jours, du 15 au 17 juillet prochains, pour arriver, «dans les plus brefs délais», à une rencontre avec les dirigeants de Fiat et négocier avec le conseil d’administration du groupe turinois afin d’obtenir de meilleures conditions sociales pour les ouvriers.

Une chose est sûre, si les 117 millions d’euros déboursés par la Vecchia Signora pour se payer les services du joueur portugais ont comblé de joie les 15 millions de tifosis bianconeri de la péninsule, la réaction des ouvriers de Fiat risque de devenir un véritable casse-tête politique et une bombe sociale en puissance que les dirigeants auront du mal à désamorcer.

Ce contrat dont les retombées financières et les implications politiques et syndicales ne font que commencer risque d’accompagner l’été caniculaire des Italiens.

M. R.

Comment (5)

    Anonyme
    13 juillet 2018 - 2 h 45 min

    Le journal des barbus et de l’ignorance, Ennahar, se vante du fait que Mahrez prend une photo avec une fille portant le Hidjab wahhabite.
    J’aimerais bien que ce journal nous montre comment s’habille la femme de Mahrez, Ah c’est vrai elle n’est pas Algérienne, pas grave .

    6
    2
    MELLO
    12 juillet 2018 - 18 h 01 min

    Ces travailleurs de Melfi USB doivent comprendre que les retombées de la venue de CR7 seront de loin supérieures au chiffre d’affaire de leur unité. CR7 est , à lui seul, une manne d’argent aussi bien que pour le club, la région et même le pays, sans parler des recettes du stade Alliance stadium ou Juventus Stadium qui aura à recevoir ses 42 000 fans pour chaque match à domicile. L’argent ? Les finances ? C’est le siècle des recettes et ces travailleurs doivent se rappeler les problèmes de la Juventus qui rétrogradation en seconde division.

    4
    8
    Kahina-DZ
    12 juillet 2018 - 14 h 22 min

    Juste avec la vente des T-Shirt Ronaldo cette somme va être récupérée et même tripler. Ronaldo n’est pas un joueur ,mais un actif bancaire…D’ailleurs la bourse de Juventus a augmenté de 4, % juste en annonçant son transfert.
    Mais la FAF perd de l’argent sans en gagner, même pas un entraineur.

    29
    10
    Zaatar
    12 juillet 2018 - 7 h 35 min

    On n’a jamais cessé de répéter que les richesses de la planète sont mal distribuées ou, plus objectivement, réparties d’une façon inéquitable. La faute à qui? à l’homme tout simplement… car si la masse s’employait dans le monde à ce que les richesses de la planète soit équitablement distribuées en fonction du travail réel de chacun il y aurait la paix durable dans le monde au plus noble de son sens.

    16
    8
    Anonyme
    12 juillet 2018 - 6 h 46 min

    Quid de la faf qui a jeté près de 25 milliards pour recruter un entraineur de 2° division espagnol, puis quelques autres milliards pour un entraineur ayant eu ses diplômes sur les plâteaux tv et ses adjoints que l’on n’a jamais vu quitter leur banc pour donner un conseil ou faire un remarque à T z vous.

    29
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.