La contestation se propage dans le Sud : grande marche citoyenne à Djelfa

Manif Djelfa
Protestations de citoyens à Djelfa. Archives/New Press

Par R. Mahmoudi Après Béchar, Adrar et Ouargla, la vague de contestations dans le sud du pays s’est étendue à la ville de Djelfa où des centaines de citoyens, pour la plupart des jeunes, ont manifesté, dimanche, pour protester contre la «marginalisation» et l’«exclusion» de leur wilaya. Une première dans cette wilaya connue pour son calme.

Il semble que l’absence de représentants officiels des hautes autorités politiques du pays à l’enterrement du colonel Ahmed Benchérif, mardi dernier, a été l’élément déclencheur de cette protestation. Ce ressentiment chez les citoyens de Djelfa était déjà perceptible le jour même des funérailles, avec une profusion de commentaires sur les réseaux sociaux dénonçant l’attitude jugée «méprisante» du gouvernement à l’égard de l’enfant de leur ville, connu pour s’être opposé à Bouteflika dès la campagne électorale de son troisième mandat.

Jeudi dernier, le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, en visite à la wilaya de Djelfa, a été hué par des citoyens venus exprimer leur colère. C’est pourquoi, dans les slogans qu’ils ont brandis dimanche, les manifestants ont demandé la réhabilitation de cette figure emblématique qu’est Benchérif.

Soucieux des risques de manipulation, les manifestants ont tenu à afficher leur autonomie, en l’indiquant sur une banderole : «Marche populaire, non partisane !»

Les organisateurs de la marche se référaient à une déclaration rendue publique le jour même et signée par d’anonymes «honorables hommes de la région de Djelfa», considérant le «mépris» qui a été réservé, selon eux, à Ahmed Benchérif, «héros de la Révolution et un des artisans de l’Etat algérien postindépendance» comme « la goutte qui a fait déborder le vase», tout en dénonçant «le sous-développement, la mauvaise gestion et l’état d’abandon» auxquels a été livrée leur région.

R. M. 

Comment (6)

    Cherchell
    31 juillet 2018 - 9 h 36 min

    Citoyens de Tlemcen,Alger,Tizi-Ouzou, Annaba, Guelma, Djelfa,Adrar,Timimoun,tous égaux devant les mêmes droits et privilèges. Tous unis pour une grande Algérie progressiste et indivisible.

    6
    2
    Anonyme
    31 juillet 2018 - 8 h 40 min

    Que Bechar se soulève c’est compréhensible mais pas Djelfa la ville des Bencherif et Rahmani dont les natifs ont été les rois d’Algérie.

    3
    2
    Anonyme
    30 juillet 2018 - 14 h 23 min

    Si on décortique bien l’indépendance de l’Algérie ,on s’apercevra que nos parents ont chassé les colons européens pour être remplacés par d’autres colons plus sournois et plus perfides que les anciens colons mais avec des noms arabo-musulmans et servant l’islam et le nationalisme à toutes les sauces de leurs combines.

    37
    21
    MELLO
    30 juillet 2018 - 12 h 32 min

    «  Non ce n’est pas une marche partisane ». Pourquoi ? Avez vous peur de la politique ? La politique est elle juste la propriété de ce pouvoir ? Toute marche populaire est un acte noble de la politique. Pourquoi alors le pouvoir a interdit les marches a Alger ??. Il sait tres bien qu’une telle manifestation a Alger, c’est le debut d’un vacillement de ce pouvoir. La conscience commence a prendre forme chez les populations du Sud; les citoyens de cette region savent que le partage des richesses nationales est inequitable, ils savent aussi que ce pouvoir fait fi des besoins de la population. Vivre au Sud Algerien, c’est etre bien en dessous des besoins vitaux. Peut etre que le «Vent du Sud» soufflera comme ce fut le cas dans le film de Md Slim Riad en 1975.

    26
    12
    many
    30 juillet 2018 - 10 h 53 min

    oui ce pouvoir les heros l’ont servi.mais pas au stade de dilapider les richesses du pays eux et leurs progenitures.

    25
    4
    mouloud
    30 juillet 2018 - 9 h 47 min

    Ce pouvoir qui a détourné notre indépendance, Bencherif, allah irahmou, l’a servi quand il était au fait de sa gloire et a participé à l’instauration d’un système inique. Ce n’est qu’un retour de manivelle. Ce système bâti sur l’illégitimité est ingrats et maa el waqef Ceci étant, les honorables citoyens de Djelfa doivent dépasser cet égo conjoncturel et se joindre à tous les algériens épris de justice pour réclamer un état de droit et une gouvernance éclairée, seuls à même de sortir le pays de cette déliquescence et dérive. L’Union fait la force mes frères que l’on ne vous manipule pas quand c’est d’autres algériens qui se lèvent pour réclamer leur dignité et que les autres algériens compatissent et vous soutiennent aujourd’hui que vous vous levez contre la hogra..

    43
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.