Céréales : production record durant la campagne 2017-2018  

Céréales
Cette année, la production de céréales a atteint un record. New Press

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a indiqué samedi que la production nationale des céréales réalisée durant la campagne 2017-2018 avait atteint un niveau record de plus de 60 millions de quintaux, rapporte l’agence de presse officielle APS.

«La production céréalière réellement obtenue durant la campagne 2017-2018 a été estimée à 60,5 millions de quintaux, contre 34,7 millions de quintaux durant la compagne précédente, soit une hausse de 74,4%», a précisé M. Bouazghi lors d’une rencontre d’évaluation de la saison des moissons-battage 2017-2018, organisée au siège du ministère.

Selon M. Bouazghi, il s’agit d’une production «record» qui n’a jamais été réalisée. Cette augmentation de la production, selon lui, est due essentiellement aux moyens matériels et humains mobilisés.

En outre, le ministre de l’Agriculture a indiqué que l’Algérie cessera d’importer les pois chiche et les lentilles dans les prochaines années, et ce, vu les efforts déployés par l’Etat à l’effet d’augmenter la production des légumes secs notamment les lentilles et les pois-chiches, a-t-il expliqué.

Pour appuyer ses propos, M. Bouazghi a rappelé qu’en ce qui concerne les pois-chiches, la superficie réservée à la culture de ce légume sec est passée de 19 000 hectares en 2001 à 32 000 ha en 2018.

S’agissant de la production de pois-chiches, elle augmente d’année en année, passant de 123 000 quintaux en 2001 à 340 000 qx en 2018.

Concernant les lentilles, la superficie réservée à la culture de ce légume sec est passée de 920 hectares en 2001 à plus de 27 000 hectares en 2018.

Pour ce qui est de la production des lentilles, elle est de 300 000 quintaux en 2018 contre 4 580 qx en 2001. «Ce résultat est le fruit des efforts consentis par les pouvoirs publics dans le cadre du Plan national de développement agricole», a expliqué M. Bouazghi.

R. N.

Comment (16)

    benchikh
    4 septembre 2018 - 9 h 30 min

    Et voilà enfin notre blé pour toute l’année ,un succès de toute une équipe, le créateur ,les agriculteurs,les centres de recherchent ,la CCLS,OAIC,l’état Algérien et son soutien dans tous les domaines de la production ,et le reste viendra tout en douceur et avec nos efforts et nos terres fertiles qui nous appellent à labourer. Un pays riche comme le cas du Venezuela (qui ne trouve pas quoi manger !!??) la terre l’eau et la soleil et le travail = la richesse = une civilisation .

    Internaute
    2 septembre 2018 - 19 h 45 min

    Cest une super progression. La pluviométrie a ete tres favorable cette année. Les besoins sont de 12 millions de tonne de cereale. Il ne faut pas l’oublier. Il n’y aura pas de stockage cette annee. Mais plutot une baisse des importations. C’est deja ca de gagner. Mais on est sur la bonne voie. Felicitation a tous les agriculteurs et au ministere qui les soutiens.

    4
    3
    Nasser
    2 septembre 2018 - 19 h 35 min

    Il est certains avec ses chiffres?
    Il est sérieux ce Ministre de l’agriculture?
    A notre sens ce n’est ni sérieux, ni significatif, ni scientifique!
    – Pour la production céréalière il compare la campagne 2017-2018 avec la précédente….(60,4 millions contre 4,8 ). Ce qui est normal!
    Durant la saison 2015-2016 ( prod 34,3 millions de qx) le ministère avait attribué ces faibles rendements enregistrés au « sévère stress hydrique »

    – Pour les poids chiches et les lentilles, il ne compare pas 2018 avec 2017 mais avec ….2001 (?!) c’est à dire avec la production d’il y a 16 ans….c’est sérieux ça?
    Exemple pour les lentilles:
    Il est plus significatif de comparer
    * 2018 ( on cite un chiffre rond 300 000 qx)
    * à 2017 qui est de 223 810 qx
    …et non avec 2001 !!

    7
    2
    Nasser
    2 septembre 2018 - 18 h 09 min

    Faisons de l’ironie:
    Il n’y aurait dans les graines quelques bactéries de choléra histoire de répondre au Ministre de l’agriculture qui nous rassure de « consommer sans aucune crainte, du fait qu’ils sont [produits agricoles] «systématiquement» contrôlés par les différents services concernés »……….

    4
    3
    bekbek
    2 septembre 2018 - 14 h 16 min

    Arrêtez de vous plaindre!
    En europe lorsque le prix de la sardine augmente on n’achète pas! ça le force à baisser et on peut s’en régaler! Ceci est valable pour tout !
    Vous voulez de la viande à moitié prix? alors ne sacrifiez pas de mouton à l’Aïd et croyez moi vous aurez des mois à vous empiffrer à prix bas!
    Et c’est à ce moment là, que les « viandeurs » commenceront à reflechir à l’exportation! on a compris ou dois-je recommencer?
    Pour les céréales, c’est bravo ! mais si c’est pour que 50% de nos baguettes finissent à la poubelle (hamdoulleh?) c’est inutile. Des mal élevés en somme !
    AVANT, lorsqu’on faisait tomber un bout de pain, on le tamassait, l’embrassait et on se touchait le front avec !!! on ne mérite pas ce pays ! Les démons ne vivent pas au paradis…
    L’Algérien est melhouf, peur de manquer…il fait la queue avant de savoir ce qui se vend! Ah le regrétté Boumedienne !

    8
    1
      benchikh
      4 septembre 2018 - 17 h 10 min

      @Bekbek vous avez bien dit sauf « Boumédienne » et à propos « les démons ne vivent pas au paradis » mais ils sont partis faire le pèlerinage, ils ont le jocker en mains pour rentrer en paradis?!!

    1comentaire
    2 septembre 2018 - 12 h 28 min

    Si y’a un record de céréales on et à l’autosuffisance alors pourquoi acheter a la France et ailleurs c’est peut être vendre notres céréale de qualités supérieure et acheter pour le peuple de la m….?

    9
    1
    BISKRA
    2 septembre 2018 - 9 h 23 min

    Merci aux Agriculteurs et les institutions de l’Etat. maintenant, il faudrait penser aux stockages des récoltes par la construction des silos pour etre autosuffisant. Cela ne peut fonctionner que par l’encouragement de la creation des coopératives ou bien revenir par créé un nouveau OFLA.

    11
    4
    anonymette
    1 septembre 2018 - 22 h 50 min

    j’espère que c’est pas grâce à quelques matières chimiques qui vont tuer nos abeilles et empoisonner nos sols … cela se produit déjà en Kabylie du coté de Bougie suite à des émanations suspectes d’après les habitants, il y a aussi un nombre suspect de morts suite à des crises cardiaques de gens de tous ages..
    au marché, les légumes ont des tailles records. ils sont gonflés à quoi ces légumes ?

    17
    2
      benchikh
      4 septembre 2018 - 16 h 54 min

      autant qu’agriculteur Algérien,je vous informe que nos agriculteurs ne respectent pas la dose des produits chimique(désherbages,urée) et traite peut en insecticide ,le contraire chez nos voisins Européens,c’est vrai qu’on manque du 120 qt/h ,mais avec le respect de l’environnement on fait du 50 à 60 qt/h .Je peux vous confirmer que nos produits sont du BIO .

    Rouspétodonte
    1 septembre 2018 - 22 h 26 min

    Cette année, ce ministre dit:  » Cette augmentation de la production est due essentiellement aux moyens matériels et humains mobilisés. » L’année prochaine, si cela redescend à 3 millions de quintaux, il dira :  » Cette diminution de la production est due à la sécheresse qui a frappé le pays. »
    Moralité : quand ça a l’air de marcher, c’est grâce à eux ; quand cela marche moins bien, c’est la faute au ciel.
    Souvenons-nous que l’année 2017-2018 fut une année exceptionnelle sur le plan de la pluviométrie, quantité et répartition saisonnière, deux faits qui ont boosté la production de céréales du pays. Croyez-vous que ce sont « ses » moyens matériels et humaines, qui n’ont pratiquement pas bougé qui sont à l’origine d’une telle augmentation en une année ? Ceci dit, j’espère que les années à venir seront aussi favorables que celle qui vient de s’écouler. Mais ces ministres, toujours plus menteurs les uns que les autres, ne sont pas les plus compétents et, à leur, poste, d’autres algériens, plus aptes, auraient encore fait mieux.

    23
    1
      OUBLI DU CIEL
      2 septembre 2018 - 5 h 28 min

      @Rouspétodonte
      1 septembre 2018 – 22 h 26 min
      ————————————————————————-
      C’est vrai, ce ministre est ingrat, Il n’a pas remercié Le Ciel, et ça veut beaucoup dire !

      6
      1
      SOLEIL
      2 septembre 2018 - 8 h 29 min

      sincèrement je ne penser pas voir ça de ma vie l Algérie autosuffisante en agriculture céréale soyons un peu positif mes frères,aux moins demain si il y a un embargo on pourra tjr se nourrir de pain,et malgré les critiques sait une prouesse du jaamais vue depuis l indépendance,les retours sont multiples,l Algérie est le plus grand importateur de blé tendre aux monde, des milliard d euros partent enrichir les autre pays, cette argent resteras ici chez nous et aideras a conforter les New récolte pour affirmer une indépendance totale. ça fait du bien d entendre de bonnes News pour notre pays

      10
      5
      BELAID Djamel
      3 septembre 2018 - 10 h 56 min

      La pluviométrie a incontestablement aidé à cette bonne récolte. Mais il est indéniable que les moyens matériels et humains y ont contribué. Le Ministre a oublié de citer le rôle positifs des sociétés d’agro-fourniture et de certaines minoteries. Ces derniers réalisent une vulgarisation des techniques modernes. Pour cela, ils mobilisent des moyens considérables. C’est le cas de Syngenta-Algérie ou Timac-Agro (et bien d’autres). Certes l’agro-fourniture vend des produits. Mais, ces sociétés vont à la recherche des fellahs au plus profond de nos campagnes. Choses que ne peuvent pas faire les agents des services agricoles publics dont l’action dépend parfois de bons d’essence ou de la disponibilité d’un véhicule de fonction.

    Gatt M'digouti
    1 septembre 2018 - 19 h 29 min

    On statuera après avoir vu le prix de vente des lentilles et des pois chiches sur le marché !
    Monsieur le ministre et en ce qui concerne la sardine, la crevette ?

    14
    2
    Anonyme
    1 septembre 2018 - 17 h 54 min

    « Ce résultat est le fruit des efforts consentis par les pouvoirs publics dans le cadre du Plan national de développement agricole ». De l’autosatisfaction en veux-tu en voilà !

    La fonction des pouvoirs publics est de mettre à disposition de tout investisseur ou travailleur des conditions à la réussite de ce qu’il entreprend. Le travail est donc fait par l’investisseur et celui qui bosse et le mérite leur revient et non pas aux pouvoirs publics qyui ne ratent jamais une occasion pour vanter même des paroles creuses.

    Ceci dit : Allah i barek grâce aux algériens qui sont sérieux dans leurs activités et qui contribuent à produire et à terme arriver à l’autosuffisance au lieu d’engraisser ces barons de l’import et leur maman la France qui leur fourgue des tonnes de blé à chaque saison.

    19
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.