Médecins et service civil : lancement de l’opération de choix des zones d’affectation

médecins affectation
Lors de la dernière grève des médecins résidents. New Press

L’opération de choix de la zone d’affectation des médecins spécialistes admis au DEMS, selon le classement national, concernés par l’accomplissement du service civil débutera mercredi, a appris, mardi, l’APS auprès du ministère de la Santé.

Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre du procès-verbal signé entre le ministère de la Santé et le représentant du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) le 10 avril dernier, s’étalera jusqu’au 16 septembre en cours et concernera 900 médecins spécialistes admis à l’examen du Diplôme d’études médicales spécialisées (DEMS), organisé en juillet dernier dans 67 spécialités, dont 37 concernés par le service civil obligatoire dans 48 wilayas du pays. 90% d’entre eux seront affectés dans les régions des Hauts Plateaux et du Sud.

Selon l’accord conclu entre les deux parties, la durée du service civil est fixée de 3 à 4 ans pour les régions du nord du pays et de 1 à 2 ans pour les régions des Hauts Plateaux et du Sud. La prime de zone variera entre 20 000 DA et 60 000 DA, en fonction de la zone d’affectation du médecin.

Le ministère de la Santé s’était engagé, dans le cadre de ce procès-verbal, à assurer un logement de fonction au médecin affecté dans le cadre du service civil pour les régions des Hauts Plateaux et du Sud dans un rayon de 100 km au plus de son domicile. En cas d’indisponibilité du logement, le chef de l’établissement hospitalier de la région doit recourir  à la location d’un logement.

Pour améliorer les conditions de travail, le ministère de la Santé a indiqué qu’il veillera à assurer les plateaux techniques et le regroupement familial pour les couples appartenant au secteur, à comptabiliser le congé de maternité dans la carrière professionnelle du médecin et à réduire la durée du service civil dans wilayas du Sud pour les médecins ayant accompli le service national.

En marge d’une conférence de presse animée mardi pour l’évaluation de la situation épidémiologique du choléra, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbelaoui a déclaré que «des mesures ont été prises pour améliorer l’image du service civil obligatoire, conformément aux orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika», indiquant que des textes organisationnels ont été élaborés pour la mise en œuvre de ces mesures.

Par ailleurs, le ministre a précisé que certaines préoccupations encore revendiquées par les médecins résidents «ne relèvent pas des prérogatives du ministère de la Santé mais plutôt de celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique».

R. N.

Comment (3)

    MELLO
    6 septembre 2018 - 11 h 53 min

    Comme de coutume, toute une perte de temps et de soins au niveau des hopitaux , avec ces greves inutiles, pour enfin arriver a ce qui paraissait logique. Le CAMRA semble satisfait des resultats pourtant, qui ne correspondent pas a leurs revendications. Mais enfin, le minimum est atteint avec ce choix de zones qui risque d’etre problematique avec des choix plus importants aux unes qu’aux autres.

    Gatt M'digouti
    5 septembre 2018 - 10 h 41 min

    Le « droit » ne s’offre pas ; il s’arrache !!!!!!

    5
    5
    Vu !
    5 septembre 2018 - 10 h 10 min

    Tout est bien qui finit bien, l’ordre, le bon, en douceur, est toujours à portée de main, nous n’avons pas besoin chez nous des « Mai 1968 », de… BHL !
    Que cela serve d’exemple d’appui pour les autres secteurs…

    5
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.