Crimes français en Algérie : Benjamin Stora appelle Macron à «plus de vérité»

historien Stora
L'historien Benjamin Stora. D. R.

Par Kamel M. – L’historien Benjamin Stora a appelé le président français, Emmanuel Macron, à «aller vers plus de vérité» dans la reconnaissance des crimes commis par la France coloniale en Algérie. «Arrivons-nous, enfin, à sortir de l’amnésie à propos de cette guerre longtemps jamais nommée ?» s’est interrogé l’historien natif de Constantine dans une tribune parue dans Mediapart.

Stora se réfère à son ouvrage paru en 1991, La Gangrène et l’Oubli, pour rappeler qu’il avait «tenté de montrer comment ce conflit ne se finissait pas, dans les têtes et dans les cœurs, parce que de part et d’autre de la Méditerranée, elle (la guerre, ndlr) n’avait pas été suffisamment nommée, montrée, assumée dans et par une mémoire collective». Pour lui, «la reconnaissance des crimes et pratiques commis pendant la guerre d’Algérie» est «une condition essentielle pour aller vers une mémoire plus apaisée».

Aussi, estime l’historien, la «prise de position» de Macron «renvoie aussi à la question des disparus de la guerre d’Algérie». Pour Benjamin Stora, en effet, le corps de Maurice Audin «n’a jamais été retrouvé, comme ceux de milliers d’Algériens pendant la Bataille d’Alger, ou d’Européens à Oran dans l’été 1962». «Comment faire son deuil de cette guerre si l’on n’évoque pas le sort des personnes qui n’ont été jamais enterrées ? Et qui continuent d’errer, comme des fantômes, dans les consciences collectives, françaises et algériennes ?» s’est-il demandé, estimant que «sortir de l’effacement, de la disparition permet de s’approcher de la réalité, de la réconciliation possible».

Cette déclaration du président français «n’est pas un verdict définitif à propos de la Guerre d’Algérie», souligne encore Benjamin Stora. «Elle dit des faits, déjà établis depuis longtemps par les historiens, maintient ouverte la porte des controverses citoyennes pour sortir de la rumination du passé et des blessures mémorielles, encourage les acteurs et témoins à parler de leurs souffrances, en particulier les anciens appelés d’Algérie», observe l’auteur de La Guerre d’Algérie expliquée à tous, pour qui cette reconnaissance «recrée les outils d’un travail de mémoire jamais clos, en soulignant aussi la nécessaire ouverture, des deux côtés de la Méditerranée, des archives de la guerre d’Algérie».

K. M.

Comment (17)

    karimdz
    15 septembre 2018 - 20 h 09 min

    Je pense qu il faut arreter de louvoyer, la reconnaissance du crime de Maurice Audin, résistant algérien, paix à son âme, est une bonne chose, mais c est très insuffisant.

    Il faut que l Etat français reconnaisse le génocide du peuple algérien entre 5 et 7 millions de victimes, une bonne fois pour toute.

    Les crimes de la France ne se limitent pas à la seule torture, le peuple algérien a été décimé de moitié lors de l invasion francaise, les algériens étaient massacrés, femmes enfants sans pitié, quand ils n étaient pas enfumés dans des grottes, la shoah avant celle de juifs, des fours crématoires ont meme existé à sétif.

    Notre peuple a été victime de rafles, des milliers d algériens ne sont jamais revenus dans leur foyer, de déportation, 1 million d algériens dans des camps de concentration dans le désert, plusieurs dizaines de milliers dans les départements d outre mer francais. Les viols, la torture, le travail forcé, la torture etc… figurent également parmi les crimes de la France.

    Comment peut on exiger de l Allemagne de demander pardon et de reconnaitre ses crimes, et demeurer silencieux sur ces propres crimes. La France doit revisiter son passé, et reconnaitre le génocide algérien.

      Anonyme
      15 septembre 2018 - 21 h 19 min

      @Karimdz
      Exactement.

    Zaatar
    15 septembre 2018 - 20 h 04 min

    Ce n’est un secret pour personne. Des deux côtés de la méditerranée l’histoire de la guerre d’Algérie a été falsifiée. Le rétablissement de la vérité ne se fera pas par un coup de baguette magique. Cela prendra du temps, le temps que tous les concernés par la falsification ne soient plus de ce monde.

    MELLO
    15 septembre 2018 - 16 h 19 min

    J’avais écrit qu’une déclaration a demi avouée , ne pourra jamais être une vraie position . Je rejoins Stora, qui a toujours suivi et écrit cette histoire de la Revolution mille fois détournée des deux cotés de la Mediterrannee. Macron n’a pas ce charisme pour aller au fond.

    4
    1
    Rachid Tazoulti
    15 septembre 2018 - 15 h 50 min

    Le problème de la terminologie, comme le rappelle souvent un de mes amis, est important et Benjamin Stora le sait. Tous ses écrits sont encore trempés dans les concepts de la colonisation et je cite un seul exemple : le concept de la guerre est bon pour les Français quel que soient leurs origines et obédiences politiques

    Pour les Algériens, y compris les plus érudits à quelques exceptions près, il s’agit d’une RÉVOLUTION qui a été initiée par des militants engagés, intègres et surtout visionnaires.

    Benjamin Stora fait son petit bonhomme de chemin sur des pistes qui, selon toute vraisemblance, voudraient le mener à un rapprochement et à un retour des descendants rapatriés depuis 1962…

    7
    2
    Bouzorane
    15 septembre 2018 - 14 h 53 min

    AP, j’ai remarqué que vous vous référencez souvent à ce Stora, et curieusement, vous ne parlez jamais de Mohamed Harbi, vrai algérien et vraie référence de la guerre d’Algérie!!!

    29
    1
      Anonyme
      15 septembre 2018 - 21 h 58 min

      @Bouzorane
      C’est vrai, excellent commentaire.

    Anonyme
    15 septembre 2018 - 14 h 18 min

    Benjamin Lyhoudi est un grand malin des sionistes !! il pleure en France pour les Algériens qui ont était massacrés par Franssa et de l’autre côté il écrit des livres pour nous faire pleurer et nous ont dit vive Benjamin Lyhoudi pendant que lui pense à israel Ya Chétane !

    8
    37
      Anonyme
      15 septembre 2018 - 17 h 39 min

      Ne débordant pas hors sujet SVP. Stora est un historien honorable. L’un des plus grands experts sur l’histoire de la guerre d’Algérie. Il est juif ou extraterrestre n’a rien à avoir dans le débat. Il a ses idées dont on peut ne pas être d’accord mais il n’a jamais dénigré le peuple algérien ou palestinien comme Enrico. Ce dernier a fleureté avec l’OAS à Constantine. S’il y a des informations outre, il faut les verser au débat.

      7
      3
    Anonyme
    15 septembre 2018 - 14 h 05 min

    comment ose t il demander a un politicien de dire la vérité ?c est quasiment impossible sinon il ne serait pas président ,comme tout les grands chefs d état ou monarques

    Rascasse
    15 septembre 2018 - 10 h 37 min

    L’heure est au chantage politique sur fond de menaces de révélations et de délation : yavait bien ce politique français qui disait que dépoussiérer les archives mettrait en danger nos éléments en place , le ballet diplomatique actuelle n’est que la preuve de la demande de partage du gâteau , ce qui est triste est que les politiques algériens surfent sur cette vague des désirs occidentale pour se maintenir, et non pas sur la volonté populaire.

    13
    1
    MOHAMMED BEKADDOUR
    15 septembre 2018 - 10 h 36 min

    Cher Benjamin, STORA : La Guerre en question a commencé non en 1954 mais en 1830, toi tu le sais, et mieux La Guerre a commencé à partir de La Reconquista, mieux encore ELLE est datée depuis l’histoire de Jésus ! Plus encore depuis Caïn et Abel… Le Mauvais Oeil de Caïn… La Malveillance… Il y a sur Cette Terre la vérité du Mauvais Oeil, comment faire !!! Les nettoyer au Lance-Flamme !

    9
    10
    HOUMTY
    15 septembre 2018 - 10 h 09 min

    SALAM L’KHAWA…… C’est vrai ! retener bien ce mot BLEUITE ce plan diabolique et machiavélique qui a faillie détruire la cohésion et l’unite de L’ A.L.N mon pére ( Rahimahou ALLAH ) m’on a parlé ça a fait d’énorme dégât au sain de L’ A.L.N un climat de suspicion de doute plané sur les officiers et membre de L’ A.L.N . Fin 2018 et debut 2019 la france ( presse écrit et journaux tv ) vont tout faire pour destabilisé et semer le doute et créer la zizanie dans les têtes des ALGERIENS..soyez VIGILANT L’KHAWA ! LA SECURITÉ DE L’ ALGERIE en dépend..Tahya L’Djazaïr et VIVE L’ A.N.P

    130
    5
    merci
    15 septembre 2018 - 9 h 22 min

    Benjamin Stora ne dit que des vérités depuis qu’il écrit et depuis qu’il nous relate les faits qu’il a le courage de déterrer . donc juste merci quoi

    41
    4
    Anonyme
    15 septembre 2018 - 9 h 12 min

    Il faut rester vigilant sur cette histoire d’ouverture des archives détenues en France. Nous entrons une phase sensible dans la vie politique du pays: les élections présidentielle 2019. Le « timing » peut ne pas être une coïncidence. Les manipulations guerrière a base de « documents révélés » peuvent être meurtrières. Les Algériens en ont l’amère expérience. L’opération « La bleuite » a commence par un faux « document révélé ».

    89
    3
      Paranoia
      15 septembre 2018 - 9 h 20 min

      faut pas non plus tomber dans la parano …vous en dites quoi ?

      7
      60
        Anonyme
        16 septembre 2018 - 7 h 48 min

        tu ne connais rien à notre histoire alors, ton commentaire le prouve

        sans compter que tu ne dois suivre l’actualité que chez BFM… pas terrible comme niveau de conscience citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.