Contribution – Le président Bouteflika et l’inévitable phénomène de cour

ministres FLN président
Les ministres FLN et RND exécutent une feuille de route sans plus. New Press

Par El-Hadi – Tous les Premiers des ministres des mandatures du Président de la République se sont entêtés à appliquer sa feuille de route alors que tous les signaux étaient au rouge.

Drapés d’autosatisfaction que la bonne fée de la rente hydrocarbures (noirs et bleus) leur octroie, ils ont mis sous le tapis les moult dévaluations de la monnaie nationale et les récurrentes dépréciations du dinar algérien : conséquences d’une économie algérienne productive atone et un déficit budgétaire abyssal.

En d’autres termes, le président de la République est comptable des erreurs et des échecs que connaît le pays. Il est responsable de la situation désastreuse de la maison Algérie. D’autant plus qu’il s’entête à faire confiance à des collaborateurs dont la science politique et scientifique reviendrait à faire de la chirurgie, armés de truelles et de tronçonneuses, le tout, les yeux bandés et, du coup, considèrent leur fonction non comme une fin en soi mais bien plutôt le moyen d’arriver à ses fins.

Quand bien même serait difficile, dans l’exercice du pouvoir, de se doter de collaborateurs qui osent affirmer ce qu’ils pensent à celui qui les dirige, sans craindre de lui déplaire, ni se contenter d’abonder dans le sens de ce que lui, selon eux, souhaite entendre, il ne doit pas s’entêter à faire confiance à ce phénomène de cour inhérent au fonctionnement des entourages. C’est un mal inévitable qui peut devenir fatal si l’on ne dispose pas de solides contre-feux pour en limiter les effets.

Au crépuscule de sa vie politique, le président de la République se doit de s’entourer de compétences au demeurant un excellent antidote à cet esprit de courtisan où la servilité le dispute au conformisme.

Par conséquent, s’il veut sortir par la grande porte de l’histoire – il n’est jamais trop tard –, il lui importe de nommer un Héraclès qui puisse, d’une part, nettoyer les écuries d’Augias et attaquer, sans état d’âme, l’Hydre de Lerne qui obère toute chance de développement d’un Etat fort, d’une République solide, d’une Algérie apaisée, moderne, conquérante et, d’autre part, allier, sans compromission, la conscience révolutionnaire à l’efficacité des sociétés modernes ; condition sine qua non pour mettre en œuvre les grandes orientations qui déterminent l’avenir de la nation.

Doté des prérogatives que la Constitution lui confère, ce vélarium et du Président et de la nation algérienne aura la responsabilité exaltante de mettre l’intelligence au service de l’action pour faire entrer l’Algérie dans le troisième millénaire qui s’annonce porteur de bouleversements gigantesques qui seront probablement la source d’autant de progrès et d’innovations que de drames, de crises, de conflits et d’instabilité.

E.-H.

Comment (34)

    Anonyme
    22 septembre 2018 - 10 h 52 min

    Le FLN devrait etre récupéré par les authentiques, honnetes, intègres, et compétentes élites représentatives Du peuple algérien Et non par des personnes, de groupes de personnes, et de clans de faux « militants » noyés dans l’affairisme, et la corruption
    Le FLN doit etre réformé, l’heure des changements touchant le FLN a sonné

    ZORO
    19 septembre 2018 - 16 h 12 min

    On raconte, qu une autruche voulant enfouir sa tête dans le sable ,buta sur des têtes algeriennes.😅
    Signé ZORO. ..Z….

    4
    2
    lhadi
    19 septembre 2018 - 12 h 22 min

    Ma contribution illustre avant toute chose, le fossé de défiance et d’incompréhension qui n’a cesse de se creuser entre le peuple et ceux qui, censés servir ses intérêts, ont trop souvent fait preuve d’inertie, d’impuissance et de résignation

    Un sentiment délétère tend à se propager dans l’opinion selon lequel un homme ne change pas et un système ne peut être changé. Tout en moi s’insurge contre cet état d’esprit.

    J’ai pleine confiance, quant à moi, dans la capacité des algériens à relever les défis de tous ordres auxquels ils seront confrontés.

    .fraternellement lhadi
    ([email protected])

    8
    3
    Anonyme
    18 septembre 2018 - 23 h 59 min

    Depuis quelque temps des contributions de gens sincères mais faisant preuve d’un optimisme béat, proche de l’angélisme et de la naïveté.
    Le régime a mis tout son génie pour perdurer au point où il pourrait animer des conférences internationales sur les recettes à suivre pour rester à vie au pouvoir et si on doit lui attribuer un Nobel c’est pour cela. Le jour où les poules auront des dents, ce régime exaucera les voeux énumérés dans ces contributions …..

    Anonyme
    18 septembre 2018 - 22 h 09 min

    Assainir, nettoyer, et réformer radicalement, et totalement les institutions du pays,
    Pour rétablir un état de droits, et de lois à respecter, dans l’alternance démocratique-parlementaire

    1
    3
    algerian
    18 septembre 2018 - 21 h 24 min

    Notre bien aimé président est tellement indispensable que je me demande encore comment les les fameux historiques ont pu déclencher la guerre de libération sans lui!

    10
    3
      Abou Stroff
      19 septembre 2018 - 14 h 18 min

      qui vous dit que notre bienaimé fakhamatouhou national n’était pas parmi les historiques qui ont déclenché la guerre d’indépendance?
      en effet, qui sait, par exemple, que bouteflika a été un grand commandant de l’ALN, qu’il a ouvert un front au mali (d’où son surnom de kouider el mali) et qu’il a trucidé un nombre impressionnant de soldats ennemis?
      ceci dit, s’il décide de rempiler pour un 5ème mandat, fakhamatouhou pourrait non seulement figurer dans les livres d’histoire comme le déclencheurs de la guerre anti-coloniale mais également comme le fondateur d’une nouvelle dynastie qui régnera jusqu’à la fin……………..des temps.

      4
      2
    Souk-Ahras
    18 septembre 2018 - 16 h 19 min

    Bonjour El-Hadi,
    J’ai, jusqu’à présent, apprécié à sa juste valeur chacune de vos interventions et l’effort pédagogique que vous y mettiez dans le but d’initier un élan réel vers une citoyenneté effective.

    Mais, hélas (tristement), cette intervention, précisément, me surprend et m’étonne par le fait que vous puissiez encore être dans l’espoir, que le Sultan et sa Cour (ou plutôt une basse-cour composée de « volatilités » diverses et a-variées) changent radicalement d’orientations et mettent le cap vers l’émergence d’une Algérie forte de ses enfants, de son économie, de son éducation, de ses richesses produites localement, de sa démocratie, de sa recherche scientifique, etc.

    Je vais donc essayer de montrer, avec l’aide d’une arithmétique simple, qu’il est utopique de penser qu’un tel souhait puisse être exaucé dans un immédiat proche qu’on peut estimer, sans pessimisme aucun, à quelques dizaines d’années dans le meilleur des cas.
    Le calcul qui suit est fait en ne tenant pas compte des jeunes de moins de 18 ans qui ne votent pas. Ils sont nombreux faut-il le préciser.

    _ 1/4 de la population, familles et entourages proches inclus, « Gravite » ((dans le sens véritable du terme) dans une oisiveté professionnelle non discutable, improductive, mais hautement « rémunérée » : faux moujahidines, ex ministres et ministres en fonction, sénateurs, députés, conseillers en tout genre, clientèle rentière, représentations consulaires, encadrement des sociétés nationales, des hôpitaux, de l’enseignement secondaire et supérieur.
    _ 1/4 de la population « Gravite » dans une oisiveté faussement religieuse professionnelle improductive, que je qualifierai de haram (l’oisiveté professionnelle) puisque ce 1/4 en question vit dans et de l’informel, n’acquitte ni taxe ni impôt et trompe, au nom de son dieu, l’acheteur. Les imams fonctionnarisés y figurent.
    _ 1/4 de la population « Gravite » dans l’oisiveté professionnelle improductive des administrations et des nombreux et improductifs postes « fictifs » budgétivores (enfant de, petit enfant de, cousin cousine de, oncle de, et même grand-père ou grand-mère de).
    _ le 1/4 restant de la population se décompose lui même en :
    ____1/2, budgétivore aussi, qui préfère l’assistanat rentier au travail productif en pointant sans état d’âme à l’Ansej, aux « allocations chômage » et autres assistances rentières.
    ____1/2 composé de vrais actifs, de vrais retraités, de vrais malheureux qui attendent patiemment une amélioration qui ne vient pas, et de vrais cons comme moi-même, vous et biens d’autres, éduqués et formés mais empêchés d’agir et de bâtir.

    Nul besoin de sortir sa calculette pour voir de quel côté la balance penchera lors du probable appel fait aux algériens pour un Nième mandat au nom de la stabilité et de la sécurité. La rente et la corruption étatisée ont acheté jusqu’aux consciences profondes.

    D’où cette question : quelle est la méthode « Propre et Saine » à utiliser envers quelqu’un qui, depuis de très longues années, a été encouragé à se « servir » abusivement ou à se «faire servir » de la même façon, pour lui demander de se « mettre au service » de la nation avec cœur et allant ?

    33
    4
      Zaatar
      18 septembre 2018 - 17 h 48 min

      Ravi de te lire l’ami. Merci pour ta juste intervention que je partage totalement.

      14
      3
      Anonyme
      19 septembre 2018 - 0 h 34 min

      Wallah ya souk ahras ghir tu as parfaitement décrit la société algerienne,et comment ce peuple se comporte.
      Faut juste ajouter que c le pouvoir qui nous anesthésie avec une propagande permanente. Manque de débats sur l’économie,la politique,le social..etc..etc..
      Slts

      1
      3
      Abou Stroff
      19 septembre 2018 - 10 h 15 min

      mister Souk Ahras, je vous salue!
      j’adhère totalement à ce que vous avancez puisque je développe la même argumentation depuis des lustres.
      en effet, le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation nous a avili et réduit à des tubes digestifs ambulants, c’est à dire des moins que rien. comme les tubes digestifs ambulants ne sont guère « armés » pour se prendre en charge, il ne reste plus qu’un choc externe pour provoquer un ébranlement du système rentier.
      moralité de l’histoire: j’ai avancé, à maintes reprises, que l’émergence d’un HOMME d’ Etat de la trempe de Attaturk ou Bourguiba ou Mandela pourrait nous permettre de faire l’économie d’une révolution. cependant, au regard de ce qui se passe au moment présent, je pense qu’il faut être fou pour croire à cet évènement hautement improbable. il ne nous reste alors qu’à observer les « clowneries » de ould abbès et cie.

      2
      3
        Souk-Ahras
        19 septembre 2018 - 11 h 35 min

        Je vous salue de même ami Abou Stroff.
        Par tout temps et en toute circonstance, j’apprécie vos interventions « tirées au cordeau ».
        J’ai en souvenir que nous avions cité Bourguiba quasiment simultanément sur un même fil…
        Il fût et restera, à mon humble avis, un homme d’État très en avance sur ses semblables arabo-musulmans. Politicien avisé et réformateur éclairé, il avait su donner à la Tunisienne une place privilégiée dans la société tunisienne, décrété la primauté de la laïcité sur le fait religieux.

        2
        5
          Z0R0
          19 septembre 2018 - 16 h 46 min

          Cela est un avis laïque sur un laïque .
          L unanimité révèle que Bourguiba est devenu rouille et indeboulonnable ennemi de la démocratie qu il fallait un degrippant bidasse pour le faire sauter.
          Signé ZORO. ..Z…

          3
          3
          ZORO
          19 septembre 2018 - 22 h 16 min

          Si Attaturk et Bourguiba avaient compris leur peuples et agi en consequence ils n auraient pas singer betement l occident dans ses jupes ses mini jupes,et ses blasphemes mais jamais dans le progres et le savoir.Leur dimension naine, remise en cause par leur peuple n egalera jamais le gigantisme et l universalité de Mandela .Signe ZORO. ..Z…

          2
          2
    Felfel Har
    18 septembre 2018 - 14 h 52 min

    Imaginer un « monarque » sans une cour et des courtisans sans « idole » (et pourtant l’idolâtrie est formellement interdite par le Coran), c’est tenter de répondre à la lancinante question de savoir qui de l’oeuf ou de la poule est arrivé le premier. Notre salut viendra le jour où un miracle nous débarrassera autant de l’un que des autres.

    20
    2
    Chibl
    18 septembre 2018 - 14 h 09 min

    Ce président n’a même pas le bac comment voulez vous qu’il réfléchisse de façon scientifique.quand vous entendez le ministre de l’enseignement supérieur insulter la science a quoi vous vous attendiez ? a aller sur mars?

    30
    3
      Zaatar
      18 septembre 2018 - 14 h 17 min

      Si il a le bac à eau pour la somnolence, ça lui permet de rester concentré et bien en réflexion. Quant au ministre il se demande encore d’ou vient la science, il réfléchit même à ce qu’est la gravité car il tient sur ses deux jambes…

      15
      3
    Anonyme
    18 septembre 2018 - 12 h 16 min

    Pire qu’une monarchie du golf .

    23
    3
    Abou Loune
    18 septembre 2018 - 11 h 46 min

    On a un gentil président qui préside aux affaires du pays. il est certes sur un fauteuil roulant mais son cerveau fonctionne correctement que demander de plus à un président. Surtout que cela fera bientôt 20 ans depuis qu’il s’occupe des affaires du pays. Alors svp soyez un peu indulgent et réclamons tous un énième mandat.

    9
    63
    Gatt M'digouti
    18 septembre 2018 - 10 h 58 min

    N’ayant plus aucun parrainage et dépourvue de tous les privilèges dont elle jouissait, la présidente du microscopique et insignifiant parti de l’équité et de la proclamation Mme Naïma Salhi annonce qu’elle ne soutiendra pas le président Bouteflika si ce dernier briguait un énième mandat.

    « Je ne soutiendrais pas Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. J’ai pitié de lui comme j’ai peur pour l’Algérie », dira-t-elle dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux.
    Elle ajoute encore : « qu’ils nous ramènent n’importe quel candidat, soit-il issu des rouages du pouvoir. L’essentiel c’est qu’il soit jeune, avec une certaine instruction et surtout, qu’il ait une maitrise des dossiers sécuritaires. Moi je le soutiendrais »,

    15
    6
      Anonyme
      18 septembre 2018 - 13 h 21 min

      Elle a pris cette position parce qu’on lui repris la Ford blindé et les gardes du corps payé par l’argent du contribuable.

      22
      5
    Vangelis
    18 septembre 2018 - 10 h 51 min

    Il n’est que de voir la photo illustrative de l’article pour comprendre que l’Algérie, ne peut pas sortir du guêpier avec de tels hommes à sa tête dirigé par un chef d’orchestre qui ne sait faire que des marionnettes avec sa main droite assis sur un koursi à roulettes.

    Il n’y aura même pas de miracle de voir l’Algérie avec de tels hommes, se développer, puissante et conquérante, dixit l’auteur. Ce n’est pas avec les mêmes personnes qui ont dépecé le pays qu’il faudra compter.

    Toutes les institutions dont certaines que l’on croyait solides sont vérolées. Les nouveaux colons de l’Algérie ne sont pas prêts à céder un pouce de leur pré carré, à moins d’un épuisement des ressources qui leur sert de moteur, non pas pour le développement comme il se fait ailleurs mais pour distribuer des cages à lapins sous les youyous et remplir la panse des citoyens par l’importation, autre moyen utilisé pour enrichir les pontes du régime.

     » salam el khawa  » & consorts doivent en prendre un coup en lisant cet article sans concession mais dont l’appel en conclusion est hors sujet et hors temps.

    26
    2
    anonyme
    18 septembre 2018 - 10 h 35 min

    un président d’une république bananière (comme la notre) qui a l’intention de demeurer à vie sur son fauteuil vaille que vaille advienne que pourra , peut faire n’importes quelles excentricités détruisant toute l’économie de son pays sans aucune crainte de rendre compte car il sait qu’il va mourir sur son fauteuil et alors venez donc lui demander des comptes. aaaaaaahhh ya Dzair

    25
    3
      Anonyme
      18 septembre 2018 - 12 h 32 min

      Une republique bananiere produit au moins des bananes, en Algérie walou production, donc faut pas rigoler comme ca des gens qui bossent vraiment.

      16
      4
    Anonyme
    18 septembre 2018 - 10 h 29 min

    Que de pessimisme.
    La corruption est partout en occident trouvez-moi un politique qui agit non pas pour ses intérêts propres et sa famille (emplois fictifs de droite comme de gauche cf. France) mais la populas j’attends….
    Cessez de broyer du noir, le pays n’est pas une royauté ad vitam aeternam QUAND MÊME !
    Vous idéalisez une chimère de l’autre côté de la méditerranée et pas que Europe et cie, que vous en oubliez l’essentiel.

    2
    23
      Zaatar
      18 septembre 2018 - 11 h 25 min

      T’as bien fait de la souligner, et je suis en total accord, La corruption est partout en occident, même partout sur la planète, à la différence qu’en occident il y a une réelle démocratie et une véritable justice. Celui qui se fait prendre paie l’avance et le retard. Chez nous, tous sont corrompus, et tous sont encore aux affaires de l’état ou se la coulent douce dans un univers doré et aux frais de l’état.

      31
      2
    Abou Stroff
    18 septembre 2018 - 10 h 28 min

    « Au crépuscule de sa vie politique, le président de la République se doit de s’entourer de compétences au demeurant un excellent antidote à cet esprit de courtisan où la servilité le dispute au conformisme. » dixit el hadi.
    lorsqu’on lit ce genre de voeu pieux, pour ne pas dire ce genre de fadaise, on a tendance à croire qu’une hyène puisse se métamorphoser en un herbivore.

    23
    2
      Zaatar
      18 septembre 2018 - 11 h 01 min

      Ou un loup en un agneau cher Abou Stroff…, y a vraiment de quoi s’arracher les cheveux en 2018 et bientôt 2019.

      17
      2
    Kaci
    18 septembre 2018 - 8 h 47 min

    même notre drapeau national ils l’affichent à l’envers (nos parents l’ont aligné de droite ‘vert) à gauche(blanc). ça prouve l’authenticité de ces flnistes.

    16
    2
      Anonyme
      18 septembre 2018 - 19 h 25 min

      le drapeau algérien est fixé du coté vert sur une hampe quelque soit le sens du vent et ne peut être en aucun cas a l envers même si tu inverse le haut vers le bas

      1
      3
    Djeha Dz.
    18 septembre 2018 - 8 h 47 min

    Merci El Hadi pour cette contribution.

    Peut-il y avoir un roi sans cour ?
    Surtout quand ce roi est diminué par sa condition physique, et chaque fois qu’il regarde à l’horizon, il ne voit que lui-même.
    Il n’y a qu’à voir comment la constitution a été mise à la dimension de Sa Majesté et sa pérennité.
    Les baladins du palais renforcent leur pouvoir et celui du seigneur par le zèle, les courbettes et une docilité à toute épreuve, après tout qui leur a demandé de penser??…………… Il y a bien une feuille de route.

    Bientôt l’Algérie et son peuple pourront célébrer, le 20 e anniversaire d’un règne sans partage qui marquera l’histoire du pays par son classement parmi les lanternes rouges du globe.

    11
    3
    Zaatar
    18 septembre 2018 - 7 h 51 min

    Y’a de quoi s’arracher les cheveux lorsqu’on lit encore un article du genre. On a encore espoir que le système change de cap et se métamorphose en un bienfaiteur des grands jours pour le peuple pour sauver le pays du naufrage qu’il a causé en quelques décennies. Peut être que je suis complètement à côté de la plaque, mais à ce que je sache un arbre qui pousse tordu vous êtes obligé de le couper et en planter un autre. Un système qui s’est érigé sur la corruption, la malhonnêteté, la malversation, la traîtrise…etc dans le seul souci de s’enrichir est complètement consolidé et dans ses racines et dans son tronc. Un être humain a 98% de ses gènes configurés par son environnement. Le système en place que nous avons est fait de ces êtres humains machiavéliques qui ont un seul souci « La rente et l’enrichissement ». Ne vous suffit il pas de voir que jusqu’à présent nous n’exportons de 3% hors hydrocarbures? alors que tous les gouvernements qui sont passés se targués de développer notre industrie et notre économie hors hydrocarbures? ne vous suffit il pas de voir qu’en à peine 10 ans le pays a engrangé près de 1500 Milliards de dollars (de quoi développer l’Afrique entière) et se retrouve à actionner la planche à billets dont les conséquences à venir auront des répercussions catastrophiques sur le peuple avec l’inflation que cela aura engendré? ne vous suffit il pas de voir tous les scandales de corruptions à coups de centaines de Millions de dollars voire de milliards et de voir que les concernés véreux ne sont pas inquiétés par notre justice? ne vous suffit il pas…et encore. Voila 60 ans que ça dure. Le mal est dans la moelle, dans la racine, dans l’âme, et ce n’est pas maintenant que cela va changer même s’il y avait de bonnes intentions de la part de quelques âmes Algériennes. C’est au peuple d’agir.

    27
    2
    les mauvaises langues
    18 septembre 2018 - 7 h 42 min

    les mauvaises langues DISENT que le gros caillou dans la chaussure de l état qui gène ,la bonne marche de celle ci sans aucune utilité ni pour les algériens ni pour l Algérie et un vrai gouffre financier sans interet bien sur comme vous l avez deviner il s agit du FLN
    Du FLN après 62 ne reste que titre ,,le vrai a du partir avec les chouhada ces propriétaires légitimes de nos jours avec la/les (,je vous laisse le choix de l adjectif) aucun n a le droit de porté ce titre ou s attribuer ses mérites ,
    (je n invente rien ça fait les gros titres a travers tout le pays et même au delà des frontières)
    merci de me publier

    22
    3
    Aile brisée
    18 septembre 2018 - 7 h 20 min

    Trop tard, tout est gangrené par la corruption, elle a pris corps et âme et corps en chaque algérien, elle a été encouragée même ajouter à cela le régionalisme autre virus qui a divisé le peuple
    l »avenir s »annone morose et plein d’incertitudes

    27
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.