Témoignage émouvant sur Ben M’hidi : le chahid qui souriait dans la mort

Guerre Ben M'hidi
Le symbole des générations passées, présentes et futures : Larbi Ben M'hidi. D. R.

Nous sortons du fond d’un tiroir de l’histoire dépoussiérée un excellent texte paru dans les colonnes du quotidien Alger Républicain le 8 mars 1963, sous la signature de Mohamed Bencharif. L’auteur de l’article nous apprend que les assassins coloniaux du martyr Larbi Ben M’hidi ont, jusqu’à son dernier soupir, tenté de l’inciter à abandonner la noble cause pour laquelle il allait sacrifier sa vie, mais ce dernier «s’enfonça souriant dans la mort».

Par Mohamed Bencharif – «Ben M’hidi… Ben M’hidi…» Son nom courait de bouche en bouche et entrait dans la légende. Pourtant, il n’était mort que depuis six mois.

Dans la cour de la prison d’El-Harrach, on entourait celui qui l’avait vu pour la dernière fois dans la citadelle des tortionnaires. «Il m’a confié sa montre avant de mourir», racontait-il. «Tu l’as donneras à ma mère, m’a-t-il dit, en souvenir et tu embrasseras tous les frères.»

Et dans la cour lugubre, on écoutait dix fois cette même histoire, comme si l’entendre pouvait aider à vaincre la douleur, pouvait ressusciter l’ami. «Un mot seulement, seulement un mot et tu vivras, lui avait-on dit. Que coûte un mot de trahison ? Les mots s’oublient mais tu resteras vivant !» Ce mot, il ne l’a pas dit et il s’enfonça, souriant, dans la mort.

C’était il y a six ans. Sans doute ceux qui allaient le tuer ajoutaient-ils, ironiques : «Tu auras ton nom sur la plaque d’une rue un de ces jours.»

Oui, Ben M’hidi a son nom dans nos rues. Mais ce que les Bigeard ne peuvent deviner, c’est qu’il deviendrait le symbole du courage dans la lutte héroïque, de l’espérance chaleureuse de notre peuple après la victoire. Et, un jour, on apprendra aux enfants de nos écoles à honorer son nom.

Ils diront plus tard : «Pur comme Ben M’hidi, courageux comme Ben M’hidi, dévoué au peuple comme Ben M’hidi, confiant comme Ben M’hidi.»

Ben M’hidi éternellement vivant, souriant encore, par-delà la mort, à l’avenir.

M. B.

Comment (28)

    Ch'ha
    7 octobre 2018 - 8 h 26 min

    Faut savoir qu’en France la guerre d’Algérie n’est quasiment pas enseignée et représente rien. À contrario la seconde guerre mondiale Hitler etc…pourtant Hitler à côté de la barbarie coloniale française fait figure de saint..
    Sans parler de l’entité sioniste qui a surpassé le maître tout gouvernement confondu.

    Ch'ha
    7 octobre 2018 - 7 h 40 min

    Magnifique article AP et hommage plus que mérité ALLAH YARHMOU.

    22
    2
    ZORO
    6 octobre 2018 - 21 h 16 min

    Allah yerham echouhada : mon cousin maternel Ferhat mohammed condamne a mort par le tribunal d Oran ,a eu plus de chance que son frere Ferhat benhennane condamne par le meme tribunal a la peine de mort et dont la sentance fut executee.Ma tante allah yerhamha a appris sa mort par le biais d une ecrivain public qu elle sollicita pour envoye une lettre a son fils : weldek Allah yerhmeh wa allah isabrek ya ma disait l ecrivain a ma tante.
    ( une ecole porte son nom dans notre ville)
    C est aussi une autre facon pour repondre a Mello pour son insinuation ( Wach bihoum elkbail ma3a francà,???
    SigneZORO. ..Z…

    3
    4
    Ayweel
    6 octobre 2018 - 19 h 23 min

    Sa mission est accomplie est à merveille, entre sa vie et la patrie il a choisi la patrie. Hereux, Benmehidi et tous les martyres de la nation d’être dans l’au delà que d’être ici et voir des singes chanter et danser dans la cour et les coulisses de l’APN.
    Rabi yarhem achouhada.

    14
    Bouzorane
    6 octobre 2018 - 19 h 00 min

    Ben M’hidi souriait devant la mort et il souriait devant la torture également!
    On raconte qu’en plus de la torture, les militaires français utilisaient le sérum de vérité (LSD) pour le faire parler.
    Là encore, Ben M’hidi gardait son sourire… mais pas parce qu’il planait!!
    Ben M’hidi avait atteint un tel degré de maîtrise de soi qu’il avait trouvé le moyen de résister même à la drogue.
    Il s’y préparait mentalement en s’auto suggérant une histoire fictive. Et lorsque ses tortionnaires le droguaient, il leur balançait cette histoire qu’il a lui-même inventé de toute pièce!
    Les français étaient contents d’être enfin parvenus à faire parler ce géant, mais désenchantement aussitôt quand ils voulaient exploiter ces « infos » et découvraient avec effarement que c’était des histoire bidon!
    Les vrais secrets, eux, restaient bien gardés et ne pouvaient être divulgués!!… C’était le Grand Ben M’hidi!

    13
    LARBI BEN M'HIDI.
    6 octobre 2018 - 17 h 29 min

    UN VRAI MUSULMAN DANS L’ÂME ET LA CONDUITE.
    ILS DIRONT PLUS TARD : «PUR COMME BEN M’HIDI.
    COURAGEUX COMME BEN M’HIDI.
    DÉVOUÉ AU PEUPLE COMME BEN M’HIDI. CONFIANT COMME BEN M’HIDI.».
    NOUS AIMERIONS TANT LUI RESSEMBLER.
    ALLAH YARHAMOU.

    23
    2
    Paix en son âme
    6 octobre 2018 - 17 h 21 min

    Au valeureux Monsieur LARBI BEN M’HIDI.
    Allah yar-ahmah wa yerham WALDINA wa koul El MOUDJAHIDINE wa el MOUDJAHIDATE.
    AMINE .

    23
    2
    BECAUSE
    6 octobre 2018 - 16 h 42 min

    Repose en paix , Moudjahid et Chahid , Larbi Ben M ‘ Hidi , sincère , lucide , véridique , ton combat et celui de tes frères d ‘ arme pour que triomphe la justice , la dignité et l ‘ honneur , n ‘ a été mené en vain et nous attestons et témoignons , nous les enfants de cette Algérie algérienne , que tu as réussi , que vous avez tous réussi , vous les Moudjahids et Chahids , morts au champ d ‘ honneur et
    de de la bravoure . Reposez en paix , pour l ‘ éternité , dans la félicité et la suprême quiétude . Amin .

    22
    3
    Zaatar
    6 octobre 2018 - 16 h 15 min

    J’ai toujours associé d’esprit Larbi Ben M’hidi et Abane Ramdane. Je ne sais pas pourquoi. Sans diminuer aucument de tous les autres martyrs de la guerre de libération et des anciens moudjahidines , Larbi Ben M’hidi et Abane Ramadane sont pour moi exceptionnelle et ont quelque chose de particulier et de différent qui les distinguent des autres.

    24
    2
    الهوارية في كندا
    6 octobre 2018 - 14 h 54 min

    Chahid Larbi M’hidi c’est le comandante Che Guevara algérie, c’est le chouchou de tous les algériens et algériennes, normalement, on devrait voir son beau sourire, une icône dans les timbres, dans les livres, les tee shirts au ciné, enfin partout.
    Allah Yarhmek ya si Larbi Ben M’hidi et Yarham weldik Li Weldouk

    23
    mouatène
    6 octobre 2018 - 14 h 11 min

    les héros disparaissent mais restent vivants parmi nous, quant aux traitres, ils sont parmi les morts meme s’ils sont toujours de ce monde. Mohamed Larbi BEN M’HIDI est l’un des auteurs de l’histoire de la nation algérienne. cette histoire qui ne s’effacera jamais et que l’on glorifiera jusqu’à la nuit des temps.

    22
    Lyes Oukane
    6 octobre 2018 - 13 h 20 min

    Bonjour à toutes et à tous . Le colonel Jacques Allaire ,à l’époque lieutenant ,qui avait arrêté Larbi Ben M’hidi ,déclare à son sujet  » si je reviens à l’impression qu’il m’a faite à l’époque où je l’ai capturé,et toutes les nuits où nous avons parlé ensemble ,j’aurais aimé avoir un patron comme ça de mon côté . J’aurais aimé avoir beaucoup d’hommes de cette valeur ,de cette dimension de notre côté .
    Parce que c’était un seigneur Ben M’hidi. Il était impressionnant de calme ,de sérénité et de conviction . Lorsque je discutais avec lui et que je lui disais  » vous êtes chef de la rébellion. Vous voilà maintenant entre nos mains ,la bataille d’Alger est perdue et j’extrapolais un peu  » la guerre d’Algérie vous l’avez perdue maintenant  » il souriait et me dit  » ne croyez pas ça !  » et il me rappela les chants de la résistance ( française ) le chant des partisans  » ami si tu tombes un autre prendra ta place  » Voilà ce que m’a dit Larbi Ben M’hidi .

    Extrait repris du film d’Yves Boisset  » la bataille d’Alger « 

    34
    Slam
    6 octobre 2018 - 13 h 12 min

    Ce sourire lourd de sens doit être enseigné à nos enfants. C’est notre Joconde algérienne. Il faut aussi lire le livre de son tortionnaire Aussaresses (Services spéciaux: Algérie 1955-1957) pour saisir la dimension historique de Larbi Ben M’hidi.

    24
    Slam
    6 octobre 2018 - 13 h 08 min

    Ce sourire lourd de sens doit être enseigné à nos enfants. C’est notre Joconde algérienne. Il faut aussi lire le livre de son tortionnaire Aussaresses (Services spéciaux: Algérie 1955-1957) pour saisir la dimension historique de Larbi Ben Midi.

    23
    Rascasse
    6 octobre 2018 - 12 h 55 min

    On gardera tous dans notre mémoire une parcelle pour ces hommes, on luttera contre l’oublie et on tentera à chaque que possible de leur rendre hommage de raconter leur bravoure on transmettra à nos enfants et petits enfants : kassamen binazilate el mahikate…gloires à nos martyres vive l’Algérie libre nation démocratique

    12
    sourire kabyle
    6 octobre 2018 - 11 h 07 min

    J’ai trouvé une terrible prophétie de Ben M’Hidi sur l’avenir de l’Algérie indépendante dans les mémoires du général Bigeard sous le titre « Pour une parcelle de gloire », pages : 265, 266, le livre écrit en 1975 qui raconte sa rencontre avec Ben M’Hidi lors de son arrestation pendant la Bataille d’Alger (1957) où il a évoqué ses longues conversations nocturnes, Ben M’Hidi lui a dit en ces termes : « …ils (les algériens) auront un jour leur indépendance, ce ne sont pas ceux qui peinent dans le maquis qui prendront le pouvoir, d’autres viendront qui n’auront rien fait ou si peu. »
    J’ai pensé directement à Boumédiène à travers ce passage prophétique, Boumédiène (totalement inconnu avant 1962) avec sa clique (Clan d’Oujda) planqués au Maroc tout au long de la guerre, loin des champs de combat qui n’ont pas tiré une seule balle contre l’ennemi et qui attendent leur heure, alors que d’autres pendant ce temps là se battaient contre l’armée française dans les maquis de l’intérieur, comme le colonel Amirouche, le commandant Azzedine, Si Salah, Youcef Khatib et beaucoup d’autres..La seule guerre que Boumédiene a fait c’est sa conquête de l’Algérie en été 1962, semant des cadavres sur sa route qui le mène vers Alger pour prendre le pouvoir par la force des mitraillettes avec Ben Bella avant de le renverser trois ans plus tard en 1965.
    Il y a d’autres passages de ses longues conversations avec Ben M’Hidi, a prendre avec des pincettes,

    Tous ces discussions n’en finissent jamais et j’aime rester des heures avec lui, nous sommes devenus des bons amis, mais Paris donnera l’ordre de le récupérer, il quittera mon P.C. avec ma profonde amitié et une section qui lui rendra les honneurs…Je le vois encore avec quelques larmes sur les visage me dire : « Excusez cette faiblesse de quelques instants, je vous estime beaucoup mon colonel ».

    Je pense pas qu’un homme courageux, charismatique et stoïque comme Ben M’Hidi, (un drogué de la révolution) verse des larmes devant l’ennemi, chose qui ne colle pas à sa personnalité, ou l’autre phrase où il lui dit « je vous estime beaucoup, mon colonel », une drôle d’estime pour un homme dont le nom est très entaché par le sang des disparus algériens pendant la bataille d’Alger, d’où l’expression de « Crevettes Bigeard » qui désigne les personnes qui auraient été exécutées parmi les 3000 disparus, en étant jetées depuis un hélicoptère en mer Méditerranée, les pieds coulés dans une bassine de ciment.
    Ce général cherche à tout prix blanchir son passé de ses crimes en Algérie en exploitant à travers ses mémoires sa rencontre avec Ben M’Hidi.
    Pour les honneurs qui lui rendra une section de parachutistes avant son exécution, la version est confirmée par un officier parachutiste en 2007, le capitaine Allaire dont il était le chef, encore plus loin son bourreau, le général Aussarasses a dit la même chose, la version est reprise aussi par plusieurs historiens, parmi eux Gilbert Meynier et Benjamin Stora.

    18
    11
      Tredouane
      6 octobre 2018 - 11 h 35 min

      Amicalement,l’Histoire est raconté par les vainqueurs et non pas par l’ennemie,certes il faut lire mais n’apprenons pas l’Histoire du bourreau.

      15
      5
      MOHAMMED BEKADDOUR
      6 octobre 2018 - 12 h 17 min

      @Sourire Kabyle
      6 octobre 2018 – 11 h 07 min
      ———————————————-Désolé
      tu ignores l’histoire de malheureux Boumédiène, commence par lire quand et pourquoi il a quitté l’Algérie pour Zitouna puis le Caire, puis l’épopée du Yatch DHINA par lequel il a convoyé des armes au risque évidemment du pire. Enfin de 1965 à 1978 il n’a pas vécu en planqué à Alger, il a fait la base de ce pays où tu peux écrire en planqué derrière un clavier d’ordinateur créé par les « Kouffars »

      16
      11
      Ch'ha
      7 octobre 2018 - 7 h 44 min

      @Sourire Kabyle
      Selon Jean-Marie Le Pen il n’a JAMAIS torturé pendant la guerre d’Algérie…………………………..
      …….

      .

    Tarass Boulba
    6 octobre 2018 - 11 h 02 min

    Quand des figures comme celle de Ben M’hidi et certains autres bien connus sont évoquées comme dans cet article, je pense à ce sacré pouvoir illégitime algérien, celui qui a détourné la révolution du 1er Novembre et du Congrès de la Soummam à son profit, sa famille et ses clans, en ne laissant que des broutilles au peuple, et je me dis : Bon Dieu de Bon soir , est-ce qu’un jour ce pouvoir va se réveiller un beau matin pour se dire , on arrête, on a trop abusé , il est temps de rendre la liberté à l’Algérie et au peuple algérien !?

    Mais continuons de rêver, la vraie indépendance ce n’est pas pour demain la veille !!!

    16
    4
    1commentaire
    6 octobre 2018 - 10 h 59 min

    heureux les bien heureux les vrais les véridiques ceux qui ont combattu avec conviction et foi pour une Algérie libre.malheur aux malheureux aux traîtres qui ont aider les Français a cette epoque et de nos jours encoreeee !…

    13
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 10 h 06 min

    Le Chahid Ben m’hidi souriant dans la mort et qu’en est il de tout un peuple actuellement ou une poignée de bandits se sont accaparés du pays et de ses richesses.Tout ce qu’a combattu Ben m’hidi et sont revenus a grands pas et avec plus de 1500 milliards de dollars.Et dire que d’autres qui ont traite le peuple de pieds de chèvres sont au devant de la scène et applaudissent le retour des harkis qui ont combattu Ben m’hidi et ses compagnons.Que Dieu le tout puissant les accueille en son vaste paradis

    18
    2
    Tredouane
    6 octobre 2018 - 9 h 54 min

    Un combat héroïque avec une grande vision géostratégique d’avenir;ne jamais oublier que nous sommes tous redevable à ces Martyrs de la Guerre de Libération, Dieu ait leurs âmes au paradis; honorons leurs mémoire génération après génération éternellement.

    19
    Lady Faria
    6 octobre 2018 - 9 h 33 min

    La sœur de Larbi Ben M’hidi évoque la fameuse montre, dans une interview en août 2017 :
    « – Vous dites que Mohamed Larbi a été donné. Par qui ?
    – Je n’ai pas de certitude, mais ce que je sais, c’est que les fidayine, dont Yacef Saâdi, ont dit à mon père que c’était Brahim Chergui qui avait donné son adresse aux Français. Ce dernier l’a nié dans ses différentes sorties médiatiques. Mais il y a des signes qui ne trompent pas. Une fois, Chergui a déclaré quelques années après l’indépendance qu’il ne comprenait pas pourquoi Mohamed Larbi s’était suicidé alors qu’il avait un lit et des journaux. En renforçant la thèse française, Chergui voulait-il nous cacher quelque chose ? Aussaresses lui-même a avoué qu’il était l’assassin de mon frère.
    Qu’aurait dit maintenant Chergui s’il était vivant ? De toutes les façons, moi je lui reproche le fait qu’il n’a pas remis à ma mère la montre que lui a confiée Mohamed Larbi en prison avant de mourir. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? »

    20
    L'Histoire la vraie
    6 octobre 2018 - 9 h 24 min

    Toujours le réflexe de banalisation des crimes de la France. Il ne s’agit pas d’assassins coloniaux » mais d’assassins FRANÇAIS. Car coloniaux » renvoie aune période révolue de ce pays aux valeurs soi-disant civilatrices mais dont l’histoire est écrite avec le sang de peuples envahis par son armée

    20
    2
    MOHAMMED BEKADDOUR
    6 octobre 2018 - 8 h 55 min

    Il eut le sourire du Promis au Paradis éternel, il avait vendu son âme à Dieu l’Indivis, il savait et avait atteint le bon niveau, il avait vaincu l’éphémère, cet éphémère qui de nos jours a transformé en microbes bien des hommes qui auraient pu être grands, qui sont petits, frileux, occupant des postes à salaires qu’ils ont constamment peur de perdre, mais ils sont éphémères, et n’emporteront pas dans leurs tombes ce par quoi ils piétinent les meilleurs de cette patrie, Ben M’Hidi a gagné plus que cette Indépendance, il a gagné l’estime du Créateur de l’Univers, imaginons qu’il ait « trahi », qu’il soit encore de ce bas monde, il y vivrait l’enfer mental, il a préféré le repos ÉTERNEL ! Et merci pour cet article de rappel, heureux ne seront jamais que Les Véridiques, en arabe : الصدقون Les Roseaux inflexibles, graines de… Vietnam !

    26
    2
    Anonyme
    6 octobre 2018 - 8 h 42 min

    J’espère que le film sur Larbi Ben Mhidi sera autorisé. Comme beaucoup, J’ai hâte de le voir

    21
    1
      DEUX films
      6 octobre 2018 - 10 h 56 min

      @Anonyme
      6 octobre 2018 – 8 h 42 min
      J’espère que le film sur Larbi Ben Mhidi sera autorisé. Comme beaucoup, J’ai hâte de le voir
      ————————————————————————-
      Il y a DEUX films à faire : Un sur Ben M’Hidi tout son parcours, ET un en « Fiction », Ben M’Hidi ressuscité en 2018 et face à ces réalités que nous vivons, mais je doute fort que nous ayons des artistes forts, capables des grands scénarios, si un seul d’entre eux ose, il bouleversera l’ordre des… microbes style Oueld Abaisse et ses Compères qui ont détourné Le Combat !

      14
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.