Les mesures protectionnistes gagnent du terrain dans le monde

voiture chinoise
La Chine touchée durement par les droits de douane imposés par l'Administration Trump.

Les mesures protectionnistes gagnent du terrain dans le monde et la tendance concerne un grand nombre de pays avancés et émergents, a estimé mardi 9 octobre la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface).

Dans son nouveau rapport, la Coface prévoit, suite aux mesures protectionnistes américaines, un effet de contagion sur les partenaires des pays touchés sera «significatif».

Ainsi, le nombre net de mesures protectionnistes mises en œuvre dans le monde est aujourd’hui 2,5 fois plus élevé qu’en 2010, a-t-elle relevé.

«Dans la plupart des économies avancées (Etats-Unis, Europe de l’Ouest, Japon, Canada, Australie) et beaucoup de grands pays émergents (Brésil, Argentine, Inde), la part des importations touchées par des mesures protectionnistes existantes est supérieure à la part de celles bénéficiant de mesures favorables», a-t-elle précisé, indiquant que plusieurs pays d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Philippines, Cambodge), la Russie et plusieurs pays d’Amérique latine (dont le Mexique, la Colombie et le Pérou) ne suivent pas cette tendance.

L’utilisation des barrières tarifaires a doublé depuis 2009, avec une recrudescence marquée aux Etats-Unis entre 2016 et 2018 et l’effet indirect de la hausse des droits de douane américains se matérialise en une diminution des exportations d’un pays partenaire vers le pays touché.

D’après la Coface, une hausse de 1 % des droits de douane aux Etats-Unis correspond à une réduction des exportations du pays partenaire vers le pays touché par les barrières tarifaires de 0,5% en moyenne, qui met en relief que parmi les instruments protectionnistes se distingue la hausse des droits de douane sur les importations, dont l’utilisation, bien que minoritaire, a doublé en 9 ans (16 % du total début septembre 2018, contre 8 % en 2009).

Le rapport fait ressortir que du fait de la «multiplication continue» du nombre d’accords commerciaux régionaux, l’abaissement des barrières tarifaires est aujourd’hui l’instrument le «plus utilisé» pour favoriser le libre-échange et l’émergence de systèmes de production multinationaux.

«La nouvelle ampleur donnée au protectionnisme par la récente hausse des droits de douane américains fait craindre un choc affectant, par effet de contagion, les différents acteurs impliqués au sein du réseau de production», a prévenu le rapport qui a identifié l’existence d’un effet «négatif indirect» de cette hausse tarifaire sur les exportations de valeur ajoutée de 12 secteurs d’activité dans 63 pays.

Pour la Coface, cet impact indirect est «particulièrement prononcé» dans le secteur des transports (qui inclut l’automobile) caractérisé par une chaîne de production multinationale développée, notant que l’Allemagne, le Japon et les Etats-Unis sont les premiers pays affectés par ces effets indirects dans le cas de barrières tarifaires américaines sur les exportations automobiles chinoises.

La machinerie, le secteur minier et le papier-bois sont également touchés, vient ensuite l’électronique sur lequel le Vietnam, la Corée du Sud, le Japon, Taïwan et la Thaïlande seront les premières victimes de ces effets indirects de droits de douane américains sur les exportations chinoises de téléphones, prévoit le rapport qui précise que cet impact indirect est «plus faible» pour les produits alimentaires et «non significatif» pour les métaux, la chimie et les produits agricoles.

R. E.

Comment (3)

    Danger
    9 octobre 2018 - 19 h 12 min

    Protection des frontières aussi.
    C’est normal, moral et salutaire pour les pays occidentaux de ne plus accepter de migrants.
    Le Maroc leur tire dessus, les malmènent et personne ne trouve à redire !
    J’avertis : L’Algérie est attaquée de toutes parts par les mêmes ennemis.
    Le remue ménage politique les encouragent à nous pointer du doigt pour nous haceler.
    ONG, ONU, Occident, Emirat, Voisins…je répete , la grande prudence est de mise .
    Ces harcèlements programmés ne doivent pas affaiblir nos hommes politiques, ni le mental du peuple.
    Faisons ce que nous devons faire, agissons sans tenir compte de leurs tentatives déstabilisatrices.
    Mais un peu de tact, rapatrier l’Or et protéger les devises devient plus qu’imminent.
    Ces prédateurs nous voient comme une bête bléssée…Ils redoublent d’acharnement.
    Notre Armée a vu venir, j’espère que les disputeurs politiques aussi.
    Pour nos ennemis les dégats des catastrophes naturelles sont normales, sauf en Algérie…A t-on vraiment des pays amis parmi l’Europe et les Arabes?

    2
    1
      Tredouane
      9 octobre 2018 - 20 h 55 min

      Cohérent,mais en politique y a pas d’amis ,faux pas aussi trop dramatisé,de nouvelles alliances peuvent se forger.

    Tredouane
    9 octobre 2018 - 18 h 28 min

    C’est que le début,un nouvel ordre économique mondial,un nouvel ordre monétaire mondiale,ce qui est le plus intéressant c’est de prévoir les bouleversements avant qu’ils n’arrivent,nous avons besoin de vraies stratèges ,d’une vraie compétence Nationale pour être éclaire,et non pas du copier collé ‘je ne parle pas de l’article’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.