Contribution – Ignorer le risque d’une agression étrangère est une erreur (I)

intervention militaire étrangère
Des soldats de l'armée française quelque part en Afrique... D. R.

Par Kaddour Naïmi – La contribution intitulée «La France prépare une deuxième guerre d’Algérie ?»(1) a suscité de nombreux et divers commentaires, ainsi que la formulation de quelques questions. Le tout mérite éclaircissement. Essayons. Les considérations qui suivront ne sont pas spécifiques à l’Algérie, mais à n’importe quelle nation.

Conflits internes et conflits externes

Les conflits sociaux internes sont d’abord à considérer par rapport aux conflits externes. Exprimé de manière plus simple, la capacité d’une puissance étrangère d’agresser avec des chances de victoire une autre nation, dépend du niveau de solidité de cette dernière. Solidité signifie que le peuple et ceux qui le gouvernement sont dans une relation de complémentarité solidaire, parce que les membres de cet Etat répondent convenablement aux intérêts de ce peuple. Par conséquent, plus la caste détenant le pouvoir dans une nation exerce le pouvoir au détriment du peuple, plus cette nation est faible, plus une agression étrangère a des chances d’intervenir dans cette nation pour la dominer.

On objecterait : d’accord, mais si la nation à agresser dispose d’une armée solide ? L’histoire répond. Si cette armée possède l’arme de dissuasion actuellement décisive, à savoir l’arme nucléaire, et qu’elle est capable de l’envoyer jusqu’au territoire de l’armée étrangère qui veut l’agresser, alors, la nation risquant d’être agressée dispose d’un moyen de dissuader une agression contre elle. La Corée du Nord en est l’exemple parfait. Et, a contrario, l’Iran est un autre exemple : les oligarchies impérialistes (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France) et l’oligarchie coloniale israélienne font tout pour empêcher l’Iran d’entrer en possession de l’arme nucléaire.

Il reste un autre exemple que l’on commet l’erreur d’oublier : le Vietnam. Contre l’agression coloniale de l’oligarchie française, puis celle de l’oligarchie états-unienne, le Vietnam ne disposait pas de l’arme nucléaire. Il avait mieux : un peuple, une armée et un Etat totalement soudés, solidaires, formant un seul et unique bloc. Ce peuple, les membres de son armée et de son Etat étaient prêts à manger de l’herbe, à mourir jusqu’au dernier avant de se résigner à être occupés militairement. Les dirigeants de ce peuple surent employer la méthode de guerre populaire prolongée, au point de vaincre militairement, par deux fois, successivement l’armée coloniale française, ensuite l’armée impérialiste états-unienne.

Dès lors, deux erreurs sont à éviter pour ne pas en subir les très graves conséquences. La première consiste à ignorer ou infirmer l’hypothèse d’une éventuelle agression d’une oligarchie capitaliste impérialiste ou néo-colonialiste contre une nation dotée de ressources naturelles stratégiques et d’un territoire, également géographiquement stratégique. C’est le cas de l’Algérie. Ignorer ou infirmer cette menace peut provenir d’une personne soit ignorante, soit naïve, soit manipulatrice (autrement dit, un harki masqué voulant détourner l’attention en ce qui concerne cette menace).

Une manière d’ignorer ou d’infirmer consiste à accuser l’auteur qui évoque cette menace d’être au service de l’Etat indigène. En Algérie, il s’agirait de pointer une menace étrangère imaginaire pour soutenir un cinquième mandat de l’actuel Président.

Certes, cette hypothèse n’est pas à écarter. Mais elle n’est pas la seule. Car la menace d’agression étrangère existe objectivement. La contribution précédente a fourni les éléments qui prouvent la réalité de cette menace. Par conséquent, l’existence d’une caste nationale oligarchique, coupée et vivant au détriment du peuple, n’est pas et ne doit pas être un motif suffisant pour ignorer ou infirmer une menace impérialiste néo-colonialiste étrangère.

Ajoutons un autre fait objectif, qu’il plaise ou pas. Les dirigeants de l’Etat algérien, bien que d’une grave carence dans le domaine des droits démocratiques du peuple, ne sont néanmoins pas des harkis serviles des oligarchies impérialistes néo-colonialistes. Que l’on conteste ces dirigeants, à juste titre, pour leur manque en matière de satisfaction des intérêts légitimes du peuple, ne doit pas aveugler sur des aspects positifs de leur comportement vis-à-vis des oligarchies étrangères. Les dirigeants de l’Etat algérien ne sont pas à confondre avec les potentats d’Arabie Saoudite, du Qatar, du Maroc. Et même des dirigeants de l’Etat tunisien. En Tunisie, les dirigeants ont accepté la présence de militaires états-uniens sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Or, la preuve est faite, désormais, que le terrorisme d’obédience dite islamiste est la création des services secrets anglais (MI6) et états-uniens (CIA). Seules les personnes ignorantes des faits, qui se trouvent dans des publications de contre-information(2) et les propagandistes (très puissants et tentaculaires) impérialo-néocolonialistes peuvent contester cette réalité.

Ce n’est pas le cas en Algérie, même si, certes, des «taupes» se trouveraient dans les hautes sphères de l’Etat ou proches de lui. Donc, si l’on veut être objectif et utile, il est indispensable de s’efforcer à établir l’analyse concrète d’une situation concrète et d’y voir les éléments réels en présence, au-delà de nos préférences personnelles. Par conséquent, les dirigeants de l’Etat algérien sont, certes, anti-démocratiques, mais ils sont, également, jusqu’à un certain point, anti-impérialistes et anticolonialistes. Le nier, c’est nier la réalité. Ou, alors, dans le cas de la manipulation propagandiste, le manque certes grave de démocratie en Algérie sert, en réalité, non pas à défendre le peuple algérien, mais à légitimer une agression impérialiste ou néo-colonialiste étrangère. La contribution précédente a fourni l’exemple : le discours de l’ex-président Bush pour justifier l’agression contre l’Irak. Voici le contre-exemple : si les oligarchies états-unienne, française et anglaise voulaient réellement combattre les dictatures pour établir la démocratie, qu’attendent-elles pour envoyer leurs armées contre l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, le Qatar, le Maroc, etc. ? Au contraire, les oligarchies impérialo-néocoloniales soutiennent ces dictatures, y compris militairement.

Face à l’éventualité de la guerre, que faire ?

Un lecteur a posé cette question. La réponse est donnée par des exemples historiques de ce qu’il ne faut pas faire et d’autres exemples de ce qu’il faut faire.

Ce qu’il ne faut pas faire, c’est se comporter comme l’oligarchie commandée par Saddam Hussein ou par Mouammar Kadhafi. Dans les deux cas, l’oligarchie dominante était coupée du peuple, d’une part ; d’autre part, elle disposait, surtout en Irak, d’une armée matériellement puissante. Mais celle-ci ne disposait pas de l’arme nucléaire de dissuasion et la caste militaire était coupée du peuple. L’agression impérialiste, dans les deux cas, fut presque un jeu vidéo où, malheureusement, la population civile fut victime de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Le principe appliqué fut «Shock and awe», c’est-à-dire «frappe et terrorise»(3).

Ce qu’il faut faire ? Soit comme la Corée du Nord, posséder l’arme nucléaire en mesure de joindre le territoire de l’armée d’agression, ce qui est impossible pour l’Algérie. Soit la méthode vietnamienne. Or, à l’heure actuelle, si l’armée algérienne déploie, certes, tous les efforts pour être capable de résister à une agression étrangère, les expériences irakienne et libyenne enseignent que cela ne suffit pas. Il faudrait soit bénéficier d’un pacte défensif avec la Russie(4), comme la Syrie, soit s’organiser de telle manière que le peuple soit préparé à une guerre populaire prolongée. A ce sujet, un exemple particulier doit être signalé : celui des Talibans en Afghanistan. Environ une vingtaine d’années après l’agression et l’occupation par les armées états-unienne et ses alliés, la majorité du territoire est tenue par les Talibans. C’est là une autre forme de guerre prolongée, j’ignore à quel point populaire, en tout cas efficace face à l’occupation étrangère. Le lecteur qui penserait, à lire ces propos, qu’ils visent à défendre la conception totalitaire réactionnaire des Talibans, serait dans l’erreur. Mon attitude consiste uniquement à comprendre les diverses manières de résister à une agression étrangère. Bien entendu, en Algérie, ce n’est pas de Talibans et de leur méthode de résistance que le peuple a besoin, mais de celle vietnamienne.

On pourrait objecter : mais vous oubliez que le peuple algérien a lui aussi mené une guerre de Libération nationale victorieuse ! Soyons objectifs ! Ce fut, évidemment, une glorieuse guerre anticoloniale. Malheureusement, elle n’a pas su établir, après l’indépendance, l’idéal qui l’animait : «par le peuple et pour le peuple». Quant à celles et ceux qui ont eu l’expérience de cette guerre populaire anticoloniale, combien en reste-t-il pour organiser une éventuelle résistance à une agression étrangère ? Ajoutons d’autres faits. Durant la guerre de libération anticoloniale, les membres de la résistance furent contraints de lutter contre les partisans du MNA de Messali Hadj et contre les harkis, outre à combattre l’armée coloniale française.

K. N.

(Suivra)

[email protected]

(1) Voir https://www.algeriepatriotique.com/2018/09/30/contribution-la-france-nous-prepare-une-seconde-guerre-dalgerie-i/#comments et https://www.algeriepatriotique.com/2018/10/01/contribution-la-france-nous-prepare-une-seconde-guerre-dalgerie-ii/#comments

(2) Voir, par exemple, ces sites : http://www.voltairenet.org/, http://prochetmoyen-orient.ch/, https://www.investigaction.net/fr, https://reseauinternational.net/.

(3) Voir l’exposé ainsi intitulé, page 371, in La guerre, pourquoi ? La paix, comment ?, gratuitement téléchargeable ici : https://www.editionselectronslibres-edizionielettroniliberi-maddah.com/ell-francais-sociologie-oeuvres-guerre-paix.html.

(4) Une bonne nouvelle est l’information sur la décision de l’Algérie d’importer le blé et le lait non plus de France mais de Russie, en outre moins cher et de meilleure qualité. Ainsi, la dépendance de l’Algérie par rapport à la France se réduit et donc sa capacité d’éventuelles rétorsions contre l’Algérie, d’une part ; d’autre part, la solidarité avec la Russie se renforce. Voir https://www.algeriepatriotique.com/2018/10/02/lalgerie-importera-le-ble-et-le-lait-de-russie-panique-en-france/

 

Comment (40)

    Le Rouspétodonte
    11 octobre 2018 - 14 h 16 min

    Le sage a dit : « Seigneur, préservez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge ! ». Quand on a des compatriotes de la trempe de ceux qui nous gouvernent, quand on a des citoyens de la trempe de ceux qui détruisent nos cités, nos campagnes et nos bois, on n’a pas besoin d’ennemis.

    5
    2
    Watani Watani
    11 octobre 2018 - 5 h 02 min

    Salam Lkhawa, j’aurai aimer que notre journaliste nous propose quelles genres de solutions seront adéquates à notre situation, c’est tres long à décortiquer tt ca, bref, le coeur de tte résistance est la mentalité du peuple, sommes nous ressemblant à nos martyrs rahimahom allah? aimons nous notre patrie concrètement ou juste de belles paroles théoriques? consommons nous nos produits nationaux ou enlevons nous le chômage aux pays impérialistes en consommant leurs eaux minerales , mayonnaise,,,,,,etc? notre armée, pourra t elle réfléchir comme l’exige sa fonction en entraînant ses citoyens comme en hachakom le pays de LIHOUD?, est ce que nos dirigeants travaillent pour notre patrie ou juste pour un bon salaire, ? etc ,,,,,, c tres long mes freres et soeurs, malgré qu’on.a tous peur pour notre valeureuse patrie, mais on y peut rien lorsqu’on voit des BAGRIS TRES HEUREUX comme dirigeants .

    UMERI
    10 octobre 2018 - 23 h 33 min

    Pourquoi la France ne nous fera pas la guerre, puisqu’elle occupe une place de choix dans notre pays. La balance commerciale, penche en sa faveur, on achète presque tout en France, on s’y soigne dans leurs meilleurs cliniques, nos dirigeants y passe leurs vacances, place leur argent dans leurs banques.Petit à petit, il vont faire bain basse sur notre économie, s’ingérer dans notre politique intérieur. Quant a engager une force militaire, déjà qu’elle est embourbé au Mali, petit pays aux quelques millions d’habitants, le notre très vaste et militairement bien gardé, elle perdra plus que ce qu’elle aura a gagner .

    Etergui
    10 octobre 2018 - 23 h 06 min

    tous ca c du bla bla la france n’est plus ce quelle etait et l Algerie de meme . et si il osent declencher une guerre contre l’ Algerie ca serai la.catastrophe pour tout le nord Afrique et le sud europeen point barre sa sera la vraie loi de la jungle et meme s il veulent faire une attaque par procuration honnetement je voit pas par qui

    1
    1
    rana hna
    10 octobre 2018 - 21 h 45 min

    L’Algérie saura porter la guerre chez l’agresseur…son peuple est valeureux non?
    s’il s’agit d’un ennemi extérieur. A méditer .
    De toutes les façons ils le savent et c’est pour cela qu’ils essayent de nous atteindre de façon détournée.
    Fafa et Castagnette sauront un jour où les aura mené cette aventure haschichique avec le makhnouz.
    NIF Bled ANP.

    4
    2
    co5
    10 octobre 2018 - 20 h 50 min

    un écrit , pour remplir un vide, qui laisse croire que les générations actuelles ne peuvent défendre leur pays que leur armée est inexistante, que l’Algérie n’a pas de relations etc.un navet comme film merci, pour la diffusion ?

    Anonyme
    10 octobre 2018 - 19 h 09 min

    Trop fort ! qui va faire la guerre à un pays ou sa population se meurt de maladie et qui est traumatiser par la guerre et les massacres que leur propres frères leur ont infligées ?

    8
    5
    MELLO
    10 octobre 2018 - 18 h 01 min

    L’agression ou même la colonisation est bien là. Lequel parmi nous ne s’est pas retrouvé dans un cas d’agression caractérisé :
    – Vous êtes en famille ,avec vos enfants, vous entendez toute formes d’obsenites.
    – Vous êtes en voiture, on vous envoie des gros mots si vous roulez normalement ou on vous provoque avec des queues de poissons et malheurs à vous si votre plaque d’immatriculation porte une autre wilaya.
    – Vous êtes dans une banque ou à la poste ,on vous pousse et on vous entoure de telle sorte que l’opération que vous faites est vue de tout le monde. Malheur à vous si on vous mettez votre argent dans une poche.
    – Vous êtes au commissariat pour déposer plainte, on vous prend pour l’agresseur.
    – Si vous êtes de famille modeste, ou d’un quartier populaire, vous ne pouvez pas accéder à un poste de travail .
    – Si par malheur vous vous exprimer avec votre langue maternelle, à savoir tamazight, face à un administrateur, vous êtes tenu de vous raviser.
    L’agression est en premier lieu interne, et notre société reste la plus grande faiblesse pour une agression externe. Le monde nous épie, nous surveillé et nous connaît. Ce monde rapace n’attend que là chose puisse mûrir pour entrer en lice. Ils le savent déjà avec ce nombre effarant de paraboles qui inondent nos toits et façades qui diffusent des centaines de chaînes, aussi bien arabes qu’occidentales. L’agression physique n’à plus raison d’être ,puisque la colonisation est bien là. L’armement n’est plus qu’une question d’intérêts commerciaux, les usines ne chôment pas.

    13
    3
    ZORO
    10 octobre 2018 - 17 h 42 min

    Chaque peuple a ses specifites.Lhistoire nous raconte que les arabes etaient dans leur peninsule des tribus farouches et orgueilleuses qui se faisaient la guerre dans le seul but de s exterminer .Mohammed (QSSL) grace a sa sagesse et sa religion a reussi a les unifies pour venir en afrique du nord trouver leurs clones ces autres tribus aussi farouches « ‘shab nif we roujla taghnanet wel 3naia qui s entretuer pousses par l es romains, les vandales et tous les autres intrus.Deux mentalites identiques de tribus decrites parfaitement par Fellag dans son sketch:
     »’SI LES ARABES SONT LA C EST PARCE QU ILS NOUS RESSEMBLENT » Ces autres tribus ou kabailes furent a leur tour unifier grace a la religion de Mohammed (QSSL).Malgres les querelles intestines qui persistaient durant les 14 siecles , l habitant de l Afrique du nord se deplacait librement et pouvait s installait là ou il voulait. Sa securite etait assure par cette union qui faisait sa force autour de sa religion .Ses mers furent durant des siecles proteges tandis qu il continuait sa progression vers le sud du continent. Chasser le naturel il reviendra au galop ,l esprit clanique et tribal en ces derniers temps a repris le dessus pour faire renaitre les tribus ilotes qui ont pour mission commandee par beni sahioun de creer la confusion , exterminer l arabe ,le berbere et surtout le musulman.
    SigneZORO. ..Z…..

    8
    9
    zoukhou
    10 octobre 2018 - 17 h 12 min

    Dok idoro a’lina…sandwich Est Ouest, le barbecue du Sud et Fafa qui jubile au Nord.
    Le Maroc 1er producteur Africain de véhicules…et nous on tergiverse entre blé, lait, viande de fafa ou de Russie…
    Tenez sur la Russie sœur et la Chine amie et ne cherchez pas les caresses de l’Europe.
    Donnant donnant pas de cadeau empoisonné.
    Quand eux interdisent le Diesel ils nous poussent à en user…
    Le prix de la Tiguan m’a fait sursauter ! (environ 50000€ si je ne me trompe!)
    Qui en Algérie peut s’en acheter une si ce n’est avec de l’argent douteux !
    A ce pris même en Europe on ne pourrait pas !
    «  » »Est-ce si utopique de miser d’urgence sur une petite citadine tout électrique? » » »
    La Tunisie et le marokk exportent eux depuis belle lurette et de tout , ils ont le tourisme, leurs émigrés qui ramènent les devises au lieu de les changer au double…YAW barkana mel heff wel khorty, on veut des compétents !!!

    11
    1
      mouatène
      10 octobre 2018 - 18 h 21 min

      cher ami vous sentez  » mouatana « . certe nous voulons tous des compétents, mais ceux qui ont fait leurs preuves, pas ceux qui ont plumé le peuple pendant la moitié de leur vie, et qui maintenant, s’encombrant entre eux, ont trouvé une autre astuce pour se remplir les poches. la politique. el-kourssi. de toute manière c’est une publicité astucieuse.

        mlih
        10 octobre 2018 - 22 h 23 min

        Pas du tout! ne jugeons pas si vite svp!
        mouwatana de fafa non.
        NIF BLED ANP !

        1
        2
    Anonyméa
    10 octobre 2018 - 16 h 28 min

    Monsieur Kaddour Naïmi que vous arrive t’il d’habitude vos articles sont tip top celui ci laisse à désirer, il y a à prendre et à en laisser. Le Vietnam est un bon exemple mais le Vietnam aussi a eu ses harkis il ne faut pas l’oublier, d’autre part très honnêtement les algériens ne sont pas en reste. Nous avons mené les mêmes guerres que le Vietnam, contre la france et puis contre l’occident réuni par gia interposé. Le fait que ceux qui ont fait la guerre de libération sont morts ou trop vieux n’est certainement pas un argument, ce n’est pas l’affaire d’une génération en particulier, mais de tout un peuple et le peuple algérien est un peuple déterminé, il n’y pas eu en Algérie quelques révolutionnaires, c’est le peuple qui porte la révolution en lui. Et s’ils viennent nous serons tous là avec l’aide de dieu.

    4
    1
    Felfel Har
    10 octobre 2018 - 15 h 00 min

    L’armée, seule, bien équipée, bien préparée et bien entraînée, est capable de tenir tête à toute force d’agression et de lui infliger de lourdes pertes. De plus, l’apport et le soutien du peuple seront décisifs dans la poursuite des hostilités. Dans le pire des cas, une occupation de notre pays tournera au cauchemar, les Algériens ayant déjà prouvé par le passé qu’ils maîtrisaient les techniques de la guérilla, cette forme non conventionnelle de lutte. Troisième difficulté que doit résoudre tout pays contemplant l’éventualité d’une attaque contre l’Algérie: s’assurer de la neutralité, à défaut du support des autres puissances telles la Russie et La Chine. Ce qui est loin d’être acquis! Depuis la nuit des temps, des états-majors ont su comment déclencher une guerre, mais ils ont été incapables de prévoir avec précision comment elle se terminerait.

    9
    2
      Ch'ha
      10 octobre 2018 - 16 h 30 min

      @Felfel Har
      Le pays et son peuple est en mesure de se défendre, la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire est un exemple infinitésimal.
      Je rajoute la démocratie est inexistante en occident, il n’y a qu’à prendre les meRdias français etc aux ordres de qui nous savons, les citoyens sont bercés dans l’illusion d’une démocratie et n’ont même jamais eu de libre arbitre.

      2
      1
    Ben Basku Lente
    10 octobre 2018 - 14 h 13 min

    40 millions d Algériens sont à bord d`un boeing piloté par le commandant de bord de toutes les armées. Si l`avion s`écrase ça sera allah raleb car nous l`avons laissé décoller…. Allah yastour oulidatna!

    جيشاوة
    10 octobre 2018 - 13 h 17 min

    Le plus grand ennemie auquel on devra faire face , est notre gouvernement- Le FLN le RND –
    En 30ans dans les arcanes du pouvoir qu’à fait OUYAHIA hormis de prendre dans les poches du malheureux Zawali et les mettre dans les siennes ?!
    Bouteflika , l’homme que tous le monde sait , un ami de la France , et ce n’est pas Giscard d’Estaing qui me contre dira , depuis 20ans braque le pays et se vange des uns et des autres semant l’anarchie la bureaucratie et atteignant des sommets vertigineux de corruption jamais atteint .

    17
    3
    Saharien
    10 octobre 2018 - 12 h 31 min

    La france prépare stratégiquemnt une grand agression multiforme sous 11 raisons:
    1 -par son attaque conte la Libye et en armant les terroristes de tous bords y compris ceux qui sont destinés à opérer en Algérie
    2 -par l’affaire du Mali et la création du groupe Sahel (anciens pays francophones)
    3 -par la guerre projetée entre les groupes Touaregs et Tibou (Libye)
    4 -par l’affaire du MAK (république de Kabylie)
    5 -par la poussée de milliers de migrants sub Sahariens vers l’Algérie et en faisant une affaire mondiale (ONU).
    6 -par le mésinvestissement en ALgérie
    7 -par le Shara occidental en armant le Maroc
    8 -par la non reconnaissance des crimes coloniaux de 1832-1962
    9 -par la restriction des visas aux ALgériens,la surveillance des diplomaties….
    10 -par le « hizb frança » qui détient les rênes du pouvoir en Algérie et qui est prêt à des harkas comme au temps de la colonisation.
    car de tous temps les Algériens ont été vaincus que par des algériens à la solde de l’empire colonial français.
    11-La France est détrônée comme premier partenaire commercial de l’Algérie et ne voudrait pas perdre cet important privelège néo colonial.
    A noter que le français est revenu en force an Algérie (y compris par « hizb França » qui en fait la langue oifficielle même dans les instances internationales).

    11
    13
      Anonyme
      10 octobre 2018 - 17 h 01 min

      L’ arabe a ete impose’e par De Gaulle – dixit Mehri, secretaire du Fln!

      2
      3
    Gatt M'digouti
    10 octobre 2018 - 12 h 24 min

    Celui qui voudra nous coloniser n’a pas besoin de tirer une seule balle !
    La politique de Chadli, Abdelhamid la science, Ouyahia et Bouchouareb qui ont détruit l’outil industriel national en prônant un capitalisme sauvage et l’avènement du container, a fragilisé l’Algérie qui est devenue dépendante des exportations.
    Blocage des ports pendant 5 jours et une famine s’installera.
    N’est pas l’Iran qui veut ! ce pays malgré des années d’embargo a récemment construit un avion de chasse militaire.
    Tahya l’Algérie de Ould Abbes, Saidani, Tahkout, et du CFE!!!!!

    20
    1
    Abou Stroff
    10 octobre 2018 - 12 h 02 min

    « Ignorer le risque d’une agression étrangère est une erreur » titre K. N..
    je pense que se focaliser sur une agression étrangère est une plus grave erreur.
    en effet, je ai toujours souligné qu’un peuple en osmose avec ses dirigeants (cas de Cuba ou du Vietnam mentionné par l’auteur) était imbattable même s’il devait affronter les forces de l’otan.
    or, tous les indices montrent que les dirigeants algériens vivent en vase clos (avec, cependant, des ramifications certaines dans les biens immobiliers et les banques étrangères) grâce à leur monopole sur la distribution de la rente et ne font appel (à travers les « élections », par exemple) à la populace que pour entériner des décisions déjà prises quand elles ne sont pas déjà appliquées.
    moralité de l’histoire: si nous acceptons la sentence pleine de sens qui suit: « La cause fondamentale du développement des choses et des phénomènes n’est pas externe, mais interne; elle se trouve dans les contradictions internes des choses et des phénomènes eux-mêmes. » Mao Zé Dong, alors nous devons agir pour dépasser nos contradictions internes et recréer, dans le même mouvement, l’osmose nécessaire à notre survie en tant qu’Etat et Nation.
    PS: il me parait inutile de répéter qu’il n’y a, au moment présent, aucune osmose entre les algériens dans leur ensemble et leurs dirigeants, bien au contraire.

      Karamazov
      10 octobre 2018 - 14 h 13 min

      Mais isk cette putative agression étrangère c’est le pire ya3ni qui puisse nous adviendre. Isk nous n’avions pas évité de nous faire agresser juste parce qu’on se fait harakiri tout seuls, comme des grands qui n’ont pas besoin qu’on les frappe pour s’autoflageller ?

      7
      1
    Ladjel
    10 octobre 2018 - 10 h 58 min

    Les conditions d’agression etrangere devait avoir en janvier 1992 avec l’arret du processus electoral.
    l’Algerie etait a genoux, armee non preparee, economie en berne, problemes frontaliers avec 4 voisins et terrain propice a l’agression. En ce qui concerne l’arme dissuasive c’est notre communaute en europe occidentale.

    11
    5
    Anonyme
    10 octobre 2018 - 10 h 57 min

    Comme le disait un de nos anciens gouverneur de la Banque d’Algérie « Un pays faible intérieurement ne peut pas être fort extérieurement  » et réciproquement.
    Les cas de l’Irak et du Vietnam confirment cette citation et sa réciproque.

    Bas Les Masques
    10 octobre 2018 - 10 h 54 min

    Le véritable ennemi est celui qui ronge le pays de l’intérieur,de manière insidieuse, et ô combien trompeuse!

    13
    4
    Anonyme
    10 octobre 2018 - 10 h 47 min

    Non Mr, là où l’on vote il y a un Etat legitime ce qui n’est pas le cas en Algerie depuis 62! Nuance.

    10
    4
    Anonyme
    10 octobre 2018 - 10 h 34 min

    Je ne vois pas quel serait notre intérêt à aller agresser un pays voisin. Je ne vois pas non plus quels pays voisins ou lointains auraient intérêt à nous faire la guerre car cela créerait une grave déstabilisation dans toute la région et dans toute la méditerranée avec destruction des relations commerciales ( Import Export).. La cas de la Libye est très parlant à ce sujet.

    Tout pays doit avoir une armée défensive qui doit être toujours être sous les ordres d’un Chef d’Etat ou d’un Président démocratiquement élu par le Peuple. Dans aucun pays démocratique, les militaires en activité ne font de la politique ou du commerce ni s’immisce dans le débat démocratique pour justement éviter que le peuple se coupe de son armée sensée le protéger en cas de guerre.

    Dans tous les pays démocratiques, le budget de l’armée est décidé par le Chef de l’Etat et son gouvernement en fonction des priorités économiques du Pays. Or, le budget consacré à notre armée est beaucoup trop important au vu des risques extérieurs qui sont minimes, de la situation économique et des nombreux besoins actuels du Pays ( Hôpitaux, Education, Infrastructures diverses comme la gestion de l’Eau etc…)

    7
    4
    socrate
    10 octobre 2018 - 10 h 23 min

    Pourquoi vos dirigeants soit disant férus de « nationalisme » ont-ils tant de propriétés et de fonds placés dans l’occident « impérialiste » ? En cas de guerre bien improbable, ils émigreront là où est placé leur fortune et oublieront bien vite l’Algérie. Dans le cas de la France, il est hautement improbable qu’elle se lance dans une guerre de conquête comme en 1830. Ce qui était possible avec une Algérie (qui n’existait pas à l’époque et pour cause) peuplée de 1 à 2 millions d’habitants ne l’est plus avec un pays de 40 millions d’habitants. Le malheur de ce pays est qu’il ressasse à l’infini le passé mais oublie de se projeter dans l’avenir.

    16
    7
    awrassi
    10 octobre 2018 - 9 h 48 min

    Nous ne serons JAMAIS plus attaqués par l’extérieur. Nos ennemis sont à l’intérieur : ce sont ces néocolonialistes connus de tous mais dont tout le monde a peur … Seul un militaire bien armé et bien épaulé pourra nous en affranchir !

    24
    5
      Anonyme
      10 octobre 2018 - 9 h 55 min

      Vos ennemis sont les algeriens qui ne votent plus!

      10
      6
        awrassi
        10 octobre 2018 - 10 h 17 min

        Partout ailleurs, on vote et ce n’est guère mieux ! Entre suffrage et démocratie, il y a un vide immense que seuls les riches arrivent à combler … par leur hypocrisie.

        12
        5
          Anonyme
          10 octobre 2018 - 12 h 09 min

          Ailleurs il y a un Etat, en algerie une bande fait office d’Etat, nuance.

          8
          1
      Anonyme
      10 octobre 2018 - 12 h 23 min

      Vous confondez legitimité et politique ordinaire…

    Dieu est grand. .......
    10 octobre 2018 - 9 h 28 min

    Paix à leurs âmes aux moudjahid anciens membres du parti du MNA de Messali Hadj.
    Et à tous les autres moudjahid tomber dans l’accomplissement de leurs devoirs envers leurs pays l’Algérie.
    HEUREUSEMENT que ALLAH et le seul qui jugera TOUS les hommes.
    Même les menteurs. …..
    HAMDOULLAH.

    10
    9
    elhadj
    10 octobre 2018 - 8 h 31 min

    une analyse objective et pertinente qui mérite qu elle soit bien méditée en haut lieu compte tenu de l état d esprit actuel du peuple, de la démobilisation des citoyens, du désamour de la patrie , de l exode des forces vives de la nation, des conditions de vie du citoyen,de la gestion et bon emploi des ressources de la nation,de la déliquescence des institutions républicaines,des libertés civiques et d opinion, de la justice.la défense de la souveraine et de son intégrité dépend essentiellement de la mobilisation générale et patriotique des citoyens satisfaits de ce pays

    5
    8
    MOHAMMED BEKADDOUR
    10 octobre 2018 - 7 h 56 min

    Elle est excellente, cette contribution : Limpide, et synonyme d’un lourd avertissement. Si tu veux la paix, prépares la guerre, et pour que ta guerre soit militairement victorieuse, fais la guerre à tous les détails civils qui la gêneront. Chaque citoyen avec ses droits entiers ET ses devoirs ! Tant que les fonctionnaires des diverses administrations se comportent avec les légèretés et médiocrités, voire les malveillances qui les poussent à imposer La Tchipa, tant que des citoyens entrent dans ce modus vivendi, il y a danger. Notre histoire avec la France nous suffit comme école, les exemples contemporains sont à la limite superflu. La France a pu surgir comme un aigle, le 14 juin 1830 parce qu’elle avait étudié le terrain, nous avons besoin d’être secoués, les talons d’Achille sont partout, il ne faut pas trop demander aux Russes, ils finiront par nous détester s’ils ne voient pas une Algérie en amélioration contre les comportemonts déviationnistes ET de ses agents de l’état, ET de ses administrés. Une question, cher compatriote, pourquoi serait-il impossible à l’Algérie d’avoir l’arme nucléaire !!! Le monde étant fou, elle a LE DEVOIR de l’avoir, comme ceux qui l’ont, même si tous les êtres sensés espèrent qu’il n’y aura pas de guerre nucléaire.

    14
    5
    Slam
    10 octobre 2018 - 7 h 49 min

    Mr K. N, les risques d’agression existent partout et depuis la nuit des temps. C’est pour cela que tous les pays disposent d’une armée dont le rôle est justement de mesurer ces risques et d’en anticiper les conséquences. Mais de là à utiliser ces risques pour polluer le débat politique et faire peur aux citoyens cela s’appelle de la manipulation de masse. La propagande des ennemis qui nous cernent ne sert qu’à perpétuer le statu quo dans un chantage ignoble. Car si agression il y a, c’est l’armée qui sera en 1ere ligne et pas les toutous qui nous gouvernent.

    15
    4
    Anonyme
    10 octobre 2018 - 7 h 11 min

    De l’araberie.
    Les generaux feignent de rien voir alors que des centaines de milliards$ sont detournés ailleurs dans quelles banques sinon celles « imperialistes »?
    Qui detruit l’école, levier de liberté economique et culturelle travaille directement pour l’impérialisme, votre arabisation des genraux est championne.
    Faire la guerre a pour finalité la conquette territoriale et des interets économiques, les generaux offrent l’Algerie commepradora contre quelques soutiens politiques pour pouvoir opprimer encore un peu leur propre peuple.

    9
    11
    Med
    10 octobre 2018 - 6 h 33 min

    Une radiographie complète de la situation et des enjeux actuels.
    La stratégie des forces impérialistes a cependant changé depuis l’agression contre l’Afghanistan (2001) et l’Irak en 2003. Il s’agit de minimiser les interventions directes de leur propre armée. Quoique puissants militairement les états impérialistes ne sont pas en état de soutenir (militairement et financièrement) plusieurs foyers de guerre en même temps. Ils ont recours ainsi à des forces harkies (existantes ou à créer) pour leur changement de régime et instauration de leur démocratie. Ce sont les islamistes (pour la démocratie, hic!) dans le cas de la Syrie et de la Libye. Le but est de créer le chaos et faire main basse par la suite sur les richesses du pays. D’autres états vassaux richissimes financent le tout.
    Dans le cas de l’Algérie la résistance ne pourra être au rendez-vous que si le peuple, dans sa totalité, est soudé autour de son armée.

    9
    2
    Anonyme
    10 octobre 2018 - 4 h 54 min

    Nous sommes déjà agressés par des Moustiques, l’un nommé le Tigre l’autre du Nil.
    Ces moustiques sont à l’ère moderne, ils prennent un billet d’avion pour faire le voyage jusqu’en Algérie.
    Le foyer d’infection se trouve en pleine région désertique. 2 régions sont cancernées (je dis bien cancernées- ce n’est pas une faute d’orthographe) . Chose étonnante, alors que ces bestioles aiment les endroits où il y a beaucoup d’eau.
    Bref nos responsables devraient penser à monter la mère des bombes, de Moubid, à larguer dans ces régions.

    10
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.