Des officiers chez Saïd Bouhadja : message ou hasard du calendrier ?

Bouhadja officiers ANP
Une visite qui pourrait renverser la vapeur en faveur de Bouhadja. New Press

Par R. Mahmoudi – Le président de l’APN tente de redonner vie à l’institution qu’il dirige en continuant à faire fi du gel des activités parlementaires de la majorité et du bureau de l’Assemblée depuis plus de deux semaines maintenant. Entre autres activités programmées pour la semaine prochaine : l’accueil d’une délégation d’une soixantaine d’officiers stagiaires de l’Académie interarmes de Cherchell, prévue le 22 octobre, au siège de l’APN. Sachant qu’une première délégation de stagiaires de cette académie avait, le 26 septembre dernier, effectué une visite à l’Assemblée où elle a été reçue par son secrétaire général intérimaire, qui venait d’être nommé en remplacement de Bachir Slimani, limogé par Bouhadja. Une décision qui est, faut-il le rappeler, à l’origine de cette grave crise que traverse l’institution législative.

Si cette visite est programmée depuis longtemps, dans le cadre d’un programme d’instruction, la présence symbolique d’officiers de l’armée – fussent-ils en stage – dans l’hémicycle à ce moment précis peut être perçue comme un appui tacite de l’institution militaire à la démarche de Saïd Bouhadja dans son bras de fer avec les députés de la majorité qui accentuent leur pression pour le pousser à démissionner. Une présence qui risque de contrebalancer de façon déterminante le rapport de forces en faveur de Bouhadja, dans un sens où cela peut provoquer une fracture au sein de la majorité parlementaire, à moins que le conflit actuel trouve son dénouement avant cette date.

Aussi, la seule présence de militaires à l’APN dans la conjoncture actuelle conforterait-elle dans leur hypothèse ceux qui présument que Saïd Bouhadja bénéficierait de l’appui de «parties puissantes», qui expliquerait sa ténacité face à ses détracteurs.

Vu sous un autre angle, un tel geste risque en même temps de nuire à l’institution militaire qui s’est toujours défendue de se mêler de la politique, comme l’a répété il y a quelques semaines le chef d’état-major de l’ANP, le général Ahmed Gaïd-Salah dans sa réponse à des sollicitations exprimées par le MSP d’Abdarrazak Mokri, pour accepter d’accompagner un processus de transition.

R. M.

Comment (12)

    Kahina-DZ
    15 octobre 2018 - 18 h 54 min

    L’APN n’appartient pas aux députés chakaristes. Si ces officiers veulent visiter l’APN, c’est de leur droit.
    Il vaut mieux une APN vide que pleine avec ses tubes digestifs.

    21
    Bataille Navale
    15 octobre 2018 - 17 h 03 min

    Il n’ya aucun ancrage juridique pour destituer Bouhadja,il peut même faire fonctionner l’APN,avec 20 députés seulement. La lutte se situe ailleurs. C’est une bataille féroce annoncée par 2 clans mafieux pour les présidentielles. Tout le reste n’est qu’un écran de fumée.

    19
    1commentaire
    15 octobre 2018 - 15 h 13 min

    on virent ces mafieux députi et on leurs demande des comptes approfondie ces se qui devrez ce faire!…

    18
    2
    Anonyme
    15 octobre 2018 - 14 h 46 min

    Tiens bon ,bouhadja,c dépités vont se coucher,retourner leur veste et venir te demander pardon comme des toutous. Ils vont te dire qu’ils n’y sont pour rien et que c ould Abbas qui les a trompés. Ils ont trop peur de dissolution et perte de leur poste à pomper les priviléges. Les gens du peuple sont àvec toi,sors dans la rue sans protection ,ainsi tu les défies d’en faire autant,mais eux ne peuvent pas car ils savent qu’ils sont vomis.

    21
    2
    Anonyme
    15 octobre 2018 - 10 h 55 min

    Le régime militaire n’a jamais été civil meme quand il feint des « institutions » de facade, elles sont téléguidées par les militaires.

    20
    9
    Salim Samai
    15 octobre 2018 - 10 h 25 min

    En depit d´Octobre 88 (je crois oublié et PARDONNÈ), l´ANP demeure tres respectee en DZ par le PEUPLE! C´est rare en DZ et ailleurs une institution qui jouit de confiance populaire!

    Ce serait une TRAGEDIE que de gaspiller cet acquis et ce tresor du fait de cafouillages et de betises de la part de politicards qui ne voient pas plus loin que leur « Fiche de Paie » ou d´Officiers Superieurs qui auraient oublié que l´ANP est d´abord AU SERVICE de DZ et de son PEUPLE dont elle est issue!

    20
    9
    Twingo
    15 octobre 2018 - 9 h 58 min

    Les élèves officiers font toujours des visites à l’APN. Il y’en a d’autres qu’on emmène en visite au conseil de la nation…etc etc
    Celà fait parties des sorties présentes pendant le cursus.

    24
    7
    ALGERIA
    15 octobre 2018 - 9 h 51 min

    VIVEMENT QUE QUELQU’UN ARRÊTE CES BALTAGIA DE « DÉPITÉS » INCOMPÉTENTS, MAGOUILLEURS, OPPORTUNISTES ET RENTIERS.

    40
    4
    Anonyme
    15 octobre 2018 - 8 h 45 min

    L’ANP est la colonne vertébrale du pays, et la seule institution qui reste crédible dans ce pays. L’ALN et le FLN ont accompli leur mission (l’indépendance nationale) le 03 juillet 1962 et ont, depuis cette date, rejoint le glorieux musée de l’histoire Algérienne.
    Seulement à partir de cette date un parti unique s’appuyant sur la légitimité historique et la probité de certains anciens militants de la cause nationale a confisqué le prestigieux sigle FLN pour s’emparer du pouvoir.
    Sans l’aide et le soutien de de l »ANP qui a cru bien faire l’ ex-parti unique n’aurait pas fait long feu.. Finalement poussé à la sortie par la jeunesse Algérienne en octobre 1988, il vit vit sous perfusion et n’existe plus en tant que parti, mais en tant que comité de soutien tout juste bon à faire campagne pour tel ou tel individu pendant les échéances électorales.

    21
    7
    Mouloud
    15 octobre 2018 - 7 h 26 min

    Pourquoi ne pas être plus clair dan vos articles? Dire que c’est un conflit entre le clan de la présidence d’un côté et le vice ministre des affaires étrangères qui est le chef des armées. Soyez opiniâtre et faite preuve d’une plus grande clarté au lieu de tournée autour de pot et faire des articles vides de sens.

    21
    6
    Apache
    15 octobre 2018 - 6 h 47 min

    Je me demande comment vont faire les Ould Abbès, Ouyahia et leurs « dépités » pour sortir du guêpier où ils s’y sont mis. Le show ne fait que commencer pour le plaisir du petit peuple.

    22
    4
    K. DZ
    15 octobre 2018 - 6 h 31 min

    C’est la Cavalerie qu’attendait Ammi Said, maintenant les vestes vont se retourner et les pantalons… Le message est #cristal clear# but what next?

    18
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.