Bouhadja : «C’est contre le président Bouteflika que les députés complotent»

APN RCD
Des députés avaient "cadenassé" l'entrée de l'APN, le mois dernier. D. R.

Par R. Mahmoudi – Au premier jour du coup de force mené par les députés de la majorité pour exiger la démission du président de l’APN en lui interdisant l’accès à son bureau, celui-ci devient encore plus offensif dans ses déclarations. Cela semble même l’avoir psychologiquement libéré d’une certaine obligation de réserve. En une journée, il a fait des déclarations à au moins cinq titres de la presse, en n’hésitant pas à déballer des «secrets» longtemps gardés.

C’est dans cet état d’esprit de l’homme qui n’a plus rien à perdre qu’il a, par exemple, confié à un quotidien arabophone que Djamel Ould-Abbès n’était pour rien dans sa nomination à la tête de l’APN, en 2016, et que Saïd Bouhadja savait qu’il était désigné à ce poste quatre jours avant le secrétaire général du parti. Qui était alors derrière sa nomination ? Bouhadja se contente de répondre que cela fait partie de la «raison d’Etat».

Au quotidien panarabe Al-Arabi Al-Jadid, l’indéboulonnable président du Parlement charge ses détracteurs qui ont cadenassé mardi l’entrée de l’APN, l’empêchant de fait d’accéder à son bureau, en disant connaître «leur passé de baltaguia» (hommes de main, ndlr) et en leur lançant un énième défi : «Ils ne me font pas peur et je continuerai à aller au Parlement, parce que, tout simplement, j’en suis le président. J’ai été désigné conformément à la Constitution et je ne pourrais être démis de mes fonctions que par la Constitution, alors que la Constitution et les lois de la République sont en ma faveur».

Perdant clairement son sang-froid, Saïd Bouhadja n’hésite pas à accuser les députés frondeurs de «comploter» contre le président de la République. «Ils sont en train de porter atteinte au président Abdelaziz Bouteflika, de ternir l’image de ses réalisations et de porter des coups à la stabilité des institutions», s’est-il insurgé.

R. M.

Comment (27)

    Anonyme
    17 octobre 2018 - 21 h 19 min

    Depuis 76 ils complotent ctre l Algerie et son peuple mais pas ctre le pouvoir au sommet jamais de la vie ils sont pas fou . ceci dit c est la fin d un cycle et d un système en fait et je l avait déjà dit sur un ancien article d AP sur la reforme de l ANP et les privilèges que ses députés rejetaient et ne voulait pas entendre parlé et ont repoussé l échéance de la reforme de nvelles lois voila faut pas toucher a leurs poches et privilèges et c est ca qui veulent démontré en passant par une autre voie en s en prenant a ce président de l ANP mais kedal ils n ont intimidé personnes et encor moins le pouvoir c est une sorte de résistance quelque part et un signe fort au sommet mais ils se sont enfermés eux meme ds leur piege je le vois ainsi perso ; ils ne veulent pas reformer; ils cadenassent; ne rendent les véhicules de fonctions ; c est les derniers parasites institutionalisés du système et ils paniquent surtout tous comme ils sont, puisque aujour dhui on limoges présente et on incarcère des généraux pr corruptions et malversations ; alors imaginez un simple député ou meme le secrétaire général ou qui que ce soit voila ils sont cuits aux patates et le savent ses bons a rien et la justice algérienne et ses juges les attendent au tournant ; c est une question de temps ; dissolution ou pas . Le pouvoir le sommet l état profond ses services DSS et autres savent très bien ce qui se passe en Algerie et srtt ds ses institutions ; je pense que tt est calculé en fait et ils savent faire c est des génies pr les coups de passe passe . Purge de partout et ds tt les sens .

    Anonyme
    17 octobre 2018 - 16 h 36 min

    une maison sans fondement , il faut s’attendre aux secousses de toute part ,
    mazal ce n est qu un debut ,

    7
    1
    Rendez Nous Notre Pays!
    17 octobre 2018 - 10 h 59 min

    Ces intouchables complotent contre la république, ses fondements, contre le peuple et contre une Algérie progressiste. La coupe est pleine, dégagez tous,et rendez le pays à son peuple.
    Le peuple ne veut plus de ce clown de Ould Abbés, et de ce reptile de Ouyahia. Ils ont empoisonné le pays.

    43
    1
    LOUCIF
    17 octobre 2018 - 10 h 54 min

    Non mais je rêve ou quoi ? La photo me fait réagir et je me pose la question de savoir si ce sont ces quelques chats de trabendistes qui se donnent le droit de bloquer l’APN ?? Si vraiment c’était une idée d’une grande partie des partis présidentielles (FLN, RND, TAJ, MPA etc… etc… ), il y aurait eu quand un peu plus de monde à cette action pirate et terroriste de « cadenassage », non , vous ne croyez pas ?

    24
    1
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 10 h 51 min

    pas mal la combine ! s associer au président pour s en tirer ,mais a mon avis il devrait sortir les dossiers sur ould abas et sa clic ,,,,,,si le tombe tu tombera aussi ,,(selon la formule consacré a ce genre d événement)

    15
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 10 h 34 min

    toujours avec Bouhaja et ouled abbes??!! quel pays des bédouins…ha ha ha ha trop dans le bas…..c’est seulement en algérie qu’on assiste a de tels spectacle! ha ha ha Pourquoi le peuple n’agit pas contre ce système de clown?…

    19
    7
      awrassi
      17 octobre 2018 - 14 h 43 min

      L’homme algérien est inculte. Sa femme, plus laborieuse et plus dynamique que lui, se soucie peu de politique du moment qu’elle fait vivre sa famille. Seuls quelques « intellectuels » bien nourris (la société civile), comme nous ici, font semblant de chercher à comprendre, mais, trop lâches n’agissent jamais et incriminent le peuple pour son … inaction ! Et puis, il y a ceux qui vivent au-dessus de nous et se rencontrent au cimetière de Ben Aknoun … pour continuer à se moquer de nous devant les morts !

      9
      3
    Vangelis
    17 octobre 2018 - 10 h 32 min

    Ces députés, tous ces députés, payés à ne rien faire puisqu’ils ne font pas le travail prévu par la constitution en particulier contrôler l’action du gouvernement manifestent par temps libre contre des futilités consistant à éjecter leur président qu’ils ont pourtant coopté il n’y a pas si longtemps.

    Ce président lui-même qui a 80 ans, il faut le rappeler, s’accroche à son koursi contre ses détracteurs et évoque des inepties que tous ces hommes, qui n’ont de politiques que le nom, évoquent le grand manitou fakhamatouhoum lorsqu’ils veulent passer la pommade ou échapper à des sanctions.

    Ils ne sont même pas capables de voir qu’ils ne participent qu’à une scène de cirque à la vue de tous. Un grand coup dans ce panier de crabes serait le bienvenu en attendant des élections libres qui s’en chargeraient. Ce sont tous des parasites.

    14
    2
      Apulée de Saldae
      17 octobre 2018 - 12 h 05 min

      le peuple vous attend pour agir . Est-ce qu’une fois dans votre vie vous avez voté ? est ce que vous êtes structuré dans un parti politique? Ou bien vous vous contentez donnez des conseils assis derrière votre clavier. A Ce titre je dédie à tous les donneurs de leçons depuis uniquement leur clavier , cette chanson de Johnny Hallyday » cheveux longs et idées courtes:
      Si monsieur Kennedy/Aujourd’hui revenait
      Ou si monsieur Gandhy/Soudain ressuscitait
      Ils seraient étonnés/Quand on leur apprendrait
      Que pour changer le monde/Il suffit de changer
      Et surtout, avant tout/D’avoir les cheveux longs
      Crier dans un micro/Je veux la liberté
      Assis sur son derrière/Avec les bras croisés
      Nos pères et nos grands-pères/N’y avaient pas pensé
      Sinon combien de larmes/Et de sang évités

      Écrire sur son blouson/La guerre doit s’arrêter
      Assis sur son derrière/Avec les bras croisés
      Les bonzes du Vietnam/N’y ont jamais pensé
      Tout ce qu’ils ont trouvé/C’est partir en fumée

      Crier c’est une honte/Des hommes meurent de faim
      Assis sur son derrière/Avec les bras croisés
      Est-ce la solution/Est-ce le bon moyen
      En tout cas les hindous/Devront s’en contenter

      Avant de trouver mieux/Leurs cheveux seront longs

      Si les mots suffisaient/Pour tout réaliser
      Tout en restant assis/Avec les bras croisés
      Je sais que dans une cage/Je serai enfermé
      Mais c’est une autre histoire/Que de m’y faire entrer

      Fait-on pousser du blé/En faisant des discours
      Faut-il un uniforme/Pour détester la guerre
      Faut-il pour être un homme/Ne plus chanter l’amour
      Faut-il mendier sont pain/Et ne plus être fier

      Faut-il pour être libre/Avoir les cheveux longs, longs, longs

      6
      5
    El Kendy
    17 octobre 2018 - 9 h 53 min

    Ce n’est pas un complot ourdi seulement contre le président mais aussi contre les institutions démocratiques en Algérie. Il faut arrêter la politique de l’autruche et réparer cette faute grave qui va á l’encontre de la démocratie.C’est Ould Abèss qui doit partir, ne faut-il pas rappeler que Said Bouhadja ,au contraire d’ Ould Abèss, a èté élu par les députés au perchoir.la solution devrait venir du président Bouteflika c’est lui qui a jurer de défendre la constitution devant les représentants du peuple.

    24
    1
    TRITA
    17 octobre 2018 - 9 h 38 min

    il parle de quel president tiens je viens d’apprendre qu mon pays a un president on a un monarque, un petit dictateur qui deteste les algeriens qui nous rendus des agneaux la risee du monde arretez… ‘jattends avec impatience l’avis des generaux Nezzar et Benyelles sur ce cirque fi dechra!! ce qui se passe (…) est gravissime pour l’avenir de notre cher pays

    15
    2
    Ali-Bey
    17 octobre 2018 - 9 h 32 min

    Monsieur,Bouhadja,si vous dites que vous avez rien a vous reprocher ( les mains propre);pouviez-vous nous expliquer le cas d’un député de votre wilaya;a ma connaissance ce député a toujours milité au sein du parti FIS. et meme il est le frère d’un ex-terroriste réfugié en Belgique;comment se fait-il qu’il soit second de la liste FLN aux élections législatives???

    18
    3
    kamel
    17 octobre 2018 - 9 h 30 min

    Si ces Baltadjias persistent a empêcher le président de l’APN a accéder a son bureau, les citoyens doivent se mobiliser pour lui apporter assistance et le soutenir puisque l’exécutif ne peut interférer dans les affaires du législatif. si cette situation persiste, la mobilisation des citoyens devant le siège de l’APN est plus que nécessaires. il ne faut pas laisser cette bande de malfrats imposer leur dictât au président de la chambre basse. Maitre Bouhadja a posté une photo de lui au temps de la guerre d’Algérie et défit Ould Abbas de faire de même.

    14
    2
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 8 h 49 min

    Par des petites phrases glissées dans ses articles, @AP succombe au travers dont souffrent tous médias: de journalisme d’information, ils se transforment en journaux d’opinion. Prenant ipso facto position pour l’une des parties et participant ainsi au conditionnement de l’opinion. Ainsi, le dernier paragraphe commence par cette affirmation: « Perdant clairement son sang-froid » qui n’ajoute rien au fond de l’article .
    Ceci dit AP a-t-il publié un seul article sur ces députés. Sur leurs parcours, sur leur mode de désignation comme candidats, sur leur patriotisme???

    15
    Karamazov
    17 octobre 2018 - 8 h 49 min

    « Perdant clairement son sang-froid, Saïd Bouhadja n’hésite pas à accuser les députés frondeurs de «comploter» contre le président de la République. »

    C’est souvent de ces moment de perte de contrôle de soi que la vérité profite pour s’échapper. Et si toute cette mascarade n’était qu’une diversion qui masque l’enjeu réel ? Que tout se joue en vérité autour de la vraie Présidentielle ?

    16
      Zaatar
      17 octobre 2018 - 10 h 26 min

      @Karamazov,

      méfies toi de l’eau qui dort, disait on il y a quelques temps. Le spectacle est certes à l’APN et au niveau de Bouhadja, mais on a l’air de comprendre que ce dernier est compris entre deux mondes, l’un mort et l’autre impuissant de naître. La réponse est en 2019 très certainement.

      4
      2
        Abou Langi
        17 octobre 2018 - 11 h 51 min

        Moua je pense qu’il y a un seul monde(comme le chat de Schrödinger ) Mais qui joue son rôle un coup à l’endroit un coup à l’envers avec les deux visages de Janus. Sauf qu’ils jouent peut-être l’envers à l’endroit et l’endroit à l’envers , c’est pour ça que nous y’en a comprendre pas.

        2
        1
    FELLAG
    17 octobre 2018 - 8 h 48 min

    Pauvre Algérie,le pays le plus connu dans le monde pour son courage et sa détermination;a combattre l’injustice et l’humiliation;devient un Souk Marocain ou les charlatans font le beau et le mauvais temps;

    14
    anonyme
    17 octobre 2018 - 8 h 33 min

    Vous etes tous du même moule
    Au diable vous tous

    5
    3
    Khaled
    17 octobre 2018 - 8 h 30 min

    Bravo! Si Bouhadja, vous êtes un héros, il faut que ces baltaguias, voyous, corrompus, tricheurs et voleurs du fln ( hacha le FLN historique de Ben mhidi et Ben Boulaid) saches que c’est fini pour eux, quite a déclencher le processus de dissolution de l’APN.

    15
    3
    Hibeche
    17 octobre 2018 - 8 h 29 min

    Deux choses;
    primo: on apprend qu’il a été nommé à la tête de l’apn en 2016 alors que les élections ont eu lieu en mai 2017. Donc désigné 1 année à l’avance.
    Secondo: les 2 clans complotent contre l’Algérie. La bataille fait rage entre eux pour conserver le pouvoir les algériens sont maintenus loin de l’arène.

    fatigué
    17 octobre 2018 - 8 h 23 min

    @ »Saïd Bouhadja n’hésite pas à accuser les députés frondeurs de «comploter» contre le président de la République »………..
    Il l’a finalement dite cette vérité………ces frondeurs sont manipulés et travaillent pour un autre que celui qu’il croient.

    17
    République bananière.
    17 octobre 2018 - 7 h 23 min

    Voilà c’est comme ça qu’il faut contre attaquer.
    Ces opportunistes, cet mafia de bons à rien, qui non d’intérêts que leurs intérêts personnels et celles de leurs familles et amies bourgeois.
    Il faut tous les virés et les assignés en justice pour prise d’intérêts personnel dans l’exercice de leurs fonctions avec abus de pouvoir et enrichissement douteux.
    Le fisc doit les contrôlez de A à Z avec perquisitions de tous leurs domiciles et de tous leurs comptes bancaires.
    Ils s’imaginent tous être intouchables donc l’excès généralisées n’a plus de limites pour ces pseudo d’ipitis.

    13
    Apache
    17 octobre 2018 - 7 h 07 min

    Tous avec Bouhadja contre les « dépitis » baltaguias. Ce sont ces derniers qui devraient partir pour rendre service au pays car ils ne servent qu’à lever le doigt pour approuver tout ce que leur présente le gouvernement. Ils sont toujours absents pour la majorité. L’APN ne sert à rien et devrait être dissoute.

    14
      Anonyme
      17 octobre 2018 - 16 h 54 min

      ki bouhadja , ki sidi zekri , c est juste sentant sa mort proche , qu il est en train de crier que c est un complot contre le président , le faite de présidé une APN ou les députés ont achetés leurs places , c’est du toc ,

      4
      1
    Anonyme
    17 octobre 2018 - 7 h 00 min

    Le parloir arabe illégitime outre qu’inutile, en plus des resultats 56 ans durant la dictature nous inflige ses guerres tribales.

    8
    2
    Kahina-DZ
    17 octobre 2018 - 6 h 58 min

    Les charlatans de l’APN complotent contre l’Algérie. Important de le souligner.
    Les charlatans de l’APN complotent contre le peuple Algérien
    Les obscurantistes de L’APN complotent pour protéger la chakara
    Les lève-doigts complotent pour l’extension de leur tube digestif

    L’Algérie est devenue un garage sans portes et sans toit….

    50
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.