Désaveu américain

Hezbollah
Le leader du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah. D. R.

Par Sadek Sahraoui Le président américain, Donald Trump, vient de signer un texte de loi renforçant les sanctions contre le Hezbollah libanais. Intitulée «Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018», cette loi est une version amendée (S.1595) d’une loi précédente, présentée en 2015 par les sénateurs Marco Rubio (républicain) et Jeanne Shaheen (démocrate) et qui avait été votée par le Sénat le 5 octobre 2017.

L’administration américaine explique que cette loi a pour but d’«isoler encore plus le Hezbollah du système financier international et réduire ses sources de financement». «Ces sanctions vont viser des personnes et agences gouvernementales étrangères qui soutiennent le Hezbollah ainsi que des réseaux de drogue et autres crimes internationaux qui lui sont affiliés», précise encore la Maison-Blanche. «Nous allons cibler, perturber et démanteler leurs nombreuses opérations et leurs efforts de financement… Nous n’oublierons jamais ce qu’ils ont fait à nos Marines à Beyrouth», a martelé le président Trump durant son allocution ayant précédé la signature du texte en question. Une loi qui, nous l’imaginons très bien, annonce de nouvelles tensions au Proche-Orient.

Les alliés des Etats-Unis et de l’Arabie Saoudite ont certainement dû applaudir l’initiative de la Maison-Blanche, eux qui veulent avoir la tête de Hassan Nasrallah. Cela à l’exception certainement d’un seul, le Maroc. Pourquoi ? La réponse est pourtant simple.

Afin de discréditer la cause sahraouie et amener les Américains à ne pas soutenir l’option du référendum, le Makhzen a récemment dépensé des millions de dollars sous la table pour convaincre certains élus américains de faire rentrer l’idée dans la tête de Donald Trump qu’il y avait des connexions entre le Hezbollah et le Front Polisario.

Ce lobbying a même été soutenu par une campagne médiatique très agressive qui a consisté à fabriquer de fausses preuves sur l’existence de liens entre les Sahraouis, l’Algérie et l’organisation libanaise.

Et il est à parier qu’en ce moment Mohammed VI doit être furieux de constater que la Maison-Blanche n’a pas marché dans sa grotesque combine et qu’il a dépensé une fortune pour rien. Le «Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018» n’évoque, en effet, à aucun moment l’existence de liens entre le mouvement libanais et le Front Polisario ou avec une quelconque autre partie s’en rapprochant.

Si ce texte ne l’a pas fait, c’est parce qu’évidemment il n’y en a pas. Mais plus que de rappeler une réalité – que du reste tout le monde sait –, cette loi est intéressante en ce sens qu’elle inflige indirectement un camouflet monumental au Makhzen et montre à quel point la politique étrangère du Maroc est fondée sur le mensonge.

S. S.

Comment (7)

    Nasser
    26 octobre 2018 - 2 h 18 min

    Riyad derrière le meurtre de Khashoggi, mais Trump sanctionne le Hezbollah et l’Iran🤣🤑

    Ch'ha
    25 octobre 2018 - 20 h 40 min

    Juste RAS pour le Hezbollah qui n’a absolument rien à voir avec le trafic de drogues ou organisation de ce type contrairement au makhnaz.

    29
    16
    Moh
    25 octobre 2018 - 20 h 23 min

    Est ce que ce n´etait pas le résultat éscompté, á la base?? Que la loi soit adoptée c´est la le principal!!!

    16
    2
    M'hamed HAMROUCH
    25 octobre 2018 - 20 h 13 min

    Le plus important restera la prochaine Résolution du CS/ONU attendue pour le 29 octobre prochain et qui selon John Bolton verrait :
    1/- la prorogation de 6 mois pour la MINURSO au lieu de 12 mois afin de maintenir la pression sur Mimi6.
    2/- l’extension du mandat de cette MINURSO pour la protection du peuple du Sahara occidental dans les principales villes sous colonisation marocaine.

    22
    8
    BabElOuedAchouhadas
    25 octobre 2018 - 20 h 02 min

    Et pendant ce temps, ceux qui nous gouvernent soutiennent cette féodale Narco-Monarchie absolue pour accueillir la Coupe du Monde 2026.
    Enfin il ne me reste qu’à dire pour avril 2019 : VIVEMENT cette 2ème République Algérienne gérée par ses authentiques enfants propres et patriotes.

    65
    9
    Anonyme
    25 octobre 2018 - 19 h 30 min

    «Ces sanctions vont viser des personnes et agences gouvernementales étrangères qui soutiennent le Hezbollah ainsi que des réseaux de drogue et autres crimes internationaux qui lui sont affiliés» Je ne vois pas le désaveu americain???!! Maintenant que la loi est votée (et c´est le but esperé pour le Maroc), cela voudrait dire que les sanctions vont tombées si il y a des preuves contre chaque personne/organisation/pays etc ayant des liens avec Hezbollah. En plus, dans le texte de la loi, on a pas besoin de citer les pays/organisation qui supportent Hezbollah, c´est une fois que les preuves sont établies que les sanctions vont tomber. Cette loi c est un outil juridique pour appliquer ces sanctions. Donc encore une fois je ne vois pas le désaveu américain???

    13
    44
      RasElHanout
      25 octobre 2018 - 20 h 06 min

      @Anonyme. Ton post pue tellement le Makhnez que je te conseille d’aller te laver si tu veux que ton commentaire passe mieux espèce d’esclave consentant.

      25
      9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.